Partagez | 
 

allis ○ she dare not breathe. she was so still.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité





MessageSujet: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 8:37

ALLIS ROSALIND GOYLE
« A Poudlard , une aide est toujours apportée à celui qui la mérite. »

• CARTE IDENTITÉ DU MINISTÈRE
› nom : cIl est entendu que j'ai hérité du patronyme de mon père, comme le veut l'usage. Mon père se nommait (puisqu'il faut que j'emploie l'imparfait) Angélus Goyle. Il coule donc naturellement de source que je me nomme moi aussi Allis Goyle. Néanmoins, réfutant l'héritage trop lourd que m'a légué ce paternel indigne, je me complait souvent à rajouter le nom de ma mère au mien, comme pour m'éloigner de la dure réalité. Vous m'entendrez donc parfois me nommer en tant qu'Allis Clawens-Goyle.
› prénom : Au glorieux jour de ma naissance, alors que ma mère se faisait injurier par mon paternel pour avoir engendré une fille, trois noms s'imposèrent à elle. Certes je n'était pas l'héritier promis, mais elle s'en satisfaisait parfaitement. N'était-elle pas une femme? Et pourtant elle était immensément plus puissante et plus douée que son époux, pourtant issu du sexe fort. Trois prénoms pour une seule personne. Premièrement, son choix se porta vers Damaris, qui prénommait sa propre mère. Sans doutes estima-t-elle qu'il n'était pas sain de vivre dans l'ombre d'une autre car elle écarta cette possibilité. Sa seconde hypothèse fut Ceris, rejeté par Angélus qui ne le trouvait pas assez noble. Pour finir ils s'accordèrent sur Allis. Le second prénom que m'ont attribué mes géniteurs est Rosalind.
› âge, date et leu de naissance : Il est effrayant de penser que j'ai exactement l'âge qu'avait ma mère lorsqu'elle me donna naissance, c'est à dire à peine 18 ans. J'ai poussé mes premiers cris le 18 mars dans le manoir des Goyle.Ma naissance provoqua moult larmes de tristesse -de mon père qui désirait un fils, -de ma mère qui soufra énormément de cet accouchement difficile.
› nature du sang : Il est singulier que l'ont me pose cette question alors qu'on connait mon nom. Étant une Goyle, je suis naturellement sang-pure .
• CARTE SCOLAIRE DE POUDLARD
› maison : Je fus répartie à Serdaigle lors de mon premier soir à Poudlard. Si autrefois ma maison était une honte, ce n'est plus le cas.
› année scolaire : Âgée de 18 ans, je ne peux qu'être en huitième année n'ayant jamais redoublé.
› études suivies : Médicomagie, je rêve de soigner les personnes. Quant on me parle de vocation, je ne peux m'empêcher de penser à ce projet.
› composition de votre baguette : Je me rappelle lorsque, accompagnée de ma mère, j'ai acheté ma baguette magique. Celle-ci est taillé dans du bois de sureau, renfermant un ventricule de dragon, un magyar à pointes plus précisément. Elle mesure 31.7 centimètres.
› matière favorite : Sans aucuns doutes les potions
› matière détestée : Assurément le Quidditch , pas que je déteste ce sport, je le pratique même assidument mais le professeur n'est pas très doué...
› la forme de votre patronus : Son patronus est un phénix, Allis le prend comme une métaphore. Celui-ci est, à son instar, fragile et faible en apparence, mais plus forte qu’il n’y parait.
› l'épouvantard : Il s'agit de mon père
