Partagez | 
 

S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Grigory I. Stilinski
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 25/12/2012
parchemins : 838

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 23 Jan - 17:00

    « La brume, quelle brume ? » Comment était-ce possible qu’une brume comme celle-ci passe à travers les portes du château, qui normalement, était sécurisé de toute splendeur. Le Russe avait entendu parler de la grande porte du château, qui savait bien sécuriser quant il fallait. « Celle qui est entrain de faire apparition à l’instant même… » dit-il alors. Cette brume avait fait son apparition d’un instant à l’autre, comme par magie, elle passait en dessous des portes, par le petit écart entre le sol et la porte. C’était rare de voir cette chose naturel faire son apparition à l’intérieur d’une pièce. « La brume à l’intérieur est une option en Angleterre… » Cette phrase signifiait que la brume n’avait rien à faire ici, et bizarrement, elle prenait possession du château, du moins, c’est ce qu’il pensait. « Ce n’est pas normal ! » Le Russe regarda alors le professeur d’histoire de la magie, puis regarda à nouveau la brume. Cette brume paraissait assez bizarre, elle n’était pas comme à son habitude. Quelque chose était anormal. « Plus il y a de brume, plus il fait froid – il faut que tous les élèves quitte les cachots, il y fait beaucoup trop froid ! » Le professeur d’anatomie qui n’avait pas ouvert la bouche depuis sa question sur la brume, sortit alors sa baguette après avoir posé les draps par terre et dit alors : « Je vais envoyé un di patronus pour faire passé le message, par chance les étudiants le recevront… » Il fit alors le mouvement du di patronus afin d’envoyer un patronus aux élèves présents dans les couloirs des cachots. D’ailleurs la voix du professeur d’anatomie se fit entendre non loin du lieu auquel les deux professeurs se trouvaient. « Avis aux élèves présents dans les couloirs des cachots, il est formellement interdit de rester dans les couloirs. Pour votre sécurité, veuillez vous rendre dans vos salles communes ou dans les lieux en hauteurs, merci. » Le professeur se demandait bien combien d’étudiants l’écouterait dans le fond. « Il faut qu’on évacue les élèves des sous sol, ils n’ont pas le droit de trainer dans le coin. » Combien d’étudiants écouteraient les consignes donnés ? Combien n’en ferait qu’à leurs têtes ? La plupart, sauf si les professeurs se rendaient sur les lieux. « Vaudrait mieux qu’on s’y rendes, par chance, on arrivera à les aidés » dit-il alors, ne sachant pas les dégâts que pourrait causer cette brume.





_________________
CHAOS, NIGHTMARE, POWER. ✌️ Ne retourne pas la  Terre entière. pour quelqu'un qui ne retourne que sa veste ○ Ridsa - A la tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Arden Ellerby-Spudmore
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 08/08/2010
parchemins : 712

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 23 Jan - 18:32

Cuisine, puis couloirs des cachots
Il avait froid, et n’avait presque jamais mis les pieds dans une cuisine de sa vie, presque. Il avait sans doute mis ses pieds plus souvent en cuisine que les autres membres de sa famille, même sa mère n’aimait pas la cuisine, elle déléguait cela à l’elfe de maison. Alden lui y passait des fois, on ne va pas dire qu’il était un grand cuisinier, mais il savait se débrouiller, doucement.  Tu as déja mit les pieds dans une cuisine au moins ? Il rit alors et répondit : Oui, quelques fois, ça arrive ! Il rit une nouvelle fois. Bordel, il avait les mains gelées. Il ne savait pas par où commencer mais Maddie lui donna les directives qui convenaient, Tu remplira les carafes, je m'occupe du lait. Cela lui convenait. Il n’était pas spécialiste du chocolat chaud, il était juste un spécialiste pour le déguster. Il regarda Maddie effectuer la tâche qu’elle s’était attribué, cela ne semblait guère compliqué. Elle dit alors, après avoir fait chauffer le lait, Je pourrais pas la porter, c'est le moment de montrer à quel point tu es fort. Il regarda la jolie blonde lui adresser un clin d’œil, et dire alors : Verse la tout doucement dans les carafes. Il hocha la tête et répondit ironiquement : Oui madame la préfète en chef ! Bien sûr, c’était de l’humour, et Alden avait pas mal de force pour un rat de bibliothèque comme disait son frère jumeau qui lui était un sportif de haut niveau. Il attrapa alors le tout pour le verser délicatement dans des carafes. Il était si concentré sur sa tâche qu’il ne remarqua pas l’épaisse brume qui s’engouffrait dans les cuisines. Il releva la tête quand Maddie dit alors : Il fait de plus en plus froid non ? Qu'est-ce que c'est que ça ? Alden reposa le tout sur le plan de travail et dit alors : Je crois qu’on ferait mieux de partir d’ici… Les elfes se chargeront de servir ce chocolat. Alden ne savait pas ce que cela pouvait être, et en tant que serdaigle, il détestait ne pas savoir. Il laissa Maddie près des fourneaux, et s’approcha de la brume, il passa une main dans celle-ci, il faisait froid, très froid – trop froid ; Allons-nous en Maddie. Dit-il en retournant vers elle, il héla un elfe et dit alors : Le chocolat est prêt ! Puis il attrapa Maddie par le bras en direction des escaliers les plus proches, il ne fallait pas rester au froid, ce n’était pas normal du tout cette brume. Pour faire sortir Maddie d’ici, il avait attrapé sa main pour sortir de la cuisine, se retrouvant alors dans les couloirs du cachot. Il régnait ici un froid morbide.



"HE LIVES IN HIS FORTRESS OF SOLITUDE."
"you think the rules don't apply to you. there's greatness in you, but there's not an ounce of humility. you think that you can't make mistakes, but there's going to come a moment when you realize you're wrong about that, and you're going to get yourself and everyone under your command killed. "  
Revenir en haut Aller en bas
Madeline B. Rookwood
avatar


Je suis la préfète en chef, la reine des reines.

first Log-in : 10/10/2010
parchemins : 1994

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 23 Jan - 19:06


dans les cuisines, puis les couloirs des cachots.
En regardant Alden, en voyant qu'il n'en savait pas plus que moi ce qui se passait, je ne pu m'empêcher de penser que la situation était décidément de plus en plus critique. Alden avait toujours était mon repère, il savait tout ce que j'ignorais. Il comprenait tout ce que je ne disais pas, tout ce que je ne comprenais pas. Si ce qui se passait maintenant lui échappait, c'était vraiment grave. Je crois qu’on ferait mieux de partir d’ici… Une fois n'étant pas coutume, j'étais d'accord avec lui. Il faisait encore plus froid dans les cachots et depuis l'apparition de la brume, la température était en chute libre. Je grelottais sur place, incapable de me réchauffer. Je regardais avec angoisse Alden s'approcher de la brume et passait une main dans la substance vaporeuse.  Il la retira vivement, comme s'il avait été touché par la foudre. Allons-nous en Maddie. Il cria à l'attention des elfes que le chocolat était prêt, m'attrapa la main et me fit franchir le passage secret. Dans les couloirs sombres des cachots, la brume avait quelque chose de lugubre, je n'aimais pas ça du tout. Et les elfes, dans la cuisine, comment ça va se passer pour eux ? J'étais réticente à les laisser mourir de froid, il ne le méritait pas plus que n'importe qui dans ce chateau. Mais je savais qu'il n'y avait pas grand chose que nous pouvions faire. Si  nous pouvions trouver un professeur, ce serait différent. Et il fallait à tout prix trouver d'autres gens, regagner la surface, sinon nous finirions nous aussi gelés dans les cachots. Ma main glacé était serrée dans celle d'Alden tandis que nous parcourions les couloirs aussi vite que possible. Une vague de froid me saisit brusquement, me coupant presque la respiration. Je posais une main sur le mur glacé pour garder l'équilibre. Je resserrais les doigts sur le col de mon manteau pour tenter de me protéger de ce froid glacial. Alden, je suis glacée... Je grelottais sans pouvoir me retenir, je sentais mes doigts s'engourdir alors que la brume blanche nous entourait peu à peu. Je tentais d'avancer mais trébucher et me rattrapais tant bien que mal à mon ami. Je peux plus... Mes forces semblaient m'avoir quitté d'un coup, je faisais un effort surhumain pour rester debout et consciente. J'étais pâle et mes lèvres étaient bleuies par le froid. Je serais un peu plus fort la main d'Alden.




From the ashes a fire shall be woken
A light from the shadows shall spring
You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?


