Partagez | 
 

S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
D. North Finharvin
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 08/07/2012
parchemins : 145

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 30 Jan - 21:12

Cachots
« Vous y voyez quelque chose ? » Elle hochait négativement la tête, elle n’y voyait rien dans cette purée de pois, impossible d’être certains qu’ils prenaient même la bonne direction. Doe n’aimait pas ça, du tout. Skandar ajouta alors : « Non. Ne nous éloignons pas les uns des autres, » Cela lui paraissait tellement évident, mais elle ravala sa salive plutôt que de faire une remarque acerbe comme elle savait bien les faire. Bien sur qu’il fallait qu’ils restent le plus près possible des uns et des autres, sinon, ils allaient se perdre de vue. Cela lui paraissait tellement évident, mais elle ravala sa salive plutôt que de faire une remarque acerbe comme elle savait bien les faire. Bien sur qu’il fallait qu’ils restent le plus près possible des uns et des autres, sinon, ils allaient se perdre de vue. Mais elle le vit se relever, c’était le signe qu’il allait bien, non ? Il lui apparut flou, comme Grigory, comme Jessamina, les silhouettes lointaine n’étaient que des formes, les proches des traits grossiers. « Mlle Kirk-Hampstead est-ce que ça va ? » demanda-t-il alors, tandis que sa vue baissait encore. « Doe ? Stilinski ? » Que devait-elle lui répondre ? Non, rien n’allait plus, plus rien n’allait, c’était le chaos pour Dorcas. « Je… je crois que le flash de la brume m’a… - elle pesa ses mots, la vue se dégradant à mesure qu’elle parlait, finalement tout allait devenir noir – aveuglée. Je ne vois plus rien, rien du tout. » Elle tendit le bras pour essayer de s’accrocher à quelqu’un, à quelque chose, car ses repères disparurent si rapidement.  Elle s’accrocha alors à Skandar qui était le plus près d’elle, aggripant son manteau. Bon sang – elle avait une peur bleu du noir, de la nuit – elle détestait cela. Enfant elle se souvenait dormir avec la lumière, et parfois encore le noir la terrifiait. Elle agrippait Skandar comme si sa vie en dépendait. Sans ses yeux, elle était faible, et elle détestait être faible, elle détestait faillir ; et si il arrivait quelque chose à l’élève qu’’était Jessamina, ou bien à Grigory, pire à Skandar ? Si elle ne pouvait pas les protéger, que ferait-elle ? Elle ne le lâchait pas – hors de question. Regardant un point fixe dans le vide noir – autrement dit le mur en face d’elle, elle demanda alors : « Jessamina vas bien ? Grigory va bien ? Skandar va bien ? » Elle était affolée, perdre ses repères peut faire perdre les pédales. Elle espérait que rien ne leur était arrivé de la sorte, elle croisait les doigts, elle priait. Il fallait vite qu’ils retournent à l’étage, avec un peu de chance, quelqu’un savait ce qu’il s’était passé. « Skandar ? – répèta-t-elle alors – Tu n’as rien.. tu es tombé tu n’as rien ? » Naturellement, elle était inquiète, et son aveuglement la rendait plus humaine, et la laissait exprimer ce qu’elle pouvait ressentir, la peur de perdre un être cher, ça vous noue le ventre, et délie les langues.


(j'ai sauté le tour à Jessamina pour ne pas briser la chaine du rp :arrow:Tu reprends ton tour quand tu le sens miss :) )




MAMMA WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 30 Jan - 22:43

Salle Commune de serpentard
Tu t’inquiètais pour lui, mais c’était normal, dans cette salle commune, il était de loin la personne qui comptait le plus à tes yeux – et même dans le château, peu de monde pouvait rivaliser avec lui, sauf, Gema et Maddox, mais c’était une toute autre histoire, au fond de toi tu te demandais également où pouvait se trouver Samwell et tu te demandais s’il était également en sécurité. Tu n’avais pas dix milles amis, mais quelques-uns te suffisaient grandement. Evan se tourna alors vers toi, tu essayais de lire dans ses yeux – car c’était tendu entre vous deux, tu espérais qu’il ne t’en voudrait pas toute votre vie.  Il te répondit, et de demanda avec une sorte d’inquiétude dans la voix qui te fit chaud au cœur – il ne te détestait pas, pas complètement du moins, puisqu’il s’inquiétait pour toi :  « Moi ça va, et toi ? Tu te sens comment ? » Il allait bien, il ne semblait pas mentir, et tu fus soulagée, et tu souffla pour respirer un peu plus calmement. Tu tenais toujours la main de Lestrange, tu tremblais légèrement – il te faisait toujours peur. Tu répondis à Evan : « Ca va… bien en comparaison des autres… - tu regardes autours de vous – des aveugles, des sourds, des muets, c’est… » Tu étais entrain de parler quand tu t’arrêtas soudainement et tu entendis Evan murmurer alors : « Treize, quatorze, quinze, j'ai survécu » Tu le fixes alors, tu t’arrêtes net, passant à la trappe ce qu’il dit alors sur Rookwood, ton sauveur. « Je crois que ton ami Rookwood à besoin d'aide... » Tu complètes alors sa phrase par : « Seize, dix-sept, dix-huit, Morgana les a vaincu. » Il l’avait entendu, cette chose dans ta tête, lui aussi l’avait entendu, tu n’étais pas folle… à moins que vous soyez devenu fou tous les deux. Tu étais loin de te douter du lien que tu possédais avec cette sorcière, cette Morgana, loin de te douter que son sang coulait dans tes veines, tu venais à peine de connaitre ton père, et tu ne connaissais pas cette famille, les McFays. « Tu l’as entendu ! – t’exclames-tu alors – Tu l’as entendu toi aussi ! » Tu jubiles, enfin… façon de parler. Que venait faire cette sorcière dans cette histoire, tu te remémore cette contine assez lugubre tu dois bien l’admettre. Tu dis alors : « Un, deux, trois, je ne vois plus… - tu marques une pause – certains sont aveugle. Quatre, cinq, six, le froid je ne sens plus, et bien… le toucher, la douleur, Sept, huit, neuf, les sons se sont tuent – tu marques une pause – les cinq sens ! » –t’exclames-tu. Tu marques une nouvelle pose et tu fixe Evander et tu te demandes : « Pourquoi une sorcière vieille de mille an prendrait les sens un à un des élèves de Poudlard, et pourquoi pas nous ? » Tu ne savais pas si tu devais être rassuré à l’idée que vous ne soyez pas toucher, car si quelque chose de pire vous attendais. Ta main qui tenait celle d’Ulysse se mis à trembler un peu plus, et ta main libre également. Tu tremblais comme une feuille, terrifiée par ce qui se passait, et morte de froid.



"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”
Revenir en haut Aller en bas
Dabria Vee Greengrass
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 08/01/2013
parchemins : 347

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 31 Jan - 0:20

Dans les couloirs du sous-sol
Elle se rappelait comment il l’avait repoussé lors de leur dernière rencontre. Une étrange sensation lui passait par le cœur quand elle le regarda s’éloigner un peu plus loin avec Edgar. Elle s’arrête, histoire de prendre un instant et de penser à ce qu’ils vont faire. Ils pourraient attaquer des Grindelmonk, ce serait facile. Ils n’auraient ultimement même pas besoin de potions que les deux mangemorts avaient voulu trouver ici. Ils auraient tué tous les témoins et le monde s’en serait mieux porté de perdre quelques sangs de bourbe. Elle pouvait presque voir le sourire satisfait du Seigneur lorsqu’elle ferma les yeux, rapidement cela dit puisqu’autour d’elle les gens s’agitaient. Elle se retourna et c’est là qu’elle vit la brume. Elle avait reculé de plusieurs pas, se retrouvant près des deux mangemorts et ils devaient songés à partir d’ici. Elle aperçut Edgar performer un sortilège de tête-en-bulle et quand Dabria tenta de faire de même, il sortit de sa baguette que des étincelles qui lui chauffèrent le visage. Elle jura, frustrée de se retrouver momentanément sans ses pouvoirs.  "Ou alors désirez-vous que je me sacrifie pour vous Miss Greengrass, peut être que là vous aurez votre promotion." Aleksei s’était retrouvé à ses côtés, déposant l’une de ses mains autour de son corps, jusqu’à couvrir sa hanche opposée. Elle le fixa, ne sachant définitivement pas quoi dire. Il fallait dire que la rousse ne restait pas souvent sans voix, il y avait bien des premières à tout! C’est là que la brume les atteignit, n’épargnant aucun être séjournant dans les cachots, elle se demanda si le sortilège d’Edgar avait fonctionné. D’un coup, après avoir illuminé l’espace de quelques secondes, la visibilité revint et la mangemorte se concentrait sur ce qui se passait autour d’elle. Il ne la tenait plus, mais il était encore assez proche de lui. Il ouvrit la bouche, elle l’entendit marmonner. "Je ne crois pas que nous soyons en sécurité à l'intérieur du château." Elle se demanda pourquoi il parlait aussi faiblement, elle en fronça même les sourcils tentant de se concentrer à ses paroles. Il y avait quelque chose d’étrange, ça sonnait comme un bruit sourd dans ses oreilles. À la manière d’un feu d’artifice assourdissant, elle observa les prunelles du Russe qui devenaient opaques. Non. C’était absolument impossible. " Dabria…" Elle n’entendit plus rien. Elle pouvait voir ses lèvres bouger, Edgar qui s’en allait sans demander son reste. Aleksei regarda vers où il se trouvait, mais la mangemorte tentait trop de se concentrer sur ses lèvres. Elle releva sa baguette et la pointa sur le côté de sa tête. « Finite incantatem. » Sa voix était déraillée, surtout dû au fait qu’elle ne pouvait même pas l’entendre. Plus d’étincelles maintenant, plus rien. Il fallait croire que cette tempête magique les affectait encore plus qu’elle ne l’aurait cru. Elle pouvait voir l’affolement dans le visage du Russe, ce qui, elle le devina, n’arrivait pas souvent. Elle avança la main pour croiser ses doigts au sien. « Je n’entends plus rien! » Dit-elle, beaucoup trop fort et sa voix se percuta contre les murs. « Edgard, reviens ici! » L’appela-t-elle, se demandant si quelque chose clochait aussi avec lui.




supremacy
Wake to see - your true emancipation is a fantasy. Greatness dies, unsung and lost, invisible to history. [...]  You don't have long, I am on to you. The time, it has come to destroy...Your supremacy.
mapydew.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Meriadec Lestrange
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 18/09/2010
parchemins : 1510