› détails à communiquer :Cette zone est libre. Indiquez nous des détails de votre vie de sorcier (FACULTATIF), par exemple son équipe de quidditch préféré, bonbon préféré, etc.
• MA RENCONTRE AVEC POUDLARD
« Rendez-moi mon sac. » Les deux jeunes malfrats se regardèrent et ricanèrent de concert. La rousse soupira amèrement quelle idée stupide de s’aventurer le soir dans ce couloir désert. Elle n’aurait jamais du écouter Lyse ! Premier jours et déjà des ennuis, ou plutôt un racket ! Infâmes sang-mêlés, son père lui avait appris qu’ils étaient plus bêtes que des ânes, mais néanmoins plus intelligents que les nés-moldus ! Preuve en était ce soir. « Rendez-moi ce sac, vous ne savez pas à qui vous avez affaire ! » Hurla Allis d’une voix perçante. Ce rythme elle allait réveiller tout le château. « Hé bien instruit nous donc ! » Se moqua le plus laid des deux. Il avait vraiment une tête des plus repoussantes. La peau grasse, le teint maladif, des boutons rouges peu gracieux, don malheureux de l’adolescence surement. « Je suis Allis Goyle et vous allez le payer. » Continua de hurler la gamine, trépignant, comme prise d’un besoin pressant. Les deux idiots rièrent de plus belle. « Sérieusement une Goyle ? Tu te trompe gamine, pour avoir une chevelure aussi enflammé ta mère a du forniquer avec un Weasley. » Le rouge monta aux joues d’Allis. Insulter sa mère n’était pas très judicieux. « Accio » Murmura une voix venue d’outre tombe. « Ce n’est pas parce que tu es jaloux de son statut de sang que tu peux te permettre de voler impunément son sac. » Lança Irial d’un ton glacial. Les deux garçons se regardèrent, visiblement mal à l’aise. Il était certain qu’ils n’avaient pas envie d’être mêlés à une rixe avec Irial Goyle, cet imposant gaillard. « J’aurais put m’en sortir seule. »bougonna Allis alors qu’Irial la raccompagnait à son dortoir. Pour toute réponse son cousin lui sourit gentillement.
• ENTREVUE AVEC VOTRE JOURNAL INTIME : CONFESSIONS INTIMES.
Il s’ait là d’une série de questions qui vont nous permettre de positionner votre personnage par rapport à un camp ! Donc, choisissez bien, car le choix c’est maintenant. Merci de répondre avec franchise, comme si cette conversation était privée, entre vous et votre miroir, entre vous, et votre journal.
› Votre camp officiel : [] Le Cercle [•] Mangemort [] Ordre de Woodcroft [] indécis
› Pourquoi choisir ce camp : C'est simple, toute ma famille est pro-mangemort. Comment pouvez-vous me le demander alors que ma mère est le bras droit de Lord Voldemort? À vrai dire je ne me range pas du côté des conservateurs pas choix. Premièrement pour éviter une gêne à Amatis et ensuite car j'ai subit plusieurs menaces de mon cher oncle... De mon propre avis, je ne sais que penser de tout cela, ça me parait tellement futile...
› Position sur la nature du sang & sur la création de Grindlemonk : Allis est plus qu'indécise concernant cette question. Elle attend pour voir si la création de Grindelmonk est une bonne ou une mauvaise chose, malgré que la majorité des sang-purs à l'air de s'en réjouir. Elle sait pertinemment que la prochaine étape est l'éradication des nés-moldus. Cela lui fait-il quelques chose? Elle a tendance à ne plus savoir où elle en est par rapport à tous les arguments qu'elle a entendu à ce sujet aucours de sa courte existence.