Dernière édition par Madeline B. Rosier le Jeu 23 Jan - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arden Ellerby-Spudmore
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 08/08/2010
parchemins : 712

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 23 Jan - 19:34

Les cachots
Il avait entrainé Maddie par la main pour qu’ils s’en aillent d’ici au plus vite, il le fallait vraiment. La brume dans les couloirs était de plus en plus lugubre, et cela lui faisait froid dans le dos, vraiment. Elle dit alors, Et les elfes, dans la cuisine, comment ça va se passer pour eux ? C’était bien Maddie, elle pense toujours aux autres.  Ils sont assez grands pour se débrouiller Maddie - si on voit un professeur on lui dira. Dit-il alors, sans lui lâcher la main. Il avait froid, mais avant de se préoccupé des elfes, il fallait qu’ils se sauvent avant de finir comme des glaçons. Même si elle voulait retourner aider les elfes de maison, il serait capable de la porter lui-même pour qu’elle n’y aille pas. Personnellement, il avait l’impression de ne plus sentir ses doigts de pieds, ni même ses mains, il se sentait tout engourdie par le froid.  Elle n’avait pas lâché sa main, soudain, elle s’arrêta brutalement, quand Alden tourna la tête, il vit que Maddie s’appuyait au mur elle semblait avoir perdu l’équilibre. Alden, je suis glacée... Il la sentait grelotter, il sentait que sa main était aussi gelée que la sienne. Elle essaya d’avancer mais se rattrapa à lui. Elle dit alors tandis qu’elle serrait sa main trop fort : Je peux plus... Elle n’allait pas bien, elle semblait au plus mal. Alden avait froid, il s’arrêta dans leur course, et lâcha la main de la sorcière pour la serrer contre lui en frictionnant ses épaules pour la réchauffer. Ca va aller Maddie, ca va aller. Il ne l’avait pas lâché, il ne voulait pas la lâcher, il espérait lui tenir chaud, il ne cessa pas de frictionner ses épaules, par la même occasion il se réchauffait aussi. Aller, viens. Dit-il en arrêtant de la frictionner. Il lâcha tout, pour passer une main dans son dos, et la porter soudainement, il la souleva sur sol avec une certaine douceur. Serre-toi contre moi, tu auras plus chaud. Dit-il doucement, elle avait les lèvres bleus – elle n’allait pas bien. Lui avait froid, mais il supportait pas mal, les Goyles habitaient dans le nord de l’Ecosse, donc ils avaient tendance a bien supporter le froid. Il la portait, elle était aussi légère qu’une plume, naturellement. Il traversa le couloir à grande vitesse, et attaqua les marches quatre à quatre pour monter à l’étage. Il faisait moins froid à mesure qu’on montait mais la différence était à peine perceptible. Cependant, au milieu des marches, Alden glissa sur une marche où de la glace s’était formé, il manqua de tomber en arrière, et se retrouva à genoux dans les escaliers, avec Maddie dans ses bras. Il avait l’air malin, il demanda alors en se préoccupant de Maddie, est ce que ça va ?



"HE LIVES IN HIS FORTRESS OF SOLITUDE."
"you think the rules don't apply to you. there's greatness in you, but there's not an ounce of humility. you think that you can't make mistakes, but there's going to come a moment when you realize you're wrong about that, and you're going to get yourself and everyone under your command killed. "  
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Meriadec Lestrange
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 18/09/2010
parchemins : 1510

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 23 Jan - 20:22

« Va te pendre Lestrange. » Répondait-elle avec sa petite attitude de rebelle alors qu'elle se reculait de ma prise sur son pauvre petit menton. Elle se relevait comme un ressort alors qu'elle se reculait de moi. Comme si je ne pouvais pas malgré tout la foutre au sol comme je l'avais déjà fait lorsqu'elle m'avait fait le coup bas de se tenir trop près d'un autre homme alors que nos fiançailles étaient toujours d'actualité. Je souriais devant la peur que je lisais dans ses yeux. C'était ce que je voulais, autrement, j'aurais raté ce que je voulais accomplir. La peur était une certaine forme de respect, un début, du moins. « Peut-être que c’est la sorcière Morgana qui envoie cette grippe, et qu’elle va éviscérer tous les partisans de ton Maître. » Un rire s'échappait de ma gorge alors que je sortais ma langue de serpent pour la passer doucement sur ma lèvre inférieure. Morgana n'était rien aux côtés du seigneur des ténèbres. « Et puis, je ne suis plus une traitre. » J'haussais un sourcil mon regard glissant vers son bras, trop couvert de toutes façons pour y voir quoi que ce soit. Elle n'avait certainement pas rejoins les rangs du seigneur, je l'aurais su. « Je suis une femme mariée. » Ajoute-elle avec un sourire. Fière de son petit mariage arrangé avec Gaunt. Les mots résonnaient dans mon esprit, Sang-mêlée, sang-mêlée. Du dégoût, même si Ysölde n'as jamais réussi à me dégoûter complètement, sale démone. Je continue de sourire avec autant d'arrogance qu'elle ne me sert de froideur.

« Un jour, ton mariage ne suffira plus. Il faudra suivre le camp de ton mari ou mourir. Gaunt le sait aussi bien que nous tous. »

Lui murmurais-je en faisant un autre pas vers elle. Ysölde semblait soudainement ailleurs alors qu'elle ne réagissait pas. Son regard devenait flou et elle laissait tomber son livre. Je la regardais, complètement fasciné. Sa transe dure un moment avant qu'elle ne se laisse tomber sur le canapé, presque livide. Je souris toujours, me penchant pour attraper son livre alors que je prend de nouveau place à ses côtés. Son livre dans une main alors que mon autre bras s'étire derrière ses épaules sur le canapé, un sourire narquois qui ne quitte pas mes lèvres alors que ce petit brouillard semble être la dernière chose qui me dérange même si ma gorge commence à me déranger par la toux qui semble s'y installer.

« Je te fais toujours cet effet la ? Laisses-moi deviner, tu nous a vus ensemble, heureux avec des mômes et un château ? »

Laissais-je tomber dans le silence avec une pointe d'amertume. Elle m'avais rendu fou quand tout s'était écroulé entre nous. Heureusement je m'étais reconstruit, mais pas sans avoir fait milles plans pour la tuer, parce que si je ne l'avais pas, personne ne l'aurait.








Halo round his head
Burning in our bed
Revenir en haut Aller en bas
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 23 Jan - 20:55

Tu  savais que tu étais mariée, et même si tu semblais l’accepter avec une certaine fierté, au fond, tu  étais déprimée à cette idée. Oui, tu étais mariée, enchainé à un homme que tu n’avais pas choisi. Si tu avais rencontré Maddox dans d’autres circonstances, peut être aurais-tu pu l’aimer d’avantage, pire aurais-tu pu tomber amoureuse de lui, réellement. C’était une autre histoire, tu faisais partie de la famille Gaunt, la famille la plus proche du Seigneur des Ténèbres – cela n’était pas rien. Tu étais une sorcière de sang mêlé, mais ce nom valait bien plus que celui de certains de sang pur.  « Un jour, ton mariage ne suffira plus. Il faudra suivre le camp de ton mari ou mourir. Gaunt le sait aussi bien que nous tous. » T’avait-il murmuré. Il n’avait pas tort, mais tu  espérais sincèrement qu’il avait tort il le fallait. « Prions pour que ce jour ne vienne jamais. » répondis-tu simplement à mi-voix, tu n’avais pas envie de parler d’avantage avec lui, s’il pouvait juste s’en aller, ici et maintenant.
Entre temps, tu avais eu une de ces visions qui te faisait perdre pied. Tu détestais en avoir en public, mais devant lui, c’était encore pire – il savait ce que cela signifiait tu en avais déjà eu avec lui, tu n’aimais pas l’idée qu’il soit là.   Comme à chaque fois, tu sentais tes forces te quitter comme si toute ton énergie était dévolue à cette vision dont tu ne voulais pas. Tu t’étais laissée tomber sur le canapé sans te rendre compte que c’était Ulysse qui ramassait ton livre. Tu émergeas en voyant Ulysse assis à côté de toi, étirant son bras derrière toi, cette image t’inspire le dégoût. Il dit alors, « Je te fais toujours cet effet la ? Laisses-moi deviner, tu nous a vus ensemble, heureux avec des mômes et un château ? » Cela te donnait envie de vomir. Encore livide, tu tournas la tête vers lui, tes forces ne t’avaient pas encore totalement regagnée. Une fois tu avais eu cette vision terrifiante de finir tes jours avec lui, tu avais évité ce mariage, donc cela n’arriverait jamais, ô grand jamais, tu avais changé le futur. D’une geste rapide, fluide, et violent, ta main vient frapper sa joue avec violence, et claqua dans toute la salle commune, brisant le silence, attirant peut être les regards de tout le monde. « Va en enfer. » lui dis-tu simplement. Tu venais de gifler Lestrange devant tout serpentard, tu savais que tu allais le regretter mais tu agissais sous le coup de l’émotion, tu venais d’avoir une vision – cela te mettait toujours à fleur de peau. Tu le fixais, et récupérais avec une certaine violence ton livre dans ses mains, il était à toi. Et tu te levais brutalement, mais tes jambes flageolaient légèrement. La vision, le froid, et cette sensation fiévreuse due à ta vision avaient tendance à t’énerver, tu voulais rejoindre ton dortoir, là où tu serais tranquille, là où Ulysse Lestrange ne pourrait pas te tourmenter, mais tu ne l’atteindrais sans doute pas sans avoir subi sa vengeance.



