Partagez | 
 

S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 10 Fév - 22:43

LES COULOIRS DES CACHOTS PUIS LE HALL

J'étais impatient de sortir de ces cachots morbides. Je détestais cette partie de Poudlard déjà lorsque j'y étais élève, et ça n'avait pas changé. J'avais peur de flancher à tout moment alors que paradoxalement je me sentais "bien". Je ne sentais plus de fatigue, plus de froid, plus de chaleur non plus. Pourtant je savais que mon corps subissait silencieusement. Au moins je pouvais aider. « Je vais [...] cette… vue. » Mon coeur redoubla d'angoisse. Je ne supportais pas l'idée qu'il lui arrive du mal et encore moins l'idée de ne pouvoir rien faire pour y remédier. « Quand on aura rejoint les autres on trouvera une solution... je ne te laisserai jamais comme ça sans rien faire, » répondis-je, laissant malgré moi paraître ma détermination autant que mon attachement. J'étais prêt à tous les extrêmes pour lui faire retrouver la vue. Je la rattrapai en la sentant déraper une fois à l'escalier. « [...] j’y arrive pas. » On était si près du but. Il était hors de question de s'arrêter ici. « Je vais te porter, accroche-toi à moi, » lui dis-je en refoulant toutes les alertes de mon esprit sur le fait que ce n'était pas raisonnable de faire ça alors que je ne savais pas dans quel état j'étais. Mais pour Doe, je passai largement derrière elle dans la liste de mes priorités, et ça peu importait que nous étions en froid.

Passant un bras dans son dos et l'autre dans le creux de ses genoux, je la soulevai contre moi sans même ressentir l'effort, et escaladai les marches. J'essayai de rester concentré, mais mon esprit était non seulement embué par la perte de forces et de cohérence du fait de mon saignement, mais aussi par le fait que je tenais la femme que j'avais toujours secrètement aimé depuis tout petit, au creux de mes bras. Elle ne pouvait me voir, et quelque part c'était tant mieux car je ne pouvais m'empêcher de regarder son visage tout près du mien contre mon torse. Je finis par me retourner pour vérifier que Grigory suivait et tenait toujours le coup, car avec son handicap un accident n'était pas à exclure, comme tous ici d'ailleurs. Je le vis s'occuper de la jeune Gryffondor. Elle était prioritaire, c'était la seule élève du groupe et ils avaient tous le devoir de la protéger avant le reste. Je lui fis un signe de la tête pour lui désigner le haut de l'escalier, il fallait persévérer car nous y étions ! Je fus pris de plusieurs vertiges sur les dernières marches mais continuai, ne pouvant pas me permettre d'abandonner alors qu'il s'agissait de Doe. « On y est, » lui murmurai-je faiblement en la posant sur le sol du hall. Mais à peine eus-je fait cela que je me vis chanceler de nouveau, sans le sentir, juste tanguer visuellement, m'amenant à poser ma main à plat contre le mur pour éviter de tomber. Cela ne suffit pas et très vite je me retrouvai à terre de nouveau prostré contre ce dernier. « Que quelqu'un... aide... Dorcas...  » appelai-je en espérant que les personnes présentes dans le hall ne soient pas malades elles aussi et puissent venir aider Doe au plus vite, car moi, je ne le pouvais plus. Mon corps refusait de bouger. J'avais comme une terrible envie de dormir sans me réveiller, je glissais vers l'inconscience sans aucune douleur, mais sans aucun contrôle dessus. Mon souffle était très faible, mon rythme cardiaque tout autant par la perte de sang, les efforts, et le froid tiraillant mon corps peu couvert. Mais Grigory et Jessamina, et surtout Doe allaient sûrement être pris en charge, c'était tout ce qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Dabria Vee Greengrass
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 08/01/2013
parchemins : 347

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 12 Fév - 0:28

Dans les sous-sols
Elle n’entend plus rien, c’est franchement agaçant. Si la mangemorte avait encore eu l’usage de sa magie, elle aurait sans doute laissé aller sa colère sur des étudiants qui passaient près d’elle. La rousse avait de la difficulté à rester en place, privée de ses oreilles son équilibre était grandement amoindri. Elle se sentait comme si elle avait fait un trop plein d’alcool. Elle s’accrochait à Alek du mieux qu’il le pouvait et sincèrement, il ne pensa pas à se défaire d’elle pour le moment. Sans doute aurait-ce été différent s’il avait pu voir, mais ils étaient comme les deux envers d’une médailles, ils avaient besoin l’un de l’autre en ce moment. Malgré qu’elle n’entende rien, elle cria contre les murs du sous-sol à Edgar de revenir vers eux. Ce qu’il fit, un moment plus tard et Dabria s’était bien demandé s’il se plaisait. Quand elle le vit se rapprocher, avec cet air suffisant et ce dégoût marqué en la dévisageant alors qu’elle était près d’Alek, la professeure ne fit qu’être certaine d’une chose : Jamais Arya ne devrait s’approcher de cet homme. Maintenant, à le voir ainsi, elle se demandait franchement qu’est-ce qu’il lui avait pris par le passé de s’éprendre de cet homme, même si ça avait été très éphémère! Elle avait vraiment eu le coeur brisé à cause de Duchannes, elle aurait pris le premier homme venu! C’était en fait ce qu’il était, il ne fallait pas se le cacher. Edgar se mit alors à parler et Dabria fronça les sourcils, tentant d’entendre ne ce serait-ce qu’une infime partie de ses paroles. Elle ne remarqua même pas qu’il ne parlait pas vraiment, puisqu’elle était sourde! Elle tenait toujours le mangemort près d’elle quand Edgar entreprit d’utiliser sa baguette pour faire apparaître des lettres dans les airs. Je ne peux plus parler. Dîtes à Aleksei que vous le guidez et bougez vous. Sauf si vous restez là pendant que je vais chercher ce qu’il nous faut. Demandez-lui, j’entendrai sa réponse. Comment arrivait-il à se servir de sa baguette? Bien que ce genre de sort ne requiert pas beaucoup de pouvoir, cela intrigua la rousse. « Vous avez toujours vos pouvoirs? » Il semblerait que la tempête n’attaquait pas toutes les personnes de la même manière. Elle fit face ensuite à Alek pour lui dire : « Edgar ne peut pas parler… Vous allez devoir vous accrochez à moi et nous suivre, car il semblerait que rien n’arrête les pulsions meurtrières de ce mangemort! Pas même la pire tempête que l’histoire des sorciers n’a jamais vue! » Sa voix était un peu nasillarde, forte et faible par endroit, puisqu’elle ne pouvait pas s’entendre. Elle tourna enfin la tête vers l’autre, le père de son enfant, et lui envoya un sourire satisfait. « Maintenant, vous allez me suivre comme il était prévu… » Entonna-t-elle, elle était la seule à savoir où se diriger.





supremacy
Wake to see - your true emancipation is a fantasy. Greatness dies, unsung and lost, invisible to history. [...]  You don't have long, I am on to you. The time, it has come to destroy...Your supremacy.
mapydew.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 15 Fév - 17:29

Dans les sous sols

La brume les avait tous affecté d'une différente manière et Aleksei estimait qu'il était celui qui avait le plus perdu. Surtout lorsqu'il était contraint de se tenir aussi près de Dabria et de lui tenir la main. Pour un homme avec un égo comme le sien, c'était plutôt humiliant, très humiliant même mais il saurait tenir sa langue et se rappeler de sa venue ici et surtout la raison qu'il faisait qu'il restait aussi près de la jeune femme. Ils devaient toujours profiter de la confusion pour semer un peu plus la terreur et le chaos. Qui savait combien de temps Aleksei avait avant que le Lord Voldemort l'envoie à l'autre bout de la planète pour une tâche de la plus haute importance. Et pas de doute, Aleksei devait sortir vivant de cette journée pour faire un compte rendu de sa mésaventure et demander à celui qu'il considérait comme son Maître s'il avait la moindre idée de l'origine de cette brume et de cette tempête. Une tempête qui affaiblissait les gens de cette manière et qui les privait de leur magie. Quel genre d'ennemi suffisamment puissant Poudlard possédait-elle? Pas de doute qu'un certain nombre de mangemorts et de conservateurs souhaitait et désirait la mort d'Albus Dumbledore, mais pas comme ça, pas de cette manière, si ouverte et si maladroite. Aleksei sentit une présence sur sa droite et quand Dabria reprit la parole, il sut qu'elle s'adressa au McFire, visiblement, ce dernier semblait toujours être en mesure de jeter des sorts. De quel type? Bonne question, si les trois Mangemorts se retrouvaient aussi démunis que des élèves de première année, cela n'avait vraiment aucun intérêt. La discussion se poursuivit et Dabria expliqua la situation à l'Ukrainien, donc au final, Aleksei ne pouvait plus voir, Dabria ne pouvait plus entendre et Edgar ne pouvait plus parler... Qui était derrière cette gigantesque farce? Bonne question. Aleksei poussa un soupir, franchement ennuyé par toute cette situation, avant de reprendre la parole. "Si vous pensez vraiment être en mesure de stopper Edgar McFire avec votre beau visage je crois que vous vous êtes trompé de personne... Évidemment qu'il veut toujours tuer." Elle ne pouvait pas l'entendre mais tant pis. Aleksei se tourna vers Edgar, enfin du moins, sur ce qu'il pensait être Edgar et il poursuivit lentement. "Et pour ce qui est de mes pouvoirs, je ne pense pas que nous pourrions compter là dessus, hors de question que je manque ma cible, sauf si vous êtes prêtes à me guider jusqu'au bout. Et demandez donc à Miss Greengrass où nous dirigeons nous, je pense que nous allons devoir nous communiquer les informations sinon son plan est voué à l'échec." dit-il espérant qu'Edgar au moins le comprendrait et l'entendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Madeline B. Rookwood
avatar


Je suis la préfète en chef, la reine des reines.