• LE REPOUSSE MOLDU NE MARCHE PAS.
› Pseudo et/ou prénom : fireflies/coline I love you
› Votre avatar : Sophie Turner
› Commentaire : Love sh 4ever
› Parrainage : [] oui, s'il vous plait : [♥️] non, merci !
› Code du forum : validé par moi Smile


Dernière édition par Allis R. Goyle le Mer 3 Avr - 14:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 8:38

• IL ETAIT UNE FOIS UN SORCIER A POUDLARD.



PRÉLUDE

La jeune femme ne semblait pas enchantée lorsqu’Angélus et Ricard Goyle pénétrèrent dans le salon de la demeure familiale des Clawens. Elle ne put cacher son mépris en apercevant les traits grossiers du patriarche des Goyle. Elle n’avait qu’une envie, fuir, s’enterrer sous terre, se soustraire au regard inquisiteur de Ricard et de son fils. Dans un mouvement désespéré elle tenta de se diriger vers la porte mais sa mère la retint fermement par le bras. « Restez tranquille, Amatis. » Ladite Amatis chercha une quelconque aide auprès de son paternel mais celui-ci évitait ostensiblement son regard. « Je ne vois pas l’utilité de cette entrevue, Edgar. Nous avions un accord ! » La voix de Ricard était guttural, rauque, désagréable. Derrière lui, son fils, Angélus se tenait le dos droit, inquisiteur, son regard valsait de droite à gauche sans interruptions. « Oui…Bien sur Ricard mais… Enfin Damaris, mon épouse à estimé qu’il serait judicieux que les jeunes se rencontrent avant... Vous savez bien… le mariage. » Amatis nota mentalement de ne pas oublier de remercier son père pour avoir bousillé sa vie. Ricard eu un rictus avant de prendre la parole « Très bien… Laissons les dans ce cas… Mais je te préviens Clawens… à la moindre entourloupe. » Il esquissa un sourire, et agita doucement sa baguette. Les adultes quittèrent la pièce, laissant les enfants seuls. Amatis ne se retint pas de le toiser ouvertement. Ce n’était pas dans son caractère de se montrer soumise, malgré les leçons de sa mère. Non, elle, elle voulait la gloire, le pouvoir. Il était de notoriété publique que les Goyle était une famille sur le déclin, Angélus, malgré ses 22 ans ne devait pas déroger à la règle, il devait surement être un raté. Elle se sentit coupable, sa famille était contrainte à fiancer son unique fille avec cette famille de tarée. Il fallait dire que les Clawens, bien que prestigieuse famille de sang-pur, étaient à la fin de leur ère, Edgar étant le dernier représentant mâle de la famille. C’est donc pour cette raison qu’Amatisse retrouvait là, face à cet Angélus. Elle savait pertinemment quel genre de garçon il était. Il se pensait irrésistible, le meilleur sorcier que la terre eut jamais porté. Il était surement le portrait craché de son frère, Damon. Comment un jeune homme tellement séduisant (selon les camarades d’Amatis seulement) n’était pas encore marié ? La réputation peu reluisante d’Angélus le précédait à vrai dire. C’était donc une aubaine pour le patriarche des Goyle que de le marier avec une Clawens. C’est Amatis qui coupa le silence de mort qui s’était installé. « Alors ? » dit-elle de son habituel ton cassant. Angélus sourcilla, et lui répondit d’un ton suffisant. « Alors quoi ? Tout est dit. Nous nous marierons, et accomplirons notre devoir, à savoir procréer des héritiers. »Amatis leva les yeux au ciel. Procréer. Le terme était répugnant. Elle avait toujours désirer avoir un enfant et malgré le caractère de son futur époux, elle était prête à en concevoir avec lui. Mais ce serait SES enfants. « Et après ? » Soupira Amatis. « Cela dépendra. » Conclut-il, avec un sourire charmeur. Il fallait dire qu’il était beau garçon. Amatis connaissait sa réputation de coureurs de jupons. Mais comme le disait son nom, Angélus avait une vrai gueule d’ange. Pourtant c’était avec le diable qu’Amatis allait se marier.

