Partagez | 
 

S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
D. North Finharvin
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 08/07/2012
parchemins : 145

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 26 Jan - 22:19


LET IT SNOW, LET IT SNOW.
Couloir des cachots
« Avec les fêtes et les départs pour les vacances, je m'étais isolé dans une salle de lecture. J'étais donc seule. Et je ne me souviens pas avoir rencontré d'autres élèves. Je dois vous avouer que je cherchais tellement à rejoindre ma maison, que je n'ai pas fait attention aux restes ... Désolé Professeur Stilinski. » Elle semblait perdue – mais Doe la comprenait tellement, même elle serait capable de ce perdre dans cette brume étrange. Le froid n’améliorait sans doute pas les capacités des gens à retrouver leur chemin. Elle lui adressa un sourire, en effecuant une pression sur le bras de la jeune femme – surtout pour vérifier qu’elle ne grelottait pas trop : « Ne vous inquiètez pas, vous êtes avec nous maintenant, nous allons retourner dans le hall. » Elle espérait qu’elle avait raison quand elle disait que tout irait bien, elle esperait. Perdue dans ses pensées, la voix de Grigory la ramena à la réalité, « Professeur Montgomery, vous devriez ramener votre élève dans un lieu en sécurité, je vais aller veiller à ce que personne ne traine dans les couloirs… » Avait alors dit le professeur russe qui l’accompagnait. Mais, elle n’avait pas envie  de le laisser seul par ce froid. Elle répondit alors : « Hors de question de vous laissez geler ici même si avez l’habitude du froid ! » Hors de question, miss Kirk-Hampstead était au chaud, et avec eux, en sécurité pour le moment.  Elle fut attirée vers la réalité par un élève qui les appela, « Professeurs ! Professeurs !» Il s’agissait d’un élève de serpentard qui vous demanda s’il pouvait s’occuper de la salle commune. Le professeur d’histoire de la magie hochait la tête, au moins il serait au chaud.  Elle lui donnait quelques couvertures pour quelques élèves, au cas ou, mais Doe espérait qu’il n’ai pas besoin de s’en servir. En revanche, elle se disait qu’il lui en faudrait une, mais uniquement quand les élèves seraient au chaud. Il les informa de la situation et de la grippe faisait des siennes. Ainsi, la brume était aussi en surface, Doe fronça les sourcils, sans se rendre compte que ses lèvres étaient bleues jusqu’à ce que Cameron lui tendant un bocal avec une flamme qu’elle attrapa, sentant ses mains se réchauffer, l’élève lui avait dit : « Tenez» Elle esquissa un sourire : « Merci, faites attention Rookwood, regagner immédiatement la surface avec les autres élèves, nous allons faire un dernier tour ! » Quand il partit, Stilinski dit alors une chose qui attira immédiatement son attention,« Aigle en vu ! » Un aigle, pour elle cela ne pouvait être qu’une seule personne. Elle esquissa une moue septique, n’était-il pas censé être déjà parti ? L’animagus reprit alors rapidement sa forme humaine, laissant apparaitre, Skandar – toute une histoire pour Dorcas.  Il semblait aussi froid que possible, en total adéquation avec l’ambiance actuelle. Il dit alors : « Vous devez tous revenir dans le Hall. La situation s'aggrave et il vaut mieux que tout le monde se regroupe afin d'éviter les accidents isolés au milieu de cette brume. Il y a déjà eu un mort à Pré-au-Lard, il serait judicieux de ne pas allonger la liste si stupidement, » Il était si cynique, comme s’il se croyait plus brillant qu’eux. Elle répliqua alors : « Si tu crois que c’est par plaisir qu’on se gèle les miches. » Elle était froide, sarcastique, « Nous cherchions des élèves perdus comme Miss Kirk-Hampstead. » Il jeta un sortilège pour allumer la torche et dit alors, « Allons-y, avant qu'on ne sache plus où se trouve la sortie, » Par contre sur ce point, elle était d’accord avec lui, cette brume était tellement lugubre qu’elle s’en perdrait. « Il y a eu un mort à Pré-au-Lard Professeur Astorg ? Que lui est-il arrivé ? » demanda alors son élève. Le froid, elle en avait entendue parler. Doe tenait encore dans ses mains le bocal qui les lui réchauffait. Elle dit alors à Jessamina : « Une femme a été retrouvée morte de froid ce matin – mais vous êtes en sécurité, ne vous inquiètez pas, prenez ce bocal ce vous réchauffera les mains ! » Elle lui tendit le bocal. Doe pensait toujours aux autres avant elle, surtout quand il s’agissait de ses élèves. Elle pouvait mourir de froid elle-même qu’elle n’en aurait rien à faire.  Elle attendit que son élève l’attrape pour sortir sa baguette, et d’un sortilège informulée, elle lança un lumos qui l’aiderait peut être à avancer à travers la brume.  « Dépêchons-nous. » dit-elle simplement, elle avait l’impression que tout devenait plus froid, c’était tout juste si elle sentait ses jambes et ses doigts engourdie par le froid.

(au diable le nombre de mot, que d'action Arrow)




MAMMA WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Dim 26 Jan - 22:28

Hall de Poudlard

Amadeus était resté cloitré dans son bureau toute la journée. Collé à la cheminé. Quel temps infernal. Il n'avait pas prévu de rentrer au manoir tout de suite. Il n'avait aucune hâte de se retrouver chez lui avec son épouse. Son père lui mettait une pression d'enfer pour qu'il mette enceinte son épouse. Pourtant lui il avait aucune envie de lui ôter sa fleur. Enfin, si quelqu'un ne l'avait pas déjà fait avant. Cela ne serait guère étonnant. Toujours était-il qu'il n'avait aucune attirance, aucun désir pour elle. Si seulement, il avait pu épouser Sileas, cela aurait été plus facile de lui faire un héritier.  Ce ne fut que lorsqu'une brume noire envahie la salle qu'Amadeus se décida à sortir de son bureau et se diriger vers la grande salle. Il faisait un froid à vous glacer le dos. C'était comme si des détraqueurs par milliers vous entouraient.
Une fois dans le Hall, il vit Sileas et Teleny blottit l'un contre l'autre. Un sourire pervers naquit sur son visage. Il s'imagineait entre les deux, l'un comme l'autre l'attirait, il ne fallait pas le nier.  -Je crois bien qu’il faut que je rejoigne les autres élèves. Tu peux rester avec tes amis si tu veux, je t’ai déjà suffisamment exposé à cette grippe. Et puis, je ne veux pass que tu tombe malade.  Une occasion en or, pour se retourner seul avec Teleny et passer pour un être serviable aux yeux de la belle Sileas. Le jeune professeur s'avança vers le frère et la soeur. -Venez avec moi Monsieur Runcorn, je vais vous emmener à l'infirmerie. Votre état de santé est inquiétant dis-je avec un ton très sérieux. Puis je m'avança vers Sileas, caressant son doux visage. -Ma belle, tu devrais pas rester si près de lui, cette grippe est très contagieuse. Ne t'inquiète pas, ton frère est entre de bonnes mains.. Je me tourna à nouveau vers Teleny lui tendant le bras pour l'aider à marcher. -Accrochez-vous à mon bras Monsieur Runcorn. A l'idée de le sentir accroché à mon bras, les battements de mon coeur se mirent à s'accélérer.
Revenir en haut Aller en bas
Hadley-Sileas Runcorn
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 10/10/2013
parchemins : 80

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 27 Jan - 1:16

Hall de Poudlard
Elle serrait son frère contre elle, le berçant. Sileas avait toujours pris l’habitude de prendre soin de son frère, à chaque fois qu’il était malade. Elle le protégeait dans bien des situations également, la serdaigle était une femme forte qui ne se laissait pas facilement abattre. Teleny était un peu plus la fille qu’elle l’était elle-même. Autour d’eux, les gens toussaient, éternuaient et Runcorn avait un air de dégoût d’affiché sur ses traits, tout en tenant son frère près d’elle. Elle ne laisserait personne les approcher, mais elle ne s’était pas attendue à ce que ce soit son frère qui la repousse. Au loin, on pouvait entendre Dumbledore qui demandait à tous les malades de se regrouper, pour aller à l’infirmerie. -Je crois bien qu’il faut que je rejoigne les autres élèves. Tu peux rester avec tes amis si tu veux, je t’ai déjà suffisamment exposé à cette grippe. Et puis, je ne veux pas que tu tombe malade. Elle esquissa un mouvement, attrapant la chemise de Teleny. Elle n’y arriva pas à temps et déjà il s’éloignait d’elle. Bien entendu, elle commença à marcher dans sa direction quand elle remarqua Amadeus qui parlait avec lui. Elle se stoppa net, réprimant un long frisson. Ils n’avaient pas eu de vraie discussion depuis qu’ils s’étaient vus dans la forêt en début d’année. Il aidait pour le cours de sortilèges, mais ils n’avaient pas parlé un à un. Elle détestait l’idée qu’il pouvait parler à Teleny, heureusement il s’approcha d’elle puisque sinon elle lui aurait sans doute jeté un sort de répulsion. -Ma belle, tu devrais pas rester si près de lui, cette grippe est très contagieuse. Ne t'inquiète pas, ton frère est entre de bonnes mains. Elle laissa échapper un long rire avant de dire : « Ne me dit pas ce que je peux faire, je ne suis pas ta femme, Black. » Elle releva la tête, histoire de lui faire voir qu’elle ne tentait pas de jouer. Des cris retentirent derrière elle et elle n’entendit pas les prochaines paroles du serpent. Tout près, une brume s’approchait d’eux et envahissait l’entièreté du Hall. Un froid atroce l’envahit, son corps fut secoué de violents frissons et elle tomba au sol. Elle était certaine que ses genoux allaient casser en mille morceaux, ce ne fut pas le cas. C’était étrange, elle ne ressentit aucun mal, juste le froid qui s’insinuait dans ses veines, tout en commençant à s’estomper. Il y avait quelque chose qui clochait. « Teleny, TELENY?! » Hurla-t-elle, la brume envahissant le hall…




bad girls do it well ♡ Get back, get down. Pull me closer if you think you can hang. Hands up, hands tied, Don't go screaming if I blow you with a bang.
Revenir en haut Aller en bas
Grigory I. Stilinski
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 25/12/2012
parchemins : 838