first Log-in : 10/10/2010
parchemins : 1994

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 15 Fév - 19:45

Je me rendis compte que j'étais en train de perdre la vue, seconde après seconde, et je tentais de ne pas céder à la panique, ce qui se révelait être un véritable miracle compte tenu du froid, de mes mains qui tremblaient, de mes lèvres bleuies et de ma cessité soudaine. Je cherchais la main d'Alden, et quand il la glissa dans la mienne, je la serrais fort, histoire de me raccrocher à quelque chose, n'importe quoi, comme une ancre pour éviter de partir à la dérive. Je ne voulais pas être aveugle, j'avais encore tant de choses à voir, je voulais pouvoir utiliser ma baguette, mais c'était dorénavant impossible, le risque de blesser quelqu'un était bien trop présent. Alden ne savait pas, malgré mes supplications, ce qui était en train de m'arriver, et je ne pouvais pas l'en blamer. Comment aurait-il su ? Je me laissais faire quand il me prit dans ses bras et me souleva du sol. Immobile, j'appuyais ma tête contre les épaisseurs qui couvraient son torse. Peu à peu, je ne vis plus rien. Seulement des couleurs sombre, quelques points lumineux, qui oscille. Mais je ne distinguais plus rien de ce qui se passait autour de moi, j'avais pourtant conscience d'avoir les yeux grands ouverts, les pupilles écarquillées pour tenter de capter une dernière image. Mais il n'y avait plus rien. Alden l'indiqua ce qui se pasait autour de nous, et sa description m'étonna au plus au point. Apparemment je n'étais pas la seule touchée, et plusieurs élèves semblaient avoir perdu un de leur sens. Cette brume n'avait rien eu de naturel, et sa disparition avait commencé avec l'apparition de mes symptômes, j'avais l'intime conviction que les deux évenements étaient étroitement liés. Je m'adressais à Alden d'une voix inquiète. Et toi ? Tu ne ressens aucun de ces effets, rien de particulier ? Si mon camarade de Serdaigle avait pu échapper à cet étrange mal qui se répandait comme une trainée de poudre, c'était interessant à savoir. S'il était, comme nous, touché, alors il fallait vite découvrir en quoi. Il me demanda où nous pourrions trouver ce qu'il nous fallait pour nous réchauffer. Je tenter de me concentrer malgré les étranges lumières que je voyais danser devant les yeux. Il devait y avoir des feu dans les âtres des cheminés du chateau, il nous faudrait quelque chose de chaud, des couvertures... Mais si nous étions bien dans la grande salle, je n'aimais pas l'idée de changer d'endroit. Je ne me separerais pas de lui, mais aveugle j'étais un véritable fardeau. Ici, au milieu des autres, mon ami risquait moins de chose. Il avait pourtant raison, il nous fallait nous abriter car je continuais de grelotter. Mais quelqu'un d'autre me vint à l'esprit. Cameron ! Alden, est-ce que tu vois Cameron quelque part ? Comment avais-je pu ne pas penser à lui plus tôt ?! J'aurais voulu qu'il soit là, lui aussi, comme il l'avait toujours été. Il faut aller le chercher... C'était beaucoup demander à Alden, qui n'en avait absolument pas l'obligation, il savait qu'il pouvait refuser, préféré chercher un abris, mais que dans ce cas j'irais sans lui, peu importe le moyen.  Peu à peu, j'entendis d'autres bruits. Des bruits différents de ceux que j'avais l'habitude d'entendre. Privée de mes yeux, mes autres sens semblaient s'étendre pour pallier ce manque. Des coups. Des coups qui venaient du sol, transportés par la pierre. Il y à bruit qui vient du sol... Dans la direction des cachots... Je ne cherchais rien du regard, de toute façon je ne pouvais rien voir, je me contentais de me concentrer sur les bruits, qui ne tardèrent pas à faiblir. Pourtant j'étais sur de leur provenance.




From the ashes a fire shall be woken
A light from the shadows shall spring
You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
D. North Finharvin
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 08/07/2012
parchemins : 145

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 16 Fév - 19:30

Le hall de Poudlard
Ne rien voir du tout, c’est comme si vous n’entendez plus rien, votre équilibre en est perturbé et chaque mouvement, chaque pas devient un combat. Doe n’aimait pas ne rien voir, elle se sentait faible, et avait l’impression d’être à la merci du monde, ne ne plus être capable de faire quoi que ce soit – elle pria pour une seule chose : que cela ne devienne pas permanant. Comment pourrait-elle vivre sans ses yeux ? Elle ne pouvait même pas l’imaginer. Comme pour la rassurer, Skandar lui dit alors : « Quand on aura rejoint les autres on trouvera une solution... je ne te laisserai jamais comme ça sans rien faire, » Sans rien faire ? Et bien, il changeait d’attitude par moment, car il y avait encore quelques minutes avant de se retrouver aveugle, Doe l’aurait giflé pour son arrogance, leur sujet de discorde était toujours présent, elle ne pouvait pas le nier – elle lui en voulait encore d’ailleurs.  Il fallait qu’elle trouve une solution, et elle avait par moment envie de lui rétorquer qu’elle n’avait pas besoin de sa pitié, et qu’elle finirait bien par se débrouiller seule, mais… ce n’était pas le moment, il était son billet de sorti, et si quelqu’un pouvait la guider dans la nuit, c’était bien lui – elle faisait le poing dans le poche, et garderait ses remarques pour plus tard. Voulant démêler ses intentions : de la pitié ou un réel attachement ? Elle avait besoin de faire le point, elle fut tiré  de ses pensées quand il dit alors : « Je vais te porter, accroche-toi à moi, » Elle n’eut que le temps d’hocher la tête pour dire qu’elle était d’accord, qu’elle quittait déjà le sol pour se retrouver dans ses bras, elle frissonnait – pire, elle grelottait.  Quand il la prit dans ses bras, elle sentie qu’il était encore plus froid qu’elle, et ne comprenait pas pourquoi il ne grelottait pas. Elle essayait de ne pas bouger, et se sentir porter sans ouvrir les yeux, sentant chaque marche, et ayant comme une sensation de chue à chaque marche, avec l’appréhension car on ne contrôle rien, elle se crispait à chaque marche – comme s’il allait la lâcher.  Elle comptait les marches, comme pour essayer de se raccrocher à quelque chose, occuper son esprit, car naturellement, elle ne connaissait pas le nombre de marches entre les cachots et le grand hall de Poudlard. « On y est, » Murmura-t-il alors, après quelques pas sans marche en lui laissant poser ses pieds sur le sol. Elle chercha rapidement le contact du sol, pour retrouver une stabilité. Elle se sentait tellement mieux sur la plancher des vaches que dans les airs. Elle n’était d’ailleurs même pas à l’aise sur un balai, elle détestait ne pas toucher le sol, pas du tout. En étant à terre, elle se retrouva sans rien, sans lui, sans une main pour la guider, rien, elle entendit alors : « Que quelqu'un... aide... Dorcas...  » Elle se retourna essayant avec sa main de trouver quelqu’un, elle appela inquiète car il l’avait lâché : « Skandar ? Skandar, ca va ? » Tu étais inquiètes car tu ne le trouvais pas, tu appelais alors : « Grigory ! » te rappelant soudain qu’il était sourd. Tu paniquais, faisant des petits pas sur place, en bousculant quelqu’un sans comprendre de qui il s’agissait.




MAMMA WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 16 Fév - 20:27

Salle commune de serpentard, vers les cachots
Tu étais une file dite « logique », pour toi, tout arrive pour raison, tu es terre à terre et factuelle, tout arrives à cause de quelque chose – pour toi le hasard, tu n’y crois pas vraiment, tu crois d’avantage au destin qu’au hasard. Tout arrive pour une raison ! Tu es voyante –ou dotée du don de double vu- comme tu préfères le dire, et tu penses que le destin peut changer mais tu réalises à mesure que tes visions se réalisent que le changer est très difficile ! Evan soulève alors une hypothèse que tu étudie avec assiduité, « Nous avons pas les mêmes idéaux. Il y a peut-être un... une... Certaine vengeance pour certaines personnes » Une question de camp ? Tu  retournais les pours et les contres dans sa tête, ainsi la brume, et cette Morgana faisait une distinction entre les camps, tu réfléchissais, incapable de donner une réponse tout de suite. « Peut-être une histoire de camps » Il devança tes idées, il parlait de camp, et sa précédente phrase t’y avait fortement fait penser. Des camps ? Officiellement, toi et Ulysse étiez dans le même, tu as même épousé l’un des cousins de Voldemort, l’idée de pensée que tu es mariée te secoue encore, tu n’arrives pas à réaliser, pour toi cela semble encore improbable. « Est ce un compliment ? » Un compliment ? Oui, tu pouvais le complimenter car tu le pensais sincèrement.  Evan était quelqu’un qui comptait tellement pour toi, tu l’estimais tellement, tu l’aimais d’une certaine manière – tu ne savais juste pas dire comment à l’égard de votre relation d’enfance, était-ce une frère pour toi ? « Bien sûr que c’est un compliment ! » réponds-tu avec une certaine malice dans la voix et dans le regard, tu le taquine car tu l’apprécie, car il est ton ami, car tu tiens à lui.  Puis, il te répondit alors quand tu dis qu’il ne fallait pas trainer dans le coin : « On te suis » Tu hochas alors la tête, ne lâchant pas la main d’Ulysse, le tirant pour lui demander de te suivre, et veillant à ce qu’Evander te suive bien. Pour sortir de la salle commune, ce fut assez simple, tu retournais dans ta tête la question d’Evan sur les camps. Quand vint une petite marche tu te stoppas, serrant la main d’Ulysse, et disant alors : « Attention – la marche,  fais un pas doucement, elle n’est pas très haute. » Tu étais douce avec lui, comme tu l’étais généralement avec les gens. Puis, tu t’arrêtas net et dit alors, en réflexion sur les camps : « Mais, pourquoi une question de camp ? Moi, je… j’suis mariée à un mangemort. Donc… je comprends pas pourquoi, Ulysse et moi on est affectée de façons différentes, non ? »



"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”
Revenir en haut Aller en bas
Evander A-M. Snape
avatar