"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”
Revenir en haut Aller en bas
Madeline B. Rookwood
avatar


Je suis la préfète en chef, la reine des reines.

first Log-in : 10/10/2010
parchemins : 1994

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 23 Jan - 22:05


Je n'avais jamais bien supporté le froid. En fait pour être honnête j'avais toujours eu la santé fragile, depuis ma plus tendre enfance. Je tombais facilement malade, j'avais une constitution plus... Disons plus faible, moins résistante que la moyenne. J'avais déclenché des rires et des regards inquiets en affirmant à treize ans que je voulais devenir auror. La fragile petite Madeline Rosier, auror ? C'était hautement improbable. J'avais l'impression d'être plus un fardeau qu'autre chose pour Alden, mais pas une seconde il ne s'éloigna de moi. Il m'attira contre lui et tenta de me réchauffer, il n'abandonnait jamais, il ne me laisserait pas. J'aurais confié ma vie à Alden, elle aurait été entre de bonnes mains. Je sentis soudain mes pieds de décoller du sol et je me retrouvais dans les bras d'Alden. Je posais ma tête contre lui, tentant en vain de contrôler mes tremblements frénétiques. Je luttais pour rester éveillée, j'avais l'impression qu'Alden partageait avec moi le peu de chaleur que son corps était parvenu à conserver. Soudain je sentis une secousse quand il glissa sur une marche d'escalier. Je levais immédiatement les yeux vers lui afin de vérifier qu'il allait bien. Le brouillard nous entourait peu à peu. Il baissa lui aussi les yeux vers moi. Est ce que ça va ? Je lui adressais un sourire que j'aurais bien voulu plus convaincant que crispé. Je vais bien Alden, je t'assure. Je peux marcher. Je ne savais pas vraiment si c'était la vérité ou pas, mais je ne voulais pas l'obliger à me porter. Dans ma poche, j'entendis un cri étouffé. J'y glissais mes doigts qui entrèrent en contact avec la pièce d'un jeu d'echec. Une reine magnifiquement ouvragée. La pièce que nous avions volé Alden et moi quelques mois plus tôt chez Zonko. On dirait qu'on est encore dans de drôles d'ennuis. susurra-t-elle d'un air mauvais. Je refermais les doigts sur elle pour qu'elle se taise. J'adorais cette pièce même si elle passait sont temps à m'insulter. C'était le souvenir d'un très bon moment. Tu te rend compte que cette saleté trouve encore la force de me houspiller ? lui dis-je avec un sourire. Un nuage de buée s'échappa de mes lèvres bleus. J'effleurais sa joue froide de mes doigts glacés.




From the ashes a fire shall be woken
A light from the shadows shall spring
You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Desiree E. Greyback
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 07/10/2012
parchemins : 1127

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 0:16

Dans les cachots…

Elle était en colère contre le monde entier. À chaque fois qu’elle était en couple, il y avait toujours ce petit quelques choses qui ne fonctionnaient pas.  À quoi bon continuer à se battre pour avoir une vie sensiblement normale lorsqu’elle ne possédait pas les titres de « normalité» ?  Elle avait connu ses moments sombres avec le nouvel arrivant dans leur péripétie au moment où elle avait poussé Katniss.  Samwell avait été un amant et un copain formidable, mais elle n’avait jamais voulu le présenter à son entourage pour le protéger.  Elle avait compris qu’il ne fallait pas tenter de cacher ceux que l’on aime, mais Finnick n’avait pas eu à subir cela… non, Finnick faisait subir beaucoup plus à Desiree comme épreuve.  D’ailleurs, la gryffondor n’était pas heureuse. Elle  ne pensait pas qu’il ne serait aussi méchant avec elle. Elle avait posé son regard sévère sur Finnick qui disait haut et fort qu’il ne pensait pas à elle. Bien, elle serait capable de lui foutre aussi son poing dans la gueule de Finnick que pour se défouler.  Peut-être n’aurait-elle pas du avoir cet excès colère contre Katniss. ? Enfin, elle l’avait fait.  La poufsouffle était sur le sol durant que Desiree lançait des éclairs avec ses yeux vers son supposé petit ami. « Sam… Tu veux bien m’y amener? » La gryffondor roula des yeux. Bon d’accord, elle était peut-être malade, mais elle ne comptait pas rester ici dans ce cachot avec Finnick. Elle n’avait plus envie de rester avec lui.  Pourtant,  elle voyait bien que Samwell s’approchait de Katniss. « Et toi fait gaffe. On parle pas aux femmes comme ça. Surtout pas à ma Desiree. Si tu prend pas soin d'elle, j'vais m'assurer de prendre soin de te donner une leçon, minus. » Desiree regardait la scène comme une spectatrice. Samwell prenait sa défense. Elle se sentait soutenue. Quelqu’un qui ne devrait pas autant penser à elle jouait le rôle de protecteur.  Il avait tendu sa main vers Desiree pour la forcer à le regarder. « Tu veux rester ici ? Tu peux venir avec nous si tu veux. Je vais m'assurer que vous ne vous tirez pas vos jolies chevelures blondes. » Elle lança un regard vers Finnick, puis elle hocha la tête positivement. « Je te suis. Je n’ai pas envie de rester ici, il fait froid ! Après, je vais surement aller dans la salle commune me réchauffer devant la cheminée ou l’alimenter comme une démente. » Elle lui fit un petit sourire timide avant de se retourner vers Finnick. « Toi, je t’avertis… tu ne fais pas de scène ! » Elle tourna les talons, prête à  repartir avec Samwell. « Au fait,  Finnick… si tu te souciais tant des gens, tu irais à l’infirmerie évitant de contaminer le monde entier, parce qu’on connait ton côté sauveur et ton grand cœur…  Mon œil, t’es loin d’être un héros ! »   Elle se mit au côté de Samwell.




(c) wayland
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Meriadec Lestrange
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 18/09/2010
parchemins : 1510

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 1:42

La salle commune des serpents - là où les vielles querelles se réchauffent. Elle tournait la tête vers moi, encore à moitié absence alors que je me moquais de son don et de la véracité des évènements qu'elle pouvait prévoir. Elle m'avait déçue, on ne me la faisait pas deux fois. Je ne croyais plus sa divination, peu importe ce qu'elle en dirait. Elle était une voyante de pacotille à mes yeux, même pas capable de prévoir le temps qu'il fera, juste bonne à se rendre intéressante pour attirer l'attention. Pourtant, je n'avais pas prévu son geste. Pas plus qu'elle n'avait prédit sa mort prochain. Sa main se frappa contre ma joue, seul contact que nous ayons de la soirée. La claque résonna dans la salle alors que je serais les dents. Je laissais la rage m'envahir entièrement, couler dans tous mes muscles avant de ne lui sauter à la gorge. De ne prendre son cou entre mes mains et de le serrer jusqu'à ce qu'elle devienne immobile et aussi froide que l'air ambiant. J'irais à Azkaban pour cette pouffiasse, elle méritait sa mort. « Va en enfer. » Me crache-t-elle pour combler l'insulte qu'elle fait déjà à elle et à sa ''nouvelle famille''. Avant que je n'ai le temps de réagir, elle reprenais son livre et elle se levait pour partir.

« Pas sans toi. » Lui promis ma voix rauque alors que je bondissais, plus alerte et plus rapide qu'elle. J'attrapais son pull d'une main, la poussant, la retournant et la coinçant entre le mur et moi. La rage sortait de partout dans mon corps. D'une main j'attrapais son poignet tandis que de l'autre je saisissais son visage, l'obligeant à poser ses yeux dans les miens. « Lève la main sur moi une fois encore et tu n'en aura plus. » Lui promettais-je, me retenant de lui faire plus mal encore devant les quelques personnes présentes, mais comme j'en aurais eut envie. Je l'aurais traînée par la crinière jusqu'au lac et je l'aurais noyer, je me serais assurée également que personne ne retrouverait jamais son corps.









Halo round his head
Burning in our bed
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 7:55

Je ne sais plus très bien comment je me suis retrouvée là. Enfin si, la période de Noël n'était pas vraiment un moment heureux pour moi, car il me rappelait que je n'avais plus aucune famille. Car ceux vivants me haïssaient et voulaient ma mort, ma mère, elle, était morte et mon père était disparu. Je préférais me dire qu'il était mort. Même si au fond de moi j'espérais le contraire. Mais c'était plus facile pour moi d'avancer. Je ne les pleurais pas. Ils ne le voudraient pas. Ils voudraient juste que je vive et c'était ce que je faisais du mieux que je le pouvais, en faisant certaines erreurs parfois. J'étais donc venu dans la salle commune pour éviter les allées incessantes des Gryffondor rejoignant leurs familles pour les fêtes. Plongé dans ma lecture, je n'avais pas fait attention que la température avait chuté. C'est quand je ressentit un frisson et que je soufflais que je vis la fumée sortir de ma bouche. Intriguée, je m'étais levée pour me retrouver morte de froid, grelotante et sans personne en vu. Alors j'étais sortie pour rejoindre nos quartiers, mais plus je cherchais et plus je me perdais à cause d'une brume épaisse qui montait lentement. Morte de froid, perdu et inquiète, je commençais à courir pour percuter une personne. Il s'agissait de "Oh ! Professeur Montgomery ! Vous ne pouvez pas savoir comme je suis heureuse de vous trouver ! Veuillez me pardonner pour mon impolitesse. Je ... Je ne comprends pas. Je ne retrouve plus mon chemin avec cette brume. Vous savez ce qu'il se passe ?". Je me frottais les mains sur mes bras, ayant perdu mon livre en cours de route. Et je finis par écarquiller les yeux. "Oh ! Professeur Stilinski, pardon, je ne vous avez pas vu." Je levais mes yeux pour essayer de voir où nous étions et je fronçais les sourcils. "Sommes-nous dans les sous sols ? Comment est ce possible ? Je suis pourtant persuadée que je montais ..." Poudlard était vraiment déstabilisant par bien des égards. Il m'arrivait encore de me perdre. Et les escaliers étaient souvent farceurs. Mais là, je ne comprenais vraiment pas et je commençais à claquer des dents. "Je peux vous aider en quoi que ce soit Professeurs ?" dis-je en m'adressant aux deux personnes en face de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Finnick M. Londubat
avatar


Patience et justice sont nos atoux. Et nous respectons la mémoire de notre chère Helga.