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 31 Jan - 2:07

Ma vision m'avais quitté. Complètement abandonné. Impuissant, je m'étais retourné vers la première personne en laquelle j'avais le plus de confiance dans la pièce. Ysölde. Même si elle me détestait, même si je lui avais fait vivre l'enfer pour m'avoir brisé le coeur, je n'avais jamais réussis à l'effacer entièrement de mon coeur. Il y avait encore un attachement bien présent pour elle qui me faisait la hair si puissament et qui m'empêchait de la tuer. Je m'étais retourné vers elle, la suppliant de son prénom. J'étais pourtant convaincu qu'elle allait me laisser ici, qu'elle n'en avait rien à foutre que je meurt. « C'est ta méchanceté qui te fait payer ça Lestrange, la prochaine fois que tu t'en prends à la femme marié, ça sera pire » Je ne savais pas qui avait proféré cette phrase, mais j'y restais froid. Je sentais alors quelqu'un s'approcher de moi, une main se glissant vers la mienne. Même sans yeux, je n'avais pas de mal à reconnaître cette main douce. Ce n'était pas celle de Rockwood. Quelque chose se tordit à l'intérieur de moi à notre contact, malgré toute les interdictions que j'avais pu faire à mon coeur. « Je suis là, Lestrange. » Malgré sa froideur, sa voix était rassurante. J'aurais presque pu sourire, mais je lui servais la même froideur que celle qu'elle me donnait. « Tu ne vois… rien ? » J'hochais négativement de la tête, incapable d'avouer à haute voix être atteint d'une si grande faiblesse, surtout que mes yeux étaient grands ouverts. Elle bougeait et je la suivais sans oposer la moindre résistance alors qu'elle semblait parler à quelqu'un d'autre. « Est-ce que ça va ? » Si j'étais dépourvue de ma vision, mes autres sens n'étaient pourtant que plus en éveil. Ainsi, je sentais plusieurs présences autours de moi. Trois, sans compoter Ys disons, mais je n'en étais pas certain. Je sentais également très bien le froid sur ma peau. « Moi ça va, et toi ? Tu te sens comment ? » Mon ouïe. La même voix que toute à l'heure. Snape ça, non ? « Ca va… bien en comparaison des autres… des aveugles, des sourds, des muets, c’est… » Commençait la demoiselle dans laquelle ma main reposait. Son interlocuteur ne tardait pas à venir l'interrompre. « Treize, quatorze, quinze, j'ai survécu » Je fronçais, mes sourcils. Qu'est-ce qu'il racontait ce guignol ? « Je crois que ton ami Rookwood à besoin d'aide... » Continuait-il, mais Ys reprenait la parole. Je ne disais rien, je les écoutaient attentivement. Je ne voulais pas adresser la parole à Snape, Ys était la seule ici qui pouvait mériter mon respect. « Seize, dix-sept, dix-huit, Morgana les a vaincu. » Répondait mon ancienne fiancée. Morgana ? Cette défunt sorcière de malheur ?  Qu'est-ce qu'elle venait foutre la dedans. « Tu l’as entendu ! Tu l’as entendu toi aussi ! » Je ne comprenais rien sur rien.Je me rapprochais simplement d'Ys, brisant un peu la distance qu'elle avai instauré entre nous, parce que j'avais peur qu'elle me lâche, qu'elle m'abandonne. « Un, deux, trois, je ne vois plus… certains sont aveugle. Quatre, cinq, six, le froid je ne sens plus, et bien… le toucher, la douleur, Sept, huit, neuf, les sons se sont tuent, les cinq sens ! » S'exclame la gamine trop intelligente. Quelque part, ça te fait chaud au coeur de savoir qu'elle n'as pas changé d'un poil. « Pourquoi une sorcière vieille de mille an prendrait les sens un à un des élèves de Poudlard, et pourquoi pas nous ? » Demandait-elle finalement avant qu'un long silence s'en suive. Evander n'avait pas de réponse plus que moi ou que quiconque. La main d'Ys se mit alors à trembloter contre la mienne. J'aurais voulu y être glacial, mais je n'y arrivais pas. Je n'y arrivais plus. J'avais joué ce petit mensonge trop longtemps pour qu'il fasse encore du sens. Tout en douceur, je m'approchais un peu plus d'elle pour prendre sa main entre les deux miennes. Les remontant doucement jusqu'à mes lèvres, la frottant doucement et la caressant de mon souffle chaud pour la rassurer un peu avant de ne déposer un baiser sur sa main, me fichant complètement que d'autres nous regardent.

« Viens, on part d'ici avant que tu ne soit frigorifiée. On va se trouver un feu où tu sera bien. Tu sais où est la salle sur demande ? »

Lui demandais-je doucement, je ne voulais absolument pas la brusquer ni la fâcher d'une quelconque façon. J'avais bien peur qu'elle ne veuille pas être seul avec moi dans la salle sur demande, même si, elle ne risquait pas grand chose. J'étais aveugle. Elle n'aurait qu'à m'échapper une fois et je ne pourrais plus jamais l'attraper. Elle pourrait m'imobiliser plus facilement qu'un bébé gnome. Mon pousse caressait doucement le sien alors que je lui souriais doucement, sans même savoir si elle me regardait ou si encore elle s'était élancée pour me donner une autre gifle.









Halo round his head
Burning in our bed
Revenir en haut Aller en bas
Grigory I. Stilinski
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 25/12/2012
parchemins : 838

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 31 Jan - 11:06

Couloir des cachots

    « Non. Ne nous éloignons pas les uns des autres, » C'était quelque chose qui paraissait évident, ne pas s'éloigner, surtout quand une étudiante était parmi trois professeurs capables de sauver des vies, non ? Le Russe était habituer des froideurs de son pays, de la neige, mais jamais il n'avait vu une telle brume par chez lui. « Bien jouer Sherlock, comme si cela n'était pas évident » déclara alors le professeur d'anatomie. Cela n'était jamais facile entre les deux hommes, aller savoir pourquoi. C'était quelque chose qui s'était fait naturel, négativement et cela allait à Grigori. « Vos Patronus auraient suffit pour alerter, » Grigori ne peut aller s'empêcher de sourire. Combien d'étudiants était encore dans les couloirs ou dans des lieux en sous sol après avoir eut le di patronus de celui-ci. Les étudiants aimaient les risques, c'est comme ça que l'on grandit. Le Russe lui aussi avait autrefois préféré prendre le risque pour sauver ses deux parents moldus. « Me dites pas que quand vous étiez étudiant, vous ne preniez pas de risque et vous ne vous confrontiez pas aux réglements professeur » lui répliqua t-il alors. Soudain, la brume prit place face à eux, les entourant, puis alla sur eux. Elle prenait place dans le couloir où ils étaient. C'était quelque chose de froid, quelque chose qui pouvait glacer le sang de l'humain, c'était étrange comme ce n'était pas habituel. Puis le professeur Russe essaya de se concentrer afin d'entendre les bruits des autres professeurs et de l'élève. Rien. Pas un son. Plus rien ne lui allait aux oreilles. C'était comme si un mur s'éparait les sons à ses oreilles. Il voyait bien les bouches des gens s'ouvrir, leurs lèvres bougées mais il n'entendait rien. Même en se concentrant. Il les regardait tout en essayant de lire sur leurs lèvres. Il espérait que l'étudiante aille bien, ainsi que ses collègues. « Je ne comprends pas ce que vous dites, en faite, je ne vous entends pas ...» dit-il alors, essayant de garder son sens froid et son calme. Bien que c'était compliquer, de ne pas paniquer. A vrai dire, c'était flippant, de ne plus entendre derrière, devant, sur les côtés. « Dès que la brume est arriver sur moi, je n'ai plus rien entendu ! » dit-il alors, loin d'être rassurer car la brume prenait place au château depuis de bonnes minutes maintenant.





_________________
CHAOS, NIGHTMARE, POWER. ✌️ Ne retourne pas la  Terre entière. pour quelqu'un qui ne retourne que sa veste ○ Ridsa - A la tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Evander A-M. Snape
avatar


Je suis le préfet en chef, le roi des rois

first Log-in : 11/03/2012
parchemins : 1536

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 31 Jan - 13:09

Salle commune des Serpentards


    Evan était inquiet à l'idée que son ami perde la vue, mais il était également rassuré d'un autre côter que son amie Ysolde n'est rien. D'ailleurs, il trouvait cela étrange qu'elle n'est rien et que lui n'est rien également. Pourquoi Evan n'était-il pas aveugle comme Harlan et Lestrange, ou bien muet comme la fille Gregorovitch qui était entrain d'essayer de communiquer avec le Nott. C'était étrange comme situation, mais la mélodie qu'il avait entendu, en disait beaucoup, il suffisait de comprendre, comme une sorte d'énigme. Evan était habituer aux énigmes avec le Cercle. « Ca va… bien en comparaison des autres… Le serpentard regarda alors autour d'eux, c'est vrai que cette situation était maléfique. des aveugles, des sourds, des muets, c’est… » Evan cherchait à comprendre pourquoi seul eux deux avait été épargnés par cette brume. Il ne répondit pas dès que la sorcière eut finie sa phrase mais en effet, c'était étrange. « Étrange, même très étrange. Encore que Lestrange soit maudit ça je l'avais de suite compris, mais les autres non  » dit-il alors en regardant Lestrange qui était lui aussi loin d'être épargner par la brume. « Seize, dix-sept, dix-huit, Morgana les a vaincu. » Evan tourna alors la tête en direction de la sorcière. C'était encore plus flippant qu'un film d'horreur de moldu. La sorcière le fixait et c'était étrange de savoir qu'il n'était pas le seul à avoir entendu cette mélodie. « Comment tu... » voulant demander à la femme marié comment cela se faisait-il qu'elle ait entendue cette mélodie. Comment elle savait. « Tu l’as entendu ! Evan n'était pas fou, si une mélodie comme celle-ci raisonnait dans ses oreilles, c'est qu'elle avait un sens, qu'il fallait trouver le pourquoi du comment. Tu l’as entendu toi aussi ! » Evan fit un signe de tête à la serpentarde. « Un, deux, trois, je ne vois plus… A cet instant, Evan regarda alors Harlan, qui avait perdu la vue. certains sont aveugle. Quatre, cinq, six, le froid je ne sens plus, et bien… le toucher, la douleur, Sept, huit, neuf, les sons se sont tuent Puis il tourna vers les autres élèves, qui avait sans doute perdus leurs sons. les cinq sens ! » Il fallait l'avoué, le serpentard n'y avait pas pensé aux cinq sens. Mais une question ne faisait que de ce balader dans la tête du serpentard. Pourquoi Morgana. « Bizarrement, j'ai un doute que le chapeau à ta première année, n'est pas décidé de t'envoyer dans la maison des aigles » dit-il alors. C'était intelligent de sa part, en faite, la serpentard était intelligente. Du moins, c'est ce qu'Evan pensait. « Pourquoi une sorcière vieille de mille an prendrait les sens un à un des élèves de Poudlard, et pourquoi pas nous ? » Evan réfléchissait en regardant le Lestrange qui était entrain de déposer ses lèvres sur la main de la serpentarde. Il leva alors les yeux vers le plafond agacé de voir celui-ci pour ensuite reporter son regard sur Ysolde. « Probablement pour ce venger, cette brume n'est pas venue par hasard, elle a sans doute un sens si tu veux mon avis. Faire apparaître une brume est plus simple que de faire apparaître un dragon dans tout le château » dit-il alors avant que le Lestrange prenne la parole. Il regarda autour de lui puis regarda alors Roowood qui essayait de parler. Mais rien ne sortait de bouche. « Dix, onze, douze, les mots ont disparu. Il faut évacué la salle commune ! » dit-il alors regardant le Rookwood, muet.




Revenir en haut Aller en bas
Cameron Rookwood
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 27/10/2013
parchemins : 85

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 31 Jan - 15:15

Salle commune des Serpentards.