Je suis le préfet en chef, le roi des rois

first Log-in : 11/03/2012
parchemins : 1536

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 19 Fév - 15:22

Vers les cachots

    Evan n'était guère rassuré face aux effets de cette brume qui envahissait la salle commune. Il n'avait guère envie également de rigoler car dans une situation comme celle-ci, il était difficile de ne pensé qu'à soit même. C'était de cette façon qu'Evander fonctionnait. Jamais il ne laisserait quelqu'un périr, sauf si cette personne, peut-être une cause de sa perte de vie. Un peu comme Ulysse Lestrange. D'ailleurs, le jeune Snape ne pouvait pas le supporter, même s'ils étaient tous deux dans la même maison de Salazar Serpentard. En parlant de celui-ci, le serpentard ne supportait pas de savoir la fille Wilkes auprès du Lestrange. Il trouvait cela étrange. Pire. Horrible. Un véritable cauchemar. Il avait entendu parler de lui dans des actions pas très belles, il était un peu le cauchemar des femmes, l'homme violent. Le genre d'homme qu'Evan n'appréciait pas. Jamais il n'avait pensé en arrivant ici, à Poudlard, qu'il pourrait être ami avec Lestrange, il préférait largement être ami avec Nott. D'ailleurs, il savait qu'il pouvait faire confiance à ccelui-ci. « Bien sûr que c’est un compliment ! » Depuis qu'Evander n'était plus avec Allis car celle-ci avait prit la fuite durant l'été sans donner plus aucune nouvelle, il n'avait pas apprécier un tel compliment depuis ce temps. Évidemment, Allis avait été clair avec lui. C'était impossible eux deux. Il y avait des tas de donzelles au château, mais celle dont il était le plus proche, n'était autre que la femme mariée à un Gaunt. D'ailleurs, c'était l'une des choses que le jeune Snape n'avait pas accepter, il avait encore du mal aujourd'hui à l'idée qu'Ysolde se marie avec un Gaunt. « Bien que ce soit pas le moment pour faire place aux compliments, je dois dire que je l'accepte, venant de ta part  » répondit-il alors à la serpentarde avec un mince sourire car oui, le danger était très proche d'eux et la plupart était toucher par cette brume. Il fallait partir de la salle commune, Evan le savait, Ysolde le savait, Harlan le savait également et tous les autres de la même façon. Evan marcha baguette à la main, prêt à aider le prochain. Il était à l'arrière, au cas où quelque chose prendrait le groupe par surprise. Soudain, il se stoppa net après avoir regarder la femme mariée prendre parole : « Mais, pourquoi une question de camp ? Moi, je… j’suis mariée à un mangemort. Donc… je comprends pas pourquoi, Ulysse et moi on est affectée de façons différentes, non ? » Il est vrai que cela n'avait aucun sens. D'ailleurs il regardait toutes les personnes autour de lui. La plupart portait tous des noms à être d'origine mangemort, un nom de sang pur. Sauf Evan. « Peut-être parce que Lestrange est maudit, et que sa famille l'est tous. Non je ne sais pas... Il est possible qu'il y est quelque chose qui... Protège les gens...  » Une protection que pensait Evan, d'ailleurs, il pensait qu'un tour à la bibliothèque après cet incident, serait favorable. « Probablement une sorte de bouclier... Invisible à l'oeil nu... Mais qui protégerait des ondes négatives, comme cette brume. » dit-il alors. Il savait que cela n'avait aucun sens, mais il valait mieux éclaircir les pistes disponibles pour trouver réponse. « Tu penses à quoi toi ? » demanda t-il alors à Ysolde en regardant alors le groupe ensembles.




Revenir en haut Aller en bas
Grigory I. Stilinski
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 25/12/2012
parchemins : 838

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 21 Fév - 19:04

Le hall de Poudlard

    Le regard du professeur Stilinski allait vers différentes directions. Il ne savait plus où donner de la tête tellement les étudiants était entrain de se bousculer afin de trouver des lieux de chaleurs. Il faisait de plus en plus froid, il comprenait bien que les élèves de Poudlard soit assez dingue pour bouger autant, mais la survie était primordial. Le professeur Russe n'entendait rien, aucun bruit, pas même les plaintes des étudiants qui devait certainement être plus proche qu'il ne le pensait. Il aurait aimé entendre les étudiants dans son entourage se plaindre, mais il n'entendait rien, pas même sa respiration. Pour sa première rentrée à Poudlard, il ne pouvait pas demander pire. Enfin, c'est ce qu'il pensait. Il n'accepterait pas une perte d'étudiants. C'était la sécurité des élèves avant la sienne. Normal après tout. Il était professeur, il était un peu comme un gardien pour ses élèves dans cet établissement scolaire des jeunes sorciers. Dehors, à l'intérieur du parc du château, la neige tombait encore et même de plus en plus, elle ne cessait jamais. A l'intérieur de l'enceinte du château, les étudiants bougeait aussi rapidement que la neige s'écoulant et s'étalant sur le sol. Une seule question venait alors à la tête du professeur Stilinski. Où était le directeur Albus Dumbledore pendant tout ce temps ? Il n'avait rencontrer qu'une seule fois ce grand monsieur, mais c'était bien l'une des seules fois. Il tourna alors la tête de gauche à droite, puis de droite à gauche. Il ne savait pas vraiment ce dont il cherchait. Peut-être un autre professeur afin d'aider l'étudiante qui d'ailleurs, il tenait par le bras afin que celle-ci ne s'écroule pas. Il trouvait cela dommage que celle-ci est quelque chose. Il fallait qu'elle tienne le coup et lui se devait de tenir. Pas le choix. Le Russe se mit alors à regarder le professeur Montgomery, il essayait de lire sur ses lèvres, mais il n'arriva point à le faire. C'était difficile de le faire quand la concentration est loin d'être présente. Ils étaient enfin tous dans le hall de Poudlard. C'était rassurant pour lui devoir d'autres étudiants ici présent, bien qu'ils laissent paraître des symptômes. D'ailleurs, il remarque que beaucoup d'entre eux ce tenait les oreilles, d'autres leurs bouches. Bizarre. Cette brume avait toucher un paquet de monde. Il regarda alors le professeur Montgomery et demanda alors : « Où se trouve le professeur Dumbledore ? Ce n' est pas le moment qu'il nous lâches par tous les dragons ! » Il cherchait dans la foule. Il ne voyait pas présent le directeur de cette école de sorcellerie.





_________________
CHAOS, NIGHTMARE, POWER. ✌️ Ne retourne pas la  Terre entière. pour quelqu'un qui ne retourne que sa veste ○ Ridsa - A la tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Pr. Markus McFays
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 24/07/2010
parchemins : 467

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 24 Fév - 20:13


SAISON 4 Ϟ INTRIGUE #2
La brume avait pris place dans l'enceinte du château, elle avait rendu les habitants de celui-ci plus faibles qu'il ne fallait. La brume laissait alors pour seul, les étudiants, les professeurs, sans leurs sens. Certaines personnes avaient perdu la vue, d'autre l’ouïe et la plupart des personnes, ne tenaient plus. Le froid prenait place depuis maintenant une bonne heure. Comment cette population allait-elle s'en sortir? Où était ce fameux directeur, qui, aux yeux de la moitié des étudiants, représentait un symbole? Où était-il ? Que faisait-il ? Laissant seuls les professeurs s'occuper des élèves, des plus jeunes, des plus touchés par le froid, laissant les préfets venir en aide comme ils pouvaient. Mais où était le directeur, qui, par toute action, était toujours présent même dans les moments les plus dangereux. Soudain, une ombre apparut au loin, près d'une porte. Il s'avança alors vers son aigle sur un présentoir. Le directeur lui-même, d'ailleurs, celui-ci interpella tous les étudiants et s'exclama :   « Que toutes personnes, possédant sa baguette, l'agitent, vous serez immédiatement conduit à la bibliothèque. Prenez garde et n'ayez crainte » dit-il alors. Soudainement, toutes les baguettes des sorciers et sorcières s'agitèrent. Tous, avait reçus le message du directeur. Il était un homme de confiance. Pour la plupart. Et pour d'autres non. Alors que les élèves se bousculaient afin de se rendre au lieu dit, un sens incapacité des étudiants se mirent alors à revenir. Mais pas pour tous malheureusement. Juste à ceux qui avaient fait une bonne action. Combien sont-ils d'ailleurs à avoir aidé les sorciers ? Ont-ils préféré se sauver plutôt que d'être solidaire entre eux ? C'était l'une des questions qui traversait l'esprit du directeur du château. Ulysse, Harlan, Dabria, Skandar, Yesfir et Grigori, vous avez été solidaires  et retrouvez donc votre sens.


NB: Ceci est un rp du PNJ - Nous avons décidé de modifier la règle des mots, puisqu'avec l'action qui se trouvait dans l'intrigue, c'était infaisable maintenant! Ainsi, la limite est désormais à 600 mots, pour un bon déroulement, et peut également être inférieure. Les rp d’intrigue peuvent avoir lieu dans tout le château et uniquement à l’intérieur du château dehors le froid est tel qu’il se pourrait que vous n’y surviviez pas. Quand vous rp, merci d’indiquez au début le lieu de votre rp pour que les autres puissent vous trouvez, et rp avec vous !