first Log-in : 11/07/2012
parchemins : 880

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 9:29

    Cette situation allait bientôt partir en sucette si Finnick n’arriverait pas à calmé ses nerfs. Il se demandait bien pourquoi il avait fallut que Desiree s’en prenne à Katniss, après tout, l’histoire était déjà bien loin, il n’avait pas refait le con depuis. Il était sûrement difficile de remonter en confiance chez la rouge et or, mais pourtant, le poufsouffle avait bien présenter ses parents à Desiree, chose qu’il n’avait jamais fait avec les autres. Elle aurait du comprendre, mais elle était probablement trop haineuse envers Katniss qu’elle s’en fichait bien. Tu avais le sang chaud à cet instant, le regard noir, tu te fichais bien de la carrure plus musclé que toi tu n’avais du rouge et or. « Et toi fait gaffe. On parle pas aux femmes comme ça. Surtout pas à ma Desiree. Si tu prend pas soin d'elle, j'vais m'assurer de prendre soin de te donner une leçon, minus. » Le poufsouffle se mit alors à sourire, histoire de provoqué la chose. Personne n’avait à donner d’ordre au jeune Londubat, sauf ses parents et les quelques professeurs, mais autrement personne, ni même la fille Greyback. « Dit moi le jour et l’heure et j’y serais à ma leçon petit Potter » dit-il alors d’un ton provocateur. Mais la suite, le rendit encore plus sur les nerfs quand le fils Potter demanda à Desiree de venir avec eux. Vu comment la situation prenait de l’ampleur, le poufsouffle savait déjà que sa rouge et or partirait avec eux. « Je te suis. Je n’ai pas envie de rester ici, il fait froid ! Après, je vais surement aller dans la salle commune me réchauffer devant la cheminée ou l’alimenter comme une démente. » Sans blague. Est-ce que quelqu’un ici présent s’intéressait vraiment à l’emploi du temps de la rouge et or ? Finnick était bien de trop préoccupé par les gens qui mourrait de froid. « Toi, je t’avertis… tu ne fais pas de scène ! » Comme si Finnick Londubat allait faire une scène. Il se mit alors à sourire afin de dire : « Y’en aura pas, je m’en fou en fait, je ne serais pas au cachot si je ne t’avais pas chercher » déclara t-il. Chose vrai en plus. Ah les filles, trop compliquer. « Au fait, Finnick… si tu te souciais tant des gens, tu irais à l’infirmerie évitant de contaminer le monde entier, parce qu’on connait ton côté sauveur et ton grand cœur… Mon œil, t’es loin d’être un héros ! » Sourire pour provoquer c’était bien l’une des méthodes que pratiquait Finnick depuis la mort de sa sœur, jusqu’à ce qu’il voit cette brume arriver, vers eux. « Qu’est ce que s’est que ce merder… De la brume ! »




Revenir en haut Aller en bas
D. North Finharvin
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 08/07/2012
parchemins : 145

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 11:05


LET IT SNOW, LET IT SNOW.
Couloir des cachots
Il avait envoyé son patronus prévenir les élèves de remonter à l’étage aussi vite que possible, elle n’aurait elle-même pas pu faire mieux.   « Vaudrait mieux qu’on s’y rendes, par chance, on arrivera à les aidés » Tu hoche la tête, il fallait qu’ils se débarrassent de ces linges qui les encombraient. Elle posa les linges sur le sol, récupérant ceux dans les mains de Grigory, et d’une geste leste de la baguette, les linges disparurent dans le sac de la sorcière, se miniaturisant.   « Nous serons moins encombré ! » dit-elle en resserrant sa main sur sa baguette. La brume l’inquiétait de plus en plus, et quand elle parlait une fumée s’échappait de ses lèvres.  Elle sursauta vivement quand une élève sortie de nulle part fit irruption ! « Oh ! Professeur Montgomery ! Vous ne pouvez pas savoir comme je suis heureuse de vous trouver ! Veuillez me pardonner pour mon impolitesse. Je ... Je ne comprends pas. Je ne retrouve plus mon chemin avec cette brume. Vous savez ce qu'il se passe ?» Il s’agissait d’une élève de la maison gryffindor, une nouvelle élève qui était arrivée cette année. C’était une élève de la maison de Dorcas. Celle-ci semblait d’après ses dire s’être perdue, et Doe voulait bien la croire les couloirs de Poudlard pouvaient être traitre parfois. « Oh ! Professeur Stilinski, pardon, je ne vous avez pas vu.» Doe observait l’élève qui frottait ses mains sur ses bras pour essayer de se réchauffer, quand elle vit Jessamina froncer les sourcils -  « Sommes-nous dans les sous sols ? Comment est ce possible ? Je suis pourtant persuadée que je montais ...» Elle s’efforça de lui adresser un sourire rassurant, quand elle dit alors : « Ne vous en faites pas Miss Kirk-Hampstead, les couloirs de Poudlard sont traitres, et avec cette brume, un elfe de maison averti ne retrouverait pas son chemin ! » C’était une nouvelle élève, se perdre était tellement facile, et c’était sans compter sur les escaliers capables de jouer des tours. Même Dorcas pestait parfois contre ceux-ci car ils l’avaient induit en erreur. « Je peux vous aider en quoi que ce soit Professeurs ?» Doe la voyait grelotter derrière ses boucles blondes. D’un geste leste et rapide, la sorcière sortie une épaisse couverture de son sac qu’elle avait préalablement miniaturisé, et après lui avoir rendu sa taille normal, elle la déplia d’un coup bref, et la passa sur les épaules de Jessamina. « Vous êtes gelée ! » Ce n’était pas une question, mais plus une affirmation. « Il faut qu’on quitte les cachots immédiatement, la température est invivable ! » Elle adressa un regard à Grigory, puis posa son regard sur Jessamina, et demanda alors : « Vous allez bien, vous n’avez pas trop froid ? » Elle avait le don de s’inquiéter pour les autres plus que pour elle-même, ne se rendant pas vraiment compte qu’elle avait les lèvres autrefois roses qui avaient tendance à se bleuter légérement.




MAMMA WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Grigory I. Stilinski
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 25/12/2012
parchemins : 838

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 12:54

    Cette brume n’était pas que passagère car elle restait, pire, elle prenait place dans les lieux. Il fallait faire quelque chose, quelque chose qui pourrait éviter un refroidissement de tous les lieux. Ne sachant pas les conséquences qu’elle pouvait avoir sur l’homme, le professeur Russe avait donner l’alerte aux étudiants. Maintenant, il fallait vérifier si ces quelques étudiants se trouvant dans le coin et dans les cachots, prendrait le risque ou non de faire face à la brume. « Nous serons moins encombré ! » Il est vrai que dans une situation comme celle-ci, avoir les bras chargés n’était pas en bonne uniforme. S’il fallait agir, valait mieux avoir ses deux mains de disponibles. Soudain, une étudiante de la maison des rouges et or fit apparition de je ne sais où, elle avait l’air paniquée, pire, sous le choc d’un tel évènement. Cette jeune étudiante avait l’air d’être perdue également. D’ailleurs elle le fit comprendre au professeur Montgomery. Puis soudain, elle se mit alors à s’adresser au Russe. « Oh ! Professeur Stilinski, pardon, je ne vous avez pas vu.» Le professeur d’anatomie était quelqu’un de discret, il n’aimait pas se faire remarquer, bien que le fait d’être un nouveau professeur faisait déjà une présence remarquer. D’ailleurs il réussissait à se faire remarquer en cherchant les lieux dans le château, étant donner qu’il ne les connaissait peu ou pas du tout. « Mademoiselle Kirk-Hampstead, avez-vous vue d’autre élèves présent dans le lieu d’où vous venez ? » demanda t-il alors. Il était préférable de savoir si d’autres étudiants était dans le même état que la gryffondor. Il ne connaissait pas spécialement le nom de l’élève mais après avoir bien écouter le professeur Montgomery, il avait mémorisé le nom de celle-ci. "Je peux vous aider en quoi que ce soit Professeurs ?" La pauvre gryffondor n’était vraiment pas en bonne état pour aider. La brume prenait de l’ampleur. Elle était mauvaise. « Il faut qu’on quitte les cachots immédiatement, la température est invivable ! » Grigori était d’accord, ce lieu n’était pas le meilleur endroit pour survivre, il fallait quitter ce couloir. « Professeur Montgomery, vous devriez ramener votre élève dans un lieu en sécurité, je vais aller veiller à ce que personne ne traine dans les couloirs… » Soudain, un aigle fit son apparition dans les airs, il allait droit vers le professeur et l’élève. « Aigle en vu ! » s’exclama alors le Russe.