« Un goyle à Gryffondor! De mémoire d’homme cela ne s’est jamais vu. » déclama Damon Goyle en fixant rageusement sa femme, comme s’il l’accusait en ce moment même de l’infortune qui frappait sa famille. Son fils, son unique héritier, envoyé à Gryffondor par cet idiot de choixpeau. « Je ne vois même pas pourquoi je suis étonné, il s’agit d’Irial après tout, il ne sera jamais qu’une déception, une tâche dans l’histoire des Goyle. » Ajouta-t-il froidement. Anja se rongeait les ongles à sang. Lorsque son époux était d’humeur belliqueuse, elle avait toujours ce réflexe comme si cela allait empêcher Damon de lever la main sur elle. Las ! Personne ne pouvait empêcher le patriarche de faire ce que bon lui semblait. « Une honte…(…) qu’ais-je fais pour mériter une loque pour fils ? (…) infamie ! (…) risée des sang-purs (…) déshonneur suprême (…) » Il marmonnait dans sa barbe, rabâchant les même répliques depuis plusieurs mois déjà. Depuis qu’il avait apprit qu’Irial Arhen Goyle, son aîné, avait été envoyé à Gryffondor.
À l’autre bout de la pièce Angélus Goyle jubilait. Bien entendu cette répartition malheureuse entachait grandement la réputation de sa famille, néanmoins il ne pouvait s’empêcher de ressentir une profonde satisfaction dans la détresse de son frère. À ses côtés, sa jeune et récente épouse restait de marbre. Ne pas montrer ses émotions. C’est ce que sa mère lui avait recommandé non ? Les Clawens était une famille de sang-pur dont la lignée s’était éteinte pour la seule et unique raison que William Clawens et son épouse Damaris n’avait engendré que des filles. À savoir Amatis et Eurydis. Ces deux dernières étaient en brouille depuis quelques temps, manque d’atomes crochus. Amatis n’ignorait certes pas que son époux allait tout faire pour concevoir le parfait petit héritier des Goyle. Pour ce faire, il devrait avoir trois caractéristiques de bases. Tout d’abord il devait être de sexe masculin, afin de perdurer la dynastie des Goyle. Ensuite celui-ci devrait faire ses études à Serpentard. Et enfin il devrait joindre les Mangemorts.

Le silence était étouffant. L’enfant dormait paisiblement, la jeune mère l’observait nerveusement, évitant de croiser le regard de son époux. Elle n’avait pas peur. Loin de là. Les mois étaient passés depuis son mariage avec Angélus. Brièvement elle avait espéré tomber amoureuse de lui. Et que cela soit réciproque. Peut-être même l’avait-elle été ? Il avait été tellement adorable durant leur lune de miel, et durant sa grossesse ! Il n’arrêtait pas de lui déclamer son amour, n’hésitant pas à la flatter. Elle avait sincèrement cru que cela aurait put durer. L’amour rend aveugle parait-il. Elle ne le craignait pas. Elle avait peur pour Allis. Oui, le premier enfant du couple était une fille. Angélus l’avait vécu comme une défaite personnelle. « Tu n’es qu’une bonne à rien espèce de garce ! Même pas capable de me donner un fils ! » cette réplique, elle devait l’entendre encore une centaine de fois au moins car plus jamais ils n’arrivèrent à avoir d’enfant.


HOGWARTS IS MY HOME

Merci de faire un RP de minium 30 lignes pour présenter votre personnage. Il faut donc parlez de plusieurs choses, sa famille, son histoire, son attitude, son physique etc. Vous pouvez le faire sous forme de journal intime, de témoignages d'une tiers personnages, de petites anecdotes, de façon classique, ou bien un simple rp. Merci de nous parler également du caractère, vous pouvez faire des paragraphe séparés si vous le souhaitez. Merci de faire un RP de minium 30 lignes pour présenter votre personnage. Il faut donc parlez de plusieurs choses, sa famille, son histoire, son attitude, son physique etc. Vous pouvez le faire sous forme de journal intime, de témoignages d'une tiers personnages, de petites anecdotes, de façon classique, ou bien un simple rp. Merci de nous parler également du caractère, vous pouvez faire des paragraphe séparés si vous le souhaitez.



