Partagez | 
 

"AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andreas Tibérius Black
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 07/03/2012
parchemins : 239

MessageSujet: "AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH..."   Lun 30 Avr - 21:28

"AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH."
" L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours. "
- Psaume 23:4


ANDREAS MYCROFT FAWKES-HAWTHRONE
Andreas est un prénom parmi tant d’autre, dire qu’il a une histoire particulière serait mentir. il était le nom de mon rand père, et celui du sien avant même. C’est la seule histoire que l’on peut raconter à son sujet, et cela me suffit amplement je n’ai pas besoin de fioriture autours de mon nom. Mon second prénom est Mycroft , celui-ci aussi est sans histoire, il est celui de l’autre des mes grands pères. On ne peut parler d’histoire, on peut juste parler d’une certaine tradition, c’est tout. Ensuite, mon patronyme est Fawkes-Hawtrhone . Cela parait si compliqué de prime abord, mais je vous arrête tout de suite, rien n’est compliqué dans ce nom. Fawkes est le patronyme de ma mère, une sorcière de sang mêlé tout ce qu’il y avait de plus respectable au monde. Une famille sans histoire si ce n’est que les femmes de cette famille ont toute tendance à finir alcoolique. Puis Hawthrone est le nom de la famille de mon père, notre sang n’est pas pur mais nous regrettons cette époque bénie des dieux où les moldus n’avaient pas encore souillé notre sang. Mes parents ne se sont pas marié pour des raisons que je ne connais pas vraiment, et le pire, c’est que je n’en ai rien à foutre. Ma naissance est donc de sang mêlé , purement et simplement mêlé, mais de mon côté, je travaille à ne pas tâché d’avantage ce sang qui a tant d’importance à mes yeux. Je suis né le trente et un octobre, et il ya trente sept longues années . C’était à Ste Mangouste, et ma mère a hurler quand elle a apprit que sa médicomage était née moldue de naissance, quel cauchemar, en naissant déjà j’étais souillé. Je suis chercheur de formation, chercheur en sortilège et en potion. J’ai eut la chance de travailler avec le plus grand des alchimistes : Nicolas Flamel, et quelques part, je suis l’un de ses disciples. Je suis donc alchimiste de formation, et depuis sept ans l’ alchimie des sortilèges en cursus universitaire, dans mon cours, je n’aime pas l’échec, jamais.



Dernière édition par Andreas Fawkes-Hawthrone le Mar 1 Mai - 10:17, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andreas Tibérius Black
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 07/03/2012
parchemins : 239

MessageSujet: Re: "AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH..."   Lun 30 Avr - 21:31

PREMIERE PARTIE
"POUDLARD RENDAIT MA VIE MAGIQUE : J’AVAIS UN SENS."
" Majestueux était le premier mot qui me venait à l’esprit quand je pensais à Poudlard, le premier mot. Je venais d’un milieu aisé, mais d’un milieu où l’on n’avait pas voulu de moi ; ces lumières qui flottaient, ces escaliers mouvant me donnaient envie de poursuivre dans la magie. Au regret de mon père, je n’étais pas un cracmol, j’allais devenir un grand sorcier, rien que pour lui prouver que je valais mieux que tout ce qu’il croyais. "
- Andreas Fawkes-Hawthrone