_________________
CHAOS, NIGHTMARE, POWER. ✌️ Ne retourne pas la  Terre entière. pour quelqu'un qui ne retourne que sa veste ○ Ridsa - A la tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Arden Ellerby-Spudmore
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 08/08/2010
parchemins : 712

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 14:57

Les cachots
Il était tombé en avant, et avait pu se rattraper avec un genou sur une marche pour éviter que la tête de Madeline ne frappe le sol avec violence. Il s’en voudrait dix fois plus s’il lui arrivait malheur par sa faute à lui que s’il se faisait mal lui-même. Il le ne l’avait pas lâché, il s’était même demandé comment elle allait, sans prêter attention à une douleur certaine à sa cheville. Elle répondit à sa demande par une phrase peu convaincante :  Je vais bien Alden, je t'assure. Je peux marcher. Il esquissa un sourire, mêlé une petite grimace. Ca y est, la douleur dans sa cheville se réveilla doucement. Il regarda Maddie, et répondit : Bien sûr, et moi je vais aller me mettre en maillot de bain. Elle n’était pas convaincante. Elle mentait, et il le savait, peut-être ne voulait-elle pas être un poids pour lui – quoi qu’il en soit, elle n’avait jamais été un fardeau pour lui, jamais, elle ne le serait jamais.  Bien sur non, elle ne marcherait pas, il ne la laisserait pas faire il la vit glissé sa main dans sa poche suite à une sorte de cris étouffé. Alden fronça les sourcils, qu’avait-elle donc de caché dans sa poche ? Elle en sorti la pièce d’échec qu’ils avaient volé à Pré Au Lard, encore une sacrée journée. La reine dit alors l’air mauvais, On dirait qu'on est encore dans de drôles d'ennuis. Elle était toujours aussi mauvaise, mais Alden se remémorait cette journée épique où il avait cru perdre ses poumons suite à la course effrénée. Maddie était persuadé qu’ils avaient commis un casse, alors qu’en réalité, Alden avait réglé le montant de la pièce, et avait demandé à la vendeuse de les poursuivre jusqu’au milieu de la rue. Tu te rend compte que cette saleté trouve encore la force de me houspiller ? Alden rit alors, il n’arrivait pas à croire qu’elle l’avait encore dans sa poche. Je n’arrive pas à croire que tu gardes cette chose dans ta poche, petite voleuse. Dit-il avec une dose d’humour. Il n’avait pas lâché Maddie, il donna une impulsion pour se relever. Elle était toujours aussi légère, il fit attention en mettant son pied gauche sur la marche sur laquelle il était tombé. Il esquissa une grimace, et ressera sans le vouloir sa main qui tenait Madeline sous ses genoux, la douleur de sa cheville, mais il avancerait. Il monta la marche bien plus doucement, avec une démarche assez… boiteuse. Il lui fallut un certain pour monter quelques marches.



"HE LIVES IN HIS FORTRESS OF SOLITUDE."
"you think the rules don't apply to you. there's greatness in you, but there's not an ounce of humility. you think that you can't make mistakes, but there's going to come a moment when you realize you're wrong about that, and you're going to get yourself and everyone under your command killed. "  
Revenir en haut Aller en bas
Danérya Théa Weasley
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 02/04/2012
parchemins : 480

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 15:12

Le Hall de Poudlard
Tu n’aimais pas du tout l’idée que tes vacances de Noël soient gâchées. Oui, tu avais toujours été la dernière de la famille Malfoy, et tu n’aimais pas manquer les fêtes de Noël durant lesquelles tu étais définitivement la plus gâtée de tous les enfants de cette famille. Le seul point positif de cette histoire de tempête était que tu pouvais passer du temps avec Adonis, tranquillement – enfin presque. Poudlard ressemblait à un lieu assiégé, et les professeurs se démenaient dans tous les sens pour essayer que tous se passe pour le mieux. Toi, tu étais congelée, et même si les professeurs avaient demandé aux élèves de retourner dans leur dortoir tu constatais que plus de la moitié était encore dans le hall pour discuter avec des camarades d’autres maisons – toi, tu faisais pareil, c’était contre Adonis que tu étais blotti, c’était une excellente façon pour se réchauffer n’est ce pas ? « J’ai pas envie d’aller dans mon dortoir ! » Déclaras-tu de manière assez plaintive quand un professeur rappela aux élèves dans la hall cette nouvelle. Tu étais assez capricieuse parfois. Tes mains enlaçaient le cou d’Adonis, tes mains étaient gelée derrière tes gants de cuirs noir. Tu étais morte de froid. Tu esquissa une moue boudeuse  en regardant Adonis,  tu n’avais pas envie de le quitter, tu n’avais jamais envie de le quitter, tu l’aimais peut être un peu trop. Tu dis alors avec moue boudeuse, « Tu veux peut être m’accompagner jusqu’à la tour Gryffindor ? » Après tout, la tour gryffindor, et celle de serdaigle n’étaient heureusement pas très loin l’une de l’autre. Vous étiez alors interrompu par cette étrange brume, qui eut pour effet de faire fuir les élèves du hall. Toi, tu la fixais de tes yeux verts sans comprendre de quoi il s’agissait. Tu te décollais alors d’Adonis, et attrapais sa main, et dit alors : « Et si on s’en allait ? » En même temps, tu l’attirais vers les escaliers, tu avais de plus en plus froid, et tu ne tenais pas à vous voir finir comme des glaçons – il fallait aller près d’une cheminée pour être au chaud. Soudainement, à la première marche, tu éternua violemment. Tu poussais un soupire, tu ne te sentais pas bien depuis quelques minutes, fièvreuse, mal à l’aise, tu espérais ne pas avoir attrapé cette grippe, mais espérer ne suffisait pas à ne pas l’attraper !




BAD MOON ON THE RISE
I see the bad moon a-rising I see trouble on the way I see bad times today,Don't go around tonight.Well it's bound to take your life,There's a bad moon on the rise. + Mourning Ritual ft. Peter Dreimanis - Bad Moon Rising
Revenir en haut Aller en bas
Madeline B. Rookwood
avatar


Je suis la préfète en chef, la reine des reines.

first Log-in : 10/10/2010
parchemins : 1994

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 17:55


les cachots
Je remerciais en silence le professeur Montgomery qui avait eu l'idée de ne pas me laisser aller seule dans les cuisines, parce que je savais pertinemment que sans lui, je serais morte de froid dans les cachots. Je n’arrive pas à croire que tu gardes cette chose dans ta poche, petite voleuse. Je lui souris en regardant la petite pièce qui m'insultait déjà en me traitant de sale pimbêche lorsque je l'avais volé chez Zonko. Il y à une fiche à mon nom au ministère de la magie, tu sais... Pour le grand banditisme. fis-je avec un clin d'oeil. Alden se redressa alors, me serrant contre lui. Mais je perçut sa grimace de douleur et une pression de ses doigts au niveau de mon genoux. Il avait mal. Je fronçais les sourcils. Tu t'es fais mal. Ce n'était pas une question, mais une affirmation. Il ne se préoccupait que de moi, mais dans ses bras j'étais en sécurité, lui boitait. Il ne pouvait pas continuer comme ça. Je vais marcher, je te jure que je peux le faire, je ne suis pas en sucre. Je ne lui laissais pas les choix et me libérer doucement de ses bras, posant les pieds sur le sol glissant des cachots. Ecoute moi, on doit sortir d'ici sans traîner, et on ira plus vite si je t'aide. Alors pour une fois ne discute pas et fais moi confiance. Lui dis-je d'un ton qui ne soufrait aucune contestation. Sans lui demander son avis, je pris le bras d'Alden et le passait autour de mes épaules afin de lui servir de béquille et de l'aider à marcher. Nous avançâmes un peu à tâtons pendant un moment, on y voyait pas grand chose das les cachots malgré la faible lueur que projetait ma baguette serrée dans ma main. En plus j'avais du mal à voir ou je mettais les pieds à cause de la brume qui dissimulait de plus en plus le sol. Je tremblais de plus en plus et entais de m'empêcher de claquer des dents, mais c'était l'état d'Alden qui me préoccupait, l'immobilité était trop dangereuse par ce froid.




From the ashes a fire shall be woken
A light from the shadows shall spring
You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Samwell N. Potter
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 16/09/2012
parchemins : 272

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 19:57

Les cachots, en direction de l'infirmerie - Londubat se révélait être un petit arrogant d'avantage que j'aurais cru que Desiree pouvait en endurer. Alors que je l'avais menacé, le microbe avait sourit, empreint d'une arrogance qui me faisait penser à la mienne. « Dit moi le jour et l’heure et j’y serais à ma leçon petit Potter. » Provocateur, j'étais plus fort, je n'avais pas répondu. Sa leçon viendrait en surprise au moment où il s'y attendrait le moins, j’espérais pour lui que ce ne serait pas en pleine nuit après que Pettigrew m'ait promis que ça irait mieux, encore un fois. Je l'avais ignoré, me tournant vers Desiree. « Je te suis. Je n’ai pas envie de rester ici, il fait froid ! Après, je vais surement aller dans la salle commune me réchauffer devant la cheminée ou l’alimenter comme une démente. » J'avais doucement hoché de la tête en souriant. Dès que Katniss serait hors de danger, j'irais sans doutes la rejoindre à la salle commune. Près du feu, nous serions surement bien. Desiree c'était donc jointe à nous alors que nous allions partir. Elle se retournait par contre vers son petit ami. « Toi, je t’avertis… tu ne fais pas de scène ! » L'avertissait-elle alors que le petit poufsouffle faisait encore des siennes, mais cette fois avec un peu plus de charme. « Y’en aura pas, je m’en fou en fait, je ne serais pas au cachot si je ne t’avais pas chercher. » Personnellement, j'aurais été attendris s'il avait été mon mec et que j'avais été sa meuf, m'enfin, c'était loin d'être le cas. Desiree ne semblait pas atteinte par l'attention de son petit ami. « Au fait, Finnick… si tu te souciais tant des gens, tu irais à l’infirmerie évitant de contaminer le monde entier, parce qu’on connait ton côté sauveur et ton grand cœur… Mon œil, t’es loin d’être un héros ! » Lui assénait-elle sans pitié, ce à quoi, le poufsouffle restait froid, sourire arrogant aux lèvres. Il avait plus de patience que moi, apparemment. Une genre de brume traînait désormais sur le sol alors que j'allais avancé. « Qu’est ce que s’est que ce merder… De la brume ! » J'étais choqué, je n'avais jamais vu ce phénomène de ma vie. Je ne traînais pas souvent dans les cachots, sauf lorsque je revenais conduire Ysölde. « Je préfère ne pas le savoir, filons ! » Dis-je alors que je prenais Katniss dans mes bras comme la princesse qu'elle était, commençant déjà à marcher rapidement en espérant que Finnick aurait au moins la descence de tenir la main de sa copine et de la rassurer. Je ne pouvais pas tout faire quand même.






