Partagez | 
 

SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Penny Savage
avatar




first Log-in : 10/03/2014
parchemins : 17

MessageSujet: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 19:24

DOSSIER DU MINISTERE N° 9854356

Penelope Savage

Ϟ DOSSIER DU MINSITERE
◇ nom : Savage, ce qui peut en dire long sur mon caractère, ou encore l'attitude entière de ma famille. À croire que des simples lettres peuvent avoir une énorme influence sur nous. Ou alors on était destiné à montrer à quel point on peut être des cons grossiers et irresponsables. ◇ prénom : Ma mère a choisit de m'appeler Penelope, dans un vain espoir que je sois une jolie petite fille calme et paisible à ce qu'elle m'a dit. Au moins, elle a réussi un critère sur deux, on peut blâmer les gènes pour le reste. La plupart des gens me surnomment Penny depuis aussi longtemps que je me souvienne, alors je me présente habituellement sous ce nom-là. Quand Penelope se fait entendre, normalement c'est que j'ai des ennuis. ◇ âge, date et lieu de naissance : 19 ans et toujours en pleine forme. Née le 5 décembre dans une grande bataille entre ma mère et mon désire de rester confortablement dans son ventre. Bien sûr la vieille a gagné hein, elle a de l'expérience avec les trois qui sont passés avant. -je n'irai pas plus loin dans cette théorie parce que je pourrais y laisser ma peau-.  ◇ lieu de résidence : Bristol, en Angleterre, j'y suis également née. Ma famille habite dans un petit quartier moyen où les voisins commencent à bien nous connaître depuis le temps.  ◇ nature du sang : Née-moldue et fière de l'être, pour le meilleur et pour le pire. Je ne comprends pas pourquoi un don qui s'est manifesté sans l'aide de nombreuses générations, comme un petit miracle si j'ose le dire, peut être mal vu. Pour moi, rien n'est plus formidable, mais ça ne veut pas dire que je le dis à qui veut bien l'entendre. J'ai pris l'habitude de garder certaines opinions pour moi-même, c'est meilleur pour la santé.