Les pupilles de Cameron reflétèrent le regard d’Ulysse à l’identique et pendant quelques fractions de seconde, l’air sembla vibrer entre eux. Il n’avait jamais compris ce que Madeline pouvait voir en lui autrefois. Il ne comprenait pas davantage ce qui tenait Bellatrix à ses côtés aujourd’hui. Sans parler des liens nébuleux qui semblaient subsister entre Ysölde et lui, comme un pont dans l’œil d’un cyclone. Sans doute n’était-il pas le meilleur juge pour cerner autrui, mais Cameron valorisait ses instincts; et lorsque le nom d’Ulysse Lestrange était impliqué, ceux-ci entamaient un decrescendo de mauvaise augure impossible à ignorer. Quelque chose de profondément malsain l’habitait, il en était convaincu. Il n’avait peut-être pas toujours été ainsi, mais c’est ce qu’il était devenu. Pour Cameron, le débat était bouclé.
Cameron massa doucement les mains d’Ysölde entre les siennes pour les réchauffer. “Tu n’as pas l’air bien du tout” objecta-t-il en observant son teint pâle et les frissons qui agitaient ses épaules graciles. Le problème, c’est qu’il lui était impossible de distinguer ses symptômes initiaux de ceux qu’avaient apportés la tempête. L’étudiant en médicomagie qu’il était ne pouvait donc se fier qu’aux informations qu’Ysölde acceptait de lui offrir; et il n’était pas sans savoir que tous les patients mentaient d’une manière ou d’une autre, sous divers motifs.
À la périphérie de son champ de vision, il vit Ulysse s’approcher à nouveau. Il redressa le menton, voulut s’interposer—après tout n’en avait-il pas suffisamment fait pour aujourd’hui?—mais lorsque celui-ci posa une main ferme sur sa poitrine pour l’écarter sans démontrer la moindre trace d’agressivité, Cameron lui céda sa place à contrecœur. Il arqua un sourcil dubitatif en avisant la modeste offrande du Serpent. Mais ce qui l’étonna davantage, ce fût la réaction d’Ysölde. Ysölde qui, quelques minutes plus tôt, se retrouvait acculée au mur par ce même individu aux cinquante nuances. Non décidément il ne comprenait pas ce qui poussait les gens à lui accorder cet éternel bénéfice du doute.

Cameron glissa sa baguette magique dans la poche arrière de son pantalon. Le froid était plus intense à l’intérieur de la salle commune et l’atmosphère initiale de la pièce n’aidait certainement pas l’esprit à ‘vaincre la matière’ comme le laissait entendre l’adage moldu. La fatigue était omniprésente elle aussi. Ses paupières battaient avec une lenteur irrégulière. Il n’aspirait qu’à s’emmitoufler dans une bonne couverture et à succomber à un sommeil sans rêve. Mais une petite voix à l’arrière de son cerveau lui soufflait que s’il fermait les yeux maintenant, il ne se réveillerait probablement jamais. Cette idée terrifiante lui redonna un coup de fouet et il s’appliqua à rester alerte. “Dehors maint—“. Les fenêtres de la Salle Commune explosèrent et une expression horrifiée s’imprima sur les traits du Serpentard. Cependant, à la place de l’eau qu’il s’attendait à voir déferler dans la pièce, ce fût une brume épaisse et marmoréenne qui s’y engouffra. Il n’eût que le temps de lever les bras devant son visage et de pivoter vers Ysölde, puis tout devînt sombre. Lorsque la brume l’atteignit, il eût l’impression que des milliards d’aiguilles s’enfonçaient impitoyablement dans sa peau. Et son souffle se bloqua dans sa gorge.

Une curieuse mélodie se jouait dans son esprit, comme un 45 tours qui continuait de tourner, encore et encore. La brume s’était dissipée aussi rapidement qu’elle était apparue et pendant un court instant, Cameron se demanda si elle n’avait pas infiltré ses pensées. Celles-ci lui semblaient incroyablement lentes et les scènes qui se poursuivaient devant lui, dénuées de la moindre signification. Après tout, pourquoi Gregorovitch s’amuserait-elle à manipuler les mains de Nott de cette manière ? Et par-dessus tout, pourquoi Lestrange tâtonnerait-il dans le vide, avec ce regard aussi vide qu’inquiétant ? “Je …” Les sons s’éteignirent sur ses lèvres. Cameron se redressa difficilement—ses muscles étaient douloureusement noués—et déglutit péniblement : “…..” L’inquiétude s’éveilla dans ses pupilles claires. Sa paume glacée étreignit doucement sa gorge, comme si ça avait suffit à réanimer une voix qui refusait désormais de se manifester. Il toussa—dans le plus grand silence, à sa plus grande exaspération—et une douleur vive lui ôta toute envie de recommencer. Il redressa le menton en réunissant toute la concentration dont il était capable, lorsque son nom entra dans la conversation. Evander, songea-t-il difficilement. Heureusement, toutes les questions qui l’envahissaient furent posées. Toutefois, aucune réponse satisfaisante ne se présenta à eux et bientôt ils durent accepter de laisser leurs interrogations de côté au profit de leur survie immédiate. Se tenant à quelques pas d’Ulysse, il l’entendit mentionner la ‘Salle sur Demande’ et Cameron fronça les sourcils. Qu’est-ce que c’était que ça ? Il n’en avait jamais entendu parler ! Tirant sa baguette magique dans l’intention d’écrire un message dans les airs pour se faire comprendre rapidement, il poussa un soupir inaudible d’irritation en prenant conscience de l’inutilité de sa baguette. À ce stade, il n’en fût quasiment pas étonné. Pourquoi faire simple, lorsqu’on peut faire compliqué ? Railla-t-il mentalement. Aussi s’empara-t-il d’une plume qui traînait sur une table d’étude et griffonna-t-il un ‘Salle sur Demande : c’est où ?’ sur le dos d’un parchemin et le présenta à l’intention d’Evander, avec insistance après que celui-ci est suggéré de quitter la salle commune. Cameron passa une main sur son visage pâle. Son teint n’avait plus rien à envier à celui d’Ysölde et agacé par la lenteur que prenait les opérations, il frappa dans ses mains avec énergie, cherchant à précipiter un peu tout le monde.



Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 31 Jan - 16:58

LES COULOIRS DES CACHOTS

« Quoi ?! » Aveugle ? Impossible. C'était apparu si soudainement. Je vis Doe agripper mon manteau sans plus me voir alors que j'étais face à elle, me rendant plus inquiet encore. Je vis sa phobie du noir prendre possession de ses traits. Je la connaissais depuis petit, je savais tout d'elle, de son incroyable courage autant que de ses angoisses. Je me rappelais avec quelle attention Ianto et moi venions la rassurer lorsqu'il y avait des coupures de courant à l'orphelinat. J'avais toujours envié à Ianto cette facilité avec laquelle il la prenait dans ses bras quand elle était triste. J'étais présent mais plus distant, parce qu'agir comme il le faisait signifierait de ma part bien autre chose que de l'amitié. « Pas quand cela impliquait ma vie ou celle des autres, » répliquai-je à Stilinski. En bon Serdaigle, je n'avais jamais été du genre rebelle inconscient, ou seulement lorsque j'étais entraîné par Doe et Ianto. Fidèle à elle-même, elle s'inquiéta pour les autres. « Je ne sais pas ce qu'il se passe, chacun de vous semble perdre un sens... » dis-je en voyant Silinski dire ne plus entendre, et la jeune Gryffondor privée de voix. Etais-je le seul à ne rien avoir ? Je doutais de ma chance, pourtant je n'étais ni blessé ni souffrant comme eux. La situation devenait hors de contrôle. « [...] tu n’as rien ? » Mon regard revint sur elle, surpris qu'elle s'inquiète si ouvertement pour moi alors que nous étions plus qu'en froid. J'observai son visage si près du mien, elle était si belle. Mais la voir dans cet état me terrorisait. « Je vais bien, je semble être le seul à... » dis-je avec plus de douceur, mais je ne finis pas ma phrase. En voulant saisir sa main cramponnée à mon manteau pour tenter d'apaiser sa panique, je réalisai que je ne sentis aucune chaleur. La panique m'envahit à mon tour. Je serrai sa main avec un désespoir soudain. Mais aucune sensation. « Je n'ai rien, je vais tous vous aider pour sortir d'ici, » repris-je après un léger silence, reprenant contenance. Je mentais évidemment, et sans savoir à quel point tant j'étais persuadé d'aller bien hormis cette perte sensorielle, alors que mon teint se faisait plus pâle au fil des minutes. Mais je ne voulais pas l'inquiéter. J'avais peur, mais il fallait tenir bon et retrouver les autres. « Je vais te guider, ne lâche surtout pas ma main, » murmurai-je à Doe en tentant de paraître rassurant et sûr de moi. Quand il s'agissait d'elle, le reste ne comptait plus, pas même ma propre peur. Je lui en voulais toujours, mais la situation ravivait par-dessus mon inquiétude affective. Ma phrase devait paraître étrange, mais je ne pouvais plus savoir si je tenais ou non sa main, aussi devait-elle ne pas la lâcher elle. Quelle torture, le sort voulait que je ne puisse même pas sentir sa main au creux de la mienne alors qu'un prétexte m'était donné pour la tenir. Ma baguette dans l'autre, je traçai dans l'air les mots scintillants par magie que je souhaitais dire pour que Stilinski me comprenne, à savoir "continuons à avancer on y est presque". « Mlle, ça va aller calmez-vous, suivez-nous, » dis-je à la Gryffondor muette afin qu'elle ne panique pas plus en lui imposant de l'autorité. Je fermai la marche en gardant Doe près de moi. Ma vision se brouillait progressivement, et si j'avais eu des sensations, j'aurais senti mon état nauséeux et la douleur de ma blessure. A la place, je ne pensais qu'à Doe, espérant que son état était réversible, comme celui de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Harlan C. Nott
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 21/04/2013
parchemins : 271

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 1 Fév - 2:13

Dans la salle commune des serpentards, vers le sous-sol
Il y a quelque chose qui t’échappes totalement, tu n’arrives plus à t’accrocher à la réalité. Tu sais que cette brume en est pour quelque chose, en entendant tout ce qui se passe autour de toi. Il y a des gens qui crient, sans doute trop sourd pour s’entendre, d’autres qui pleurent et qui demandent de l’aide. On dirait bien que cette brume vous a tous touchés un sens différents, tu es loin de t’imaginer que certains ont été épargnés. Une fille est proche de toi, on ne sait pas si c’est parce que tu as perdu la vue, mais tu ne cours pas pour t’échapper. Après tout, où voudrais-tu aller, privé de ta vue? Tu es handicapé, tu ne peux plus bouger sans foncer dans quoi que ce soit. Tu penses une secondes à prendre ta baguette et la pointer vers tes yeux pour tenter de corriger ta vision, mais tu as déjà entendu autour des gens qui ont fait de même. Il semblerait que la tempête ait aussi affaibli les pouvoirs des sorciers. Il fait froid, on gèle et ton corps frissonne comme jamais. Tu sursautes quand deux mains se posent sur les tiennes, pour les enlever de son visage. Elle ne parle pas, tu te demande si tu ne t’es pas trompé sur son identité. Pourtant, tu aurais pu reconnaître ces lèvres d’entre milles, tu te demandes pourquoi tu le sais. Tu ne les as jamais embrassé, Yesfir n’est que ton amie, alors pourquoi en es-tu certain? Elle pointe sa gorge en prenant habilement ses mains. Elle ne peut sans doute pas parler. « Je comprends. » Lâches-tu la mâchoire serrée. Elletient tes mains et tout à coup la réalité le frappe. Où est Evan? Par ses mains, elle te fait comprendre ce qui se passe. Quand elle a terminé, tu gardes une de tes mains dans la sienne, en croisant tes doigts. « Alors tu seras mes yeux. » Tu lui souffles ces mots à quelques centimètres de son oreille, tu te permets de te rapprocher d’elle. Elle émane une chaleur qui te fait frissoner mais qui t’apaise en même temps. Tu n’as aucune idée de ce qui se passe autour de toi, mais tu as besoin d’elle. Elle est ton amie, une amie qui a changée cet été, mais sur qui tu peux compter. Tu es loin de t’imaginer ce qu’elle pense de toi cela dit, des non-dits et des pensées fausses sur ta sexualité. Il entendit la voix d’Ysolde, d’Ulysse, d’Evan mais pas de Cameron au loin. Tu tentes de fixer ton regard vers eux. « On doit sortir d’ici, il fait trop froid! » Tonnerres-tu, certain que ta voix se rendra à eux. Tu es loin de te douter que Cameron a rédigé sur un morceau de papier une façon de s’assurer, peut-être la survie! La salle sur demande!