BE WHO YOU'RE
« Dégage Goyle, j’ai plus rien à te dire, va crever à Azkaban comme ton salop de père. » La Serdaigle s’arrêta, interloquée. Les propos de Lyse étaient durs, ils ravivèrent une blessure qu’elle croyait cicatrisée, enfouie loin au plus profond de son cœur. Allis n’ignorait pas que tout Poudlard était au courant de l’emprisonnement de son père, et la plupart des étudiants ne cachaient pas que cela était mérité. Mais c’était différent lorsqu’on l’entendait d’une personne qui comptait. « Lyse attend ! Je suis désolée, je ne voulais pas, c’était une méprise ! On est amies ! Il faut passer au dessus de ça ! » Lyse s’arrêta, furibonde, pointant un doigt menaçant en direction d'Allie. Ses prunelles nacrées exprimaient à elles seules toute la fureur qu’elle renferma en son sein. « Comment oses-tu Allis ? Une méprise ? Tu m’as humiliée ! Des amies dis-tu ? Désolée Allis, les amies ne s’incendient pas entre elles. » Lança-t-elle d’une voix aigre. Elle se retourna, giflant le délicat visage d'Allis avec ses cheveux auburn. Lyse ouvrit la bouche, comme pour lancer une dernière pique dans le but de définitivement venir à bout d'Allie, mais elle se ravisa au dernier moment. « Le problème Allis, c’est que tu ne sais pas qui tu es. Tu laisses les autres décider qui tu es, tu ne prend pas la peine de réfléchir. Tu es une marionnette en vérité. »

Du haut de la tour d’Astronomie, Aliss pleurait, tout en ruminant ses actes. Après tout c’était ce que Lyse voulait, qu’elle ressasse ses erreurs, qu’elle se sente blâmable. Elle se sentait tout à coup très nauséeuse. Lyse n’avait pas tord, au fond elle n’était que la projection de ce qu’Angélus Goyle avait toujours désiré, compensant son intégration . « Tu aimes observer les astres toi aussi ? » La respiration de la jeune fille se fit plus saccadée. Elle connaissait parfaitement ce timbre de voix. C’était Irial, le fils de Damon. Son cousin s’approcha doucement, seule la respiration inégale d'Allie résonnait dans la pièce. Il ne fallait pas qu’il la voit dans cet état. SI jamais Elhyxir apprenait que sa fille avait pleuré et était en proie aux doutes, celle-ci ne la laisserait pas s’échapper sans explications convaincantes. « Mais… Que s’est-il passé ?» Bredouilla Irial d’une voix peu assurée. Elle appréciait beaucoup son cousin, il était comme un frère, voir davantage. Il avait ce soupçon de révolte en lui qui avait toujours plus à Allis. « Arhen… Tu penses que je suis une mauvaise personne ? » Se contenta-t-elle de demander, la voix chevrotante, tremblant de tout son corps. Irial se contenta d’hausser les épaules, une expression indifférente peinte sur son visage d’albâtre. « Je…Je crois que je ne sais pas qui je suis… » Murmura-t-elle, les yeux brillants. Blablablabla « N’accorde pas de crédits aux dires des autres. Tu sais qui tu es Lys. Peut-être t’es-tu seulement perdue en chemin ? Mais on finit toujours par se retrouver. Savoir qui l’on est n’est pas le plus important. Ce qui compte ce sont nos actes, qui que nous soyons. » Allis renifla doucement. Ce n’était pas faux. Arhen était philosophe… Parfois. Mais elle était tellement honteuse. Elle n’avait jamais réussit à rendre son père fier. Elle se souvenait parfaitement de son premier jour à Poudlard. Elle revoyait Angélus sur le quai, au côté d’Amatis. Il fanfaronnait, déclarant à qui voulait l’entendre qu’elle était la digne héritière des Goyle. Une Serpentard dans l’âme. Il l’avait conditionnée toute son enfance. Lui faisant répéter que les nés-moldus étaient des moins que rien. Et Serdaigle l’avait accueillie. Allis avait été abasourdie. Elle revoyait le regard incrédule d’Irial, alors en dernière année. Elle s’était sentie tellement honteuse. À Noël, Angélus l’avait accueillie avec une paire de baffe devant une Amatis horrifiée. Quelques temps plus tard il était interné à Azkaban. La phrase d’Arhen voulait tout dire pour elle. Cela signifiait qu’elle n’était pas obligée d’être comme son Oncle ou son père l’avait désiré. Elle pouvait juste être elle-même.