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 27 Jan - 11:16

Couloir des cachots

    "Avec les fêtes et les départs pour les vacances, je m'étais isolé dans une salle de lecture. J'étais donc seule. Et je ne me souviens pas avoir rencontré d'autres élèves. Je dois vous avouer que je cherchais tellement à rejoindre ma maison, que je n'ai pas fait attention aux restes ... Désolé Professeur Stilinski." Il est vrai que c'était une question assez bizarre, mais le professeur Russe prenait son rôle au sérieux. Il ne souhaitait pas que les étudiants est des dégâts à cause de ce froid, de cette neige mais surtout vis à vis de cette brume qui prenait place dans le château. Il espérait que les autres professeurs s'occupaient des autres lieux. Cette étudiante de la maison de Godric Gryffondor avait l'air totalement ailleurs, on pouvait ressentir la peur qu'elle avait avec cet événement. C'était une réaction tout à fait naturel. Personne ne sait réellement comment réagir dans un événement naturel comme celui-ci. Surtout quand on est étudiant. « N'ayez crainte, votre réaction est tout a fait normale » dit alors le Russe afin de rassurer l'étudiante. Soudain, en même temps que le professeur d'anatomie avait aperçut un aigle non loin d'eux faire son vol, un étudiant de la maison de Salazar Serpentard, prit place auprès d'eux. Cet étudiant n'était autre que Cameron Rookwood, il l'avait déjà aperçu dans les couloirs et puis un nom comme celui-ci, était fortement connu. “Professeurs ! Professeurs !” Cela avait pour effet, de mettre encore plus en garde le professeur au son de la voix du jeune Rookwood. Il demandait l'autorisation de s'occuper de la salle commune des verts et argents, bonne initiative, mais aussi craintive car il ne savait pas à quel point la brume avait prise possession du château. « Soyez prudent Rookwood, nous ne savons pas ce que la brume nous réserves » prévient alors Grigori. Puis l'aigle se posa alors près d'eux. Grigori fut stupéfait de faire qui était derrière tout ça. « Vous devez tous revenir dans le Hall. La situation s'aggrave et il vaut mieux que tout le monde se regroupe afin d'éviter les accidents isolés au milieu de cette brume. Il y a déjà eu un mort à Pré-au-Lard, il serait judicieux de ne pas allonger la liste si stupidement, » Entre Grigori et Skandar, ça n'avait pas été une bonne entente, pourquoi ? Aller savoir. Grigori était comme ça, il avait une impression dès le départ et la gardait. « Stupide dites-vous ? Nous essayons de mettre en sécurité les élèves » déclara alors le professeur d'anatomie. Toujours froid envers le professeur d'en face. « Allons-y, avant qu'on ne sache plus où se trouve la sortie, » Le professeur Russe sortit sa baguette et prononça le sortilège de Lumos, ce qui fit éclairer le bout de celle-ci. Il faisait de plus en plus froid, il y avait de plus en plus de brume. Au diable la brume ! Il fallait se faire un passage, mettant toutes personnes ici présentent en sécurité. « Dépêchons-nous. » Il est vrai qu'il fallait vite partir d'ici, autrement, nous risquions de mourir dans ce froid. Soudain, il reçut alors un grand coup de froid au torse. « Vous y voyez quelque chose ? » demanda t-il alors.






_________________
CHAOS, NIGHTMARE, POWER. ✌️ Ne retourne pas la  Terre entière. pour quelqu'un qui ne retourne que sa veste ○ Ridsa - A la tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Pr. Markus McFays
avatar


Nous avons fait de l'enseignement notre devoir, et nous enseignons aux jeunes la magie.

first Log-in : 24/07/2010
parchemins : 467

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 27 Jan - 17:56


SAISON 4 Ϟ INTRIGUE #2
La brume qui s’invite dans le château à l’insu de tous les occupants est mystérieuse et se propage à la vitesse de la lumière. Peu savent encore quel est son effet, c’est pour cette raison qu’un professeur du château  Gybsy prend son courage à deux mains, se munit de sa baguette et tente de briser le sort de la brume. Il est si prêt de la chose maintenant, autour de lui les gens reculent d’un pas, quand il est enveloppé. Les sorts n’ont pas fonctionné, quelque chose commence à clocher. Son gémissement parvient aux autres élèves et professeurs, tous, sans distinctions, se mettent à courir en direction opposée.  

Il est à noter que la brume est d’une froideur atroce, elle fait mal, mais surtout affaiblit grandement les sorciers. Ceux qui sont le plus touchés n’arrivent même plus à utiliser leur baguette, la grippe magique ayant atteint leur magie. Au final, personne  ne pourra échapper à la vague vengeresse de la brume. Les plus forts en sortiront ébranlés, mais leur magie sera très affaiblie. Ce n’est pas tout! Ceux qui éprouvaient déjà les symptômes de la grippe magiques sont encore plus touchés, vous commencez à perdre un de vos cinq sens sans vraiment pouvoir le corriger avec votre baguette qui n’est plus qu’un vulgaire bout de bois. Étrangement, une population semble plus immunisée à ce froid mordant, à la brume qui passe à côté d’eux sans véritablement le remarquer. Il semblerait que les gens du Cercle y sont presque immunisés…

Soudain, la brume devient comme lumineuse, et le froid s’intensifie pour une poignée de seconde avant de disparaitre brutalement, laissant tout le monde perplexe. Dehors, la tempête regorge de vigueur, brisant les fenêtres de la salle commune de serpentard, et de gryffindor, la neige tourbillonne alors dans les dortoirs laissant les élèves à la merci de la neige – il faut fuir, se regrouper. Mais ce dont personne ne se doute c’est que cette brume était un sortilège, un sortilège de magie noire dont ils allaient bientôt tous ressentir les effets, les privant alors de leur sens un à un.  Pour la suite de l’intrigue, chaque membre participant va « perdre un sens » de façon provisoire naturellement. La perte est progressive, mais assez handicapante. Le PNJ a donc décidé de votre sort. Un, deux, trois, je ne vois plus. Dorcas, Maddie, Aleksei, Desiree, Ulysse, Harlan et Ravenna, vous perdez doucement la vue, au début tout ce qui vous parait lointain devient progressivement flou, puis tout va finir par devenir noir. Lorsque l’on perd la vue, il est impossible de se déplacer seul sans foncer dans les objets, et lancer un sortilège est parfaitement impossible, vous risqueriez d’éborgner quelqu’un !  Quatre, cinq, six, le froid je ne le sens plus. Alden, Hadley, Arya, Arielle, Samwell et  Skandar  vous ne sentez pas le froid mais vous gelez bel et bien. Il n'y a rien de pire que de ne rien sentir, vous ne sentez pas vos pied geler, vous ne ressentez plus la douleur d'une blessure. Vous avez l'impression d'être bien mieux, mais l'illusion est tellement pire : vous souffrez sans vous en rendre compte. Sept, huit, neuf, les sons se sont tuent. Dabria, Severus, Grigory, Finnick, Amadeus et  Adonis vous êtes dans une sorte de bulle, vous n'entendez plus rien, vous parler fort car vous avez l'impression que le monde vous ignore. Attention, quand on n'entend plus, vos repères sont boulversés, et votre équilibre peut l'être aussi.  Dix, onze, douze, les mots ont disparu. Smith, Edgar, Callum, Katniss, Cameron et Jessamina vous pouvez hurler, plus rien ne sort, plus personne ne vous entend. Quoi de pire que ne de plus avoir la parole. Votre gorge est sèche, vous avez l'impression qu'en vous prenant votre voix, la brume a pris votre moyen de vous manifester. Plus de sortilège formulé pour vous.   Treize, quatorze, quinze, j’ai survécu.  Ysölde, Teleny et Evander Vous n’avez rien, vous voyez les autres autours de vous perdre chacun un sens. Vous êtes affolés, vous devez les aider, mais comment ? Quant à Teleny la brume lumineuse vous a... libérer de la grippe, soudainement vous vous sentez beaucoup mieux sans comprendre pourquoi. Dans votre tête trotte cette rengaine avec une voix venue d’outre-tombe : « Un, deux trois, je ne vois plus. Quatre, cinq, six, le froid je ne le sens plus. Sept, huit, neuf, les sons se sont tuent. Dix, onze, douze, les mots ont disparu. Treize, quatorze, quinze, j’ai survécu. Seize, dix sept, dix huit, Morgana les a vaincu. Dix neuf, vingt, vingt-et-un, le monde n’aura pas survécu. »

NB: Ceci est un rp du PNJ - Nous avons décidé de modifier la règle des mots, puisqu'avec l'action qui se trouvait dans l'intrigue, c'était infaisable maintenant! Ainsi, la limite est désormais à 600 mots, pour un bon déroulement, et peuvent également être inférieurs. Les rp d’intrigue peuvent avoir lieu dans tout le château et uniquement à l’intérieur du château dehors le froid est tel qu’il se pourrait que vous n’y surviviez pas. Quand vous rp, merci d’indiquez au début le lieu de votre rp pour que les autres puissent vous trouvez, et rp avec vous !



Revenir en haut Aller en bas
Harlan C. Nott
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 21/04/2013
parchemins : 271

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 27 Jan - 18:05

Dans la salle commune des serpentards

Il avait un air dégoûté et renfrogné D’ancré sur son visage depuis des heures maintenant. Il était en général un type assez solitaire, il pouvait facilement compter ses amis sur ses dix doigts, voir peut-être sur une seule main. Autour de lui, les jeunes serpentards l’observaient parfois, détournaient le regard si Harlan posait son regard sur eux. Ils avaient peur de lui, tout comme les filles pouvaient le trouver attirant et mystérieux. Il ne faisait pas attention à ce qui l’entourait, juste quand son ami s’approcha et s’assit à ses côtés. Il appréciait beaucoup Evan, avec Teleny, ils étaient tous deux ses meilleurs amis. D’ailleurs, il se demanda si Runcorn était à l’infirmerie, mais une vision de lui et sa sœur lui apparu aussitôt. Hadley s’occupait souvent de lui et Harlan était certain qu’elle en prendrait bien soin, pas besoin de s’inquiéter. Evan était lui aussi assez exaspéré par la grippe qui affaiblissait chaque élèves, un à un. Harlan frissonnait, le feu faiblissait à vue d’œil et il sentait qu’il rejoindrait les autres élèves assez rapidement si ça continuait comme ça. « Satanée grippe ! Je ne sais même pas si Merlin en a vu de telle à son époque ! J’espère que Tris ne l’attraperont pas, ni Allis d’aileurs » Quand Snape prononça le nom de sa sœur, le corps d’Harlan se figea, ses pensées s’évertuant à effacer le visage de la rousse à quelques centimètres de son visage. « Espérons, oui. » On pouvait sentir qu’il était tendu, mais Evan connaissait déjà le fait que son meilleur pote avait de la difficulté avec les filles en général. « Je chope facilement ce genre de connerie, surtout l’hiver, mais je suis pas faible ! Trêve de plaisanterie, tu sais que si t’avais besoin d’un jour de repos ailleurs que chez toi, on aurait pu se faire un week-end entre mecs !  » Un sourire se fraya enfin un chemin sur le visage du serpent, heureux de retrouver un semblant de conversation normale. « Avec de telles propositions, tu pourrais aussi bien m’accueillir tous les jours! Je ferais attention si j’étais toi! » Dit-il, en riant. Après tout, il ne voulait pas retourner à la maison, il voulait s’éviter un noël en famille. « De toute façon, j’étais déjà sensé rester au château. » Il rajouta ses paroles, en soupirant. Autour d’eux, les voix s’élevaient et il remarqua Ysolde et Ulysse en train de se disputer, ça lui rappelait les moments où ces deux-là étaient fiancés. Quand Ysolde leva la main sur Ulysse, Harlan ne put s’empêcher de laisser un gros rire sortir de sa bouche. C’est à se moment là qu’une brume entra par le dessous de la porte de la salle commune, les gens commençaient à reculer et se poster jusqu’au mur. Harlan en fit de même, son sang palpitant dans ses veines tandis que la brume commençait à prendre possession de toute la salle. Le froid l’asséna tel un fouet en plein visage, il laissa échapper un gémissement en se retenant contre le mur pour ne pas tomber. Il était frigorifié. Quelques secondes plus tard, comme si la brume avait eu son effet, elle se dissipa et le vert et argent tenta de voir ce qui se passait autour. Tout le monde semblait touché par celle-ci, ou presque. Evan était là, près de lui en regardant les autres d’une drôle de façon. Sa silhouette commença à ternir quelque peu. Paniquant, il apporta ses mains sur ses yeux et les frotta, vigoureusement sans qu’aucun effet ne se produise. « Hey… Evan?! Je… Je vois bizarre, ça te fait ça aussi?»