Revenir en haut Aller en bas
Philomène R. Blackstairs
avatar




first Log-in : 17/03/2013
parchemins : 141

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 24 Fév - 21:53

Cachots, puis bibliothèque
Sans ta voix, tu n’es rien. Ta douceur à la fois froide et glaciale typique des femmes de ta famille ne passe plus par le biais de ta voix, toi qui… qui use de ta voix pour faire passer tes sentiments, tes émotions, par tes gestes tu peux également en faire passer, mais avec un aveugle : tu ne peux rien faire, hormis le toucher pour le guider, pour lui faire comprendre les choses. Tu n'étais pas issue d’une famille dite « tactile », tu n’étais toi-même pas très tactile, tu étais plus du genre à faire tourner en bourrique tes propres petits amis devant ta froideur et ta réserve, tu devais être en confiance pour « toucher » quelqu’un, même une main tenue, etc. Tu le connaissais depuis si longtemps, que passé l’appréhension de lui tenir la main, de la soutenir, tout allait « comme sur des roulettes ».  Tu le soutenais, il te dit alors   « Vas-y doucement… » Doucement ? Tu ne pouvais pas y aller plus doucement. Tu t’arrêtas soudainement, ta baguette en main, et la voix de Dumbledore s’élève alors dans les couloirs -  « Que toutes personnes, possédant sa baguette, l'agitent, vous serez immédiatement conduit à la bibliothèque. Prenez garde et n'ayez crainte » Tu seras ta main autours de sa taille, pour agiter ton poignet avec délicatesse, et douceur, ne lâchant pas la taille d’Harlan, tu avais tellement peur de te retrouver seule, et de le laisser seul aveugle. Soudainement, toi et Harlan vous retrouvez transporter à la bibliothèque, tu aimerais tellement pouvoir le lui dire, pouvoir le lui expliquer. Tu as toujours aussi froid, tu trembles tellement, on dirait une feuille qui crépite sous le vent froid de l’hiver. Tu lâches alors la taille d’Harlan, et attrapes plutôt sa main pour lui dire que tu es là. Tu prends alors une initiative, et attrapes son avant-bras, tu dessines avec délicatesse, un « C », puis, après une seconde, « A », puis un peu plus loin « V », et enfin, après un temps « A », et tu ponctues le tout par un « ? », attendant une réponse. Ton moyen de communication est assez laborieux, mais il fonctionne, du moins tu espères qu’il va comprendre ce que tu lui demandes, mais tu ne lâches pas sa main, tu veux garder le contact, tu es ses yeux, il ta demandé de l’être, et il est peut-être la seule personne qui peut actuellement te comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Harlan C. Nott
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 21/04/2013
parchemins : 271

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 24 Fév - 23:29

Cachots, puis la bibliothèque.

Tu la tiens contre ton corps, tu ne lâches pas sa main, car tu as peur de te retrouver tout seul. Étrangement, tu ne te sens pas mal de la toucher, elle n’est pas n’importe quelle fille. Tu la connais trop, mais surtout, tu sais comment elle est. Rien à voir avec les filles qui se pâment devant ta froideur et ta violence, car elle est de même. Elle n’a jamais démontré un intérêt à ton égard ne serait-ce qu’une amitié, c’est aussi sans doute parce qu’elle ne t’a jamais touché. Tu te rends compte qu’après toutes ces années, c’est la première fois que tu te trouves aussi proche de la Russe. Et tu te sens bien, tu n’aurais jamais pu choisir une meilleure personne avec qui te retrouver dans de beaux draps. Vous finissez par arriver sur la terre ferme, finie ses escaliers de malheur. Tu peux reprendre ton souffle, cela dit tu ne lâche pas la main de la belle. Tu as trop peur de ce qui pourrait vous arriver si vous vous lâchiez. Tu ne vois rien, tu te ramasserais sans doute mort au fond d’une cage d’escalier et elle… Sans sa voix, tu tente d’effacer ces pensées qui te viennent à l’esprit : elle, prise au piège, incapable de crier à l’aide. Tu te fais la promesse de t’assurer de son bien-être, car c’est la seule chose qui compte à tes yeux. Vous suivez sans doute les autres élèves, mais tout à coup vous stoppez net. Enfin, c’est Yesfir qui arrête quand une voix se fait entendre.   « Que toutes personnes, possédant sa baguette, l'agitent, vous serez immédiatement conduit à la bibliothèque. Prenez garde et n'ayez crainte » Tu reconnais bien entendu la voix du directeur de l’école. Tu n’as pas le temps de prendre ta baguette, mais tu sais déjà que la Russe la fait à ta place quand tu te sens transporté. Tu pries pour que tu sois réellement à la bibliothèque et non pas comme la fois où vous étiez tous atterrit dans la forêt interdite en début d’année. Yesfir lève ta main et commence à signifier des lettres. Tu cliques des yeux, la lumière envahissant petit à petit tes prunelles. Que se passe-t-il? « Je, je recommence à voir! » T’exclames-tu, enfin un sourire collé aux lèvres. Tu peux voir le beau visage de la Russe, son corps trembler sans arrêt. Fronçant les sourcils, tu te rapproches d’elle pour serrer davantage sa taille. « Il faut absolument compter sur la chaleur humaine. » Tu regardes lentement autour pour remarquer le Directeur qui prend place parmi les livres. « Tu peux parler? » Tes yeux s’ancrent dans les siens, vos visages à quelques centimètres l’un de l’autre.




❝WAKE ME UP WHEN IT'S ALL OVER❞
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones, Enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age.
Revenir en haut Aller en bas
Philomène R. Blackstairs
avatar




first Log-in : 17/03/2013
parchemins : 141

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 25 Fév - 18:17

Bibliothèque
Tu étais muette, sans ta voix, tu étais littéralement perdu, tu ne pouvais plus être aussi sarcastique qu’à ton habitude, tu ne pouvais pas te plaindre, ni même médire. Sans tes mots, ton regard était porteur de message, et dans le cas actuel, il était porteur d’une detresse certaine. Tu commençais à paniquer car tu as froid, et tu ne comprends toujours pas pourquoi tu es muette comme une carpe – tu ne réalises pas, tu as une peur une seule : que cela devienne permanent. Tandis que tu essais de communiquer avec Harlan, celui-ci te dit alors :  « Je, je recommence à voir! » Tu laissais échapper un soupire de soulagement, t’attendant à parler tu ouvris la bouche, mais rien aucun son ! Il n’y avait que lui qui allait mieux, tu ne voulais pas regarder autours de toi car tu avais peur de réaliser que tu étais encore la seule handicapée.  Tu as le cœur qui fait un bond quand tu vois qu’il te voit enfin, croisant ton regard.  Tu le vois froncer els sourcils avant de s’approcher de toi un peu plus, pour te réchauffer, et dire alors : « Il faut absolument compter sur la chaleur humaine. »  Tu n’aimes pas la chaleur, tu préfères le froid. Tu es habituée aux températures polaires, mais ici, c’est tellement pire que dans ton pays, ici, le froid transperce, et pour toi, c’est évident qu’il n’y a rien de naturel dans tout ça, sans doute de la magie. Il te demande alors : « Tu peux parler? » Tu ouvres la bouche, mais rien ne sort. Tu hoches la tête de façon négative en baissant les yeux, non, tu n’y arrives pas, tu n’y arrives pas du tout. Tu es dépitée, et tu trembles de froid. Sans réaliser, sans arrières pensées, tu te rapproches de lui, te serrant à lui pour bénéficier de sa chaleur, tu es gelée. Sans voix, tu paniques, et si c’était définitif ? Tu pousses un soupire, et pense alors fort en remuant les lèvres : « Merde… » Tu repousses alors Harlan du moins tu te décolles brusquement de lui, réalisant que tu venais de parler, «  Oh par Merlin, je parle ! » Tu réalises qua ça y est, tu parles, ta voix t’es enfin rendue. « Ca va – t’enquis-tu alors de demander, - tu n’as rien ? » Tu allais bien, hormis ce froid, mais tu allais bien, ô oui, tellement mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Samwell N. Potter
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 16/09/2012
parchemins : 272

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 6 Mar - 3:16

Cachots, puis bibliothèque - Je tentais de tout gérer, mais c'était beaucoup de pression. Katniss qui ne se sentait pas bien, puis Desiree qui sentait son coeur se fendiller après ce qui s'était passé, ce qu'elle m'avait dit. Moi aussi, j'avais mal pour elle, pour elles. Peut-être étais-je trop sensible, mais bon. J'avais un grand coeur. Trop grand d'ailleurs, ma belle Ysölde y restait toujours, incrustrée. Même si je tentais de sauver le monde ici et maintenant, je pensais tout de même à elle. J'avais déjà commencé à avancer, malgré la brume qui nous dévoraient déjà. Je la sentis me transpercer, presque passer à travers mes os, puis plus rien. Je fronçais mes sourcils sans comprendre. Je ne ressentais plus le froid, j'étais soudainement juste bien à la température qu'il faisait. À ce niveau là, ce n'était pas si pire. Pourtant, lorsque le poids de Katniss dans ems bras ne se fit plus sentir, je compris que quelque chose clochait. « Ça va ? » Demandais-je à la blondinette dans mes bras à l'air affolé qui ne me répondait pas. Plus loin, j'entendis quelque chose se cogner contre le sol. Je me retournais vivement pour voir que Desi était tombée elle aussi. Elle se relevait pourtant, mais ne semblait pas posséder tous ses moyens. Je m'étais arrêté, nerveux, près à lui demander à elle aussi si elle ne voulait pas que je la porte. Alors qu'elle se prit un mur au visage, je compris qu'elle n'allait pas tout à fait bien. Retrouvant de nouveau le sol avant qu'elle ne s'excalme. « Où êtes-vous ? Où êtes-vous ? » Je ne comprennais pas. M'approchant d'elle rapidement le poid de Katniss ne m'affectant plus, du moins, jusqu'au moment où mes bras lâcheraient malgré-moi. « Arrêtez, ce n’est pas amusant. Où êtes-vous ? Pourquoi… pourquoi les torches sont-elles éteintes ? Sam? Katniss ? Finnick? » Les torches éteintes ? Qu'est-ce qui lui arrivait ? Elle était possédée où ? Je restait figé en tentant de comprendre avant qu'un autre de ses cris ne me réveille. « SAAAAAAAAAAAAAAAAAM ? » Hurlait-elle alors que je posais doucement un genoux à terre, essayant doucement la blonde sur ma jambe pliée alors que nous observions la Greyback. « IL FAUT PARTIR ! NE TRAINONS PAS ! » Dit-il sans se préoccuper de sa petite amie, quel idiot celui-là. Je ne la laisserais certainement pas ici. Je donnais doucement ma main à Desiree, attrapant la sienne tout en lui disant d'une voix douce. « Je suis là, calme-toi. Accroche-toi à mon bras, je dois porter Katniss, on vas s'en tirer. » Portant Kat d'un bras, je me relevais en tenant la main de mon autre ex petite ami pour très vite l'enrouler autour de mon bras et reprendre convenablement la poufsouffle contre moi. Nous avançions, doucement mais certainement alors que je m'inquiétais plus pour les filles que pour moi. Puis, après un dur labeur où nous n'avions qu'à peine atteint le rez-de-chaussée, la voix du sauveur se fit entendre. « Que toutes personnes, possédant sa baguette, l'agitent, vous serez immédiatement conduit à la bibliothèque. Prenez garde et n'ayez crainte. » ENFIN. Je déposais de nouveau Katniss au sol, non sans la soutenir pour ne pas qu'elle tombe. Il fallait tout que je fasse. Je glissais ma main dans la poche de Desiree pour en sortir sa baguette et lu mettre dans la main, j'en fis de même avec Katniss avant de ne prendre la mienne. Puis, nous fîmes tous trois transportés dans la bibliothèque. J'étais soulagé, rangeant ma baguette dans ma poche alors que je profitais d'extirper une chaise non-loin de moi pour finalement m'y asseoir. Déposant doucement la poufsouffle sur mes jambes alors qu'elle ne pesait toujours rien pour moi. Je tendais alors ma main pour prendre de nouveau celle de Desiree, l'amenant doucement vers mon autre genoux. « Vous vous en tirez ? C'est étrange, je n'ai plus froid. » M'exclamais-je en sachant très bien que j'allais être prit pour un illuminé.