BLOOD AND GLORY

« Endoloris. » Siffla la voix perfide du sorcier, une nouvelle fois. Il regardait le corps frêle et décharné d'Allis s’animer sous l’emprise de la douleur. La gamine, car oui, il ne s’agissait encore que d’une gamine, hurlait de toute la force de ses poumons. Il y a quelques heures encore, le cri était perçant, vif, lui brulant les oreilles. À force de crier, la jeune femme n’avait plus la capacité que de pousser des râles rauques de douleur. Il connaissait cette sensation. La bouche sèche, la langue pâteuse, un gout acerbe persistant, les joues irritées par les larmes de désespoir, et cette sensation que cela ne finirait jamais. Ses longs cheveux roux étaient collés à son visage ruisselant de sueur. Le regard du sorcier se fit plus dur. Elle n’était qu’une traître à son sang, une honte. Comme s’il n’y en avait déjà pas assez dans cette famille. Le sort s’acharnait sur les Goyle. Et il était du devoir de Damon Goyle d’y remédier, puisque le père de cette gamine était ‘empêché’ à Azkaban. Il avait la certitude que la colère d’Amatis se déchaînerait sur lui, néanmoins il devait s’assurer que sa nièce rentrerait dans le droit chemin. Il s’approcha de son pas pesant. La gifle claqua. La chevalière de Damon entailla les lèvres délicates d’Allis. Et le manège recommença de plus belle. L’air vicié de la cave semblait se raréfier autour d'Allie. Son souffle se fit plus haletant, comme si elle était en proie à une crise d’asthme. Elle était faible, elle le dégoutait. « Comme ton père aurait honte…»Damon se délecta de la peur qu’il lisait sur le visage juvénile de la sorcière. Parler d’Angélus Goyle n’était pas des plus recommandé, ce nom avait été banni par Amatis. « Douce, ma douce Allis, qu’as-tu donc fait ? » Demanda Damon d’une voix doucereuse en se penchant sur la carcasse de la jeune femme pour caresser ses joues livides. « Elle vous le fera payer. » Murmura Allis. À l’évocation d’Amatis, le visage du sorcier se crispa en une grimace dégoutée. Il n’aimait pas cette femme. Trop puissante, trop respectée. Il l’a faisait passé pour un moins que rien. Pire encore, elle avait faire enfermet son frère à Azkaban. « Pourquoi vous faites ça ? Vous savez pertinemment que vous le regretterez au centuple. » Continua-t-elle, le timbre de voix enroué. Le mangemort eu un rictus d’amusement et se redressa, surplombant sa victime de toute sa hauteur, la méprisant du regard. « Pour toute faute il faut payer très chère. » Répliqua Damon, condescendant. « Mais à l’avenir, ne renie plus Lord Voldemort, au quel cas je m’emploierais à te le faire regretter amèrement. Commence à craindre pour tes sales amis de sangs-mêlés jeune fille. »


NEW DAWN, NEW DAY.