Ϟ LES FICHIERS SECRETS
◇ maison  : Grindlemonk et je dois avouer que même si j'aime bien cette petite impression d'avoir notre propre petit clan, toutes ces règles et ces restrictions de merde me font bien chier, honnêtement, mais je vis avec. Après tout, je n'ai pas vraiment le choix. Avant, j'étais chez les gryffondors, mais comme les maisons ne m'ont jamais parue très importantes -dans mon livre, je t'apprécie ou non, que tu sois jaune ou vert hein- alors la transition ne m'a pas plus secouée que ça. La façon dont je vois les choses, c'est qu'au moins maintenant on peut souffrir des moqueries tous ensemble. Ouais, non, c'est pas vraiment positif au final. ◇ occupation : Je suis une simple étudiante en Soins aux créatures magiques, maintenant à ma deuxième année universitaire. Dans ma tête c'était logique que je me dirige dans cette branche. Gamine, je n'ai jamais cessé de rapporter la moindre petite créature à la maison -les voisins commençaient à en avoir marre aussi que je vole leurs chats-. Vous rajoutez magique à l'équation et je suis comblée, parfaitement même. ◇ composition de votre baguette : En bois de hêtre, mesurant seulement 23,5 cm, elle se montre souple, rapide et précise, ce que j'apprécie puisque je suis loin d'être une experte malgré mes efforts en ce qui concerne la plupart des sorts, demeurant dans un niveau plutôt moyen. Elle contient également un ventricule de cœur de dragon. ◇ La forme de votre patronus : Un papillon et j'avoue avoir eu la même expression au visage en le découvrant que lorsque ma mère m'a offert une barre de savon faite de ses propres mains pour mon anniversaire. L'inutilité. ◇ A quoi ressemble l'épouvantard : À un essaim d'abeilles, parce que j'ai de très fortes réactions allergiques à leurs piqûres suite à un incident durant mon enfance qui m'a bien marqué. Et si avant ces petites bestioles ne me dérangeaient pas vraiment, même si je devais les éviter, maintenant j'ai l'impression d'avoir des yeux bioniques qui les repèrent à des kilomètres. Et si vous voyez une abeille, moi je suis déjà en train de courir dans l'autre direction en criant comme hystérique.  › Votre camp officiel : [] Le Cercle  [] Mangemort  [] Ordre de Woodcroft [xx] indécis › Pourquoi choisir ce camp : Je ne suis pas celle qui aime chercher les ennuis et c'est exactement ce que cette prise de position me donne comme impression. Dans tous les cas, quelqu'un ne sera pas content et quelqu'un voudra régler ses comptes. Alors je préfère vivre ma petite vie aussi paisiblement que possible. Par contre, ne croyez pas que je m'en lave les mains complètement, je n'aime simplement pas crier mes opinions sur tous les toits. Ça ne veut pas dire que j'accepte sans broncher tout ce qui se passe autour, au contraire, j'ai seulement l'impression que plus on crie fort, plus on fait de dégâts, peu importe le camps. Je laisse les passionnés à vouloir changer les choses et peu importe ce qui arrivera, je me débrouillerai bien comme toujours. › Position sur la nature du sang & sur la création de Grindlemonk : Je suis fière d'être une née-moldue, mais j'ai beaucoup de difficultés à démontrer cette fierté en tant que maison. Pour moi, on n'est qu'un troupeau qui s'est fait rassembler afin de mieux nous abattre. Plus besoin de nous chercher, on est tous là, avec une cible en plein front. Par contre, une chose que j'apprécie c'est qu'une fois dans notre petit dortoir, éloigné de tous, on peut dire adieu aux moqueries et aux insultes. Je nous sens plus soudés que les autres maisons, mais c'est peut-être juste moi qui fait ma rêveuse. Le sang ne veut rien dire pour moi, je préfère juger une personne par moi-même, mais ça devient difficile avec tout ce qui se passe. Je me dis surtout qu'il vaut mieux vivre dans mon coin, profiter des amusements qui nous sont encore permis et de croiser les doigts pour traverser tout ça rapidement.◇ détails à communiquer : Sans doute sans importance, mais j'ai pris pour habitude de me couper moi-même la crinière et parfois la frange assez courte -suite à un drôle d'incident, mais j'ai appris à apprécier le style-. Red m'a également donner la mauvaise habitude de fumer, mais je tente de me rationner à ce sujet, volant quelques bouffées d'air corrompue sur ses bâtons plus qu'autre chose. J'ai également un vile péché mignon pour les chocogrenouilles et mon but ultime est de récolter toutes les cartes.

Ϟ BIOGRAPHIE INTERDITE

I feel like my hair is too short and my knees will always be bruised.
I feel like my mother knows I’m lying. That she doesn’t believe in things being merely okay. You’re happy or you’re not.

Les matins en famille durant ma jeunesse ressemblaient à peu près à ça. À chaque matin ou presque, je me réveillais avec ce qu'on appelait l'alarme de la maison.

« DAISY, JAYSON, JAIME, PENNY ET ADAM ! DEBOUT ET À TABLE HOP HOP ! »