What have you done to
me, my sweetest friend ?


Dernière édition par Samwell N. Potter le Jeu 6 Mar - 6:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 6 Mar - 5:46

Winter is coming
Grande salle ➺ Bibliothèque

J’en ai marre de Poudlard, encore plus que les autres et ça, personne ne pourra me dire le contraire. Franchement, dans le genre poisse ultime, on fait difficilement pire que moi hein ! Ouais, j’adore me plaindre et là, alors que je fais le piquet à attendre pour pouvoir ENFIN retourner chez moi, soit dans une maison où je ne me ferais pas répéter sans arrêt que je suis une sous-merde et où on ne me fichera pas en punition tout le temps, pour avoir voulu prouver le contraire, je commence à trouver le temps long. VRAIMENT long. Évidemment, ce n’est pas le pire, parce qu’il faut qu’on nous annonce que personne ne va quitter l’école et là je pète un câble, enfin j’essaie, parce que je peux toujours compter sur Yuriy pour m’attraper et sourire en me tirant plus loin. Pourquoi je me calmerais hein ?! De toutes les maisons présentes, la nôtre est la moins bien nantis et ça, c’est un putain de fait ! Et on ose nous y retourner ?! Tout le monde se questionne évidemment, va-t-on réellement oser mettre le nez dehors pour rejoindre notre dortoir attitré ? Moi je fiche un coup de pied dans mon sac en grognant : « qu’ils aillent tous se faire voir, je ne retourne pas là-dedans ! » C’est hors de question et de ce fait, je laisse mon meilleur ami m’entraîner plus loin, nos mains liés m’apaisant un peu. Heureusement à pleine lune est encore loin, sinon bonjour le caractère de chien hein. Là, je me contente de décocher des regards noirs à tout le monde que je croise et qui n’est pas un grindlemonk comme moi, parce que c’est assurément un complot monté contre nous hein ! On nous veut mort gelé dans notre cabane au fond du jardin, y’a pas photo, bande de sale lâche oui ! Je suis en pleine rébellion dans ma tête, quand Yuriy m’attire dans le fond de la bibliothèque, là où on ne dérangera personne, soit là où je ne pourrais sauter sur personne en hurlant qu’il m’a dévisagé.

Nos sacs sont posés près de la table sur laquelle il pose les fesses, m’attirant plus près. Ici aussi il fait froid, je me suis plains toute la matinée que je me gelais les fesses dans notre dortoir et il semblerait qu’ici ça ne soit pas tellement mieux. On aurait été mieux près de la cheminée, que je reluque d’ailleurs intensivement, sexy comme elle est, mais ça exigerait de nous de s’approcher des autres. Or, nous ne sommes pas entouré d’amis, ça nous le savons tous les deux et là, une tonne de gens apparaissent dans la bibliothèque. Beurk, c’est mauvais, très, pour nous. La méfiance est reine quand on est un grindlemonk, enfin si on est futé, moi parfois j’oublie que je suis maintenant une proie pas Yuriy. Il tente donc tant bien que mal de me retenir lorsque je m’avance et apercevant un visage que je commence à bien connaitre, l’abandonne à notre table. Samwell, un gryffondor, donc un ancien camarade de maison et surtout un casse-couille de première, vient de s’assoir plus loin, une nana sur chaque genou. Normalement, je préfère l’éviter, parce que ce type dégage un truc trop bizarre, mais là c’est plus fort que moi, je suis sur les nerfs et je vais les passer sur lui. Les bras croisés et une expression oscillant entre la moquerie et le dégoût au visage, je me plante devant lui et son petit plan à trois, « vu le nombre de meuf que tu t’empiles sur les genoux, ça semble logique Potter. » Ah bah oui, fallait pas faire le con en proclamant ne plus avoir froid, alors qu’il vient d’ouvrir un motel sur ses putains de jambe. Je fronce donc les sourcils et regarde les filles, comme si c’était les pires idiotes de ce monde et quelque part, pour accepter de s’assoir sur une cuisse chacune, il faut l’être hein. « Tu devrais allumer l’affiche lumineuse qui dit que tu es complet Potter, à moins que tu en veux encore une sur tes épaules. Tu peux trouver, j’en suis certaine, y’a des pauvres filles dans tous les coins, te limite surtout pas hein. »


Dernière édition par Shaé M. Elieis le Sam 8 Mar - 22:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Samwell N. Potter
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 16/09/2012
parchemins : 272

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 6 Mar - 6:34

Bibliothèque - « Vu le nombre de meuf que tu t’empiles sur les genoux, ça semble logique Potter. » Une voix familière me reprochait mon acte de simple gentilesse et tentant, peut-être, de réconcilier les deux blondes par ce même geste. Mon regard se levait vers la jeune femme avec un sourire en coin. Shaé. Ma petite louve à moi. Même si, enfin, elle ne savait pas vraiment qu'elle était ma louve plus que celle de quiconque. Belle comme un accident de transplanage, elle était mon erreur à moi que je n'arrivais qu'à assumer à moitié. J'étais d'ailleurs surpris que son nain de service ne soit pas là avec elle. Non, je n'étais pas jaloux de son ami né-moldu, simplement, il m'avait empêché de lui dire plusieurs fois ce que je lui cachais à cause de sa simple présence. Pourtant, je savais qu'il ne traînerait pas son nez jusqu'ici. Auquel cas, je me ferais un plaisir de lui mener la vie dure en lui laissant mes deux blondes qui risquaient de s'arracher la crinière sans la supervision d'un adulte. J'oubliais presque que je ne ressentais toujours rien physiquement. Il aurait été grandement temps que la brunette use de son caractère et me fiche une baffe pour que je vois si je ne ressentais toujours rien. Étais-je désespéré à ce point ? Peut-être bien. Surtout que je n'osais pas affolé les gens avec mes problèmes. Ce n'était peut-être que moi, peut-être que c'était dans ma tête et que je n'avais pas perdu toute la sensibilité de mon corps, c'était possible ça ? « Tu devrais allumer l’affiche lumineuse qui dit que tu es complet Potter, à moins que tu en veux encore une sur tes épaules. Tu peux trouver, j’en suis certaine, y’a des pauvres filles dans tous les coins, te limitent surtout pas hein. » Non, ouais, c'était la solution la plus facile et la plus efficace pour avoir ma réponse. Je savais que le sang de la jeune femme était plutôt chaud et qu'elle ne supporterait surment pas de ma part une arrogance qu'elle croirait provoquée par la présence de mes deux anciennes petites amies. Je me faisais violence pourtant de me préparer à lui dire des choses aussi grossière. Ça ne me ressemblait pas du tout et toute personne me connaissant bien pourrait dire que ce n'était pas normal. Je forçais un sourire arrogant, me préparant à recevoir la claque qui s'en suivrait.

« Tu peux t'asseoir sur ma trosième jambe si tu veux. » Lui lançais-je avec nonchalance, un sourire aux lèvres et un clin d'oeil pour acocmpagner ses paroles grossières. Non. Je ne traitais pas les femmes comme étant de jolies choses faites pour prendre place sur mes genoux ou encore me stimuler. Elles étaient des princesses qui méritait soins et attention de la part de n'importe qui ayant eut une mère. Je ne comprenais pas ses hommes qui traîtaient les femmes avec si peu de respect. Auraient-ils aimés qu'on traîte leur propre mère ainsi ? Moi, ma maman, c'était chasse-gardée.