« Andreas descend tout de suite ! » Hurla alors sa mère. Sa mère, cette femme alcoolique qui n’avait plus toutes sa tête depuis des années. Il y a onze ans elle avait une relation, une aventure avec un homme alors même qu’ils étaient encore à Poudlard. Un scandale pour l’époque, quand on n’était pas marié, il ne fallait pas espérer avoir d’enfant, pourtant Andreas était né hors mariage. Le père d’Andreas était un sorcier d’origine respectable, dont le snag n’était plus pure, mais dont les idées rejoignaient un mouvement dit « conservateur ». Quand Andreas est né, il a refusé d’épousé la mère, et le garçon a donc hérité des deux noms de ses parents. Baladé entre la maison de l’un, et de l’autre, il ne s’est jamais senti membre d’une famille jamais. Le petit garçon de onze ans qu’il était descendit les marches de luxueuse demeure de sa mère qui malgré l’argent de sa famille n’avait pas trouvé époux depuis. Comme désespérément amoureuse du père du garçon, elle s’est mise à boire, comme sa mère, et sa grand-mère avant elle. Il était plutôt grand pour son âge, et à onze ans, il était le portrait craché de son père à cet âge là. Avec nonchalance, il arriva dans le hall, où sa mère un verre de Whisky a la main lui jeta une lettre qui tomba sur le sol. Il dit alors à l’attention de sa mère : « Qu’est ce que c’est mère ? » elle bu alors un gorgée d’alcool. Il pouvait sentir jusqu’ici son odeur nauséabonde. « Ta lettre pour Poudlard, tu dira à ton père que finalement t’es pas un cracmol, il aura un peu moins honte de toi. » Les mots de sa mère lui faisaient mal, elle ne se rendait pas compte sous l’effet de l’alcool du mal que cela pouvait faire à son fils. Le petit garçon se jeta alors sur cette lettre pour l’ouvrir. Il était tellement heureux. Toute son enfance, son père lui avait dit qu’il finirait Cracmol parce que selon lui un enfant né hors mariage devait forcément être cracmol. Malgré les mots de sa mère, il était tellement heureux. Elle lui fit signe de dégager avec la main. Puis elle pesta : « Pemberly, amenez le au chemin de traverse. » Pemberly, le « majordome » de sa mère. Certes ils avaient des elfes de maisons mais sa mère était tellement ivre qu’il fallait quelqu’un pour s’occuper de son fils, des courses, et des autres tâches. Sa mère quitta la pièce son verre à la main, et le petit garçon leva les yeux vers Pemberly, et lui adressa un sourire. Ce type était plus un membre de sa famille que les gens de son propre sang. Il avait plus été un père que son propre père ne le serait jamais. Andreas tenait en main sa lettre, et il la relu plusieurs fois pour être sûr. Il était aux anges, vraiment.

* * *

« Le chaudron c’est fait, le chat c’est fait… il ne nous manque plus que la baguette ! Où est ce que l’on trouve une baguette Pemberly ? » Petit garçon bavard, futé, et un peu maniaque parfois. Il était brillant, se berçant avec des livres plutôt que d’aller jouer au foot. Lui et Pemberly avaient passé longtemps la boutique de l’apothicaire, le petit garçon avait été fasciné par toutes ces fioles, et ces potions. « Nous allons aller chez Ollivander Monsieur, c’est là que l’on trouve les meilleurs baguette. » après toute ses années, il continuait de l’appelle « Monsieur », et Andreas avait abandonné à le faire changé d’avis, celui-ci craignait tellement la maitresse de maison qui avait des colères noirs. Il était tellement impatient d’avoir une baguette, tellement impatient. Son majordome lui ouvrit alors la porte la boutique, et le petit garçon y entra, fasciné par toute ses baguettes. La science des baguettes était très intéressante, vraiment très intéressante. Un vieil homme sorti de derrière un rayon et dit alors : « Mr Pemberly, je vois que vous m’amener un jeune garçon pour une première baguette. Je me souviens de la votre, bois de houx, et crin de licorne, une bonne baguette pour les enchantements ». Le petit garçon le regardait, l’air un peu surpris, comment pouvait-il se souvenir de chaque détails. Le vieille homme s’approcha et dit alors : « Quel est ton nom mon garçon ? » Andreas n’était pas du genre à avoir peur des gens, alors confiant il répondit alors : « Andreas Fawkes-Hathrone, Monsieur. » le vieille homme sourit et maromna alors se retournant pour aller chercher dans les rayons : « Un garçon confiant… » puis il disparu derrière une rangé de baguette. Andreas leva les yeux vers Pemberly qui lui adressa un sourire confiant. Après quelques minutes, et revint alors une baguette et la tendit au jeune homme qui essaya de faire un geste, mais rien de se passa. Le vieille homme marmonna alors et revint plus tard avec une autre baguette, regardant le jeune garçon d’un air étrange. Andreas fit un geste, et cette baguette était la sienne. Ollivander marmonna alors, et dit alors : « Bois de hêtre, et à l’intérieur, de la poudre de corne de licorne, c’est une baguette rare, et qui se prête à la découverte de sortilège mon garçon. » La découverte de sortilège ? Andreas état fier, sa première baguette était presque unique. La baguette fait le sorcier, il en était sûr désormais. Après avoir réglé ils sortirent de la boutique et Andreas dit alors : « Pemberly, on peut aller manger une glace avant de rentrer, j’ai pas envie de voir maman. » Le vieil homme lui adressa un sourire. C’était la seul personne qui comprenait le garçon, sa seule famille en quelques sortes. « Votre mère n’en saura rien, je vous le promets, alors manger une bonne glace, il parait qu’ils ont un parfum au jus de citrouille extra Monsieur. »