❝WAKE ME UP WHEN IT'S ALL OVER❞
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones, Enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age.
Revenir en haut Aller en bas
Desiree E. Greyback
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 07/10/2012
parchemins : 1127

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 1 Fév - 3:59

Les cachots.

Elle s’était alliée à Samwell. La complicité de Finnick et Katniss avaient profondément blessé Desiree. Elle était persuadée que Finnick lui mentait depuis le début. Ne sait-on jamais ce qui pouvait bien se passer entre les murs de la salle commune de Poufsouffle où elle avait la possibilité de veiller à ce qu’il la respecte ? Finnick n’était pas le genre de type qui semblait honorer ses engagements. La Gryffondor l’avait connu à ses dépens. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait décidé de suivre Samwell au lieu d’essayer encore et toujours d’être avec un homme qui ne voulait d’elle. C’était blessant. Elle était épuisée des disputes. Elle voulait se retrouver dans la salle commune apaisante des Gryffondors. Sa maison, son antre, son lieu de recueil ! Desiree n’avait que de l’éloge pour la maison qu’il l’accueillait ; elle y avait connu des gens supers comme Samwell… il était tellement gentil. Il était le type que toute femme rêvait d’avoir. Enfin, c’était la nostalgie du passé et sa colère contre Finnick qui lui faisait penser que Samwell lui manquait beaucoup plus qu’elle ne l’avait cru. « Qu’est ce que s’est que ce merder… De la brume ! » La gryffonne regarda dans la direction où Finnick regardait pour apercevoir la fameuse brune. Que se passait-il ? C’était effrayant. Elle eut un mouvement de recul devant cette brume qui ne lui inspirait rien de bon. « Je préfère ne pas le savoir, filons ! » Desiree suivit Samwell espérant se sauver le plus vite possible de cette brume. Elle était terrifiée tout en gardant le silence comme elle avait appris à faire à la maison. À quoi bon trembler devant l’objet de la peur ? Elle ne devait montrer aucune émotion. Elle avait tout de même appris chez les Greyback. Desiree tendit l’oreille pour entendre les cris et les gémissements de ses camarades à l’étage supérieur. Elle déglutit avec difficulté. La brume s’approchait toujours aussi rapidement. La gryffondor fut attaquée par cette dernière. Elle eut extrêmement froid. Elle en perdit l’équilibre. Elle se retrouva désorienter sur le sol. Son orgueil la fit se relever, mais il était trop tard. Sa vue diminua pour ne rien voir. Elle tenta un pas vers sa droite où elle frappa de plein fouet le mur. Elle se retrouva à nouveau sur le sol. « Où êtes-vous ? Où êtes-vous ? » gémit-elle prise de panique. « Arrêtez, ce n’est pas amusant. Où êtes-vous ? Pourquoi… pourquoi les torches sont-elles éteintes ? Sam? Katniss ? Finnick? » Elle tenta de se relever. « SAAAAAAAAAAAAAAAAAM ? » hurla-t-elle prise de panique. Elle ne croyait plus que le duo poufsouffle l’aiderait. Elle ne voyait plus personne comme s’il l’avait abandonné.




(c) wayland
Revenir en haut Aller en bas
Adonis S. Harlington
avatar


Je suis le préfet de Serdaigle, attention à toi, je veille au grain !

first Log-in : 30/03/2012
parchemins : 860

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 1 Fév - 4:40

Les couloirs de Poudlard au rez-de-chaussée.  

Elle était sa princesse. Il n’avait qu’elle à prendre soin ; c’était sa petite fleur qu’il protégeait même s’il n’aurait jamais cru possible qu’elle accepte être sa copine. Il lui avait offert la bague de sa mère en guise de gage, de présent et de l’étendue de son amour. Ravenna, sa belle, Ravenna !   Il ne savait expliquer le changement par rapport à la santé de sa Gryffonne.  Elle se portait bien avant toute la cohue tout près des portes.  Inquiet, ils avaient fui. C’était la meilleure option, même si le froid et la brume les pourchassait.  En fait, Adonis se croyait sain et sauf sur ce banc à l’étage, mais il était loin d’être devin. Personne ne sera épargné. À vrai dire, il ne trouvait aucune explication logique aux évènements qui se passaient sous ses yeux, mais il angoissait. « Ca va, ca va, c’est juste le rhume, je te jure. » Il hocha la tête de façon négative. Ce n’était pas qu’un rhume. Il en était persuadé. Il était un bon observateur pour reconnaître que Ravenna n’était pas malade, il y a à peine quelques minutes.  Comment pouvait-il être calme quand il voyait de ses propres yeux ce qui se passait ?  «  Ca va aller. » Elle était encore capable de sourire, mais il n’était pas soulager pour autant. Pourtant, la brume les prit. Il faisait froid à l’intérieur de cette foutue brume. Il resserra son étreinte autour du corps de Ravenna. Il la serrait si fort contre lui.  Pouf, cette dernière disparut aussi subitement qu’elle était apparu. « Et bien il n’y a plus le problème de la brume… je crois. » Elle parlait de plus en plus comme si elle s’éloignait.  Adonis ne voyait que ses lèvres bougées sans entendre le moindre. Il fronça les sourcils avant de mettre son doigt dans son oreille bougeant l’intérieur. « Adonis, je… je ne vois… tu es flou !» Elle bougeait des lèvres sans entendre ce qu’elle disait. Pourtant, il la sentait s’activer dans ses bras. Elle semblait prise de panique. Adonis en fit tout autant même s’il ne comprenait rien du tout à la réaction de sa belle rouquine. « MAIS QU’EST-CE QUE TU DIS, JE T’ENTENDS PAS ?  EST-CE QUE TU M’AS PARLÉE ? » Il hurlait n’entendant qu’un lointain bourdonnement de sa propre voix. « POURQUOI TU BOUGES LES LÈVRES ?  POURQUOI TU BOUGES AUTANT, JE N’ENTENDS RIEN, JE CROIS.  PEUT-ÊTRE QUE TU N’AS PLUS DE VOIX… EN FAIT, JE SAIS PAS, MAIS JE CROIS QUE LA BRUME ÉTAIT MAGIQUE ! »
Revenir en haut Aller en bas
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 1 Fév - 21:19

Salle Commune de Serpentard
Evan semblait au moins aussi soulagé que toi de ne pas être le seul à avoir entendu ces choses, ces mots, cette comptine. Tu raisonnes alors, et tu espères être sur la bonne voie, Evan te répondit alors : « Bizarrement, j'ai un doute que le chapeau à ta première année, n'est pas décidé de t'envoyer dans la maison des aigles » Tu esquisses ton premier sourire, Evan te faisait toujours sourire, « Parce que mon intelligence n’a d’égale que ma fourberie. » réponds-tu avec une certaine malice, comme pour essayer de détendre légèrement cette atmosphère pesante et glaciale qui vous entoure.  Tu écoutes Evander raisonné, c’est son tour de remuer les méninges. Tu te demandes pourquoi Morgana aurait-elle attaqué Poudlard, alors que tout le monde la trouve monstrueuse, tu trouves que ces actes sont d’avantage désespérée qu’autre chose, étrangement tu te sens concernée, sans réaliser à quel point tu l’es. « Probablement pour ce venger, cette brume n'est pas venue par hasard, elle a sans doute un sens si tu veux mon avis. Faire apparaître une brume est plus simple que de faire apparaître un dragon dans tout le château » Se venger, cela paraissait évident. Quand tu y pensais, Morgana avait fait apparaitre des dragons de diverses formes dans le château durant les attentats de Poudlard, un dragon d’eau, un dragon de feu, et un dragon de pierre, qui avaient été soudainement réduit à néant, laissant tout le monde perplexe. Tu esquisses une moue réfléchie, et tu dis alors : « Morgana a déjà invoqué des dragons, de pierre, d’eau et de feu il y a deux ans… Mais – tu marques une pause – pourquoi ni toi, ni moi ne sommes affectés ? Qu’est-ce qu’on a de différent… - tu murmures alors juste à l’attention d’Evan – à part l’intelligence et la beauté, naturellement. » Tu fais de l’humour parce que tu as désespérément besoin de te détendre, tu trembles malgré tout comme une feuille.  Tandis que Rookwood ne parlait pas, tu suivi le regard d’Evan quand il dit alors :« Dix, onze, douze, les mots ont disparu. Il faut évacué la salle commune ! » Evacuer, mais pour aller où ? Tu ne réalisais pas que la réponse viendrait d’une personne inattendue.  Ta main trembla toujours, tu avais espéré que c’était Evander qui essayerait de te réconforter, de te calmer, mais c’était trop demandé car il t’en voulait encore. Ce fut Ulysse qui s’approcha de toi – un peu trop près à ton goût – et saisi ta main tremblante à deux mains.  Il te baisa la main, ses lèvres contre de peau te fit trembler, et frémir. Il frottait ta main, et dit alors : « Viens, on part d'ici avant que tu ne soit frigorifiée. On va se trouver un feu où tu sera bien. Tu sais où est la salle sur demande ? » Tu le fixais, et tu étais certaine que s’il avait pu voir son regard, elle l’aurait tué sur place. Un feu, avec lui ? Tu haussais un sourcil. Tu secouais ta main pour qu’il la lâche, tu ne voulais pas ce lui, pas de la sorte, tu voulais l’aider mais cela s’arrêtait là. « Ne recommence jamais ça, est-ce que c’est clair ? – tu marques une pause, ta voix est assez sèche – si tu recommence je te laisse tout seul au sommet d’un escalier avec une chance sur deux pour que tu choisisses de dévaler les marches ou non. – tu marques une autre pause, tu n’es pas une fille facile, et encore moins avec lui, il te terrifie. – Quoi qu’il en soit, la salle sur demande, ça serait parfait. Je te guide, seulement si tu sais te tenir Lestrange. » Dis-tu finalement. Tu es prête à l’abandonner si jamais il fait un pas de travers. « Allons-y, tous ensemble, Evan, Harlan, Gregorovitch, Rookwood, et Lestrange, j’ai déjà trouvé la salle sur demande une fois, ne trainons pas ici ! » Tu attrapes la main d’Ulysse sans trop la serrer. Tu laisses Gregorovitch s’occuper de Nott, et tu fais signe à Rookwood de te suivre hors de la salle commune avec Evander.