What have you done to
me, my sweetest friend ?
Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 6 Mar - 16:02

Winter is coming
Bibliothèque

Pourquoi est-ce que je ne peux pas rester avec Yuriy hein ? Pourquoi je ne peux pas simplement garder notre table, celle qu’on occupe depuis bien avant que tout le monde vienne transplaner jusqu’ici hein ? On était bien avant que tout le monde débarque, ouais je suis en mode offensif, mais il faut me comprendre. Tout le monde pouvait regagner son dortoir, mais pas nous, alors je m’offusque, déjà que j’y arrive sans trop de mal, là je nage dedans tien. Alors évidemment, être ici depuis près d’une heure, ça n’allait assurément pas me calmer, encore moins si la première personne que je me donne le temps de regarder se trouve à être lui : Samwell. Ce n’est pas que ce soit un type horrible, dans le genre chiant, j’ai connu pire que lui, plus chiant et plus stupide, mais Potter arrive à m’agacer de par sa simple existence. C’est  ce qu’il m’inspire quoi ! Il n’y a rien à faire, c’est comme ça et voilà tout. Alors je me plante devant lui et je lui fais mes reproches, parce que franchement ça fait très macho d’avoir une nana sur chacune de ses jambes. Évidemment, l’avis des filles ne m’intéressent pas un seul instant, elles font ce qu’elles veulent, moi je suis la voix de la raison (ahem), alors au final je me fiche totalement de savoir si les genoux de Sam sont hyper confortable et qu’elles désirent y faire leur vie. Enfin, ce serait quand même bizarre et j’en suis à me dire exactement ça, mentalement on s’entend, quand Potter me répond une belle grosse connerie, « tu peux t'asseoir sur ma troisième jambe si tu veux. »

Si j’avais été en train de boire un truc, je l’aurais recraché, si j’avais mangé, je me serais étouffé assurément, tellement ses paroles me surprennent. Sérieux, il pense à quoi ce con ?! Bon, il est un peu couillon d’habitude, mais là il fait fort le salaud ! Du coup je fronce les sourcils et je ne réfléchis pas trente secondes à ce qu’il vient de dire. Moi je traite les enfoirés comme tel et tant pis si on me punit, de toute façon on nous garde à Poudlard, on fait difficilement pire comme correction que ça. Je m’élance donc au bout de maximum quarante secondes et c’est mon poing qui salut joyeusement la mâchoire du Potter. Je tape tellement fort que je m’en fais mal au poing tien ! Je pousse alors un juron entre les dents, « enfoiré », puis je baisse un regard dégoûté sur lui. Je ne sais pas ce qui lui trotte dans la tête, mais sa connerie machiste, fallait la garder pour lui. Pas étonnant que je me sois fait mal d’ailleurs, vu comment je devais éviter les nanas en le tapant. Du coup, j’enrage doublement. « Si t’as des envies suicidaires Potter, faut le dire, je t’arrange ça avec GRAND plaisir ! Vire tes nanas et viens, je te prends sans soucis. Je vais te la tordre ta putain de troisième jambe, tu feras moins le malin, pauvre type ! »


Dernière édition par Shaé M. Elieis le Sam 8 Mar - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Samwell N. Potter
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 16/09/2012
parchemins : 272

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 6 Mar - 18:38

Je la veux ma claque. Je l'ai cherchée et dire ses horreurs me fait probablement plus mal que ce qui me reviendra par la suite. La brunette fronçait ses doux sourcils et sans plus de déblaterrations, son poing s'écrasait contre mon visage. Mon visage recula sous l'impact, mais je ne ressentis absolument rien. Pire que de la colère, c'était la panique qui s'éprennait de moi. « enfoiré » s'était-elle exclamée alors qu'elle secouait doucement sa main sous l'impact. Je portais l'une de mes mains à ma bouche pour y découvrir le sang dégoulinant de ma langue que j'avais mordu férocement sans m'en rendre compte lors du choc. Bordel de merde. Je ne ressentais plus rien physiquement. Je ne comprenais pas ce qui se passait, ce devait être le froid. Je ne comprennais pas et je paniquais. Elle me regarde avec dégout alors que moi, je suis bien ailleurs. « Si t’as des envies suicidaires Potter, faut le dire, je t’arrange ça avec GRAND plaisir ! Vire tes nanas et viens, je te prends sans soucis. Je vais te la tordre ta putain de troisième jambe, tu feras moins le malin, pauvre type ! » Je me relevais alors doucement, reprennant Katniss dans mes bras pour la déposer sur une chaise alors que je la faisais s'assoeir tout près d'où j'asseoyais Desiree. « Essayez de ne pas vous entre-tuer, je reviens. » Je me retournais pour prendre le bras de Shaé malgré le fait qu'elle s'en plaindrait surment, au pire elle me retaperait encore. Je l'entraînais avec moi en faisant fit de ses plantes, allant nous isolés dans une rangée de livre. Mon regard piteux et à la fois paniqué se posait sur elle. « Pardon, je n'aurais jamais dû te dire cela, c'est minable, j'en conviens. » Je soupirais doucement en la lâchant, regardant mes mains légèrement couvertes de sang.  Mon regard se relevait ensuite vers elle avec une panique qui grandissait encore. « Je ne ressent plus rien Shaé, je ne sais pas ce qui m'arrive. Je ne ressent plus la douleur ni le froid ni quoi que ce soit de physique. » Lui avouais-je en un murmur, près à la provoquer encore pour qu'elle me frappe, me morde ou me griffe, qu'elle me fasse la peau si son tempérament le lui permettait. Peut-être que je finirais par sentir quelque chose. Je sentais doucement la panique me monter à la tête, est-ce que je la cognerais sur les murs ma caboche pour voir si ça me faisait mal ? Et si on me lançait des Endoloris ? Ils étaient où les mangemorts quand on en avait besoin ?






What have you done to
me, my sweetest friend ?
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Meriadec Lestrange
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 18/09/2010
parchemins : 1510

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 6 Mar - 22:04

Escaliers des cachots, puis bibliothèque - Aveuglé, Ys était mon seul repère, mon ange-gardien au travers de toute cette tourmente glaciale. J'avais voulu être gentil avec elle, la cajolé, lui donner l'attention qu'elle méritait pour avoir un coeur chaud comme le mien ne serait jamais. J'avais pensé que l'espace de quelques secondes nous pourrions retournés des années auparavant. À cette époque où elle avait réveiller mon coeur mort depuis des années. Non. Sa main se secouais pour lâche la mienne alors que je me retrouvais de nouveau perdu, n'ayant que le son de sa voix fâchée pour me guider. « Ne recommence jamais ça, est-ce que c’est clair ?» M'ordonne-t-elle en marquant une pause alors que je cherche toujours pourquoi elle répond à mon contact avec tant de violence. Je reste immobile et muet. « si tu recommence je te laisse tout seul au sommet d’un escalier avec une chance sur deux pour que tu choisisses de dévaler les marches ou non. » M'annonces-t-elle gentiment. Mais qu'est-ce qu'elle attend de moi à la fin ? Elle ne me veux ni méchant ni tendre, dans quel ton de gris mademoiselle souhaite-elle me voir ? Je me contente de soupirer doucement en restant bien sage, à la merci de celle qui a décidé de devenir mon tyrant. « Quoi qu’il en soit, la salle sur demande, ça serait parfait. Je te guide, seulement si tu sais te tenir Lestrange. » J'hoche doucement la tête dans une promesse silencieuse de faire comme elle veut. Ai-je vraiment le choix en ce moment ? Je sais que ses menaces sont rarement du vent. Je l'avais bien vu lorsqu'elle avait rompu nos fiancailles. « Allons-y, tous ensemble, Evan, Harlan, Gregorovitch, Rookwood, et Lestrange, j’ai déjà trouvé la salle sur demande une fois, ne trainons pas ici ! » À mon grand soulagement, sa main se glisse de nouveau dans la mienne. Je n'ose pas trop la serrer de peur qu'elle ne s'énerve encore. Je le tiens doucement, mais avec une certaine dépendance malgré tout. Entre temps, je n'écoutais plus trop ce qui se passait autours de nous. J'étais impatient de partir et de me sauver d'ici. Pourtant, je ne pouvais rien y faire, j'étais dépend d'Ys parce qu'elle avait décidé d'être celle qui m'aiderait. Puis la marche partie et je suivais la main qui tirait doucement la mienne. Je suivais la jeune femme à une distance qu'elle jugeait raisonnable. Sans aucun écard de conduite. Je lui faisais confiance, une confiance aveugle. La serpentard m'arrêta après un moment de marche. Elle serra doucement ma main alors que je commençais doucement à m'inquiéter. Qu'est-ce qu'il y avait encore ? « Attention – la marche,  fais un pas doucement, elle n’est pas très haute. » Oh, rien qu'une marche. Ton coeur se calmait alors que je me laissais guider avec douceur même si mon équilibre était encore incertain. J'étais chancelant et déminu, rien de moins. « Mais, pourquoi une question de camp ? Moi, je… j’suis mariée à un mangemort. Donc… je comprends pas pourquoi, Ulysse et moi on est affectée de façons différentes, non ? » Demandait-elle ensuite à Evander. « Peut-être parce que Lestrange est maudit, et que sa famille l'est tous. Non je ne sais pas... Il est possible qu'il y est quelque chose qui... Protège les gens...  » Je serrais doucement mes dents ensembles. Comment osait-il dire que ma famille était maudite ? Qui était-il pour parler ainsi de ma mère, mon père, ma soeur, ma femme et mes fils qui avaient absolument tout pour êtres heureux. « Ne parles pas de ma famille ainsi,  Snape. » Me contentais-je de lui dire calmement sans plus. C'est alors qu'une voix se fit entendre et que je m'arrêtais. « Que toutes personnes, possédant sa baguette, l'agitent, vous serez immédiatement conduit à la bibliothèque. Prenez garde et n'ayez crainte. » Mon premier geste fut de porte ma main libre à ma baguette dans la poche de mon manteau. Pourtant, la suspicion se glissait en moi. Si c'était un piège. Trop tard, ma baguette était levée et du même coup, ma vision semblait s'améliorer considérablement. Le noir laissait place à des ombres devenant de plus en plus claires. C'était quoi ce bordel ?









Halo round his head
Burning in our bed
Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 7 Mar - 2:38

Winter is coming
Bibliothèque

Je me craque presque les mains en dévisageant ce con de Potter. Il a toujours été un peu lent à mon avis, un peu con, du genre gentillet qui veut sauver la veuve et l’orphelin, mais ce soir il fait fort l’enfoiré. Normalement il respecte les nanas plus que ça, bon ça ne veut pas dire que ses courbettes et ses baises-mains me plaisent davantage, normalement j’aime bien le traiter de tapette même, mais faut croire que même l’opposé extrême me pose problème. Moi, compliqué ? Si peu ! Je m’énerve donc, je lui donne ce qu’il mérite et voilà, il saigne le connard, bien fait ! Je grogne, à la fois satisfaite et prête à lui en redonner une dose. Moi, je n’ai rien contre une petite bagarre avec lui, il est robuste et il tape assurément plus fort que moi, mais je suis plus rapide et plus petite, en plus moi je n’ai pas peur de le faire saigner. Lui, il a beau se la jouer gros macho en ce moment, je sais qu’il aura du mal à me taper dessus, il a trop de moral le con. Du coup, quand il se redresse, je suis la première surprise. Putain, quelqu’un à échanger Potter pour un autre ?! Parce que le Potter que je connais, celui qui me fiche de l’eau bouillante dans les veines lorsque la pleine lune approche et qui me donne envie de le démolir en permanence, tellement son sourire est craquant (oui je gère mal mon attirance pour sa personne, mais c’est entièrement assumé hein), il ne voudrait jamais se battre réellement contre moi. Il vire ses nanas, leur dit de rester sagement en place et je renifle déjà avec dédain, « ah bah il s’est enfin fait pousser des couilles, il était temps. » Moi je suis presque contente tien, presque, parce que quelque part, je suis aussi déçu que les autres je pense. Potter, aussi con et niais soit-il, ne serait pas Potter sans ses belles niaiseries qui font de lui ce qu’il est.