C'est rare qu'on entend ma mère crier, extrêmement rare, alors vous imaginez que malgré toutes ces années, ça me fait toujours bizarre d'ouvrir les yeux en entendant sa voix de sergent, comme elle aime si bien le dire. C'est difficile à croire qu'une telle autorité peut se manifester dans un si petit bout de femme. Ma mère n'est pas le genre de personne qui commande le respect et la peur, mais loin de là. Surtout pas avec ses breloques en tout genre qu'elle se confectionne elle-même, ses longues robes aux motifs aztec et ses cheveux fous. Vous voyez le genre, la mère typiquement hippie quoi. Celle qui possède un bâton de pouvoir ou un truc du genre -j'ai jamais été douée pour retenir sa fonction- à utiliser quand les disputes éclates, où on s'assoit en cercle et qu'on se le passe afin d'avoir le point de vue à chacun dans une atmosphère de calme et de prospérité. C'est bien les seules fois qu'on réussit à avoir ce genre d'atmosphère aussi. Il faut dire qu'avec cinq enfants, tous avec très peu d'années d'écart, c'était vouloir un putain de défi à relever. Avant Daisy s'amusait à me dire qu'elle devait être aussi calme parce qu'on lui avait brûlé toute son énergie avec nos plans à la con. Plus tard elle s'amusait plutôt à me dire que maman aimait bien le calumet de la paix. Herbe ou pas, elle a toujours réussit à adopter une attitude calme et posée, aérienne même. Parfois on se demandait même si elle prenait vraiment la situation au sérieux et du coup, on se tournait vers Papa, parce que dans nos têtes, c'était le plus logique des deux.

« Vous avez entendu la gourou, dépêchez-vous ! Pas plus de 30 minutes chacun pour la salle de bain ! »

Même après toutes ces années, c'est toujours cette même foutue règle. C'est à croire qu'ils veulent voir un combat dans l'arène pour partir la journée. Franchement, je dois revoir ma définition de logique, parce que mon père n'y entre pas du tout avec ce genre de restrictions. On dirait qu'il pense qu'on est tous en marathon ou un truc du genre. Ce n'est pas parce que LUI a terminé son petit séjour nécessaire en quinze minutes qu'on est capable de le faire aussi. Je suis même certaine qu'il se sent généreux en nous laissant le double de son propre temps. Enfin, c'est pas comme si on l'a respectait à la lettre de toute façon. Pourtant, lorsque ces mots sont prononcés, on dirait que tout le monde à l'impression qu'une bombe va exploser. C'est une course contre la montre, la compétition du plus fort. Le déclencheur qui nous fait bondir soudainement de notre lit, nous fait heurter notre bureau en jurant comme un bûcheron -et là on a droit à un avertissement des manitous- parce qu'on est toujours pas bien réveillé avant de s'élancer comme des affamés sur la seule pièce disponible dans cette piaule miteuse histoire d'avoir un peu d'eau chaude. Parce que le dernier s'en passe hein. Et ma mère aussi, parce que c'est une masochiste et qu'elle dit que c'est bon pour sa peau. Et durant la course effrénée, les arguments fusent.

« Pousse-toi ! » de Jaime. « Non, toi dégage ! » de son jumeau Jayson alors qu'ils sortent de leur chambre. Daisy accourt avec un « C'est moi l'aînée, laissez-moi la foutue salle de bain ! » avec autant d'élégance qu'un constructeur, ce qui nous vaut un deuxième avertissement. Les chances sont pas mal égales entre nous, pour être honnête. Tout dépend de celui qui a le plus de ferveur pour la courte douche chaude. Et Adam, le cadet et supposé bourreau des coeurs, réussit à tous nous semer et à verrouiller derrière lui. Et quand Adam est dans la salle de bain, on sait tous qu'on en a vraiment plus que trente minutes à attendre. Il est comme le camion de livraison sur l'heure de pointe. Et bien souvent, il fallait lancer un :

« Mamaaan! Retarde le petit-dej, ça va être long ! » même si avec le temps, elle avait prit l'habitude de démarrer le tout seulement quand elle voyait les deux premiers descendre. Et comme on était souvent coincés à attendre dans le couloir, on a également prit l'habitude de deviner les raisons de la lenteur de l'occupant. « Ce gamin prend plus de soin à se préparer que Daisy et moi. Et c'est nous les filles. » « Ouais c'est ta faute Jay. » renchérit Daisy, ignorant son frère qui roulait des yeux, ennuyé. « C'est toi qui lui a planqué ces idées de Casanova dans la tête. C'est pas parce que t'es dans l'équipe de l'école et que tu t'amuses à te taper toutes les filles qui s'évanouissent devant toi que tu dois lui donner tes mauvaises habitudes superficielles. » Et dans ce genre de situations, il revenait toujours avec ses bons vieux arguments, qu'on voyait tous venir sauf la pauvre Daisy. « Soit pas jalouse de mon succès soeurette, si t'as tellement peur de finir vieille fille parce que tu pisses plus loin que tous tes exs, je peux te donner des conseils à toi aussi ! »