* * *

Il était à Poudlard maintenant et après une année, il était rentré chez lui avec une seule envie : y retourner. Quand il fut enfin confortablement installer dans le Poudlard express en direction de sa deuxième année, il regarda dehors, l’air totalement songeur, après avoir acheté quelques friandises, il avait sorti son livre de potion. Andreas était un bon élève, un élève de serpentard mais il rivalisait d’intelligence avec les serdaigle sauf qu’il avait la ruse et la malice dans le regard. Il n’hésitait pas à sortir sa baguette pour faire tomber des camarades des les couloirs, juste pour rire. Il aimait humilier les gens, lui et des amis avaient volontairement fait tomber une baguette dans les toilettes de mimi geignarde, et ne cessait d’embêter ce maudit fantôme qui pleurait tout le temps comme une madeleine. Mais à part ça il était doué surtout pours les potions, sa matière favorite, vraiment. Mais il aimait également les sortilèges, passionnément. Après, il avait des notes convenables, mais il excellait dan ses deux matières, mais ayant des Troll en histoire de la magie, et en métamorphose. On ne peut pas être bon partout.

* * *

Une salle de potion, et deux élèves sur une paillasse. Une fille, Eugenie McCormack qui dit alors : « Tu ne suis pas la recette ! » Oui, Andreas ne suivait pas la recette, et alors ? Et alors. Il s’en fichait, il était sûr de ce qu’il faisait. Cette Eugenie était né d’une mère moldue, et d’un père sorcier, il n’avait pas d’ordre de recevoir de ce genre de personne ; il rétorqua alors « Oh mais tait-toi, si t’étais bonne en potion ça se saurait ! Au moins tu sais lire, tu peux être fier ! » Il n’était pas tendre, mais il avait toujours été arrogant, la magie c’est son moyen de devenir quelqu’un, et il n ‘allait pas laisser quelqu’un mettre en doute ses capacités. La petite blonde était au bord des larmes, et lui s’en fichait, il suivait tranquillement son chemin raturant son livre pour y apporter ses modifications personnelles. Il était naturellement doué pour les potions, et il était un des élèves préféré du professeur de l’époque. Après la préparation, le professeur passa, dépité surveiller les potions, aucunes n’étaient bien, mais quand il arriva à la paillasse de la fille et d’Andreas il eut un sourire satisfait sur son visage : « Mr Fawkes-Hawthrone et Miss McCormack sont bien les seuls à savoir préparer une potion d’Herbicide. J’ajoute 10 points à serpentard, et 10 point à serdaigle Pour leur magnifique potion ! » Andreas était heureux, tellement. Il toisa sa camarade, oui, elle pouvait le dire maintenant il était doué. Son livre personnel était une vraie mine d’or puisque chaque potion était faite à sa sauce. C’était un élève tellement arrogant, tellement. Serpentard dans l’âme, il n’était pas forcément très aimable. A douze ans il montrait déjà d’énorme aptitude pour les potions et les sortilèges, et cela ne ferait qu’augmenter avec les années. En plus de devenir doué dans ces matières, il allait devenir un charmant jeune homme.




DEUXIEME PARTIE
"MES CONNERIES PROFERES SONT LE DESTIN DU MONDE."
" J'suis un mannequin glacé Avec un teint de soleil Ravalé, Homme pressé Mes conneries proférées Sont le destin du monde Je n'ai pas le temps je file Ma carrière est en jeu Je suis l'homme médiatique Je suis plus que politique Je vais vite très vite J'suis une comète humaine universelle Je traverse le temps Je suis une référence Je suis omniprésent Je deviens omniscient J'ai envahi le monde Que je ne connais pas Peu importe j'en parle Peu importe je sais J'ai les hommes à mes pieds Huit milliards potentiels De crétins asservis A part certains de mes amis Du même monde que moi Vous n'imaginez pas Ce qu'ils sont gais. "
- l'hommme pressé