What have you done to
me, my sweetest friend ?
Revenir en haut Aller en bas
Cameron Rookwood
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 27/10/2013
parchemins : 85

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Ven 24 Jan - 20:38

Couloir des Cachots, puis Salle Commune des Serpentards.
L’annonce était tombée, comme une pierre au milieu d’un lac. Le concierge de l’école s’était empressé de condamner les accès menant à l’extérieur sous les ordres du directeur et seule la double porte d’entrée en chêne était restée à demi-ouverte afin d’accueillir fluidement les différentes vagues d’habitants de Pré-Au-Lard souhaitant bénéficier de l’asile proposé par l’école.
Cameron s’était premièrement cantonné à la Grande Salle, habillé d’un pull de laine épaisse clair. Mais rien ne semblait pouvoir repousser la morsure hivernale et les flammes qui grondaient furieusement dans l’âtre des cheminées ne lui avaient jamais paru aussi froides. Quelque chose d’anormal était entrain de mijoter, il le sentait comme une vibration au fond de ses os. Il espérait seulement que cette chose ne se révèle pas aussi létale que ne l'avaient été les deux dernières surprises de Noël. L’attitude de l’équipe professorale, aussi organisée soit-elle, désamorçait cet espoir pièces par pièces. Observateur en dépit de l’agitation ambiante, il avait surpris des froncements de sourcils, des expressions inquiètes et pire encore : l’incompréhension d’un tel phénomène. Même le professeur Dumbledore—tout Dumbledore qu’il était—semblait dépassé. Que se passait-il ?
Cameron s’était décidé à rejoindre la salle commune des Serpentards, quelques instants après le départ de Dabria. Il avait patiemment attendu, au cas où elle lui adresserait un signe quelconque; mais dès lors qu’il avait été certain de ne pas être sollicité par la tutrice, il avait mis les voiles, peu désireux de s’attarder au cœur de la confusion que la dernière directive de Dumbledore avait stimulée. Il s’était emparé d’un bocal sur l’une des tables et y avait glissé une flamme magique d’un bleu électrique. Cameron l’avait serré contre sa poitrine en prenant la direction des cachots, les mâchoires serrées, saillantes. La tactique était à peine efficace et un soupir mêlant exaspération et mécontentement s’échappa de ses lèvres gercées. Ils n’avaient pas survécu aux quelques dernières années, pour succomber à la prise d’otage d’un foutu blizzard ! Cette pensée lui redonna un peu d’énergie. Il s’immobilisa toutefois très soudainement au beau milieu du hall d’entrée, remarquant la présence d’une brume lente et vaporeuse. Ses sourcils se froncèrent et, il s’approcha afin de fermer l’entrée. Il n’avait pas atteint la double porte que ses pupilles se brouillèrent légèrement et ses bras retombèrent contre ses hanches.
Quelques minutes plus tard, il s’avançait dans le couloir des cachots avec l’impression tenace d’avoir manqué quelque chose. Le souvenir de la brume était toujours là cependant, accompagné d’une certitude abstruse : cette chose, aussi inoffensive puisse-t-elle paraître au premier abord, détenait un pouvoir terrible. Il avait besoin de se couvrir un peu plus chaudement, puis il irait mener une recherche à la bibliothèque. Ce ne pouvait pas être la première fois qu’un tel phénomène se manifestait ! S’efforçant de réprimer les frissons qui l’agitaient de toutes parts, il ralentit le pas en remarquant la présence des professeurs Montgomery et Stilinski aux côtés d’une élève de Gryffondor visiblement confuse. “Professeurs ! Professeurs !” appela-t-il en trottant péniblement jusqu’à eux. “Je peux m’occuper de la salle commune” indiqua-t-il le souffle court malgré l’effort minime qu’il venait de produire. “Vous permettez ?” ajouta-t-il en désignant le sac qu’elle tenait entre les mains, duquel il l’avait vu tiré la couverture duveteuse qui couvrait désormais les épaules graciles de son élève. “Merci” souffla-t-il avec gratitude, chassant l’envie de s’humecter les lèvres. Il s’ébroua doucement en resserrant le duvet autour de lui avant de reprendre, la voix grave : “Le professeur Dumbledore demande à ce que les élèves manifestant des symptômes de fièvre soient emmenés à l’infirmerie. Je ne sais pas depuis combien de temps vous êtes ici, mais …” Cette fois-ci, il frissonna pour de bon et sa voix tremblota malgré lui: “Une brume s’est glissée dans le hall d’entrée. Si vous souhaitez remonter, il vaudrait mieux faire vite” rapporta-t-il le plus concisément possible. “Tenez” ajouta-t-il en lui tendant son bocal dans lequel vivait une flamme à peine plus efficace qu’une paire de gants, remarquant les lèvres d’une inquiétante teinte bleue, qu’affichait le professeur Montgomery.

Il s’était éloigné de quelques mètres seulement lors-qu’indistinctement, comme à travers un épais brouillard, il entendit la voix du professeur Stilinski s’exclamer : “Aigle en vue !” dans son dos. Mais il ne s’arrêta pas. Après tout, que ferait un aigle dans les cachots de l’école ? C’était ridicule ! Il avait sans doute mal entendu. D’autres bruits étaient perceptibles dans les cachots. Sûrement n’était-il pas seul à se promener dans la zone, mais il n’y prêta aucune attention; pour le moment, son objectif était la salle commune. Ils s’occuperaient des autres plus tard, si Merlin le veut.
Le passage desservant la salle commune s’ouvrit devant lui. “Lashlabask !” réagit-il instinctivement. Le sortilège s’échappa brusquement de sa baguette pour venir s’écraser contre le flanc d’Ulysse qui—visiblement peu concerné par l’audience qui suivait attentivement ses gestes—malmenait Ysölde, aka sa belle-soeur, slash, ex-fiancée. “Toujours fidèle à toi-même” ajouta-t-il avec un mépris on ne peut plus perceptible, la baguette toujours en poigne par mesure de précaution. On ne savait jamais à quoi s’attendre avec Ulysse Lestrange, c’était tout le problème. Les révélations de Madeline concernant sa grossesse obscurcissaient probablement son jugement à l’heure actuelle; mais la vérité était qu’il n’avait jamais réussi à s’encadrer Ulysse. Il abritait quelque chose de profondément malsain. “Qu’est-ce que tu lui as fais ? Elle est prête à s’évanouir !” lâcha-t-il durement en remarquant la pâleur presque livide qui couvrait le visage de la jeune femme. Il tendit une main en direction de celle-ci pour l’inviter à le rejoindre. Cameron n’était pas le genre à intervenir lorsque deux de ses camarades entraient dans une altercation. Mais il se serait placé du côté de n’importe quelle victime d’Ulysse, par principe. “Tu …” Il prit soudainement conscience de la brume qui évoluait autour d’eux et ses muscles se raidirent. Comment était-ce possible ? La salle se trouvait pourtant sous le lac ! Cette chose défiait les lois de la logique. “Toi, le cinquième année ! Évacue les dortoirs. Il faut monter dans les étages” ordonna-t-il en s’adressant à l’un des élèves qui avait passivement assisté à l’échange Ulysse/Ysölde. “Les autres, dehors, tout de suite !” La plupart des élèves l’observèrent comme s’il lui était poussé une deuxième tête. Lorsqu’ils comprirent combien il était sérieux, ils se levèrent d’un même élan pour franchir le passage de la salle. Il glissa la couverture que lui avait donné le professeur Montgomery sur les épaules d’Ysölde. “Comment tu te sens ? Je t’emmène à l’infirmerie, faut pas plaisanter avec cette foutue grippe” indiqua-t-il d’un ton impératif, sans s’imaginer que l’état de la jeune femme puisse trouver source dans son don de voyance. De toute manière, il ignorait tout de ses capacités en la matière.




Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 25 Jan - 15:24




    LE HALL, PUIS LES COULOIRS DES CACHOTS
    J'avais fait partie des premiers à quitter Poudlard les vacances venues, ayant diverses courses à mener et des rendez-vous importants à Londres au sujet de mes recherches astronomiques. Entre autres choses. Passé par Pré-Au-Lard, je m'étais retrouvé pris dans cette maudite tempête. J'étais donc de retour à Poudlard, malgré moi. J'étais gelé. J'ignorais ce qui était en train de se passer mais cela ne me disait rien de bon. En bon professeur, j'aidai aussitôt à l'accueil des Pré-au-Lard avec qui j'étais revenu après l'appel de Dabria. Mon inquiétude prit le dessus, surtout en voyant la brume apparaître. Qu'était-ce donc que cela encore ? Et bon sang, où était Doe ? Nous avions beau être en froid, je ne pouvais pour autant pas m'empêcher de penser à elle, et de m'inquiéter, surtout depuis notre dernière dispute où elle avait risqué sa vie, ce qui m'avait mis hors de moi. J'espérais qu'elle n'avait pas recommencé, foutue tendance des Gryffondor à aller se chercher des problèmes. Il fallait que je la retrouve pour m'en assurer, même si l'idée de me retrouver face à elle m'irritait. J'appris qu'elle était allée en direction des cachots. Quelle idée stupide. Vraiment elle ne changerait jamais. D'un pas sec, je m'engouffrai dans les profondeurs, et constatai qu'effectivement il y faisait encore plus froid, à tel point que cela en devenait difficilement supportable. Je finis par user de ma forme Animagus d'aigle royal, rendant de suite les choses plus acceptables pour cet organisme animal taillé pour les hautes cimes enneigées. Volant le plus lentement possible afin de ne pas me cogner, ma vue d'aigle me permit temporairement de percer la brume. Temporairement car celle-ci se faisait plus dense de minute en minute. Mais cela me suffit pour trouver enfin ce que je cherchais. « Aigle en vue ! » signala Stilinski alors que je freinai brusquement pour aussitôt me transformer dans mon élan, et réapparaître humain devant lui, une élève de Gryffondor que je reconnus comme étant Mlle Kirk-Hampstead... et bien sûr Dorcas. Mon soulagement de la voir en bonne santé ne se manifesta cependant pas sur mon visage, que je gardai fermé face à eux, comme à mon habitude, promenant mon regard glacial sur chacun d'eux. Et plus encore à cause de Stalinski dont la seule présence suffisait à m'énerver. « Vous devez tous revenir dans le Hall. La situation s'aggrave et il vaut mieux que tout le monde se regroupe afin d'éviter les accidents isolés au milieu de cette brume. Il y a déjà eu un mort à Pré-au-Lard, il serait judicieux de ne pas allonger la liste si stupidement, » leur rappelai-je cynique à souhait, avant de tâtonner le mur le plus proche sur quelques mètres afin de trouver la torche évidemment éteinte qui y était accrochée. D'un Incendio informulé, je la rallumai, non pas pour nous éclairer mais nous réchauffer un minimum. « Allons-y, avant qu'on ne sache plus où se trouve la sortie, » fis-je, tout en me préparant à devoir relancer un Incendio toutes les cinq minutes pour rallumer la torche, le froid ne cessant de faire baisser les flammes à peine créées. Quel bordel, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 25 Jan - 18:02

Dans la grande Salle, vers les sous sols

Docilement, Aleksei avait suivi Dabria. Pourquoi? Bonne question, pourquoi pas? C'était elle qui connaissait mieux que quiconque les couloirs de ce château, elle était tout de même professeur ici et ce n'était pas parce qu'Aleksei ne la portait pas très haut dans son coeur en ce moment qu'il ne pouvait pas tout simplement l'utiliser. Mais là encore, c'était une question de point de vue car le bras droit de Voldemort ne portait personne dans son coeur. Il n'avait qu'une seule hâte, se mettre à la tâche et tuer le plus de vermine possible, ensuite, quand une fuite serait possible, il s'éclipserait et irait reporter le tout à Lord Voldemort, certain que ce dernier serait plus que fier et reconnaissant de ses actes. Car oui, Aleksei ne vivait que pour le servir. Cependant, Aleksei avait tort de croire que tout ce qui se passait dans le château aujourd'hui était le fruit du hasard et qu'il ne s'agissait que d'une simple tempête. Il en eut la confirmation alors que de la brume, oui, de la brume, s'étirait devant eux. Tout comme Dabria, il sortit sa baguette magique, ne sachant cependant pas quel sort il devait jeter à une telle chose. Le temps leur manquait cruellement et ils devaient réfléchir vite. Battre en retraite ou continuer. Autour d'eux, c'était le chaos et la panique, les élèves poussant des cris en voyant eux aussi la brume. "Je crois que nous allons devoir ... improviser." Annonça platement Aleksei, posant son regard sur Edgar, puis sur Dabria, se disant qu'il aurait pu avoir bien pire comme compagnie. Mais il ne voyait pas comment le chef de la brigade de la police et la professeur de divination pouvaient être utiles dans un moment pareil. "Sauf si l'un d'entre vous désire mourir aujourd'hui ou à une bien meilleure idée." User de magie noire? Oui, et quel sortilège? Aleksei ne voyait pas vraiment de solution à part contourner cette épaisse fumée. Ne pouvant s'empêcher un trait d'humour, il se rapprocha délibérément de Dabria, osant même passer un bras autour de la taille de cette dernière, derrière elle, murmurant désormais à son oreille:  "Ou alors désirez vous que je me sacrifie pour vous Miss Greengrass, peut être que là vous aurez votre promotion." Est-ce que c'était le bon moment? Non, mais Aleksei ne pouvait s'en empêcher.


Dernière édition par Aleksei D. Andropov le Sam 25 Jan - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 25 Jan - 18:05

Toujours un mot gentil, toujours un doux sourire, c'était vraiment un plaisir que de voir le Professeur Montgomery. Non seulement celle-ci était jolie, mais elle avait une allure d'une reine. Dans ses manières, sa gestuelle. Une reine, une mère, une femme modèle en somme. Un idéal que j'aimerais bien attendre plus tard. Même si je savais que cela ne serait jamais le cas et et que je devais me trouver par moi-même, certaines personnes nous influençaient et ce n'était pas un mal. Le professeur Montgomery en faisant partie. Même si je la connaissais depuis très peu de temps. J'appréciais donc qu'elle parle de l'elfe de maison perdu, même si je doutais de ses paroles. Je ne pensais pas qu'elle mentait, mais qu'elle disait surtout cela pour me réconforter et me sentir plus à l'aise. "Merci Professeur Montgomery." Et alors que je disais ces quelques mots, je me retrouvais avec un chaude couverture sur les épaules. J'écarquillais les yeux et je m'y engouffrais aussitôt, la mettant jusqu'à sous mon nez. Je continuais de grelotter et d'avoir froid mais c'était tellement généreux de sa part, surtout quand on voyait son propre état à elle. Elle n'avait pas l'air d'aller mieux que moi, mais tout était une question de prestance et elle en avait. "Oui Professeur Montgomery, je vais très bien, je vous en remercie." Oui, moi aussi je lui mentais un peu, mais elle ne pouvait guère faire mieux que ce qu'elle venait de faire maintenant. Et c'était déjà beaucoup ! A la question du Professeur Russe, je me mis à réfléchir et je finis par faire non de la tête. "Avec les fêtes et les départs pour les vacances, je m'étais isolé dans une salle de lecture. J'étais donc seule. Et je ne me souviens pas avoir rencontré d'autres élèves. Je dois vous avouer que je cherchais tellement à rejoindre ma maison, que je n'ai pas fait attention aux restes ... Désolé Professeur Stilinski." Je me sentais si bête d'un coup ! Je n'avais pensé qu'à rejoindre un endroit connu sans faire attention aux autres. C'était si stupide de ma part, que je m'en voulais. D'ailleurs, j'en rougissais, mais sous la couverture difficile de le voir, vu que je m'y cachais à moitié. Et alors que le Professeur Russe reprenait la parole, je regardais le Professeur Astorg faire son apparition. C'était toujours impressionnant de voir une transformation. Et c'est émerveillé et le bouche encore un peu ouverte que je l'écoutais mener son petit monde à la baguette. C'était si simple de l'écouter et de faire ce qu'il demandait sans rien rejeter ses paroles. Mais alors que je suivais les professeurs, je ne pu m'empêcher de revenir sur l'un de ses paroles. Un mort ? Comment ? Pourquoi ? Que s'était-il passé ? La curiosité était un vilain défaut, mais si ce qui était en train de se passer n'était pas "naturel" devions nous craindre que "celuidontonnedoitpasprononcerlenom" soit derrière tout cela ? "Il y a eu un mort à Pré-au-Lard Professeur Astorg ? Que lui est-il arrivé ?
Revenir en haut Aller en bas
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Sam 25 Jan - 21:03

salle commune de serpentard

Tu savais qu'il etait un monstre, il te faisait toujours aussi peur. Et tu ge demandais encore comment il faisait pour avoir cette emprise sur toi, tu detestais cette idee.tu l'avais giflé et tu allais le regretter, on pouvait dire que tu te vengeais de ce quil t'avais fait subir. Tu t'étais effectivement attitré sa colere il n'en fallu pad plus qu'une gifle pour réveiller la bête qui etait en lui - tu savais qu il pouvait etre tres violent. Tu avais beau t'être levée, il attrapa alors ton pull et sa violence fut celleque tu avais imaginée. Il t'avais alors dit qu'il n'irai pas en enfers sans toi, cedt la qu il t'as bondi dessus une main saisi ton poignet et l'autre attrapait ton visage. Tu étais rntre le mur et lui tandid qu'aucun eleves n'avait levé le prtit doigt. Il te menaça mais tu ten fichait."La ferme!" repliquas tu a mi-voix.une voix s'éleva alors, et un sortilège fusa alors, percutznt Ulysse de point fouet.Cameron Rookwood s'adressa a ton ennmis svec un mepris certain - ainsi Ulysse avait meme des ennemis parmis les sangs purs. Tu etais sonnée sans doute d'une paleur a faire froid dans e dos, mais ca ce n'était pas la grippe cetait ta vision. Cameron tetenfit la mzin, sonnee et sous le choc tu l'attrapais sans y réfléchir - la brume vous entourait. Tu entendis Cameron dire aux eleves de quitter la salle commune pour rejoindre les etages. Tu fut soulagee et contente que Cameronte couvre avec une couverture, et c'est les mains tremblantes que tu la serra d'avantagepour te rechauffer. Il te demanda comement tu te sentais, et il voulait t'emmener a l'infirmerie. tu secouait la tete de haut en bas, et dis alors : "Ca va - tu marqua une pause- je... Je vais bien. Je ne suis pas malade, je vais bien."tu devais te justifier tu n'avais en aucun cas envie de retrouver miss Nott a l'infirmerie, tu ajoytais alors:"Je... Jai fait un malaise.... Habituel. Ce n'est pas la grippe, je vais bien."tu n'osais meme pas adresser un regard a Ulysse soussla couverture, tu avais glissée ta mainn dans ta poche prete a brandir ta baguette. "Nous devrions rejoindre le hall au plus vire, il ny a... Rien de bon dans cette brume." tu n'ajoutais rien de plus, ta vision floue confirmait que rien de bon n'allait se passer.