Sa main contre mon bras me surprend et je lui décoche un regard noir, parce que nous sommes ennemis, je n’en doute pas un seul instant. Or, on n’a pas encore commencé à se battre, donc il n’a pas le droit de me toucher. Je me débats du coup, mais il tient bon l’enfoiré, il ne me relâche pas d’un seul millimètre et je grogne alors qu’il me tire à sa suite. Ce n’est pas mes plaintes qui vont changer quelque chose, mais je n’ai jamais été douée pour la boucler, alors je rage derrière lui : « putain mais lâche moi, putain. » Et puis nous y voilà, il me lâche et déjà je m’apprête à lui foutre un autre pain, quand il m’offre son regard piteux, le genre de regard auquel il faut être inhumain pour savoir y résister. Il ne manquerait plus qu’il s’excuse et je serais foutu, « Pardon, je n'aurais jamais dû te dire cela, c'est minable, j'en conviens », je le déteste tellement parfois ! Par merlin, oui je le déteste ce connard et d’autant plus qu’en ce moment, il se la joue bad cop, good cop, en solo. Bon bah moi aussi je peux être une bad cop hein ! Je lui montre aussitôt mes talents, de mauvaise foi comme toujours, « aussi minable que toi oui, t’aurais surement pu faire mieux. » Je fronce les sourcils, croise les bras et si je pourrais maintenant fuir, quelque chose me retiens et je me doute que ce sont ses grands yeux suppliant. SALAUD !  Puis la vérité tombe, en même temps que ma colère, qui cherche où se raccrocher : « Je ne ressent plus rien Shaé, je ne sais pas ce qui m'arrive. Je ne ressens plus la douleur ni le froid ni quoi que ce soit de physique. » Normalement, je ne croirais pas le con me balançant un truc pareil, mais Potter c’est autre chose. Il est con, manque souvent de couille à mon avis, devrait revoir ses cuisses-motel, mais il ment rarement. Or, tout s’explique, son comportement et sa personnalité contradictoire d’il y a quelques instants. Je fronce les sourcils un peu plus, mais le pli dur de mes lèvres s’apaisent alors que je m’approche de lui, méfiante, mais juste un iota.

« Commet ça, tu ne ressens rien ? T’as pris un truc ? Tu te drogue Potter ? Dans un moment pareil ?! » Tout est bon pour lui retomber dessus oui ! Mais là, je suis à moitié sérieuse. Il est possible qu’il est avalé un truc bizarre, mais vu la merde du moment, combien Poudlard ne tourne pas rond, si ça se trouve il est une victime. Or, autant je n’aime pas me montrer gentille sans raison, encore moins avec ce casse-couille, autant je ne me vois pas l’envoyer chier. Alors je pose une main contre lui, palpe son torse et redresse des yeux plissés sur lui. « Ça, tu ne le sens pas ? » Je crois que non, alors je lui balance une gifle surprise et je hausse un sourcil alors qu’il ne me semble pas même broncher. Merde, il se passe quoi avec lui ? Moi je perds toute méfiance et je cligne des yeux, ma frustration et ma mauvaise humeur s’évanouissant comme neige au soleil. « Putain… qu’est-ce que t’as fait Potter ?! Tu vas faire quoi ? Ça va disparaitre, non ? … » Moi, inquiète ? Allez-vous faire voir !


Dernière édition par Shaé M. Elieis le Sam 8 Mar - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Samwell N. Potter
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 16/09/2012
parchemins : 272

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 8 Mar - 3:01

La jeune femme ne semblait pas convaincue de ce que je lui disait. Le plissement de son front sous ses sourcils qui ne savent plus s'ils doivent me croire alors que je lui quémande son aide. Qu'est-ce que j'aurais bien pu vouloir lui faire comme mal dans une salle bondée ? Je n'étais pas de ses gens mals intentionnés de toutes façons. C'est ainsi que la jeune femme s'approchait de moi, accélérant considérablement les battements de mon coeur par sa proximité autant que par la panique qui m'envahissait. « Commet ça, tu ne ressens rien ? T’as pris un truc ? Tu te drogue Potter ? Dans un moment pareil ?! »  Je soupire d'exaspération. Elle doit me plaisanter, je ne touche pas à des trucs du genre. « Jamais de la vie. » Répondis-je brusquement, n'ayant pas envie de plaisanter avec mon état. Mon regard lui quémandant encore de faire quelque chose, même si elle est toute aussi impuissante que moi devant se mal inconnu qui n'est pas vraiment un mal en fait. Sa main se pose contre mon torse tandis que je rage. Pourquoi faut-il que l'une de seule fois où elle me touche, je ne le sente pas. C'était comme si une bulle m'encerclait et me protégeait de tout. Je voyais bien que ses mains glissaient sur mon torse, mais je ne sentais pas ses mains douces qui palpaient doucement sous mon manteau mal fermé qui ne me dérangeait pas à cause que je ne ressentais plus le froid. J'aurais aimé sentir son contact, mais rien, absolument rien. « Ça, tu ne le sens pas ? » Me demande-t-elle alors que j'hoche rapidement de la tête en signe de non. C'est alors que sa main se lève pour venir frapper mon visage dans une gifle. Je l'entend claquer, mais elle ne me fait pas mal le moins du monde. Mon visage ne bouge qu'à peine sous le choc bien réel qu'il ressoit. Elle semble enfin comprendre, quoi qu'elle aurait pas dû. Son air arrogant et chiant disparaît pour laisser place à une Shaé encore plus énervante. « Putain… qu’est-ce que t’as fait Potter ?! Tu vas faire quoi ? Ça va disparaitre, non ? … » Ça me fait paniquer de la voir aussi inquiète pour moi. Et dire que j'avais cru que ce serait moins pire de lui dire à elle que de le dire à Kat ou Desi.

« Je sais pas, j'en sais rien, je... je... Mais arrête de paniquer, tu me fais paniquer encore plus. » La grondais-je pourtant sans plaisanter. Mon coeur battait surement à tout rompre, même si lui non plus, je ne le sentait pas. Surment qu'elle, elle pourrait le sentir. Je porte alors vivement ma main à mon propre torse. Rien. Je ne sens pas mon coeur battre et ça me fait panniquer d'avantage. « Mon coeur ne bat plus Shaé, il ne bat plus ! » J'attrape sa main pour la scotché de nouveau à ma poitrine que je découvre un peu plus pour qu'elle me confirme qu'il bat ou que je suis en train de mourir. Peut-être que je suis en train de mourire de froid ? Que mon sang se glace dans mes veines ? « J'ai peur Shaé. Mord-moi, je veux ressentir quelque chose, mord-moi. » Lui ordonnais-je alors en lui présentant ma main, perdant doucement les pédales. Je veux la voir me mordre, ses dents s'enfoncer férocement dans ma chair à m'en fair saigner pour que je vois que c'était bien vrai.






What have you done to
me, my sweetest friend ?
Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 9 Mar - 3:52

Winter is coming
Bibliothèque

Il n’a rien pris, mais ça ne me surprend pas vraiment non ? Bah non ! C’est de Potter dont il est question et si ce n’est pas un saint, y’a qu’à voir ses cuisses-motel tien, bah ce n’est pas non plus ce « genre » de type, pas à mon avis. Non pas que j’ai un avis détaillé sur lui (mais en fait si), mais voilà, il a été victime de merlin sait quoi, ce dont je me doutais déjà tien. Or, si je ne suis pas tellement impressionnée par la chose, je l’ai vu venir quoi, ça ne la rend pas moins inquiétante. En fait, c’est surtout lui qui m’inquiète, parce qu’en soit, ne rien ressentir, ce ne doit pas être SI mal que ça. Non ? Bah non, pas à mon avis, il est comme un super héros, on peut le taper et il en aura rien à foutre, mais peut-être que j’idéalise sa situation. Le physique, ce n’est pas si grave à mon avis, enfin pas que l’émotionnel compte vraiment plus, mais au moins il garde sa moral avec ses beaux sentiments tout dégoulinant de bonté. BREF, il me fiche sur les nerfs avec son regard tout inquiet et sa voix qui se limitait à murmurer. VOILÀ, il m’inquiète et autant ça m’agace, autant je ne peux pas faire marche arrière et j’en suis à lui rendre ses regards avec des yeux exorbités et une voix essoufflée, presque chuchoter. Mais de qui ou de quoi on se cache là ? Merde alors, ce type sait comment m’agacer et encore plus quand il me tombe dessus avec un : « Je sais pas, j'en sais rien, je... je... Mais arrête de paniquer, tu me fais paniquer encore plus. » Non mais il se prend pour qui celui-là hein ?! Il m’inquiète et après il me le reproche ? Je lui fiche donc un coup de pied dans le tibia, les sourcils froncés et la bouche en une moue mécontente, le tout accompagné d’un « va te faire foutre aussi » bien acide. Dans les dents Potter de mes deux !