❝WAKE ME UP WHEN IT'S ALL OVER❞
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones, Enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age.
Revenir en haut Aller en bas
Arden Ellerby-Spudmore
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 08/08/2010
parchemins : 712

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 27 Jan - 21:05

Les Cachots
Il y à une fiche à mon nom au ministère de la magie, tu sais... Pour le grand banditisme. Elle était toujours très drôle, en toutes circonstances. C’était sans doute pour ça qu’elle occupait une place particulière dans le cœur d’Alden, son amie, celle qui la ferait rire même dans les pires circonstances, comme maintenant. Il avait toujours été axé sur son intelligence, le travail, la réussite et la connaissance, avec Maddie il pouvait être l’adolescent drôle qu’il n’avait pas réellement pu être avec les autres. Elle passait avant tout, avant lui, avant sa blessure, ce n’était qu’une foulure, ou quelque chose du genre, il en était certain. Il crut qu’elle ne s’en apercevrait pas, mais c’était mal la connaitre, elle fronça les sourcils quand il esquissa une petite grimace en se mettant sur ses deux pieds : Tu t'es fais mal. Il soupira, Mais non, ça va, je te jure ca va. Bien sur, elle ne le crut pas, elle le connaissait trop bien. Il était intellectuel, et pas un menteur né, loin de là, il appréciait l’honnêteté et était bien incapable de proférer de véritable mensonge, sinon, il aurait été à serpentard. Bien sur, il était assez intelligent pour cacher la vérité, l’omettre, mais mentir, c’est une autre histoire. Je vais marcher, je te jure que je peux le faire, je ne suis pas en sucre. Elle ne lui laissa pas le choix, et se libéra de ses bras pour glisser vers le sol en douceur. Lui se tenait sur sa jambe gauche, la droite le faisant souffrir. Ecoute moi, on doit sortir d'ici sans traîner, et on ira plus vite si je t'aide. Alors pour une fois ne discute pas et fais moi confiance. Elle ne lui laissait pas le choix, elle attrapa son bras pour qu’il le mette autours de son épaule, pour la soutenir, il détestait être celui qui avait besoin d’aide, c’était un coup dans son orgueil. La brume était épaisse, mais soudain, il y eut comme une sorte de flash lumineux, et la brume se dissipa alors, laissant le couloir, clair, net, enfin. Alden fronça les sourcils, et dit alors : C’était quoi ça ? Bien sûr, il n’avait pas confiance, ils avançaient doucement mais au moins maintenant ils y voyaient clair. On moins maintenant c’est clair, on est parti dans le mauvais sens, la sortie c’est de l’autre côté. Il fit un pas en avant, et interloqué il regarda son pied, la douleur s’évaporait doucement, tout comme la sensation de froid, pire même la sensation de son bras autours de Maddie disparaissait. Il fronça les sourcils et regarda Maddie : Ne trainons pas ici ! Il ne voulait pas. Il dit alors : Ma cheville va mieux, beaucoup mieux ! Il esquissa un sourire, et sautilla sur place : Tu vois je n’ai rien, allons y ! Il ne sentait ni la douleur, ni le froid, rien – par contre les effets eux étaient bien là, Allez dépêche-toi Maddie, on remonte au chaud ! Il esquissa un sourire, il allait bien, enfin, il croyait.



"HE LIVES IN HIS FORTRESS OF SOLITUDE."
"you think the rules don't apply to you. there's greatness in you, but there's not an ounce of humility. you think that you can't make mistakes, but there's going to come a moment when you realize you're wrong about that, and you're going to get yourself and everyone under your command killed. "  
Revenir en haut Aller en bas
Danérya Théa Weasley
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 02/04/2012
parchemins : 480

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 27 Jan - 21:19

les couloirs de Poudlard au rez de chaussé
Tu étais gelée, complètement gelée. Heureusement que la providence t’avait donné Adonis car au moins votre proximité avait la bonne idée de vous réchauffer mutuellement – rien de tel que la chaleur corporelle.  Tu te demandais quand même où était le reste de ta famille, notamment Margie. Pour l’instant tu avais Adonis était c’était la seule chose qui comptait, tu l’avais entrainé avec toi direction vos dortoirs respectifs, quand la brume apparu, tu le tira d’avantage, et il te dit alors : « Tout doux, tu vas m’arracher le bras. » Tu esquissa un sourire, puis une moue aguicheuse et dis : « Aucun risques, je te veux en un seul morceau. » Tu levais un sourcil – bon sang, en sa présence tu te sentais si bien, même par ce froid. La brume te faisait peur, mais sa présence à lui te réconfortait, même s’il t’arrivait quelque chose, il serait là, et vice versa.  Puis, tu éternua, une fois, deux fois, et trois fois. Tu n’aimais pas l’hiver, tu grelottais, ce fut assez pour qu’Adonis s’inquiète pour toi, et te guide vers un banc pour t’asseoir, « Oula… » Dit-il alors visiblement inquiet. Il semblait angoissé, comme à chaque fois lorsqu’il s’agissait qu’il t’arrive quelque chose. « Je ne crois pas que nous allons aller dans les salles communes. Tu préfères l’infirmerie. Je te promet de rester à ton chevet, mais je… crois que cette satanée brume… ce satanée temps… ne laisse présager rien de bon pour le château. Je crois que nous allons avoir des problèmes. » Tu n’avais pas envie d’aller à l’infirmerie, non, ça non.  Tu hochas la tête de gauche à droite et dit alors : « Ca va, ca va, c’est juste le rhume, je te jure. » Tu n’en savais rien, mais tu n’avais pas envie de le quitter, tu trouvais l’infirmerie austère, froide, et pleine de microbes, tu n’aimais pas ça. « Ca va aller. » dis-tu avec ton plus beau sourire pour le rassurer. Soudainement, la brume qui vous entoure s’éclaire, puis disparait, laissant tout le monde perplexe, y compris toi. Tu reste bouche bée, et dit alors : « Et bien il n’y a plus le problème de la brume… je crois. » C’était une affirmation plutôt étrange de ta part. tu regardais Adonis avec tendresse, et tu te penchas vers lui pour déposer un baiser sur ses lèvres, après, tu recula légèrement pour le regarder, et tu le vis alors devenir flou, très flou, puis sombre. Tu bafouillas alors : « Adonis, je… je ne vois… tu es flou ! » Tu paniquais, vraiment, tu ne voulais pas ne plus le voir. Qu’est-ce qui était entrain de t’arriver. Progressivement, il disparaissait, mais pas seulement lui, tout autour de toit disparaissait, si bien que tout devenait sombre, et le noir, l’obscurité que tu craignais tant allait t’entourer.




BAD MOON ON THE RISE
I see the bad moon a-rising I see trouble on the way I see bad times today,Don't go around tonight.Well it's bound to take your life,There's a bad moon on the rise. + Mourning Ritual ft. Peter Dreimanis - Bad Moon Rising
Revenir en haut Aller en bas
Philomène R. Blackstairs
avatar




first Log-in : 17/03/2013
parchemins : 141

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Lun 27 Jan - 21:35

Dortoir des filles de serpentard, puis, salle commune
Tu étais endormie sur ton lit – comme à chaque vacances de Noël tu ne rentrais pas parmi les tiens, trop occupée par leur occupation respective tes parents et ta famille n’aimaient pas Noël. Vous fêtiez d’avantage le nouvel an Russe – à cause de vos origines. Tu poussas un soupire en entendant du raffut dans la salle commune, n’était-il pas possible de dormir tranquillement même pendant les vacances Tu grommelas quelques mots de russe, quelque insulte et autre mot doux que tu n’osais même pas traduire.  « C’est quoi ce bordel ? » dis-tu alors pour toi-même quand tu vois cette brume s’approche de toi, et d’autres élèves qui passaient dans les escaliers conduisant à ta salle commune. Tu dévalas les marches pour voir ce qui se passait en bas, quand soudain, la brume s’illumina, et disparu soudainement. Pour toi, cela ressemblait étrange à une sorte de sort lancé, ou quelque chose du genre – tu t’y connaissais en sortilège et en baguette, tu étais sur le point d’en faire ton métier pour reprendre la boutique de ta famille. Ton grand père voulait faire de toi son héritière et tu ne t’en plaignais pas. La brume enfin dispersée, tu pu voir apparaitre Harlan, tu hélas alors : « Harlan ! » Mais étrangement, ta voix ne porta pas autant que tu l’aurais souhaiter, pourtant… tu étais du genre à savoir te faire entendre quand tu le voulais. Tu ressayas une fois de l’appeler,  « Harlan ! » C’était encore pire. Tu traversas donc la salle commune à toute vitesse, et une fois vers lui tu dis alors – ou plutôt essaya de dire : « Harlan est-ce que tu sss… » Plus un mot, tu plaquais alors ta main contre ta gorge comme si cela pouvait changer les choses, mais rien plus un bruit ne passait tes lèvres, plus un. Tu regardais son ami Evander qui semblait déboussolé lui aussi. Tu regardas Harlan et tu fis des gestes pour lui signaler que tu n’arrivais plus à parler. Tu faisais de grands gestes sans te rendre compte qu’il ne te voyait plus, qu’il ne t’avait peut être même pas vu. Tout le monde semblait dans la panique, et tu réalisais que tu n’étais sans doute pas la seule à qui cela arrivait. Tu regardas alors Evan, le designant lui, toi, et Harlan, puis la porte, d’un air de dire « et si on se barrait maintenant avant que ça soit pire ? » Tu interrogeais Harlan du regard, mais tu ne perçu aucune réponse tu ne voyais qu’un regard vide, terriblement vide, et tu semblas comprendre qu’il ne te voyait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 0:42