"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”
Revenir en haut Aller en bas
D. North Finharvin
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 08/07/2012
parchemins : 145

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 1 Fév - 21:54

Cachots
Sans ses yeux, sans sa vue, elle se sentait faible, vulnérable, et pire que tout inutile. Elle ne se sentait pas capable de se servir de sa baguette et si elle devait s’en servir pour protéger un de ses collègues, ou bien son élève ? Si elle n’était pas capable de se battre alors qu’il le fallait, elle devenait un poids – elle ne voulait pas devenir un poids.  « Je ne comprends pas ce que vous dites, en faite, je ne vous entends pas ...» Dit alors Grigory, cela te paniqua d’avantage – il ne les entendait pas. Cela lui serra le cœur, elle ne le voyait pas, elle ne pouvait pas trouver un regard rassurant, elle n’arrivait pas à tenir seul, elle s’agrippait au bras de Skandar, elle le savait – peut être d’ailleurs qu’elle allait finir par lui arracher le bras, qui sait. « Dès que la brume est arriver sur moi, je n'ai plus rien entendu ! » Elle avait vécu le même genre de chose, elle articule alors simplement : « Moi la brume m’a éblouie, puis tout est noir. » Elle ne parlait pas fort, elle ajoutait juste son expérience. Elle ne prit pas part à la querelle entre les deux hommes, trop angoissée à l’idée d’être dans le noir, Skandar ajoute alors : « Je ne sais pas ce qu'il se passe, chacun de vous semble perdre un sens... » Les sens ? Dorcas eut une mine étonnée. Mais pourquoi alors Skandar semblait aller parfaitement bien. Il semblait, car au fond il allait aussi mal que les deux autres, les trois si l’on compte Jessamina. Quand elle lui demanda s’il allait bien avec trop d’inquiétude dans la voix, il répondit alors : « Je vais bien, je semble être le seul à... » Il ne finit pas se phrase – Doe fronça alors les sourcils, il n’avait pas fini, c’était étrange. Il avait alors saisi sa main, ce qui la frappa ce fut la froideur, elle était encore plus froide que la sienne, mais étrangement, il ne tremblait pas. Il serrait sa main, Doe tremblait de froid, mais aussi de peur qu’arrivait-il à Skandar, elle en était certaine, quelque chose ne tournait pas rond. « Je n'ai rien, je vais tous vous aider pour sortir d'ici, » Ca Doe, n’en était pas aussi sûr, elle sentait que quelque chose ne tournait pas rond, en plus d’elle, de Grigory et de l’élève.  Si Doe avait pu le regarder, elle aurait vu qu’il était tout pâle, bien plus pâle qu’avant.  Il lui murmura alors,  « Je vais te guider, ne lâche surtout pas ma main, » Elle hocha la tête, il essayait de la rassurer, mais… Doe ne l’était pas vraiment – comment aurait-elle pu l’être ? « Je… Elle marqua une pause, d’accord. » répondit-elle finalement à mi-voix, persuadée qu’il n’allait pas bien non plus, elle ne savait pas comment, mais elle le sentait dans ses tripes. Elle l’entendit dire à Jessamina qu’il fallait qu’elle reste calme, et qu’elle devait les suivre. « Mlle, ça va aller calmez-vous, suivez-nous, » A mesure que Skandar la guidait, elle resserra sa main sur la sienne, espérant qu’il la serrerait d’avantage pour la rassurer, mais il était si froid, tellement froid, et encore pire, il ne tremblait pas de froid, pas même un frisson, rien. « Skandar, ta main est si froide… commença-t-elle à dire. Elle s’inquiètait pour lui, mais elle essayait de ne pas trop le montrer. Elle dit alors : Comment va Miss Kirk-Hampstead ? Elle va bien ? » Les autres passaient toujours avant elle, c’est la règle avec elle. Elle n’a pas été habituée à ce qu’on se sacrifie pour elle, alors, elle le faisait pour les autres. « Et Girgory, il… il va bien ? » Elle s’esquissait tout le temps des autres, dès qu’elle le pouvait, c’était elle. Elle grelottait de froid, et de peur en même temps. Ses pas n’étaient pas sûrs, ils étaient même très hésitant. « Tu es sûr que ça va ? – finit-elle par dire la voix hésitante, elle ne voulait pas avoir l’air d’être celle qui s’en fait trop mais… - tu… je m’inquiète. » Dit-elle avec honnêteté.




MAMMA WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Arden Ellerby-Spudmore
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 08/08/2010
parchemins : 712

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 2 Fév - 17:36

les escaliers des cachots, vers le hall
Il ne s’était que très rarement senti aussi bien, il ne sentait même pas le froid, c’était prodigieux, à croire que la brume avait emporté avec elle cette ambiance gelée qui régnait dans le coin.  Il allait bien, et sa cheville n’était qu’un mauvais souvenir, un très mauvais souvenir, il n’aimait pas l’idée de trébucher, il se sentait faible, et se sentir faible, très peu pour sa fierté.  Il reprit alors son chemin dans la bonne direction, de bonne humeur, et suivie par Madeline. Enfin, suivi, oui et non. Il n’entendit plus de pas derrière lui, et soudain, la voix de Madeline l’appela alors : Alden ! Alden je vois mal... Comme si j'étais éblouis ! Il se retourna alors, et vit la blonde appuyée contre le mur. Elle n’allait pas bien, il le voyait. Ainsi, elle ne voyait rien ? Strictement rien ? Alden eut l’air inquiet, bien sûr elle n’eut pas les facultés pour le voir – malheureusement.  Quoi ? demanda alors Alden en la fixant, puis en se rapprochant d’elle. Il la vit grelotter d’avantage, portant sa main à son visage, il la voyait essayer de plisser les yeux comme si c’était plus facile de voir les yeux plissés. Qu'est-ce qui se passe ?! Elle était affolée, il le voyait, lui-même le serait s’il avait perdu la vue, sans ses yeux, il n’était plus grand-chose, sans ses yeux pas de baguette, et sans baguette, il était faible. Le problème c’était qu’il n’avait aucune réponse  à fournir à Maddie, aucune.  Elle cherchait à tâtons la main d’Alden, celui-ci attrapa la sienne, gelée pour essayer de la réconforter. Je sais pas Maddie, on va aller trouver un professeur, ils doivent savoir ce qui se passe. Il détestait ne pas savoir, il serra la main de Maddie, mais il ne sentait rien, pas même le froid, pas même sa peau contre la sienne, il ne sentait rien. Il fut parcouru d’une étrange sensation, ce n’était pas normal, heureusement, elle ne pouvait pas le voir si peu sûr de lui sa voix n’avait rien laissé transparaitre. Il était loin de se douter qu’il était encore plus gelé qu’elle que son corps ne frissonnait plus, que sa cheville était entrain de doubler de volume, et de devenir bleu. Il regarda sa main pour être certain de tenir Maddie, et dit alors : On est pas loin, je vais te… porter pour les escaliers, ça sera plus simple. Il l’avait prévenu, et il passa une main sous ses épaules, et un bras sous ses genoux, le pire c’était de ne rien sentir, il ne savait pas s’il la tenait comme il fallait, il avait l’air de bien s’y prendre. Il marchait d’un pas assez rapide, et monta les escaliers quatre à quatre pour finalement arriver dans le hall de Poudlard, il cherchait des yeux un professeur. Il regarda le spectacle, Maddie n’était pas la seule aveugle, il y en avaient qui hurlaient comme s’ils étaient sourds, d’autres qui gesticulaient comme s’il étaient muet. Alden dit alors à Maddie : Nous sommes dans le hall, et tu ne sembles pas la seule affecté, je dirais qu’il y a des sourds, des aveugles, et des muets. C’est étrange… Il ne sentait toujours pas Maddie dans ses bras, il ne savait pas comment interpréter cela. Il faut qu’on aille au chaud, sais-tu où on pourrait trouver tout ce dont on a besoin Miss la prefète en chef ? Demanda-t-il à la sorcière, ne sachant pas quoi faire, pas du tout.



"HE LIVES IN HIS FORTRESS OF SOLITUDE."
"you think the rules don't apply to you. there's greatness in you, but there's not an ounce of humility. you think that you can't make mistakes, but there's going to come a moment when you realize you're wrong about that, and you're going to get yourself and everyone under your command killed. "  
Revenir en haut Aller en bas
Philomène R. Blackstairs
avatar




first Log-in : 17/03/2013
parchemins : 141

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 2 Fév - 17:56

Salle commune de serpentard
Tu déteste ne pas pouvoir parler car les gens qui te connaissent savent ô combien tu ne peux pas t’empêcher de parler, te retirer cette faculté c’est comme te privé d’oxygène ou de baguette, tu as soudainement l’impression de ne plus être capable de rien faire, tu te sens démunie. Tu avais courru vers lui, aveugle comme une taupe, tu te demandais comment il avait fait pour te reconnaitre rien qu’avec ton visage, toi tu ne t’en serais pas sentie capable. Il comprit tes mines, et tes gestes avec ses mains, tant mieux tu ne voulais pas avoir à recommencer, il dit alors,  « Je comprends. » Tu souris, bien sur il ne peut pas le voir, mais il avait compris, et pour toi qu’il arrive à comprendre tes gesticulations relevait du miracle, vraiment, toi-même n’avais pas réellement compris ce que tu voulais dire. Il garde ta main dans la sienne, et murmure doucement au creux de ton oreille : « Alors tu seras mes yeux. » Tu esquisses un sourire, triste, comment peux-tu être ses yeux alors que tu ne peux même pas lui parler, cela t’attriste drôlement, tu aimerais pouvoir lui parler, lui dire n’importe quoi. « On doit sortir d’ici, il fait trop froid! » Dit-il alors d’une voix forte, assez forte pour que tout le monde l’entend. Tu regardes alors Ysölde Wilkes, celle-ci est préfète, tu la suivrais où elle te dirait d’aller après tout, c’est son job. Celle-ci te regarde et dit alors : « Allons-y, tous ensemble, Evan, Harlan, Gregorovitch, Rookwood, et Lestrange, j’ai déjà trouvé la salle sur demande une fois, ne trainons pas ici ! » Inutile de préciser que tu n’aimais pas recevoir des ordres, et encore moins d’une sang mêlée, mais, elle avait raison, rester ici ne servait à rien. Tu hochais la tête, et serra la main d’Harlan, et fit un pas en avant, te mettant en marche et l’entrainement avec toi. Tu restes près de lui, très près de lui, après tout, tu es ses yeux, tu fais ses pas lent, mais précis, tu ne voudrais pas qu’il tombe par ta faute. Tu fis signe à Wilkes en te désignant du doigt que tu savais et, tu mima avec tes deux doigts quelqu’un qui marchait, d’un air de dire « je sais aussi, je sais aussi ! » Tu entraines Harlan avec toi, un pas, lui un autre. En lui tenant la main tu t’imagines mal descendre les petits escaliers conduisant hors de la salle commune avec lui, tu lâches brièvement sa main, et tu passes ton bras sous ses épaules, pour poser ta main sur sa hanche, cette fois ci, tu peux plus aisément contrôler ses pas, et éviter d’avantage la chute, mais le pire c’était les escaliers à venir car nous étions au sous sol.
Revenir en haut Aller en bas
Evander A-M. Snape
avatar