(excusez moi mais je suis dur tablette, c'est la misère - je ne sais pas mon nombre de mot lol)



"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”
Revenir en haut Aller en bas
Adonis S. Harlington
avatar


Je suis le préfet de Serdaigle, attention à toi, je veille au grain !

first Log-in : 30/03/2012
parchemins : 860

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 26 Jan - 3:16

Le hall et le premier étage…

Adonis regardait les gens s’affoler dans le hall d’entrée. Il n’était pas aussi enclin à réagir aussi promptement lorsque ses plans étaient détruits. Bon, il devait avouer que cela faisait presque son affaire que tous les élèves soient coincés ici. Sa Ravenna ne partirait pas loin de lui, elle devait rester pour noël. Il avait déjà acheté son cadeau avec le peu d’argent qu’il avait. Il était orphelin après tout. Un être sans famille qui ne fêtait que rarement noël. Il était enchanté du malheur de la petite Malfoy qui passerait le temps des fêtes avec lui. C’était égoïste, mais elle était la seule qui comptait à ses yeux. Les autres le dégoutaient ainsi ils étaient sans intérêt pour lui. Il observait silencieux tout près de sa belle la cohue qui se passait. Il aurait aimé avoir créé tout ce malheur, il aimait bien faire chier le peuple pour se venger de tous ce qu’il avait pu endurer. Enfin, il restait sagement aux côtés de Ravenna plutôt. « J’ai pas envie d’aller dans mon dortoir ! » Il baissa la tête vers elle en lui offrant un doux sourire. Il dépose un baiser sur son front sans rien dire. Il préféra la serrer un peu plus fort contre lui. Ravenna avait passé ses bras autour du cou d’Adonis qui ne cessait de soutenir son regard. Qui aurait cru que ce couple pourrait exister ? Jamais, il ne pourra connaître sa famille. Peut-être un jour qu’elle le quittera ? Il en mourrait certainement d’un chagrin destructeur, mais caché à tous. Il l’aimait. Il aimait cette boule rousse qui ne cessait de faire des caprices. Il en riait plutôt que de se fâcher inutilement. « Tu veux peut être m’accompagner jusqu’à la tour Gryffindor ? » Il hocha de la tête toujours silencieux voyant une brume qui ne lui disait rien de bon. Il fronça les sourcils peu rassuré à son tour en voyant le mouvement de foule. « Et si on s’en allait ? » Il n’eut le temps de répondre qu’elle s’était décollée d’elle en s’activant le plus rapidement possible loin de cette mystérieuse brume. Il la suivrait au bout du monde pour être avec la merveilleuse Malfoy. « Tout doux, tu vas m’arracher le bras. » dit-il avec un sourire à fondre le cœur de la seule et unique femme qu’il aimait. Elle se mit soudain à éternuer. Adonis souleva sa belle comme une princesse. Il gravit les marches se trouvant au prochain niveau rapidement pour s’asseoir sur un banc. « Oula… » dit-il inquiet. Il ne souriait plus. Son expression avait changé pour laisser place à une inquiétude angoissante. « Je ne crois pas que nous allons aller dans les salles communes. Tu préfères l’infirmerie. Je te promet de rester à ton chevet, mais je… crois que cette satanée brume… ce satanée temps… ne laisse présager rien de bon pour le château. Je crois que nous allons avoir des problèmes. » Il resta assis sur le banc avec Ravenna sur les genoux attendant le feu vert pour prendre la direction de l’infirmerie.
Revenir en haut Aller en bas
Nanna J. Barclay
avatar




first Log-in : 09/07/2013
parchemins : 243

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 26 Jan - 4:47

Dans les cachots
Elle avait mal partout, son corps était pris de frissons incontrôlables alors que la seconde d’après elle avait atrocement chaud. Autour d’elle, les gens parlaient, un peu trop fort et parfois en disant des paroles que la jaune et noire aurait préféré ne pas entendre. Elle avait « volé » Samwell à Désirée. Enfin, c’était ce qu’elle se plaisait à dire, mais Kat ne séduisait jamais les garçons qui avaient des copines sans que ça vienne d’eux d’abord. C’était la même chose qui s’était produite avec Finn, il lui avait menti concernant sa relation avec la Lionne. Au final, Katniss se sentait réellement mal vis-à-vis de la Greyback qui pouvait la considérer comme la garce que toutes les filles se plaisaient à peindre. Par terre, elle avait remarqué Samwell qui s’approchait d’elle comme un chevalier sur son bel étalon blanc. Elle avait aimé ce garçon de tout son cœur, en fait elle avait toujours conservé de forts sentiments à son égard. C’était lui qui avait rompu leur relation, ou plutôt, qui avait tout fait gâcher en aimant une fille plus que la demi-vélane. « Bien sur ma belle, il fait trop froid ici de toute façon. » Un sourire illumina son visage, entre deux toux. Elle aurait roucoulé, sans doute, si la force était toujours présente en elle « Tu veux rester ici ? Tu peux venir avec nous si tu veux. Je vais m'assurer que vous ne vous tirez pas vos jolies chevelures blondes. » Samwell avait toujours les mots pour atténuer l’atmosphère, Kat tenta un regard vers la Greyback en se voulant rassurante, invitante même. Et si elles laissaient leur colère de côté un instant? . Quelques secondes plus tard, alors qu’il parlait aux deux autres jeunes présents sur les lieux, il finit par se pencher pour la soulever. Elle avait l’air de ne peser que deux plumes maintenant qu’il la tenait de la sorte. Elle enfouit sa tête dans le cou du jeune homme, pour se réchauffer et profitant du fait qu’elle pouvait humer son odeur. Merlin qu’il l’avait manqué. C’était presque douloureux, de ressentir de telles émotions alors qu’il n’en avait plus rien à faire d’elle. Finnick la fit sursauter et ils se tournèrent tous alors qu’une brume s’approchait d’eux. Elle serra davantage son étreinte sur Sam. Ils devaient partir d’ici, cette brume ne lui disait rien qui vaille, surtout avec les gémissements et les cris qui parvenaient des couloirs touchés un peu plus loin…




TREASURE THAT IS WHAT YOU ARE +
Give me your, give me your, give me your attention baby. I got to tell you a little something about yourself, You're wonderful, flawless, ooh you're a sexy lady. But you walk around here like you wanna be someone else.
(c) tumblr & treasure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 26 Jan - 20:59

Hall de Poudlard

Teleny ferma les yeux en sentant la main fraîche de sa soeur se poser sur son front brûlant, soupirant de soulagement. Qu’est ce que ça faisait du bien ! Un petit rire lui échappa en entendant la remarque de sa soeur qui laissait transparaître l’amour de celle-ci pour les nobles créatures d’air et de feu. Teleny lui même aimait les dragons mais il avait une préférence pour les créatures aquatiques comme les selkies par exemple. Les divagations fiévreuses du jeune homme continuèrent, le rendant aveugle et sourd au monde extérieur jusqu’à ce que la voix de Dumbledore, peut être amplifié par un Sonorus, ne lui parvienne, enjoignant les élèves malades à se regrouper. Le serpentard releva péniblement la tête de là où il l’avait enfouit dans le cou de sa soeur et se détacha vivement, soudain prit d’une quinte de toux atroce qu’il dissimula derrière son mouchoir. Il s’adressa ensuite à sa soeur, les yeux brillants et son teint de lys tâché de rouge à cause de la fièvre.

-Je crois bien qu’il faut que je rejoigne les autres élèves. Tu peux rester avec tes amis si tu veux, je t’ai déjà suffisamment exposé à cette grippe. Et puis, je ne veux pass que tu tombe malade.

Sans attendre sa réponse, Teleny posa doucement sa joue contre celle de Sileas, en une caresse que les Runcorns reproduisaient depuis qu’ils étaient enfants, puis lui offrit une pâle copie de son sourire habituel avant de se dépêcher de rejoindre le groupe d’élèves malades, sans se retourner pour voir si sa soeur le suivait. Il se retrouva soudain à marcher au milieu de la brume, cette sensation nouvelle le faisant grelotter encore plus alors qu’il n’arrivait déjà plus à se réchauffer depuis qu’il avait quitté l’étreinte de sa soeur. Quant à la magie, il tremblait trop pour pouvoir se réchauffer avec un sort. En clair, il se sentait complètement démuni et c’était bien quelque chose que Teleny abhorrait par dessus tout, il maudissait d’ailleurs la froid, la brume, les professeur et Poudlard tout entier dans sa barbe pour les avoir mis dans une telle situation tout en continuant d’avancer, péniblement, vers Dumbledore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    

Revenir en haut Aller en bas
 

S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: CORBEILLE :: SAISON 4 - ARCHIVAGE-