LES COULOIRS DES CACHOTS

« Si tu crois que [...] Nous cherchions des élèves perdus comme Miss Kirk-Hampstead. » Bien sûr, la répartie ne s'était pas fait attendre de la part de Dorcas, très vite appuyée par Grigory qui en remit une couche. « Vos Patronus auraient suffit pour alerter, » répliquai-je. « Des sauveteurs qui deviennent victimes et mettent en danger d'autres sauveteurs, très malin en effet, » maugréai-je, implacable. Je les dardai d'un regard froid, en particulier Dorcas en référence à son imprudence maladive, mais ce n'était pas le moment de nous disputer plus fortement. Il fallait sortir. Avant de pouvoir répondre à la jeune Gryffondor, Dorcas le fit pour moi, m'empêchant de la terroriser par ma maladresse exempte de tout tact au sujet de la femme morte. « Rien de tout ceci n'est naturel. Poudlard subit une attaque, et personne ne sait d'où elle vient, ni pour quelles raisons, » ajoutai-je à l'attention de la gryffondor, alors que chacun s'armait d'un Lumos. A quoi bon lui cacher la gravité de la situation. J'étais hargneux, car j'avais peur. Mais évidemment, je ne comptais pas le laisser paraître, car j'avais peur pour moi, les autres certes, mais avant tout pour Dorcas. Je la maudissais de ne pas avoir tenté de rejoindre le Manoir avant la tempête. Si je n'avais pas traîné à Pré-Au-Lard, j'y serais parvenu, et elle aussi. Mais non, madame préférait rester à Poudlard. Et j'étais terrifié à l'idée de ne pas parvenir à la protéger. Dumbledore dépassé était le pire des présages. « Vous y voyez quelque chose ? » « Non. Ne nous éloignons pas les uns des autres, » dis-je alors que je ne cessais de s'engourdir dans ce froid toujours plus intense. Mes Incendio étaient de moins en moins efficaces me poussant à abandonner quand la torche fut entièrement glacée dans mes mains. La brume finit par me happer, et le froid mordant me provoqua un vertige douloureux. Je lâchai un gémissement de douleur sous cette baisse brutale de température, trébuchant et me cognant au mur le plus proche. Dans le froid, il ne fallait jamais s'arrêter de marcher, de bouger, mais cette chute venait de briser mon élan. Je glissai contre les briques glacées pour tomber au sol. Du moins le supposai-je par la vue.

Car je ne sentis rien. Je mis d'abord cela sur le compte du froid qui tétanisait mon organisme depuis de longues minutes. Le froid supprimait parfois la douleur, oui, mais pas à ce point-là, et surtout pas alors que justement je sentais le froid se dissiper. Quelque chose clochait dans cette succession d'événements. Pire encore lorsque la brume disparut soudainement. Je me relevai non sans mal, mais je me sentais mieux petit à petit, en apparence en tout cas. Car si je ne sentais plus le froid, je ne sentais pas plus le liquide chaud et rougeâtre qui perlait le long de mes cheveux jusque dans ma nuque, ignorant m'être cogné l'arrière du crâne dans ma chute. « Mlle Kirk-Hampstead est-ce que ça va ? » demandai-je à la jeune élève que je voyais remuer les lèvres de façon étrange, sans son. « Doe ? Stilinski ? » Pourquoi avaient-ils tous des comportements si étranges tout à coup ?! Par déduction j'aurais du savoir que je faisais partie du lot, que je n'avais pas de raison d'échapper à ça, mais bizarrement, j'avais de plus en plus de mal à réfléchir clairement. Pourtant je fus le seul capable d'avancer pour tenter de les aider, le seul "normal" que le froid ne détruisait plus, qui se sentait bien et même ragaillardi pour épauler qui il faudrait jusqu'à la sortie. En apparence.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Meriadec Lestrange
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 18/09/2010
parchemins : 1510

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 0:58

La salle commune en éclats - Et voilà que Rockwood débarquait pour jouer les héros. Me lançant un sort qui me fit lâcher la jeune femme que je tentais seulement de remettre à sa place. Je le dardais d'un regard noir alors qu'il s'occupait si soigneusement de la demoiselle, complètement inconscient de ce qu'elle avait. Moi je savais. Je savais que faire pour qu'elle aille mieux aussi. J'aurais pu la faire aller mieux maintenant, mais il y avait trop de haine qui avait remplacé l'amour dans ce coeur qu'elle avait brisé. Je m'étais reculé doucement, m'adossant au mur pour les regard, prit entre l'envie d'intervenir ou de la laisser ainsi. La vérité était que je n'avais jamais vraiment réussi à me foutre complètement du sort d'Ysölde. Elle était toujours là, dans les parages. Et moi, je la regardais toujours du coin de l'oeil. Incapable de laisser mourir ce lien qui n'existait plus entre elle et moi. Elle était faible. Elle était pâle. Elle m'avait frappé, mais elle allait peut-être mourir. Après tout, moi aussi je l'avais déjà frappée.  C'était ce qui avait mit fin au couple que nous formions autrefois. Je ne sais pas si c'est une part d'amour qui restait dans mon coeur ou si c'était simplement de la pitié, mais après qu'elle ait dit que cette brume n'annonçait rien de bon, je soupirais longuement. J'avais peur qu'elle ait raison. Je glissais alors ma main dans ma poche pour y attraper quelque chose, repoussant doucemenr Cameron d'une main alors que je m'approchais de nouveau d'Ys. Je sortait finalement ma main pour lui présenter quelques carrés de chocolats emballés, prenant sa main libre avec délicatesse pour ne pas l'effrayer alors que j'y déposais mon offrande. Elle était la soeur de ma femme après tout et c'était peut-être tout ce que me restait d'humanité à offrir, même son mon coeur était froid désormais devant elle. « Tiens. Ça ira mieux après. » Je me reculais ensuite, m'adossant de nouveau au mur un peu plus loin, n'observant pas la jeune femme envers laquelle j'avais eut un geste que je ne comprenais pas encore. Mon regard se balladait ailleurs dans la pièce et tout ne tarda pas à virer au vinaigre. Les fenêtre de la salle commune explosaient littéralement alors que le vent de la tempête y pénétrais. Un vent de panique fut soufflé dans la salle. Mon regard se posait sur Evander et Nott que je ne voyaient pas très bien. Que je ? Quoi ? Ils étaient flous. De plus en plus flou, est-ce que j'avais du verre dans l'oeil. Mon regard affolé se posait ensuite sur Ysölde alors qu'elle aussi disparaissait de plus en plus. Ses traits devenaient sombres. Étais-je en train de mourir ?  Je fis un pas vers elle avant que tout ne soit noir, faisant un geste pour attraper sa main que je ne trouvais pas. « Ys... ?» Soufflais-je alors que ma voix se cassait cruellement. Elle n'était plus là. Je ne la voyais pas, je ne voyais plus rien. Je sentais le vent souffler avec violence sur ma peau, mais je ne pouvais pas bouger, j'avais peur, je ne voyais pas où j'allais. Est-ce qu'elle allait m'aider où est-ce qu'elle était encore plus cruelle que je ne pouvais l'être moi-même ?









Halo round his head
Burning in our bed
Revenir en haut Aller en bas
Evander A-M. Snape
avatar


Je suis le préfet en chef, le roi des rois

first Log-in : 11/03/2012
parchemins : 1536

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 10:03

Salle commune des Serpentards

    « Avec de telles propositions, tu pourrais aussi bien m’accueillir tous les jours! Je ferais attention si j’étais toi! » Le serpentard avait de l'humour et cela faisait plaisir à Evan de voir son ami enfin sourire car depuis quelque temps, le sourire était quelque chose qui disparaissait avec les événements. Il savait également que d'être quelques jours éloigné de ses parents lui ferait du bien au jeune Nott, alors, cela pouvait être sympathique d'inviter Harlan chez lui, en plus de ça, il en connaissait une qui serait probablement contente à l'idée de l'avoir chez eux. « Je suis quasiment certain que cela peut ce faire et puis, j'en connais une qui sera ravie de t'avoir à la maison tu sais » dit-il en pensant à Tris, sa sœur ainé. Durant l'été, au camp des sorciers, Evander avait aperçu Tris et Harlan ensembles, il avait eut envie de rejoindre son ami mais finalement, il avait préféré laisser les deux jeunes sorciers ensembles. Il était bon de voir que quelqu'un portant le nom de Nott et le nom de Snape pouvait s'entendre. « De toute façon, j’étais déjà sensé rester au château. » Un noël à Poudlard, jamais il n'avait eut cela, même à l'époque où il avait été à Dumstrang, il était sans arrêt revenu pour cette période festival. Il trouvait cela important d'être avec sa famille pour ces moments, d'ailleurs, le serpentard était très famille, et c'était souvent ce qui lui causait des engueulades avec Tris. « Au moins je pourrais te battre au échiquier sorcier ! » Soudain, des voix prit place dans la salle commune, laissant tous les regards sur eux. Il ne fallut pas longtemps pour qu'Evan devine qui était entrain de s'engueuler. Ulysse Lestrange et Ysolde Wilkes-Gaunt depuis peu. D'ailleurs c'était une nouvelle qu'il avait assez mal prit. Mais les mariages versions sang purs, il y en avait des tonnes. Puis le ton montait entre les deux sorciers, plus cela devenait violent, violent car la sorcière venait de foutre une gifle magistrale au Lestrange, qui n'avait pas l'air d'apprécier ce geste purement défensif. Cela devenait bien de trop dangereux, il savait qu'elle jouait avec le feu, mais mine de rien, cela ne faisait pas de mal au Lestrange de s'en manger une. Soudain, la brume fit apparition de plus en plus et quelque chose alerta Evan. « Hey… Evan?! Je… Je vois bizarre, ça te fait ça aussi?» Il se tena alors près de son ami, regardant les autres étudiants, qui, eux aussi se comportaient bizarrement. Pourquoi Evan ne ressentait-il rien. Soudain, une mélodie se fit entendre dans les oreilles du vert et argent : « Un, deux trois, je ne vois plus. Quatre, cinq, six, le froid je ne le sens plus. Sept, huit, neuf, les sons se sont tuent. Dix, onze, douze, les mots ont disparu. Treize, quatorze, quinze, j’ai survécu. Seize, dix sept, dix huit, Morgana les a vaincu. Dix neuf, vingt, vingt-et-un, le monde n’aura pas survécu. » Morgana, ce mot qu'Evan avait tant entendu depuis des mois, depuis l'année dernière. Qu'elle était cette mélodie ? Les étudiants se plaignaient dans la salle, mais Evan ne ressentait rien. Il regarda alors Ulysse Lestrange qui appelait Ysolde. Il était un peu osé quand même. « C'est ta méchanceté qui te fait payer ça Lestrange, la prochaine fois que tu t'en prends à la femme marié, ça sera pire » prévient-il alors. Il voulait profiter du fait qu'Ulysse souffrait, souffrait de quelque chose causé par la brume. Puis une serpentard fit signe alors à Harlan et Evan, Harlan n'y voyait rien si tu l'avais bien compris. Tu pris ta baguette en main, près à aider l'ami.