Je suis le préfet en chef, le roi des rois

first Log-in : 11/03/2012
parchemins : 1536

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 2 Fév - 18:02

Salle commune des Serpentards

    « Parce que mon intelligence n’a d’égale que ma fourberie. » Cette remarque fit alors sourire le serpentard. Il est vrai qu'il trouvait la femme mariée intelligente, d'ailleurs, il avait toujours pensé qu'elle aurait du atterrir à la maison des aigles. Bien que si elle avait atterrie chez les serpentards, c'était pour une bonne cause. Personne ne pouvait être dans la mauvaise maison, c'était pour une bonne raison. « Je dois avoué quand même que je t'aurais bien vu chez les aigles » lui répondit-il alors. Il est vrai qu'il aimait bien voir la serpentarde réfléchir comme à l'instant même où elle réfléchissait à la cause d'une telle brume et d'une étrange situation. « Morgana a déjà invoqué des dragons, de pierre, d’eau et de feu il y a deux ans… Mais Evan écoutait attentivement les paroles de celle-ci, il avait besoin d'obtenir plus d'information pour réfléchir. Peut-être qu'un moment où un autre, il faudrait qu'il aille à la bibliothèque, chercher plus d'information sur celle-ci. Il y avait un mais dans toute cette histoire. Pourquoi Morgana viendrait-elle maintenant anéantir le château par cette brume. pourquoi ni toi, ni moi ne sommes affectés ? Qu’est-ce qu’on a de différent… Il est vrai que cette fameuse question trottait dans la tête du jeune Snape. Bombarder de question il fallait qu'il trouve un moyen d'y parvenir pour y répondre. Il regarda alors Harlan, Lestrange puis Rookwood. Qu'avait-il de différent qu'eux. Il mit alors sa main devant ses yeux afin de réfléchir. Pourquoi n'était-il pas toucher par cette brume, pourquoi n'était-il pas aveugle, ni sourd ou bien muet. Il baissa alors sa main et regarda la femme mariée afin de lui dire : « Nous avons pas les mêmes idéaux. Il y a peut-être un... une... Certaine vengeance pour certaines personnes » il se mit alors à faire une pause afin de reprendre sa réflexion. « Peut-être une histoire de camps » déclara t-il alors. Il est vrai qu'Evan ne faisait pas partit du camps des mangemorts, il n'était pas sans camps même, il faisait partit du Cercle. Il donnerait même sa vie pour ce camps. à part l’intelligence et la beauté, naturellement. » Il se mit alors à sourire. Il est vrai qu'en ce moment, ce n'était pas la gloire entre les deux sorciers mais il fallait bien ce l'avoué, Ysolde manquait au jeune Snape. « Est ce un compliment ? » demanda t-il alors. Il ne fallait pas rester ici, à moins de vouloir mourir par ce froid, sans pouvoir donner un seul petit son pour les muets. Lestrange était occuper à baiser la main de la femme mariée, Harlan occuper à descripter ce que voulait lui dire l'autre serpentarde, et Rookwood à demander à Evan où se trouvait la salle sur demande. « Allons-y, tous ensemble, Evan, Harlan, Gregorovitch, Rookwood, et Lestrange, j’ai déjà trouvé la salle sur demande une fois, ne trainons pas ici ! » Evan n'avait jamais mis les pieds à la salle sur demande, il est vrai qu'il n'avait jamais su ce qu'elle était finalement. Il sortit à nouveau sa baguette prêt à s'en servir au cas où, se cacherait quelque chose derrière la porte de la salle commune des serpents. « On te suis » dit-il alors, prêt à avancer.





Revenir en haut Aller en bas
Grigory I. Stilinski
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 25/12/2012
parchemins : 838

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 2 Fév - 18:36

Couloir des cachots

    La brume devait avoir un sortilège maléfique ou quelque chose de ce genre. Il avait connut de ses sortilèges à Dumstrang, d'ailleurs, il avait su calmé quelques élèves qui en avait voulut trop jouer avec. Il n'entendait rien, mais il voyait les lèvres des personnes autour de lui bouger, prenant un sens. Difficile de lire sur des lèvres quand jamais on n'a su le faire. C'était quelque chose d'étrange d'ailleurs, il avait essayer, plusieurs fois même, comme apprendre le langage des sourds, vu que ses deux parents l'était, mais parfois, il faiblissait et craquait puis s'arrêtait. C'était loin d'être évident de pouvoir lire sur les lèvres. Il faisait froid, très froid, il était difficile de garder les yeux ouverts par cette froideur bien qu'il était habituer au froid, il n'avait jamais vu un temps comme celui-ci. Il voyait l'inquiétude sur les visages des voisins, il regardait alors l'étudiante qui était présente. Il ne fallait pas qu'elle soit blessée ou qu'elle est une quelqu'onc chose. « Est ce que vous allez bien Mademoiselle ? » demanda t-il alors à l'étudiante. Tous semblait sous l'emprise de quelque chose. C'était comme si, le diable en lui-même sortait par cette brume, voulant prendre à tous les trois quelque choses. Leurs sens par exemple. Personne ne pouvait rien faire. Lui-même était seul face à ce froid. Il était comme impossible d'entendre, ne serait-ce que de simples pas. Lui qui, normalement avait les oreilles bien développés pour entendre bien plus facilement et de loin. Il avait un problème aux oreilles permettant, normalement, d'entendre ne serait-ce que de simples petits bruits. « J'ai l'impression que vous allez vraiment tous mal... Ou ce n'est pas qu'une impression mais une réalité... » dit-il alors en regardant une à une les personnes. Il fallait absolument bouger, à moins de mourir dans d’atroces souffrances. « Il faut que nous y allons, avancer, je prend en charge la demoiselle » dit-il alors en s'approchant de l'étudiante, bien que si elle disait un mot, il ne l'entendrait pas. D'ailleurs, cela lui était difficile de savoir qu'elle serait la réponse des professeurs. « Il faudrait trouver un moyen pour que je vous comprennes par contre... » déclara t-il alors en regardant les deux professeurs puis l'étudiante qui se trouvait près de lui. D'ailleurs, celle-ci ne semblait pas très bien à première vue. Il avait peur que l'étudiante lâche à cet instant. C'était flippant.





_________________
CHAOS, NIGHTMARE, POWER. ✌️ Ne retourne pas la  Terre entière. pour quelqu'un qui ne retourne que sa veste ○ Ridsa - A la tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 3 Fév - 0:33

LES COULOIRS DES CACHOTS

J'avais été stupide de croire que j'avais été épargné, mais mon coup à la tête embuait mes pensées même si je ne m'en rendais pas compte. Pas plus que je ne pouvais appréhender l'ampleur du froid sur mon organisme. J'étais engourdi, je perdais des forces sans le savoir. Le pire était qu'à perdre trop de sang en plus du froid si intense, ma tension artérielle ne cessait de baisser, j'allais finir par risquer l'évanouissement. Et sans en sentir physiquement les signes, cela pouvait survenir à tout moment. Seul mon inquiétude pour Doe me tenait debout au final. « Skandar, ta main est si froide…  » Je déglutis, mal-à-l'aise. C'était terrible, je me sentais isolé des autres mais aussi de mon propre corps. Je n'osais imaginer cet état permanent. Je préférai ne pas répondre. Il fallait sortir d'ici et trouver de l'aide. « Comment va Miss Kirk-Hampstead [...] Grigory, il... il va bien ? » « Elle ne peut plus parler, et lui n'entend plus rien, mais hormis cela ils vont bien, » lui appris-je en l'aidant à avancer prudemment. « J'ai l'impression que [...] comprennes par contre... » Je hochai la tête pour signifier à Stilinski que j'avais compris ce qu'il disait, décidé à me servir de ma baguette pour lui parler en traçant au besoin des lettres brillantes dans l'air, et reprenant la route alors qu'il s'occupait de la jeune élève. Deux par deux nous serions complémentaires au niveau des sens perdus. Observant Doe pour m'assurer qu'elle allait à peu près bien, je remarquai ses tremblements. Je m'arrêtai. « Mets ça, » lui dis-je en enlevant mon manteau pour lui passer sur les épaules. Face à elle, j'attrapai ses bras au besoin pour l'aider à passer les manches, puis m'employai à fermer les boutons pour qu'une fois fermé il lui offre un maximum de chaleur. Etant donné que je ne sentais plus le froid, cela ne me coûtait rien, et puis Doe passait toujours avant tout, même si je savais rarement le montrer.

« Tu es sûr que ça va ? tu… je m’inquiète. » « Tu ne devrais pas, » lui répondis-je sèchement dans la foulée, agacé qu'elle s'inquiète pour moi parce que j'avais moi-même peur pour elle, et je ne supportais pas de la voir mal. Ma peur pour elle me rendait plus agressif, je maudissais celui qui était derrière ça. Pris d'un vertige, je fermai les yeux un instant pour stopper cette impression de tanguer, ne restant debout que parce que mes mains tenaient encore le manteau désormais sur Doe. Je m'en voulus aussitôt de lui avoir répondu si durement. Je n'y pouvais rien, j'étais toujours pris de bien trop de sentiments contradictoires à son égard, et toujours maladroit avec elle. J'aurais voulu la prendre dans mes bras, sentir sa chaleur, déposer un baiser sur sa joue ou son front et en même temps, j'étais hargneux et révolté, rongé par une colère sourde qui m'animait un peu plus chaque jour pour d'innombrables raisons personnelles. J'étais désemparé de ne pas savoir gérer cet amour étouffé et étouffant qui ne pouvait exister. « Tu devrais plutôt t'inquiéter pour toi, » repris-je en essayant de la rassurer et d'être plus calme alors que l'angoisse et le stress ne m'y aidaient pas. Ma façon distante et maladroite de dire que c'était moi qui m'inquiétais pour elle. « Avançons, le hall est là-bas on y est ! » signalai-je en apercevant au bout du couloir l'escalier menant vers le rez-de-chaussée où était le hall. Je tirai la manche de Stilinski pour le lui pointer du doigt. Enfin le bout du tunnel. Mais pas forcément la fin des problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 4 Fév - 16:10

    Hall de l'école

    L’école bourdonnait, Callum voyait de plus en plus de visages qui exprimaient de l’incompréhension, cependant Arielle le déconcentrait grandement. Un frisson de froid le ramena à la réalité. Il resta étonné un instant qu’elle lui adressait la parole, vraiment cette fille était surprenante…Ou bien simplement beaucoup trop gentille pour lui dire de ce la fermer et d’aller voir ailleurs…ce qui aurait été presque naturel pour Callum…Quoi qu’elle ne semblait être ce type de personne. D’ailleurs, Cal’ avait remarqué l’hésitation qu’elle eut lorsqu’il lui parla en premier lieu. Il commençait presque à être habitué, sauf que cette fois-ci cela le peina étrangement. Mais une petite pensé lui rappela qu’il n’avait pas la meilleure réputation du monde…À ce moment, il eut un pincement de cœur, vraiment son nom de famille, Greyback allait le suivre vraiment partout, peu importe ce qu’il allait faire pour s’en dissocier. Il revoyait son père lui faire encore un énième discours sur leur famille et l’importance du rang et du sang.