Je songe un instant à me tirer et à rejoindre Yuriy plus loin, quitte à passer du temps avec quelqu’un ici, dans une situation aussi merdique, aussi bien que ce soit avec lui, mais c’est sans compter sur ma satanée faiblesse pour Samwell. Il a quoi ce salaud de Potter hein ?! Il a quoi ?! J’aimerais bien le savoir, mais là je l’observe surtout poser une main sur sa poitrine, avec exaspération. « Mon coeur ne bat plus Shaé, il ne bat plus ! » Okay, je suis tout de suite moins exaspérée et si je tente de ravaler mon inquiétude, ma panique même, je m’en sors plus ou moins bien. Je me mâchouille l’intérieur de la bouche, là sur ma lèvre inférieure, jusqu’à ce qu’un goût de fer que je connais bien se mette à flotter dans ma bouche. Je ne peux pas me tirer, je ne peux plus et encore moins quand il m’attrape la main, j’essaie d’ailleurs de la récupérer (question de principe quoi) mais sans grand résultat, pour la poser contre sa poitrine. Je viens de le tripoter, je n’ai donc pas à être gênée, en plus ont es assez loin des regards curieux, voir des oreilles trop grandes. Bref, ça irait si je n’avais qu’à le palper encore, mais merde, il me fiche la main sous son chandail et déjà je sens que je me réchauffe. Pourtant la pleine lune est passé, je n’ai pas à réagir trop violemment à sa proximité, mais c’est plus fort que moi et je grogne. « Alors toi, t’as le chic hein » , que je grogne entre mes dents, ma main se pressant quand même à lui, cherchant son pouls. Son cœur doit bien battre là, il ne peut s’être arrêté d’un coup, ça ne fait pas de sens. Or, je n’ai pas encore eu le temps de vraiment obtenir de réponse, voire de m’approcher davantage, qu’il continue avec sa connerie : « J'ai peur Shaé. Mord-moi, je veux ressentir quelque chose, mord-moi. »

Okay, c’est définitif, ce type me rend dingue et pas dans le bon sens ! Je grogne aussitôt et écarte sa main de moi d’une gifle de la mienne, ma colère envahissant mon visage : « bordel Potter, arrête avec tes conneries ! Tu ne veux pas que je panique, mais tu fais tout pour que ça arrive, calme toi un peu ! » Pragmatique ? Non pas vraiment, juste sur les nerfs. Je regarde de chaque côté, puis je me décide à redresser son vêtement pour plaquer mon oreille contre sa poitrine, écoutant attentivement les frémissements de son cœur. Or, il bat, fort même, probablement à cause de sa panique et ça me soulage aussitôt. Je soupire, esquisse même un grand sourire et redresse la tête, prête à me moquer, mais il a tellement peur, que je n’en ai finalement pas le courage. Tout dans son expression me hurle de lui répondre, mais comme Potter est un casse-couille de première classe, je décide qu’il peut attendre un peu et puis… son cou me fait de l’œil. « Tu voulais que je te morde, non ? Parfait, mais ne viens pas pleurer ensuite. » Je me fais alors plaisir, parce que je ne prends pas la peine de rabaisser son vêtement, que je m’avance, le plaque contre les rayons de livres et mord son cou.

Merde, c’est bon, c’est délicieux même et loin de réfléchir à qui pourrait nous surprendre ou à ce qu’on projette en ce moment, je me moule à lui, mordant sa peau jusqu’à en faire un petit tas de chaire dans ma bouche, tas que je suce sous le coup du moment. Mon autre main se presse à son ventre, mes doigts découvrent chacun des muscles de son estomac, avant de se poser contre son cœur, là où je le sens battre. Il est tout délicat sous mes doigts, à peine un frémissement d’oiseau, mais je sais qu’il bat avec rage dans ses veines, en écho au mien. Puis je relâche sa peau et j’observe la marque de mes dents, mon empreinte dentaire oui, le sang osant même abandonner une délicate perle dans la ranger du haut, là où la chaire a déchirée. Je lape donc lentement la larme de sang, une drôle d’idée que ma louve m’a probablement soufflé. Tant pis, j’assume et je me recule lentement, comme si moi aussi j’étais sous le choc. Là, surprise de mon propre geste, merde je me suis emmêlé les pinceaux et c’est bientôt la pleine lune en fait ou quoi, je m’adosse aux rayons en face de lui. Je ne sais plus quoi lui dire, sinon que sa peau à un goût divin ou même que j’aimerais recommencer, alors je fronce les sourcils et je baisse les yeux, un peu paumé. « Ton cœur bat… je l’ai entendu. Je ne sais pas ce que tu as mais… ça n’a pas l’air bien vilain. Ton corps est peut-être frigide, mais je doute que ça te tue » que je marmonne d’une petite voix, presque boudeuse. Pourquoi Potter me fait toujours faire des trucs étranges hein ?!
Revenir en haut Aller en bas
Hadley-Sileas Runcorn
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 10/10/2013
parchemins : 80

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 9 Mar - 23:17

Dans le Hall, puis la bibliothèque
Le cœur en morceau, Sileas s’était toujours tournée vers sa famille depuis toute jeune. Encore plus depuis qu’Amadeus avait décidé de ne pas se marier avec elle. La belle avait besoin de son frère, il était le seul qui pouvait comprendre ce qu’elle lui racontait. Ils étaient fusionnels, ils se racontaient tout. La brunette avait peur, quelque chose s’insinuait dans le Hall alors qu’elle était à la recherche de son frère. Elle l’avait vu au loin avec le professeur, soit son ancien fiancé, ce qui ne lui disait rien qui vaille. Une drôle de sensation s’empara de son être, elle tenta de courir vers son frère lorsque la brume l’envahit. Le choc fut bref, elle laissa échapper un drôle de gémissement sortir de sa bouche. Son cœur se relâcha, toute crainte était disparue, le froid ne l’atteignait plus. Que se passait-il? Elle regarda ses mains, dénudées et rougies par l’air qui était glacial. Pourquoi ne le sentait-elle plus? Elle pouvait voir le souffle de sa bouche sortir, former une condensation signifiant que la température ne s’était pas réchauffée. Elle avait hurlé le nom de son frère au moment de l’impact, désormais elle se demandait ce qu’elle faisait ici. Ses pensées étaient incongrues, elle regarda autour d’elle, attendit plusieurs minutes que la brume s’évapore. Elle commença à revoir des gens, elle les regardait d’une drôle de façon. Telle une sociopathe qui ne comprenait pas son entourage. Elle finit par croiser le regard de son frère auprès d’Amadeus. Ils étaient serrés l’un de l’autre, en guise de réaction elle pencha la tête sur le côté, tentant de faire un lien avec son cœur qui battait. Elle ne ressentait plus rien, aucune douleur face à cet homme qui avait gâché son avenir. « Teleny… » Reprit-elle, il était la seule chose tangible à laquelle elle pouvait se raccrocher. Elle se pencha pour positionner ses jambes, incertaines qu’elle aurait encore le contrôle sur elles. En levant les mains de chaque côté de son corps pour se balancer, elle finit par se lever, auscultant l’endroit. Sileas se rapprocha jusqu’à Teleny, le sépara d’Amadeus et le serra dans ses bras. Elle en profita pour plonger un regard sans vie dans les prunelles du professeur tout en chuchotant à son frère. « Tu vas bien? » Elle ne pouvait pas lui dire ce qui se passait, surtout pas lorsqu’elle avait une telle retenue envers ses sentiments. Des bruits se firent entendre près d’eux et la sorcière se tourna pour rencontrer une forme brumeuse d’Albus, le directeur de l’école. « Que toutes personnes, possédant sa baguette, l'agitent, vous serez immédiatement conduit à la bibliothèque. Prenez garde et n'ayez crainte » Elle porta le regard vers son frère en se décollant de lui, s’assurant qu’il faisait la même chose qu’elle. Elle sortit sa baguette et l’agita, se retrouvant ainsi en pleine bibliothèque de Poudlard. Elle regarda autour, pris la main de son frère, ne se doutant pas qu’elle le serrait trop fort. Elle ne sentait rien. « Que fait-on maintenant? Quelque chose me dit qu’aucun adulte ne sait ce qui se passe… »




bad girls do it well ♡ Get back, get down. Pull me closer if you think you can hang. Hands up, hands tied, Don't go screaming if I blow you with a bang.
Revenir en haut Aller en bas
Pr. Markus McFays
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 24/07/2010
parchemins : 467

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 1 Avr - 2:37


SAISON 4 Ϟ INTRIGUE #2
Personne ne s'était attendu à un tel cauchemar, à un tel désastre, tout cela ne rimait à rien aux yeux des jeunes sorciers mais aussi aux plus vieux sorciers. Le directeur du château, qui était à la fois un homme sage et brillant était dépassé par la situation. Il ne s'était pas attendu à ce que l'hiver soit aussi brutal, aussi infectieux pour la population anglaise mais également celle de Poudlard. Les étudiants avaient tous, ou presque, perdu un sens, ce qui avait entraîné angoisse et peur dans les couloirs. Déboussolé par cette épidémie de perte de sens, le directeur avait donc décidé de regrouper tous le monde dans la bibliothèque, afin de mettre les étudiants, avec l'aide des professeurs, en sécurité dans cette chaleureuse pièce. Beaucoup n'avait jamais visiter la bibliothèque ou si peu. En vérifiant que tous le monde se trouvait à l'intérieur, le directeur Albus Dumbledore décida de faire un tour de garde à l'extérieur quand soudain, il croisa alors trois élèves seuls, au beau milieu d'un couloir, faisant face à un mur. Il n'était pas rassuré par l'état des enfants, mais quand il vit alors le corps blanc de l'un d'eux, gelé, immobilisé par la froideur de la brume, il fut saisit et encore plus quand il vit alors ce fameux message, écrit sur le mur, à l'aide du sang de l'enfant. "Je finirais par prendre vos vie, une par une. M. " Soudainement, plus rien. Il n'y avait plus de brume, plus de froid dans le château, tous le monde avaient retrouver leurs sens. Tous. Sauf cet enfant allongé, le corps inerte par la froideur, mort. Ce message était une menace. Une menace pour tous. Et ce n'était que le début. Le début de ce qu'elle attendait.


Intrigue terminé



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    

Revenir en haut Aller en bas
 

S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: CORBEILLE :: SAISON 4 - ARCHIVAGE-