Revenir en haut Aller en bas
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 12:03

Salle Commune de Serpentard
Tu ne l’aimais pas, et tu te demandais encore comment tu avais pu l’aimer ne serait-ce qu’un peu. Heureusement que Cameron était intervenu, sans lui tu ne sais pas comment les choses auraient pu se finir.  Mais tu le remerciais déjà d’être venu te sauver – cela aurait pu mal finir, cela pouvait encore mal finir mais cette fois, tu avais quelqu’un au moins de ton côté. Cette gifle n’était qu’un juste retour d’ascenseur finalement, c’était si peu en comparaison de ce qu’il t’avait fait. Tu ne t’attendis pas du tout à ce qu’Ulysse attrapa ta main pour y glisser des carreaux de chocolat. Tu le dévisageas, ainsi il restait de l’humanité en Ulysse Lestrange ? Tu ne le lâchas pas du regard, interloquée, surprise, et il dit alors : « Tiens. Ça ira mieux après. » Ta main était tremblante, tu n’avais pas envie de les manger, et si derrière sa fausse gentillesse… ces chocolats étaient empoisonnés. Tu savais Ulysse Lestrange capable de tout – absolument de tout -  même de t’empoisonné, tu t’étais fait avoir plusieurs fois par ses coups fourrés, et lui aussi d’ailleurs.  Tu comptais lui dire, « Merc… » Quand soudainement, les vitres de la salle commune volèrent en éclats, et la tempête de neige vint alors refroidir l’atmosphère, tu te cachait les yeux, blotti sous la couverture que t’avais alors tendue Cameron.  Soudain, des mots résonnèrent dans ta tête, comme une rengaine, comme une comptine d’enfant… Une étrange comptine. Elle rimait, et ne te disait rien qui ne vaille. « Un, deux trois, je ne vois plus. Quatre, cinq, six, le froid je ne le sens plus. Sept, huit, neuf, les sons se sont tuent. Dix, onze, douze, les mots ont disparu. Treize, quatorze, quinze, j’ai survécu. Seize, dix sept, dix huit, Morgana les a vaincu. Dix neuf, vingt, vingt-et-un, le monde n’aura pas survécu. »Tu entends cette voix, cela te rappel des visions que tu as eu parfois, le froid, et la sensation de devenir folle. Mais, il semblerait que pour une fois tu ne sois pas la plus folle de tous. Tu te sens bizarre, mais tu vois les gens autours de  toi… faire des choses étranges, ils semblent tous déboussolé.  Tu gèles, mais respira calmement, quand tu entends Ulysse t’appeler,  « Ys... ?» Il ne t’avait pas appelé comme ça depuis presque deux ans, et cela te faisait bizarre. Il sembla essayer d’attraper sa main, il n’y avait que du vide. Il agissait comme quelqu’un qui ne voyait rien… Tu fronçais les sourcils. Bon sang, la rengaine, Une deux trois, tu ne vois plus. Tu le fixa, quand tu entends Evander dire alors : « C'est ta méchanceté qui te fait payer ça Lestrange, la prochaine fois que tu t'en prends à la femme marié, ça sera pire » Tu croisais le regard d’Evander, et tu ne pu t’empêcher d’esquisser un sourire, tu réalisais qu’il venait de prendre ta défense, mes si vous relations étaient tendue en ce moment. Tu t’approchas alors d’Ulysse et tendit la main, celui l’attrapa alors, ce fut comme une décharge électrique – tu n’étais pas aussi sournoise que lui, s’il avait besoin d’aide, tu l’aiderais. « Je suis là, Lestrange. » Tu ne l’appellait pas par son prénom car tu ne voulais pas être familière avec lui, « Tu ne vois… rien ? » Demandas-tu, hésitante, même si tu avais l’air d’avoir globalement compris ce qui se passait. Tu ne lâchais pas sa amin, tu le ferais que s’il se montrait déplacé ou odieux. Tu le tira à bonne distance de toi pour lui faire comprendre qu’il ne fallait pas rester ici. Tu regardas Evan, et tu t’approchas de lui, tu leva les yeux vers lui : « Est-ce que ça va ? » tu le demandai du bouts des lèvres, après tout, il était la seule personne qui t’importait réellement dans la salle commune de serpentard, quoi de plus important que le premier ami que l’on a jamais eut ? Tu hésitais à lui faire part de ce que tu avais entendu, et si tu étais folle ? Il semblait aller bien, comme toi, vous deux seuls sembliez aller bien.



"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”
Revenir en haut Aller en bas
Madeline B. Rookwood
avatar


Je suis la préfète en chef, la reine des reines.

first Log-in : 10/10/2010
parchemins : 1994

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 15:39


les cachots
J'avais de plus en plus de mal à rester debout et concentré, du mal à avancer aussi mais je n'avais pas vraiment le choix. Je devais aidé Alden à avancer, à sortir des cachots, comme lui m'avait porté quand je ne pouvais plus bouger. Devoir rester éveillé pour lui me donner de nouvelles forces. Nous avançâmes un peu à l'aveuglette, clopin clopan, mais c'était mieux que rien. Alden était plus lourd que moi et je n'avais plus de force, mais ne pas bouger nous aurait condamner. Alors que je pensais que nous allions mourir de froid tous les deux au fond des cachots, il y eu un éclair aveuglant. Je fermais les yeux et me tourner vers Alden, appuyant ma reflexe ma tête sur son torse pour me protéger de la soudaine lumière. Quand je les ré ouvris, je constatais que la brume avait disparu. La brume certes, mais pas le froid. C’était quoi ça ? Je levais les yeux vers Alden et secouais la tête, incapable de lui donner une réponse. Je regardais le couloir autour de nous et me rendis compte que quelque chose n'allait pas. Aveuglée par la lumière, je voyais des points lumineux flotter devant mes yeux. Je clignais des yeux pour tenter de la chasser mais il ne se passait rien. Je me dis que la sensation désagréable passerait au bout d'un moment et tenter de me concentrer sur le visage d'Alden, qui avait l'air inquiet. Ma cheville va mieux, beaucoup mieux ! Je haussais les sourcils d'un air sceptique, il me semblait bizarre que sa cheville aille mieux d'un seul coup. Cependant il semblait vraiment sincère, Alden ne pouvait pas me mentir. Je répondis à son sourire. Il nous fallait donc continuer, regagner la surface, j'étais toujours aussi congelé. Mais les points lumineux étaient de plus en plus présent. Je tentais de suivre Alden mais je du m'appuyer au mur. J'aurais voulu pleurer pour tenter de résoudre le problème, mais il ne se passait rien. Les lignes de mon choux de vision commençais à onduler un peu. Je ne comprenais pas ce qui se passait mais tentais tout de même de ne pas céder à la panique. Alden ! Alden je vois mal... Comme si j'étais éblouis ! Je sentais que plus les secondes passaient, moins les choses autour de moi étaient nettes et devenaient floues. Et j'avais toujours aussi froid. Je m'appuyais au mur, grelottante, et passais une main glacée sur mon visage. Je plissais les yeux pour tenter de distinguer Alden, mais c'était peine perdue. Qu'est-ce qui se passe ?! demandais-je en commençant à m'affoler un peu. J'aurai tout donner pour pouvoir à nouveau voir les choses clairement, je me sentais particulièrement vulnérable, et j'avais peur que ce ne soit que le début. Je cherchais à tatons la main de mon ami de toujours, comme pour m'assurer de sa présence à mes côtés.  




From the ashes a fire shall be woken
A light from the shadows shall spring
You've spent a life time stuck in silence, afraid you'll say something wrong, you've got a heart as loud as lions so why let your voice be tamed ? You've got the light to fight the shadows so stop hiding it away Yeah we're all wonderful, wonderful people so when did we all get so fearful ?
Revenir en haut Aller en bas
Severus A. Ollivander
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 26/11/2012
parchemins : 1012

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 16:22

La grande salle

    Le jeune Ollivander était dans la grande salle, à essayer de comprendre le sens de l'hiver. Pourquoi un tel froid ? Pourquoi une telle neige ? Tout cela n'avait aucun sens, à moins que la saison était prédestiné à être bien froide. Tout allait bien, tous le monde était en sécurité, du moins c'est ce qu'il pensait jusqu'à ce qu'une certaine brume fasse apparition à la porte de la grande salle. Tout le monde était paniqué. Comment une telle brume pouvait-elle faire surface dans le château ? C'était bien une question à laquelle Severus n'avait pas de réponse. Plus la brume s'approchait plus le froid s'installait. Les autres étudiants autour du bleu et argent commençaient à ne plus sentir leurs membres. Comme les jambes, les mains à cause du froid. Severus était fragile à l'hiver, il était sensible des bouts de doigts. C'était bien l'une des raisons du pourquoi il portait toujours des gants l'hiver quand il se devait être à l'extérieur. Soudain, la brume entra dans la grande salle, prit place, toute la salle était remplie de brume. Il avait vu pour la dernière fois la fille Duchannes quant elle était avec le professeur Greengrass avec des hommes bizarres. D'ailleurs ces hommes était bizarre, loin d'être net aux yeux de l'aigle. La brume arriva à la hauteur du jeune Ollivander et là, il commença à sentir un froid immense en lui. Comme si à l'intérieur de lui, chaque membres de son corps devenait de plus en plus gelé par le froid. Cette brume était froide, très froide, il en claquait des dents, il n'arrivait plus à bouger ses doigts par la froideur. Soudain, il regarda alors autour de lui, et les étudiants commencèrent alors à se plaindre, à dire des choses bizarres. Au loin, il aperçu alors la fille Duchannes, cette brume n'était pas normale et si il y avait mine de rien une personne, que Severus avait l'habitude de sauver, malheureusement, c'était bien elle. L'inquiétude des autres étudiants autour de lui, ne le faisait qu'être inquiet. Pourquoi un effet comme celui-ci de la part d'une brume pouvait être réalisable. Il commença alors à avancer en direction de la fille Duchannes puis il commença alors à l'appeler : « Duchannes » puis plus rien. Plus aucun son autour de lui, comme si il avait les oreilles bouchées par je ne sais quoi. Il n'avait aucune réaction de la part de la rouge et or. Il recommença alors : « DUCHANNES » dit-il alors en ouvrant grand la bouche. Il n'entendait plus rien autour de lui, il était perturber, il paniquait.