    « On ne sait jamais, peut-être qu’un miracle va se produire et que l’on pourra tous rentrer finalement… » Lui dit-il en se voulant rassurant, quoi qu’un peu nerveux en lui-même. D’ailleurs un simple coup d’œil à l’extérieur suffisait à comprendre que les élèves ne sortiraient certainement pas de l’école. « Ça me sonnait être un bon plan pour passer le temps des fêtes malgré tout! Au moins vous n’avez pas besoin de faire semblant d’être heureux ou de simplement vouloir être là. » Continua-t-il juste avant de voir une étrange brume dans le hall.

    Il ne restait plus grand monde dans le hall, tous c’étaient dispersés. Callum regarda les choses d’Arielle, puis les siennes. Il devrait bientôt aller les reporter…Il voulut lui proposer de l’aider, mais lorsqu’il ouvrit la bouche pour parler, il n’entendit strictement rien. Callum fronça les sourcils et tenta de parler de nouveau, mais rien ne sortit. Il porta machinalement les mains à sa gorge et planta son regard sur Arielle. Il lui fit des signes avec ses mains pour essayer de lui faire comprendre qu’il n’avait soudainement plus de voix. Il passa en revu rapidement les sorts qu’il connaissait, mais rien ne lui vint rapidement. Il regarda autour d’eux et très peu d’élèves étaient toujours là. Pris d’un moment de panique, il prit le poignet d’Arielle et l’entraina avec lui vers la grande salle, là il y aurait des gens qui pourrait sûrement l’aider…Il ne sut pourquoi il avait accroché Arielle au passage, mais il avait senti le besoin de la protéger. -> Vers la grande salle
Revenir en haut Aller en bas
Finnick M. Londubat
avatar


Patience et justice sont nos atoux. Et nous respectons la mémoire de notre chère Helga.

first Log-in : 11/07/2012
parchemins : 880

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 5 Fév - 14:12

Dans les cachots

    « Je préfère ne pas le savoir, filons ! » Le gryffondor avait raison et bien que cela portait à confusion, le fait que les deux hommes se retrouvait auprès de deux filles avec qui, ils avaient eut quelques choses, c'était confus. Parfois, Finnick se demandait même si la relation qu'avait eut Desiree avec le jeune Potter était bel et bien terminée. Ne sachant jamais si, une suite serait envisageable. Après tout, le Potter avait bien plus de succès que le Londubat, qui contrairement à Samwell était lui, tatoué de partout, grand buveur, fumeur et adepte des cheveux bizarres. Cette brume arrivait vers eux, et bien plus rapidement que ce pensait le poufsouffle qui n'était pas un grand favoris pour le froid. Il ne supportait pas les hivers, trop souvent malade, trop souvent fiévreux, il était mine de rien fragile à cette période. En ce moment, le poufsouffle était sur les nerfs, par le fait qu'entre sa belle gryffondor et lui cela n'allait plus vraiment très bien. Elle lui en voulait, chose normal après tout, réaction auquel il s'était attendu mais pas à ce point. Il ne se comportait pas comme avec les autres donzelles avec elle, il la respectait contrairement aux autres, mais ça, il fallait encore une fois le prouver et ça il ne voulait pas. Les quatres jeunes commencèrent alors à partir, mais hélas, ce fut trop tard, et cette brume les toucha. Il était dans cette brume qui était bien plus rapide qu'eux. Soudain, plus rien, plus aucun son, il n'entendait même pas la fille Greyback parler, voir même hurler vu la taille de sa bouche quand elle s'ouvrait. Il n'entendait plus rien dès que la brume l'avait toucher. C'était quelque chose auquel il ne s'était pas attendu. Il avait prévu d'être gelé mais ce fut le contraire. Il sentait le froid, ses doigts qui ne bougeait pratiquement pu car le froid lui faisait bien de trop mal, mais le fait de devenir sourd. NON. C'était à la fois étrange car jamais une brume n'avait causé un effet comme celui-ci, mais c'était aussi à la fois effrayant. « IL FAUT PARTIR ! NE TRAINONS PAS ! » dit-il alors en hurlant, ne sachant pas si les autres l'entendait parler. Après tout, il n'était sûr de rien, même quand il put lire le nom de Sam sur les lèvres de sa blonde. Oh diable la donzelle.




Revenir en haut Aller en bas
Harlan C. Nott
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 21/04/2013
parchemins : 271

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 5 Fév - 21:42

Dans la salle commune des serpentards, vers la salle sur demande.
Tu ne sais pas ce qui se passe autour de toi, tout ça commence vraiment à te stresser. Tu peux sentir ton cœur battre à un drôle de rythme contre ta poitrine, on dirait que tu es sur le point de t’évanouir. Tu détestes cette sensation, celle de devoir compter absolument sur quelqu’un d’autre pour survivre. Cela dit, tu ne sais pas si c’est à cause de Yesfir ou de la situation, mais ça te déranges moins que tu l’aurais cru. Quand elle est prêt de toi, tu te sens bien, tu lui fais confiance. Après tout, tu es amie avec elle depuis des années, pourquoi te voudrait-elle du mal? Tu ne vois plus rien, mais elle, elle ne peut plus parler. Vous êtes une drôle de combinaison. Tu entremêles tes doigts aux siens pour être certain de ne pas la perdre. Dans le chaos de la salle commune éclatée, tout pourrait arriver. Quand tu dis à tous qu’on doit sortir d’ici, une voix finit par se faire entendre. « Allons-y, tous ensemble, Evan, Harlan, Gregorovitch, Rookwood, et Lestrange, j’ai déjà trouvé la salle sur demande une fois, ne trainons pas ici ! » Celle d’Ysolde, la préfète des verts et argents. Sa voix te rassures également, puisqu’ils ont eu une bonne idée. Tu n’es jamais allé dans la salle sur demande, mais plus tu y penses et plus leur plan te sembles être la meilleure des idées. Vous vous mettez en marche, un instant tu t’arrêtes quand la main de la brunette te lâche. Tu regardes autour, affolé, près à te faire entendre quand tu sens aussitôt sa prise se former autour de tes hanches. Vous êtes si proches l’un de l’autre, tu peux sentir son odeur et tu frissonnes. Est-ce le froid? Tu ne le sais pas trop, tout ce que tu sais, c’est que tu n’avais jamais remarqué à quel point elle sentait bon. Après tout, maintenant que tu es aveugle, on dirait que tous tes autres sens sont décuplés. Vous avancez ensemble quand vous finissez par arriver aux escaliers. « Vas-y doucement… » Tu lui dis ses mots, encore une fois près de l’oreille. Tu n’as pas le choix de la suivre où elle veut aller, c’est ta meilleure chance de survie.

HJ : désolée c’est court !





❝WAKE ME UP WHEN IT'S ALL OVER❞
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones, Enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age.
Revenir en haut Aller en bas
D. North Finharvin
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 08/07/2012
parchemins : 145

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 5 Fév - 21:52

Cachots, vers le grand hall

Doe était gelée, jusqu’à la moelle. Elle détestait le froid, elle détestait tellement l’hiver, si elle le pouvait elle vivrait au soleil toute l’année, Poudlard était si loin de son idéal de vie – elle était entouré d’élève, au froid, seule dans son appartement. Elle rêvait de soleil, d’une vie agréable, mais si elle tenait c’était parce qu’elle aimait aider les autres, et enseigner était sa passion. « J'ai l'impression que vous allez vraiment tous mal... Ou ce n'est pas qu'une impression mais une réalité... » Dit alors Grigory, oui, il semblait sourd, elle était aveugle, Skandar allait visiblement bien, et… Jessamina ? Comment allait-elle ? C’était une question qui lui revint subitement en mémoire, comment allaient l’élève qui était sous leur responsabilité, et si à elle aussi il était arrivé quelque chose. Elle espérait que non. Elle s’enquit alors de demander à Skandar comment elle allait, comment il allait, et comment Grigory allait, il fallait qu’elle le sache. Elle avait ce besoin perpétuel de savoir comment allait les autres, elle se fichait de son bien être, elle avait toujours été ainsi. « Elle ne peut plus parler, et lui n'entend plus rien, mais hormis cela ils vont bien, » Dit alors Skandar en l’aidant à avancer. Aveugle, elle n’était capable de rien.  Ainsi, son élève était muette, la pauvre… mais au moins elle pouvait se déplacer seule, sans être obligée de s’accrocher à quelqu’un pour bouger.  Ainsi, Grigory lui était sourd… mais l’essentiel était qu’ils allaient tous « bien » en quelque sorte.  « Ouf… » Dit-elle a mi-voix dans un souffle, elle s’inquiètait tellement pour les autres, pour lui, pour Grigory, pour Mina, elle était une sorte de protectrice invétérée qui ne prenait elle-même pas soin d’elle.  Elle ne lâchait pas Skandar, elle ne voulait pas le lâcher, maintenant il était ses yeux – il était devenu ses yeux, avec de très beaux yeux que Doe parvenait à imaginer dans le noir total. Elle tremblait de froid, et de peur, elle fut tiré de ses pensées et du noir qui l’entourait quand Skandar dit alors : « Mets ça, » Son manteau encore chaud – elle sursauta, et lui alors ? « Mais… toi tu vas geler ! » Elle s’inquiétait pour lui, il allait geler sur place.  Elle s’inquiétait tellement, mais à mesure, ils avançaient doucement – mais surement, elle voulait que tout le monde soit en sécurité. Quand elle lui avoua qu’elle s’inquiétait pour lui, il dit alors : « Tu ne devrais pas, » Il fut sec, mais elle s’inquiétait légitimement  mais ils se stoppèrent brièvement, elle senti Skandar s’arrêter, puis, repartir de plus belle.  Il reprit, plus calmement : « Tu devrais plutôt t'inquiéter pour toi, » Pour elle ? Même aveugle, elle haussa un sourcil, elle allait plutôt bien – hormis sa vue, et le froid, mais tout le monde subissait au moins le froid ce qui inquiétait le plus Doe c’était que Skandar allait « bien » même sans manteau alors qu’il gelait dehors, elle trouvait ça suspect. Il dit alors : « Avançons, le hall est là-bas on y est ! » S’ils y étaient presque cela signifiait que les escaliers approchaient – elle ressera son étreinte sur le bras de Skandar et dit alors : « Je vais très bien, hormis cette… vue. » Elle senti son pied buter contre la marche, c’est à tâton qu’elle essaya de monter celle-ci, le pied rasant le sol.  Elle bafouilla alors : « Les escaliers, j’y… j’y arrive pas. » Elle essaya la seconde marche, elle essaya et manqua de trébucher.




MAMMA WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Cameron Rookwood
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 27/10/2013
parchemins : 85

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 6 Fév - 0:01

Marche escamotable des Cachots.