001. Son père a été envoyé à Azkaban pour des raisons nébuleuses, néanmoins beaucoup soupçonne que son internement ait été fomenté par Amatis Clawens-Goyle, la mère d’Allis. 002. À sa naissance, Angélus Goyle a pleuré de déception, tant l’envie d’avoir un fils était grande, il l’a vécu comme un profond échec personnel et a tenté de faire d’Allis un garçon manqué, allant jusqu’à lui couper les cheveux courts, pour avoir à ses côtés le fils qu’il n’aura jamais. 003. Allis a toujours été très proche de sa mère, Amatis, elle l’admire énormément pour avoir réussit à devenir le bras droit de Lord Voldemort, sa plus grande crainte est de décevoir sa mère. 004. Elle fut envoyée à Serdaigle, comme Amatis avant elle. Angélus le vécut comme un affront alors que son épouse vit cette répartition comme un signe selon lequel sa fille suivrait ses pas. 005. Depuis cet événement, son géniteur fit encore davantage usage de la violence contre Allis. Celle-ci cherchait désespérément à cacher ses stigmates à sa mère car elle savait que cela déclencherait la fureur de la sorcière. 006. Elle fut plus que soulagée de voir son père enfermé à Azkaban, malheureusement pour elle, son oncle en profita pour asseoir son autorité sur elle, prétextant la nécessité d’une présence paternelle. En réalité Allis hait moins son père que son oncle, sachant pertinemment que ce dernier n’affectionne pas Amatis, elle craint de le voir s’en prendre à elle. 007. Son patronus est un phénix, Allis le prend comme une métaphore. Celui-ci est, à son instar, fragile et faible en apparence, mais plus forte qu’il n’y parait. 008. C’est un rat de bibliothèque et un véritable petit génie en sortilèges, elle est également excellente en potions. C’est pourquoi elle aimerait devenir médicomage. En réalité elle possède une mémoire photographique qui lui est bien utile. 009. Récemment elle s’est éloignée de la voie du Seigneur du Ténèbres, elle fut ramenée à l’ordre par son oncle qui n’hésita pas à la convaincre par la force et à la menacer de s’en prendre à ses amis. Depuis elle ne parle plus qu’aux sang-purs et est devenue la parfaite petite mangemort. 010. Fait amusant : tous les membres de la famille d’Amatis ont un prénom se terminant en –is. Allis, Amatis, Adonis (cousin d’Allis et fils de la sœur d’Amatis), Damaris (mère d’Amlatis et grand-mère d’Allis et d’Adonis) et Eurydis (mère d’Adonis et sœur d’Amatis.)



Dernière édition par Allis R. Goyle le Mer 3 Avr - 14:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Meriadec Lestrange
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 18/09/2010
parchemins : 1510

MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 9:41

Miam miam.
Ce nouveau perso promet.








Halo round his head
Burning in our bed
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 9:51

merci Alexee I love you
j'espère qu'elle plaira mimi
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 10:08

Oh comment Irial va refaire le portrait à son doux papa quand il va apprendre se qu'il a fait à sa petite cousine... GRRRRR
Je t'aime petite cousine chouchoute!
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 13:19

merci chib/cousin chéri dans un autre corps mimi
owi fait lui la peau à ce méchant tonton
Revenir en haut Aller en bas
Arya P. Greengrass
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 10/05/2012
parchemins : 456

MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 18:27

Hey, une Ginger de huitième année faut qu'on ait un lien mimi rebienvenue sur le forum I love you



Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 18:33

Lily la belle Lily I love you ! Deux rousses en huitième année ça mérite un lien en effet
et puis j'adore ton kit
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Evander A-M. Snape
avatar


Je suis le préfet en chef, le roi des rois

first Log-in : 11/03/2012
parchemins : 1536

MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Mer 3 Avr - 20:15

Re-bienvenue



Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Jeu 4 Avr - 7:21

merci snapisnapisnape
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   Ven 5 Avr - 2:25

Re-Bienvenue parmi nous I love you J'adore ton choix d'avatar!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: allis ○ she dare not breathe. she was so still.   

Revenir en haut Aller en bas
 

allis ○ she dare not breathe. she was so still.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: CORBEILLE-