Revenir en haut Aller en bas
Arya P. Greengrass
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 10/05/2012
parchemins : 456

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 20:06

La grande salle

La brume me faisait terriblement peur, j’avais de plus en plus froid, et j’avais comme solution de repli l’infirmerie où était sans doute offertes des boissons chaudes pour les malades – moi j’étais malade toute l’année, j’avais une sorte de laissé passer dont je détestais me servir, mais là, je n’allais peut être pas avoir le choix : si je prenais froid, moi je risquais d’y passer. J’essayais de me frayer un chemin dans la brume, quand soudain, celle-ci s’illumina brièvement, et disparue encore plus rapidement qu’elle était apparue.  Et je sens soudainement assez étrange – comme si la sensation de froid me quittait doucement. La température était-elle aussi brusquement que la brume avait disparu en train de remonter ? C’était forcé, sinon je sentirais le froid me transpercer.  Je regardais mes mains qui ne tremblaient plus de froid, et je me sentais mieux, pas seulement au niveau du froid, mais l’instant d’avant j’étais morte de peur, et je sentais mon cœur battre à ton rompre dans ma poitrine, à un tel point que je savais que je devais aller à l’infirmerie, mais là… tout me semblait normal, pas besoin d’aller voir Miss Nott – c’était là ma pire erreur. J’étais très loin de me douter que je ne ressentais plus rien physiquement, pas même la douleur, hors c’est la douleur qui me prévient quand mon cœur est sur le point de s’emballer, et de me lâcher, sans la douleur, et bien je n’étais pas morte, mais presque.  J’entendis que l’on m’appelait derrière moi, Ollivander – je reconnaissais sa voix rapidement, comme à chaque fois. Après avoir poussé un soupir, roulé des yeux, je m’arrêtai alors, le laissant venir jusqu’à moi, que me voulait-il encore ? « Duchannes »  Je n’avais pas pris la peine de me retourner, il cru alors que je ne l’avais pas entendu, c’est sans doute pour ça qu’il hurla à plein poumons mon nom dans la foule : « DUCHANNES » Je me retournai alors, faisant volé mes mèches rousses pour lui faire face. Je le regardais avec de grand yeux, pourquoi me  hurlait-il après de la sorte ? Etait-il sourd comme le veut l’expression ? Je le fixais et m’approchais vers lui, et je dis alors avec une certaine nonchalance : « Quoi encore Ollivander ? » Je croisais les bras sur ma poitrine, cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi bien – mais je n’avais jamais été autant en danger. J’interrogeais Ollivander du regard, que me voulait-il ?




Revenir en haut Aller en bas
Severus A. Ollivander
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 26/11/2012
parchemins : 1012

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 21:35

La grande salle

    Ne plus rien entendre était quelque chose d'angoissant, pire, c'était comme d'être dans un film version muet, ne plus rien entendre, ne plus rien comprendre car le jeune Ollivander ne savait pas lire sur les lèvres des gens. Il n'y avait plus aucun son qui lui parvenait aux oreilles, comme si un mur s'opposait à lui. Il sentait la chaleur de son corps devenir plus chaude, par la peur, par le stress, il sentait sa respiration accélérer, mais il n'entendait rien. Mais une chose plus étrange, fit captiver le regard de l'aigle. Comment était-ce possible que tout le monde se plaignait du froid sauf la fille Duchannes. Le regard de l'aigle fut captiver par les mains de la rouge et or. Elle avait une couleur assez étrange qu'à la normalité des choses. Elle était entrain de s'adresser à lui, mais il ne comprenait rien, il n'arrivait pas à suivre le mouvement de ses lèvres. C'était comme si, il était devenu sourd par cette brume. Il se demandait bien qui d'autre pouvait alors être sourd comme lui. « QUOI ? QU'EST CE QUE TU DIS ?! » demanda t-il alors sans même entendre le son de sa propre voix. C'était terrifiant. Les gens autour de lui parlaient, s'exclamaient mais il n'entendait rien, comme une sorte d'handicap. Il voyait les bouches des gens grandes ouvertes, parfois d'autres qui mettait les mains sur leurs yeux et d'autres qui faisait de drôles de choses avec leurs oreilles. Il était pétrifié, pétrifié par la peur, à l'idée d'être sourd pour la fin de ses jours. Il regarda alors la fille Duchannes d'un regard inquiet, en mettant ses mains contre elle, il voyait nettement les mains de celle-ci à présent. Comment était-ce possible que la fille Duchannes ne sente rien ? Ne dise rien à propos de ses mains ou qu'elle ne se plaigne pas d'une quelqu'onc douleur causer par le froid. « DUCHANNES ! TES MAINS ! » Il espérait qu'elle comprenne ce qu'il voulait lui dire, qu'elle voit la couleur de ses mains changer par la froideur de cette brume magique. Il ne se rendait même pas compte qu'il était entrain de levé le ton sur cette fille. Au son de sa voix, on pouvait comprendre l'alerte, l'inquiétude. Mais il fallait le comprendre. Soudain, les lèvres de la fille se mirent à bouger. « QU'EST CE QUE TU DIS ?! » demanda t-il. Il s'énervait lui même au fait de ne pas comprendre chacun de ses mots.





Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mar 28 Jan - 23:57

Hall de Poudlard

Le jeune homme sursauta légèrement quand Amadeus se matérialisa près de lui, lui offrant son bras, et son aide. Il était tellement occupé à poser un pied devant l’autre dans cette brume abominable qu’il ne faisait pas attention à e qu’il se passait autour de lui et n’avait donc pas remarqué la présence de Black, celui là même qu’il n’avait pas vraiment envie de voir alors qu’il était dans cet état. Et si en temps normal il l’aurait repoussé avec une ou deux remarques cinglantes et coquines, il était simplement trop malade pour penser à le faire maintenant. En fait, il lui était plutôt reconnaissant de son soutien aussi s’appuya t’il sur le bras fort de l’assistant tout en lui offrant un pâle sourire. Il se laissa ensuite guider vers sa destination avant d’être une fois de plus interrompu par la brume qui s’épaississait de plus en plus, tétanisant son corps déjà transit de froid, le faisant se rapprocher instinctivement de la source de chaleur qu’était Amadeus, aussi faible soit elle. C’est alors que tout pris un tour bien plus inquiétant. Cela commença par de simples plaintes, résonnant partout dans le hall avant qu’une sorte de panique, furieuse et générale, n’atteigne la quasi totalité de la population de Poudlard. Y compris Amadeus. Et y compris sa soeur qui venait de hurlait son nom à travers le hall. Il se détacha brusquement en entendant Sileas, cherchant en vain dans la brume où elle pouvait être; Il ne parvenait à distinguer que les personnes les plus proches de lui et toutes, sans exception, semblaient affolées. Tous le monde, sauf lui même. En fait, il se sentait même … bien. Il n’y avait pas fait attention mais c’était comme si sa grippe s’était évaporée, si jamais elle avait existé. Il se sentait comme s’il avait ingurgiter trois chaudrons de Pimentine. Disparu son mal de tête, sa gorge douloureuse et sa fièvre rampante. Il se sentait bien. Au contraire de tous les autres autour de lui. Ne sachant pas comment aider Sileas ou même Harlan pour le moment, Teleny se concentra sur l’assistant.

-Professeur Black ? Professeur ! Est-ce que ça va ? Amadeus !

Il avait l’impression qu’il ne l’entendait pas. Qu’est ce qu’il se passait par Morgana ?! Autour de lui, d’autres criaient en se touchant qui les yeux, qui les oreilles quand les bouches ne s’ouvraient pas en un cri muet. Et Teleny sentit la terreur et l’impuissance le gagner. Qu’est ce qu’il pouvait faire pour les aider ? Il ne savait pas. Sans réfléchir, et incapable de le faire, il saisit le poignet de Amadeus de sa main gauche, ne voulant absolument pas le perdre de vue à son tour, avant de commencer à avancer à tâtons dans la brume glacée. Il devait retrouver sa soeur.

-Sileas ! Sileas ! Où …

C’est alors que Teleny cessa brusquement de bouger, alors qu’un frisson parcourait son dos. Une voix venait de résonner dans sa tête. Une voix terrifiante, comme issue d’un mausolée …

« Un, deux trois, je ne vois plus. Quatre, cinq, six, le froid je ne le sens plus. Sept, huit, neuf, les sons se sont tuent. Dix, onze, douze, les mots ont disparu. Treize, quatorze, quinze, j’ai survécu. Seize, dix sept, dix huit, Morgana les a vaincu. Dix neuf, vingt, vingt-et-un, le monde n’aura pas survécu. »

Sans qu’il ne s’en rende compte, il se mit à chantonner tout bas cette ritournelle qui tournoyait sans cesse dans sa tête à présent, comme le cercle fermé d’une obsession.
Revenir en haut Aller en bas
Harlan C. Nott
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 21/04/2013
parchemins : 271

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 29 Jan - 0:22

Dans la salle commune des serpentards
Harlan était heureux, même si tout ce qui se produisait autour de lui ne lui disait rien qui vaille, il était au moins en compagnie de son grand ami. Il avait pensé qu’il devrait être seul pendant les fêtes, que Noël se résumerait à manger dans la grande salle avec le peu d’élèves qui resteraient à Poudlard. Là, Snape lui offrait une chance en or d’aller dans sa maison. Tout à coup, le vert et argent souhaitait que cette tempête finisse pour qu’il puisse suivre son ami dans sa famille. Il aimait beaucoup les Snape et en général le sentiment était réciproque, sauf peut-être pour Tris… « Je suis quasiment certain que cela peut ce faire et puis, j'en connais une qui sera ravie de t'avoir à la maison tu sais » Son sourire s’atténua un peu quand il pensa au visage de la rousse. Non. Elle ne serait sans doute pas très enchantée de devoir le côtoyer pendant les vacances. Après tout, ils s’étaient confrontés cet été au camping de sorcier et ça n’avait pas été très joli. Il avait toujours cru qu’elle l’aimait, ce qui était particulièrement faux! Il avait honte de se retrouver à moins de cinq mètres qu’elle. « Je ne parierais pas là-dessus! » Il sourit, tant qu’il pourrait s’enfuir de chez lui, ça lui allait en fait. Même s’il devait revoir Tris. « Au moins je pourrais te battre au échiquier sorcier !  » Le rire d’Harlan se fit à nouveau entendre et il donna un coup sur l’épaule de son ami. « Tu sais bien que ça n’arrivera pas! » Ils étaient tous deux très bons aux échecs en fait, alors la bataille était continuelle entre ces deux jeunes. Et puis ce fut l’arrivée de la brume. Ce froid qui l’attaqua alors qu’il se retrouvait dos contre le mur. Un son éclatant le fit mettre ses mains sur ses oreilles, on aurait dit que les fenêtres avaient éclaté. Il tenta de concentrer son regard là-dessus, mais tout ce qu’il arrivait à voir était le visage d’Evan qui devenait de plus en plus flou. Il paniqua. La vue était des plus primordiales pour Harlan. Il s’en servait pour lire chez les gens, éventuellement utiliser son pouvoir de Légimencie. « Je ne vois plus rien! » Lâcha-t-il. Il sursauta quand il entendit une voix près de lui, ne s’y attendant pas. « Harlan est-ce que tu sss… » Il fronça les sourcils, tentant de comprendre à qui cette voix appartenait. Il n’avait aucune idée de ce qui se passait autour de lui, ce qu’il savait c’était que c’était une fille qui se trouvait devant lui. Quelque chose lui disait, lui hurlait dans sa tête qu’il pouvait lui faire confiance. « Allo? » Dit-il, n’entendant plus rien. Il avança ses mains, surpris que la personne se retrouve aussi près de lui. Il amena ses mains jusqu’à son visage, déposant doucement ses pouces sur ses joues. Il entreprit un examen du visage, en passant par son nez, en terminant par ses lèvres auxquelles il s’attarda sans doute un peu trop longtemps. Le fait d’être privé de sa vue lui donnait un courage hors pair, se foutant en quelque sorte que la personne qui se trouve près d’elle soit une fille. Quand il reconnut enfin de qui il s’agissait, une étrange chaleur le fit frissonner et il tenta une dernière fois de poser l’un de ses pouces sur les lèvres de la Russe. « Yesfir, pourquoi ne parles-tu pas? » Sa voix était rassurante à travers les cris et les gémissements qui lui parvenaient. Et bon sang, où était Evan?