Seule la curiosité le tenait éveillé pour le moment—et une parcelle encore lucide de son esprit doutait qu’elle y parvienne encore longtemps. Son instinct de survie le plus élémentaire quant à lui avait poussé son dernier soupir et, la crainte que lui inspirait cette brume d’outre-tombe s’était évanouie à son contact. Cameron se sentait profondément apathique, dans chaque centimètre de peau, de nerfs ou de synapses. À vrai dire, il avait l’impression que chacune de ses facultés, motrices comme mentales, l’abandonnaient une à une. Chaque instant, il appréhendait de battre des paupières ne serait-ce que pour s’assurer une meilleure prise contre l’épuisement. Cet affaiblissement n’était pas naturel. Il aurait souhaité en faire part à ses camarades, mais l’effort ne valait pas la récompense : il n’était pas entouré d’amis, ici. La meilleure solution semblait de rejoindre cette ‘Salle Sur Demande’ et d’aviser ensuite. Il n’avait jamais entendu parler d’une telle pièce au sein du château. Qu’est-ce que ça pouvait bien signifier ‘sur demande’ ? C’était presque grotesque ! Soit elle était là, soit elle ne l’était pas, non ? Incapable de produire la moindre déduction à l’heure actuelle, il décida de remettre cette réflexion à plus tard. Il trouvait bien quelqu’un pour lui parler un peu plus de cet endroit.
Cameron se fendit d’un sourire discret de satisfaction lorsqu’Ysölde rembarra sèchement Ulysse. Par Merlin ! Pendant quelques minutes, il avait craint qu’elle ne soit profondément stupide. Mais Ysölde Wilkes semblait dotée d’un bataillon de facettes qu’il était manifestement préférable de ne pas découvrir à ses dépens. Ses pupilles claires glissèrent du visage de la jeune femme, à celui du Serpent aveugle. Cette brève altercation n’avait pas énormément de poids—et à vrai dire, Cameron avait toutes les peines du monde à imaginer ce qui pourrait sérieusement perturber Ulysse—mais toutes petites victoires sur celui-ci étaient bonnes à prendre.

Cameron hocha la tête pour indiquer qu’il avait compris les instructions et s’effaça momentanément pour céder le passage aux derniers élèves qui s’échappaient des dortoirs, ainsi qu’aux aveugles et leurs ‘guides’ attitrés. Il s’apprêtait à emboîter le pas à Harlan, lorsqu’une voix l’interpela. Cameron réunit ses paumes devant ses lèvres en espérant les réchauffer un peu, avant de sonder la salle commune avec attention : mais l’appel provenait des dortoirs. Il marqua une courte hésitation. En se retournant, il remarqua que ses camarades avaient pris de l’avance, sans vérifier leurs arrières. Il pourrait les rattraper sans mal, temps qu’ils demeuraient dans les sous-sols. Aucun d’entre eux n’avaient mentionnés la localisation de la Salle sur Demande. L’Attrapeur monta les marches quatre à quatre, tapant sur le panneau des portes pour attirer l’attention de la victime. “Par-ici” entendit-il finalement et lorsqu’il pénétra dans un dortoir, il découvrit une première année ensevelie sous une montagne de couvertures qui, il le savait, ne lui apporterait aucun confort. “Ils ont dit qu’ils iraient chercher un professeur” gémit-elle, le souffle court. Cameron s’approcha silencieusement : sa peau était douloureusement froide et d’une couleur bleue-grise inquiétante. Il n’avait sans doute pas meilleur mine, tenta-t-il de se rassurer avant de se pencher pour la soulever de terre. Il ajusta les couvertures autour d’elle. Les jambes de la gamine la soutinrent un court instant, puis elle s’effondra mollement contre lui. Les mâchoires serrées, Cameron la souleva pour la serrer contre son torse. “Tu ne parles pas ?” lui demanda-t-elle faiblement en enfouissant son visage dans son cou. Il frissonna à ce contact glacé et, sans prendre le temps de répondre, il dirigea vers la sortie le plus rapidement possible. Elle se contorsionna dans son étreinte pour chercher son regard et celui-ci jeta des éclairs avant de s’adoucir légèrement : il hocha négativement le menton et améliora sa prise autour d’elle. Mais ses bras étaient faibles et semblaient prêts à se détacher de ses épaules à tout instant.

Cameron et elle avaient presque atteint la surface. D’ailleurs, il pouvait percevoir l’écho de plusieurs voix un peu plus loin et avait bon espoir de rejoindre le groupe de Serpentards dont il s’était détaché un peu plus tôt, une fois qu’il serait venu à bout de ces maudits escaliers. La première année s’était assoupie contre lui, malgré ses efforts pour la maintenir éveillée—chose qui s’était révélée particulièrement difficile dans la mesure où il ne pouvait pas parler. Son propre mutisme commençait à l’handicaper lui aussi. Le souffle court, une fine pellicule de sueur lui polissant le front, il marqua une pause. Ce fût une erreur.
Il s’en rendit compte au moment même où il posait le pied dessus. Combien de fois l’avait-il enjambé sans même avoir à y penser ? Des dizaines, de milliers de fois ! Son cœur manqua une pulsation lorsque sa jambe traversa la pierre froide et la marche escamotable se referma douloureusement sur lui. Un cri de douleur silencieux quitta ses lèvres et il lâcha la première année sur la marche suivante. Elle resta étendue, immobile. Plongé dans un sommeil, à l’abri du cauchemar. Non ! s’irrita-t-il un cherchant à produire une étincelle de détresse avec sa baguette. Mais la loyauté de celle-ci semblait s’être endormie aussi assurément que la pauvre première année. Cameron sonda les alentours, mais il n’y avait rien d’autre que la pierre, la pierre et de la pierre. Il frappa le sol, cherchant à faire autant de bruit que possible. Et bientôt, l’épuisement fondit sur lui et ses épaules s’affaissèrent.



Revenir en haut Aller en bas
Grigory I. Stilinski
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 25/12/2012
parchemins : 838

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 8 Fév - 13:44

Dans les cachots, direction le hall

    A l'hiver, le professeur d'anatomie était un habituer de ces temps-là, mais à ce point, quand même pas. Jamais il n'aurait pensé un jour, que l'Angleterre aurait un temps comme celui-ci. D'ailleurs, il était étonné de voir à quel point, la fraicheur et le grand froid avait prit place en si peu de temps. D'un côté, cela lui plaisait grandement, de voir une telle météo mais d'un autre côté, il trouvait cela quand même risquer pour la population anglaise. Surtout pour eux, qui n'était pas habituer au grand froid. Il n'entendait rien, ni même le son de la respiration des personnes autour de lui, mais il y voyait la buée sortir de leurs bouches. C'était déjà bien. Il n'était pas aveugle. Mais il était sourd. Jusqu'à quand ? Bonne question. Il espérait que cela ne dure plus trop longtemps. Après tout, il était difficile de parvenir à détecté la menace sans entendre. D'ailleurs cette menace était naturel, la brume mais comment faire pour la détruire ? Après tout, tout le monde pouvait y laisser sa peau pour celle-ci ou du moins à cause de celle-ci. Le professeur d'anatomie restait aux côtés de l'étudiante appartenant à la maison des gryffondors. Il espérait qu'aucun des étudiants n'était en danger, après tout, il se demandait bien où se trouvait les autres professeurs. Il espérait que tous le monde était en sécurité. Après tout, c'était la sécurité des étudiants avant tout. Il était entrain d'observer les deux professeurs puis il se mit alors à observer l'étudiante. Elle semblait aller mal. Mais il ne pouvait l'entendre. Il ne pouvait distinguer la voix de celle-ci. Le pire dans tout ça, c'est que la brume prenait de l'ampleur et qu'il ne distinguait rien ou plutôt avec du mal. Elle était tellement froide cette brume, tellement anormale, que Grigori avait envie de fermer les yeux et de se laisser aller. Mais il ne fallait pas, il n'y avait pas d’intérêt à se laisser aller. Surtout que la vie d'une étudiante était en jeu. D'ailleurs le professeur l'avait prise par le bras, histoire de l'aider, d'apporter son aide en direction du hall. Il fallait trouver les autres personnes. Apporter son aide même. Il ne fallait pas perdre espoir. Voilà la raison du pourquoi il était devenu professeur. Il ne fallait jamais perdre espoir et y croire. Il gardait le bras de l'étudiante, afin de la rassurer. « N'ayez crainte Mademoiselle, je vous tiens ! » dit-il alors à l'étudiante. Rassuré était quelque chose d'important en tant que professeur. Il se mit à regarder les deux professeurs qui prenait de l'avance.





_________________
CHAOS, NIGHTMARE, POWER. ✌️ Ne retourne pas la  Terre entière. pour quelqu'un qui ne retourne que sa veste ○ Ridsa - A la tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 9 Fév - 12:21



Dans la Grande Salle, vers les sous-sols.


Edgar se fichait bien des deux autres. Vraiment, il sentait que plus les minutes passaient et plus il était irritable. Combien de temps encore avant qu’il ne se retourne pour asséner les deux incapables qui lui servaient de compères d’un charmant petit sortilège de torture, ou tout autre formule magique tout aussi agréable. Évidemment, il ne pouvait pas, sa raison ayant pris le pas sur sa folie incontrôlable et sa soif de sang. Vraiment, il ne comprenait pas ce qui les retenait sans cesse et qui les empêchait d’avancer. La brume avait disparu, ils pouvaient maintenant avancer sans aucune retenue et mettre leur plan à exécution. Edgar marchait donc d’un pas déterminé, ne songeant plus qu’au sang. Il voulait voir le pourpre tacher les robes des étudiants, peu importe par quel moyen. Qu’ils s’étouffent, qu’ils se vident de tous les pores, ce n’était pas franchement cela qui lui posait problème. Edgar sentait simplement qu’il avait besoin de ça, et la simple idée d’imaginer que cela puisse arriver l’aidait déjà à se calmer, mais il n’en était pas moins déterminé. Tel un drogué qui avait besoin de sa dose, Edgar ressentait qu’il devait agir vite avant de finir par faire une crise de nerf et tuer n’importe quel quidam qui se trouverait en travers de sa route s'il n'obtenait pas rapidement sa dose de meurtre. Il était sur le point de tourner au bout du couloir lorsqu’il entendit la voix de Dabria qui l’appelait, un peu plus loin, à l’endroit exact où Edgar les avait laissé pour continuer son chemin comme si rien ne s’était passé. À en juger par ces propos et par sa façon de crier comme une perdue, elle n’entendait visiblement plus rien. Edgar leva les yeux au ciel avant de soupirer, convaincu d’avoir à faire à deux gamins qui se défilaient et qui allaient sans doute trouver la moindre excuse pour faire demi-tour. « Greengrass, il me semble qu’on ne marche pas avec les oreilles alors vous allez rappliquer ici rapidement avant que je m’énerve et nous savons tous à quel point nous souhaitons éviter cela. » Bien sûr, elle ne l’entendait pas. D’ailleurs, il ne s’entendait pas lui-même. En fait, ses lèvres avaient bougé dans le vide et aucun son n’avait franchit le seuil de sa bouche. Edgar soupira une seconde fois, contraint de revenir au niveau des deux autres mangemorts, constatant rapidement qu’Alekseï était aveugle et s’armant ensuite de sa baguette pour faire apparaitre des lettres pourpres dans les airs. « Je ne peux plus parler. Dîtes à Aleksei que vous le guidez et bougez vous. », avait-il écrit sans détour. « Sauf si vous restez là pendant que je vais chercher ce qu’il nous faut. Demandez-lui, j’entendrai sa réponse. » Le McFire faisait preuve d’un sang froid déconcertant. Évidemment, Edgar constatait bien que la situation était des plus étranges et le chef de la brigade de police commençait à se poser de sérieuses questions mais ce n’était pas le moment de s’interroger longuement ; ils avaient du pain sur la planche. Et quoi qu’il arrive, Edgar n’en démordait pas. Coute que coute, brume ou pas, muet, aveugle ou sourd, ils iraient chercher tous les ingrédients nécessaires pour éradiquer la vermine ; dans l’esprit d’Edgar c’était de toute façon la seule priorité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    

Revenir en haut Aller en bas
 

S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: CORBEILLE :: SAISON 4 - ARCHIVAGE-