« Mr Fawkes, Mr Fawkes ! » la voix d’une femme qui le suivait dans la rue. En fait c’était le chemin de travers. Agé de trente ans maintenant, Andreas laissait derrière lui de sombres années. Il s’arrêta, et la mine froide il se retourna pour rétorquer « Mr Fawkes-Hawthrones idiote. » de mauvais poils, comme souvent d’ailleurs. La femme était blonde et âgé d’environs le même âge. « Mr Fawkes-Hawthrone, le professeur Dumbledore souhaiterait savoir si Mr Flamel vous as parlé du poste que l’on vous propose à Poudlard, comme vous le savez un cursus univ… » il la coupait alors sèchement et dit d’une voix moqueuse : « Cursus universitaire, et bla, et bla. Merci de repasser plus tard. » il était froid, et distant, il venait d’arrêter de boire à l’époque, sa vie avait perdu son sens à la morte de sa femme, et de ses deux filles, il y avait quatre ans. Pour l’anniversaire des deux jumelles, sa femme (née moldue) avait décidé d’emmener ses deux filles voir leur grand-mère dans le Londres Moldu, et avait décidé d’aller retirer de l’argent moldue dans une banque, sauf que celle-ci a été braqué, et les otages ont tous été exécuté, dont sa femme Aurelia et ses filles, Lily & Rose. Andreas a l’époque se fichait du sang, la preuve il avait épousé une née moldus, et il avait eut deux filles avec elle. Mais après cela, il s’est mis à vouer une haine au moldu, au né moldu, et s’est mis dans une quête pour défier la morte. Il a donc été en dépression deux longues années, et s’est remis à travailler avec son mentor Nicolas Flamel, un alchimiste, cherchant à créer la pierre philosophale, pour défier la mort. En parallèle Il cherchait à se renseigner d’avantage sur le mythe des trois frères et des reliques de la mort, s’il trouvait la pierre alors il pourrait ramener les siens. Quatre longues années sans résultat, et son ami et mentor le voyaient dépérir de jour en jour. La jeune femme reprit alors la parole pour dire : « Avec Mr Flamel vous êtes un des plus grands alchimistes, vous avoir dans nos rang serait un privilège ! » Il rit alors et dit : « Vous n’avez pas l’air idiote, alors vous devez savoir que me faire enseigner à des gosses ranime de vieux démons chez moi, j’aurais peur d’en tuer un. Vos gosses sont tellement incompétents. » La femme poussa un soupire, et ajouta : « Nous savons pour votre femme, et vos enfants, vous nous en voyez désolé, mais le professeur Dumbledore et son ami Mr Flamel pense que l’enseignement va vous aider à … » oublier ? il la regarda et dit alors les dents serré : « Merci de nous épargnez votre approche psychologique de la connerie humaine, blondie. » La femme pesta alors, et s’apprêtait à rétorquer quelques choses. Mais Andreas la coupa avant même qu’elle n’eut le temps de dire quoi que ce soit : « Je signe où pour la garderie ? » Professeur, ça ne pouvait pas lui faire tant de mal que cela après tout, non ? et puis, il pouvait changer, s’enliser dans le train train quotidien n’allait pas l’aider à tourner la page la plus douloureuse de sa vie, il fréquentait des personnes peu recommandé hors de Poudlard, et coupé les ponts ne pourrait que l’aider.

* * *




I'M UNDERNEATH YOUR SKIN,THE DEVIL WITHIN.

Dernière édition par Andreas Fawkes-Hawthrone le Mar 1 Mai - 12:09, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andreas Tibérius Black
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 07/03/2012
parchemins : 239

MessageSujet: Re: "AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH..."   Mar 1 Mai - 9:03

+ un dernier pou la route (après vous pouvez poster)



I'M UNDERNEATH YOUR SKIN,THE DEVIL WITHIN.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: "AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH..."   Mar 1 Mai - 9:42

GODFassbender

Bon courage pour cette fiche Lexxie jump
Revenir en haut Aller en bas
Andreas Tibérius Black
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 07/03/2012
parchemins : 239

MessageSujet: Re: "AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH..."   Mar 1 Mai - 9:59

Merci Profsseur Sweetie Smile



I'M UNDERNEATH YOUR SKIN,THE DEVIL WITHIN.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: "AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH..."   

Revenir en haut Aller en bas
 

"AS I WALK TROUGHT THE VALLEY OF THE SHADOW OF DEATH..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: Le royaume du choixpeau :: Les répartis :: Les fiches de présentations à REPOSTER!-