❝WAKE ME UP WHEN IT'S ALL OVER❞
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones, Enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age.
Revenir en haut Aller en bas
Evander A-M. Snape
avatar


Je suis le préfet en chef, le roi des rois

first Log-in : 11/03/2012
parchemins : 1536

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 29 Jan - 13:44

Salle commune des Serpentards

    « Je ne parierais pas là-dessus! » Evan avait pourtant eut l'impression que le jeune Nott s'était bien entendu avec sa sœur. Il est vrai qu'il n'aimait pas spécialement quand un autre homme s'approchait d'elle, il avait toujours peur d'être remplacer par quelqu'onc autre, d'ailleurs c'était la principale engueulade entre frère et sœur. Mais si il y avait bien un gars en qui le serpentard avait confiance et à qui il serait capable de voir sa sœur avec, c'était bien Harlan. « C'est dommage, je croyais que vous vous entendez bien, d'après ce que j'ai vu cet été au camps » dit-il alors avec une pointe d'humour. Il voulait embêter son ami, le chambré un peu, juste histoire de le détendre un peu avec cette brume qui prenait place par le dessous de porte de la salle commune des verts et argents. Il est vrai qu'avec ce froid, il valait mieux être chaudement habiller. « Tu sais bien que ça n’arrivera pas! » Le rire de son ami le fit alors rire à son tour. Non pas qu'il avait un rire à mourir de rire, mais c'est qu'il était bon de rire ces temps-ci, après l’événement dans la forêt interdite, où Evan avait été seul, cherchant Tris, il s'était promit de ne plus remettre les pieds dedans. En tout cas pour aujourd'hui. « Tient toi prêt alors ! J'ai battu la semaine dernière un des serdaigles qu'on arrivait pas à battre depuis l'année dernière ! T'aurais du voir sa tête ! » dit-il alors en riant à son tour après avoir reçu une tape à son épaule. Il était bon de pouvoir parler de tout que de parler du dernier événement qui avait beaucoup fait parler. Soudain, la brume prit effet sur eux. Du moins sur Harlan, qui dit alors quelque chose qui l'alerta : « Je ne vois plus rien! » Ne plus rien voir ? Alors que quelques secondes avant il était entrain de lui mettre une tape à l'épaule ? C'était l'effet de la brume, en plus du froid, mais c'était aussi un effet qui avait été dit par la douce mélodie qu'il avait entendu, lui. « Combien j'ai de doigts Harlan ? » demanda t-il alors. Non pas qu'il se foutait de lui, mais il espérait qu'il voit ne serait-ce qu'un peu. Evan tourna alors le regard pour regarder le fils Lestrange, qui demandait de l'aide à Ysölde, il trouvait cela quand même gonflé de sa part. D'ailleurs tu croisa le regard de la serpentarde. « Est-ce que ça va ? » Entre Evan et Ysölde, c'était tendu en ce moment, il avait mal prit le fait qu'elle soit mariée à un Gaunt. Bien sûr, pour quelqu'un venant du Cercle, c'était compréhensible une réaction comme celle qu'avait Evan. Il était membre du Cercle. « Moi ça va, et toi ? Tu te sens comment ? » demanda t-il alors, inquiet. Après tout, il avait toujours tenu à cette file. Bien qu'aujourd'hui, c'était devenu plus compliqué. Autour d'eux, les gens disaient des choses, concernant la vue, l’ouïe, tout cela était inhabituel. Contrairement aux autres étudiants, elle semblait aller bien, un peu comme lui en faite. Il essaya de se rappeler de la mélodie qu'il avait entendu dans sa tête quand la brume était arriver à lui. Soudain, il se mit alors à murmuré doucement : « Treize, quatorze, quinze, j'ai survécu ». Le serpentard se mit alors à tourner la tête vers les autres. Tous allaient mal. Tous, sauf eux deux. « Je crois que ton ami Rookwood à besoin d'aide... » ajouta t-il alors en regardant derrière la serpentarde.




Revenir en haut Aller en bas
Philomène R. Blackstairs
avatar




first Log-in : 17/03/2013
parchemins : 141

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 29 Jan - 16:28

Salle Commune de Serpentard
Tu n’arrivais plus à parler, et pour toi, c’était le drame – vraiment le drame. Sans les mots, qu’étais-tu finalement ? Juste une fille un physique assez avantageux ? Te voilà réduite à un physique, sans tes mots, tu ne possèdes plus ta répartie, ni même ta capacité à lancer les débats.  Sans tes mots, tu n’étais qu’une fille, juste une fille qui ne parlait pas – et ne pas avoir la parole te mettait littéralement hors de toi – littéralement. Tu t’inquiétais de ce qui t’arrivais mais quand tu regardais Harlan tu te disais que tu n’étais pas la seul à avoir un problème – il n’allait pas bien non plus.  Quand tu lui parlas, il fronça les sourcils ne te reconnaissant visiblement pas – cela fait toujours un choc et un pincement au cœur quand une personne ne te reconnait pas. Il ne te voyait pas, ça te faisait tout aussi mal – mais tu te consolais en te disant qu’il ne voyait personne. Il dit alors : « Allo? » Tu voulu faire un pas en arrière quand il tendit les mains vers toi – le geste habituel quand on essaye de poser la main sur toi. Mais, tu te dis que ses mains étaient maintenant ses yeux. Il posa ses mains gelées sur ton visage, te faisant tressaillir au passage – il examina tes joues, ton nez puis finalement tes lèvres. Il dit alors : « Yesfir, pourquoi ne parles-tu pas? » Tu ne sais pas quoi faire – comment lui faire comprendre que tu ne peux pas parler ? Tu pousses un petit soupire, et tu réfléchi alors, tandis qu’il a toujours ses mains sur ton visage. Tu attrapes ses poignets pour retirer ses mains de ton visage, et tu cherches un moyen de lui faire comprendre. Tout en tenant son poignet, tu fis descendre son bras gauche le long de son corps, et gardais en main son bras gauche. En manipulant ses doigts, tu refermas sa main, tout en laissant son index droit, et tu pressas son doigt contre le haut de ta poitrine juste en dessous de ta gorge, d’un air de dire « Moi, tu comprends que c’est de moi que je parle. » Tu attendis, et repris alors, en dénouant ses doigts, tu attrapas sa main pour la plaquer sur ta bouche, « Moi, je ne parle pas » pensas-tu alors. Il fallait que tu continue, tu recommença alors avec sa main, et en usant de la sienne tu le fis se pointer du doigts lui-même, et tu déplia ensuite ses doigts pour qu’il pose sa main sur ses yeux, « Et toi, tu ne vois pas. » pensa-t-elle alors. Mais tu pensais égalements qu’il vous fallait partir, trouver un adulte, quelqu’un qui puisse vous aider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 29 Jan - 19:41



Dans la Grande Salle, vers les sous-sols.


Edgar ne se doutait pas une seule seconde de l’annonce que Dabria avait pu faire à sa fille, tant ses pensées étaient toutes dirigées vers la même chose. Il n’avait plus qu’un seul but en tête, et plus les secondes s’écoulaient dangereusement, plus Edgar se sentait affreusement irrité. Il avait vraiment besoin de passer ses nerfs sur quelque chose, et si seulement on lui avait dit à cet instant précis qu’il avait une fille alors… Quoi de plus normal que d’aller se défouler sur la chair de sa chair ? Après tout, s’il avait eu des enfants, ils leur appartiendraient et ils pourraient en disposer comme bon lui semblerait, pas vrai ? Une chance donc pour Arya qu’il ne soit pas au courant et qu’il soit à cent mille lieux d’y songer. Il suivait simplement Dabria et Alekseï, le regard grave et dur comme la pierre, se plantant parfois sauvagement dans les pupilles des autres élèves qui osaient lever les yeux vers lui. Il se mettait à marmonner tout seul dans son coin tandis qu’ils continuaient d’avancer, râlant de manière à peine audible que cette histoire allait bientôt finir dans un bain de sang s’ils ne se pressaient pas davantage. Mais l’épaisse brume qui les entourait alors le contraint à ralentir le pas jusqu’à s’immobiliser totalement face à ce brouillard, au moment même ou Alekseï faisait remarquer qu’ils allaient devoir improviser. Non, vraiment ? Edgar leva les yeux au ciel, avant de scruter le fameux nuage comme s’il trouverait des réponses à ses questions en l’observant avec attention. Évidemment, rien, pas le moindre indice. Il avait pourtant été formé, en tant que chef de la brigade de police du ministère, à réagir dans toutes les situations possibles et imaginables, et il était temps pour lui d’appliquer ce qu’on lui avait enseigné. Après quelques maigres secondes de réflexion, il se tourna vers les deux autres pour leur faire part de son idée, mais les voyant ainsi collés l’un contre l’autre, il eut soudainement la nausée, et pour ne pas se détourner de son objectif principal, gardant ses réflexions pour lui. Il n’avait pas de temps à perdre avec les deux énergumènes qui lui servait de complice, il avait plusieurs crimes sanglants à commettre. Ainsi, après avoir formulé l’incantation d’un sortilège de Têtenbulle, il fit un pas vers la brume, à l’instant précis où celle-ci devint lumineuse et glaciale. Edgar avait tellement froid subitement qu’il aurait juré que ses doigts allaient resté collés sur sa baguette… Et aussitôt, la brume disparut sans qu’il n’y ait de véritable explication, elle s’était simplement volatilisée… Comme par magie. Edgar resta immobile un instant, contemplant le couloir libre qui se trouvait devant lui, n’ayant à présent plus qu’une seule et unique idée en tête. Plus d’obstacle ? Tant mieux. Ils avaient du pain sur la planche, et Edgar trépignait presque d’impatience à l’idée de pouvoir mettre leur plan à exécution. Enfin. Le chef de la brigade rompit le sortilège qui lui encerclait le visage avant d’avancer tout doucement, histoire de s’assurer que le nuage avait bel et bien disparut et qu’il n’était pas simplement devenu invisible. Mais plus de danger. Vite. Il fallait agir vite. Il pressa le pas, oubliant presque les deux autres. Non, en fait, ils les avaient vraiment oubliés… Quoi qu’il arrive, il n’avait plus qu’une seule idée en tête de toute manière : éradiquer la vermine qui grouillait dans ce château, quel qu’en soit le prix, et ce malgré la petite mélodie qui s'était immiscée dans sa tête bien malgré lui. Et comme ses lèvres étaient scellées pour le moment, il ne se rendit pas encore compte qu’on ne pouvait plus l’entendre… Du moment qu’il avait ses pensées pour lui tenir compagnie, il ne deviendrait pas totalement fou. À moins que le mal soit déjà fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Arya P. Greengrass
avatar


Fort et courageux comme des lions, nous sommes fiers d'être de la maison de Godric.

first Log-in : 10/05/2012
parchemins : 456

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 29 Jan - 20:23

Grande Salle

Je me demandais ce qu’il arrivait à Ollivander pour qu’il me hurle dessus de la sorte. J’avais les bras croisés sur ma poitrine – signe de mon impatience notoire. Je n’avais jamais été très patiente, je devais bien l’admettre, alors me faire hurler dessus : très peu pour moi, vraiment.  Quand j’avais parlé, il m’avait regardé avec des grands yeux, comme s’il ne comprenait pas ce que je disais. Ne parlais-je donc pas clairement ? J’avais l’air d’être une extraterrestre. « QUOI ? QU'EST CE QUE TU DIS ?! » J’eus envie de me boucher les oreilles, il hurlait, mais pourquoi hurlait-il ainsi par Merlin, on aurait dit qu’il était sourd. L’idée percuta alors mon esprit, quand je voyais les gens autours de moi, certains semblaient ne rien voir, d’autre semblaient ne plus réussir à parler, et Severus lui semblait ne plus rien entendre. « DUCHANNES ! TES MAINS ! »  Mes mains, qu’est-ce qu’elles avaient mes mains ? Je baissais alors les yeux, décroisant mes bras pour mieux les observer. Je contemplais alors mes mains, curieusement blanche, trop blanche par rapport à la normal, je pressais mes mains l’une contre l’autre, et… je ne sentais rien, rien, même pas la chaleur, ni même la pression, tout était… étrange. « Mon dieu… » Murmurais-je alors, tandis que Severus hurlait encore : « QU'EST CE QUE TU DIS ?! » Il ne comprenait pas, parce qu’il n’entendait pas, maintenant j’en avais la certitude. Je lui fis signe avec les mains de baisser d’un ton, puis, je posais mon doigt sur mes lèvres en faisant : « Chut ! » Il fallait qu’il baisse d’un ton sinon, j’allais finir par devenir sourdre, et folle. Par chance, j’avais mon sac avec moi, celui dont je ne me séparais jamais – avec mes livres, mes carnets, et mes crayons – depuis que j’étais malade j’avais changé mes habitudes. Je lui fis signe d’attendre, et je sorti un carnet, je ne sentais même pas mes mains qui cherchaient un crayon, et un bout de papier, j’écris alors : « Je crois que tu es sourds Ollivander. » Je lui montrais le papier pour qu’il puisse me répondre – oralement, mais en baissant d’un ton.  Quand il eut lu, j’attrapai vite fait le papier, et j’ajoutais à la va vite : « Mes mains vont bien, je crois ! » Je lui retendis vite le papier sans me rendre compte que dans ma précipitation, je m’étais entaillé le doigt avec la feuille – je ne le sentais pas. Je ne sentais, ni le froid, ni la coupure, ni même mon cœur qui battait doucement – luttant contre le froid.  




Revenir en haut Aller en bas
Invité





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Mer 29 Jan - 22:27

Dans la grande Salle, vers les sous sols
Si un jour on avait dit à Aleksei qu ce serait le froid qui aurait raison de lui, il aurait très certainement éclaté de rire. Il venait d'une des régions les plus froides du monde, aucune raison selon lui de s'inquiéter à cause d'une tempête ô combien ridicule, les britanniques n'avaient tout simplement pas l'habitude. Il avait eu tort cependant et sa dernière intuition avait été la bonne, cette brume n'était définitivement pas naturelle. Et comme pour le prouver, l'Ukrainien sentit ses forces commencer à l'abandonner. Il était toujours près de Dabria et il ne la lâcha bien au contraire, peut être un geste désespéré, un geste de lâche pour se protéger lui? Aucune moyen de le savoir, plus le temps de réfléchir, la brume, déjà, les attaquait. La brume sembla changer de forme et Aleksei crut même être éblouit pendant quelques secondes. "Je ne crois pas que nous soyons en sécurité à l'intérieur du château." murmura le bras droit de Voldemort, fixant Dabria. Dabria qui devenait une image floue sous ses yeux, une image trop floue, une image qui s'effaçait sous ses yeux et... Aleksei tourna la tête vers Edgar, ce dernier disparaissant également sous ses yeux, de la même façon. Et, première erreur, il lâcha complètement Dabria, portant automatiquement ses mains à ses yeux, les frottant. "Пиздец " Le mangemort jura en Russe tandis que sa vue le quittait peu à peu... Pour faire face au noir et à l'obscurité la plus totale. Aleksei poussa un soupir et plus par réflexe qu'autre chose, il ferma également les paupières, plus besoin de se fatiguer à garder les yeux ouverts à présent pas vra?. L'obscurité, le noir, ça le connaissait, c'était d'ailleurs tout ce qu'il avait connu pendant quinze années, mais c'était quand il était tout seul, dans sa cellule. Qu'il se savait en solitaire, enfin seul avec ses propres démons. Il ne lâcha pas sa baguette magique, certes, jeter un sort dans de telles conditions était synonyme de suicide mais tant pis... "Dabria je crois que ce n'est pas aujourd'hui que je vais repayer ma dette, je ne peux pas vous voir... Quelqu'un est à l'origine de cette brume, il ne peut pas en être autrement... Même le froid n'est pas aussi cruel d'où je viens." Le ton était précis et froid et Aleksei s'attendit à une réponse quasi immédiate. Zut. Avait-il complètement perdu Dabria? Il tendit les bras, avançant dans le vide. "Edgar? Est-ce que vous êtes là?" Voilà à quoi en était réduit le bras droit de Voldemort, il était obligé d'avancer à tâtons... Pas de doute que s'il survivait à tout ça, Aleksei ne remettrait pas les pieds à Poudlard de si tôt. "Miss Greengrass, est-ce que vous m'entendez? Je ne peux pas vous voir." répéta Aleksei, un peu plus fort à présent, couvrant les cris d'autres personnes qu'il ne voyait pas... Il continua d'avancer, au risque de rentrer dans quelque chose ou dans quelqu'un.

Revenir en haut Aller en bas
Severus A. Ollivander
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 26/11/2012
parchemins : 1012

MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    Jeu 30 Jan - 12:38

La grande salle

    « Mon dieu… » C'était cas de le dire. La fille Duchannes ne c'était même pas rendu compte que la couleur de ses mains était devenue différente de la normalitée des choses. En regardant la fille Duchannes il ne put s'empêcher de dire alors : « JE SAIS QUE TU ME PRENDS COMME TEL MAIS QUAND MEME ! » Le serdaigle n'avait pas pu garder sa langue dans sa poche. Il avait été obliger de rétorquer ça. Les gens autour de lui, ouvrait leurs bouches mais il n'entendait rien, pas même le bruit du bois qui s'enflammait dans les cheminées ou bien juste le bruit des pas des autres. C'était flippant, heureusement il possédait encore la parole mais il stressait à l'idée d'être sourd comme un ancien. Ce n'était pas évident de ne plus entendre autour de soit, c'était comme être bloquer de cet endroit et de ne pas pouvoir faire quelque chose. La fille Duchannes fit alors signe au serdaigle de baisser d'un ton, en faite, il ne se rendait même pas compte qu'il hurlait sur elle. « Chut ! » fit elle alors en mettant son doigt sur ses lèvres à elle. Oui d'accord, Severus n'aimait pas vraiment recevoir d'ordre et surtout pas venant de sa part, mais si il pouvait éviter qu'elle devienne sourde par la voix de celui-ci, il pouvait bien le faire. A force, il n'aurait plus de voix pour le lendemain matin. La rouge et or fit signe alors à Severus d'attendre. Pourquoi attendre ? Alors qu'il n'y avait certainement aucun moyen qu'il retrouve ses écoutes. Il la vit alors sortir un bout de feuille et un crayon afin de lui écrire: « Je crois que tu es sourds Ollivander. » Il tapa alors dans ses mains puis leva son pouce afin de lui répondre doucement : « Bonne déduction Sherlock ! » Il regarda alors autour de lui, puis il se mit à regarder les mains de la fille Duchannes, quand elle rajouta alors sur la feuille : « Mes mains vont bien, je crois ! » Severus se mit alors à tourner la tête de gauche à droite en signe négatif. Ses mains n'était pas en bonne forme, il y avait comme un problème. Pourquoi personne ne partait de cette brume alors que les effets était négatifs. Il regarda alors le bout de papier qu'elle lui avait tendu. Du sang. Une goutte de sang prenait place sur le papier. Il prit alors les deux mains de la rouge et or et regarda attentivement avant de dire : « On doit partir d'ici ! C'est la brume qui fait ça ! Tu ne sens pas l'entaille au doigt que tu as ! Pourtant regarde le papier, il y a ton sang dessus ! » Severus était inquiet et pas que pour lui, non il était inquiet également pour la fille Duchannes. « Ne restons pas ici ok ? » demanda t-il alors. Il fallait trouver un endroit pour se réchauffer mine de rien et un endroit sécurisé.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.    

Revenir en haut Aller en bas
 

S.4 INTRIGUE N°2 Ϟ WINTER IS COMING.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: CORBEILLE :: SAISON 4 - ARCHIVAGE-