« Oookay ! Moi je m'éclipse avant qu'une scène de crime se manifeste dans ce coin. » dis-je en voyant ma soeur aînée devenir dangereusement rouge. Daisy a toujours eu un fort tempérament, mais c'est ce que j'ai toujours trouvé qui faisait d'elle une super soeur. Elle s'est toujours sentit responsable de nous, même si on n'a jamais été très loin niveau âge et même si elle pouvait nous menacer de nous arracher la tête quand on détruisait quelque chose dans la maison sous sa surveillance, elle n'hésitait jamais à nous défendre par la suite. Bon nombre de gamins ont reçus des menaces concernant leurs petits canaris quand ils me faisaient pleurer -peut-être que j'en profitais un peu aussi, j'ai toujours été gâtée malgré tout-. Je pense que c'est même elle qui a débuté notre sublime réputation de vauriens auprès des voisins. Et même si je sais que tout se passerait bien en ce bon matin, j'étais habituellement loin d'être assez réveillée pour assister ma chère soeur avec ce qu'on appelle la solidarité féminine.

Et si normalement je devrais descendre au rez de chaussé en abandonnant tout espoir d'avoir de l'eau chaude, je préférais toujours faire un petit détour dans ma chambre avant, histoire de voir si lui était debout. Parfois j'avais la chance de l'apercevoir debout dans sa chambre face à la mienne, la fenêtre de son balcon toujours ouverte tout comme la mienne pour qu'on puisse se rejoindre facilement. Ce matin, comme lors de certains matins alors que je sortais sur mon petit balcon, je pouvais même le voir devant le miroir de sa chambre, encore en pyjama. Et dans ce genre de situations, j'aimais bien le taquiner en lui lançant :

« Hey, Red ! Tu sais, même si tu passes la journée à t'admirer et à t'entraîner, Daisy remarquera toujours ta baby face avant tout ! »

Je ricanais bien à cette époque, j'étais surtout loin de me douter à quel point j'avais tort à ce sujet, en ce qui me concerne principalement. L'adolescence ça vous déglingue les méninges, je vous le dis.

**


I was five and he was six
We rode on horses made of sticks. He wore black and I wore white. He would always win the fight.

J'ai toujours bien aimé embêter Red, d'aussi loin que je me souvienne. Peut-être parce que la première fois que j'ai entendu son prénom complet, j'ai fait l'horrible erreur -dans ma naïveté ou stupidité, c'est au choix- de croire que c'était une fille. Alors que non, il est tout à fait masculin hein, j'en suis plus que convaincue aujourd'hui. J'étais persuadée, même si je n'ai jamais osé lui avouer à propos de mon erreur sur sa sexualité et que j'ai assumé ma découverte dans une surprise mortifiée en solo, que tout ça allait débuter notre relation sur un mauvais pied. Qu'il me serait toujours connu comme le petit voisin morveux d'à côté. Bon, le fait que j'ai volé son chat était la principale raison de cette pensée en toute honnêteté. Et même si ses parents m'ont passé un sacré savon quand mon père m'a forcé à me présenter à leur porte pour leur rendre le félin -je suspecte qu'ils ne m'apprécient pas trop en partie à cause de cet incident-, Red a plutôt été étonnement calme et depuis, on ne s'est jamais vraiment lâché d'une semelle, au grand dam de ses géniteurs coincés qui auront toujours cet argument que je suis une mauvaise influence pour le pauvre petit Maddox. S'ils savaient.

Et comme je disais, j'ai toujours bien aimé embêter Red, mais lorsqu'on atteint l'âge des expériences, des amourettes et de l'adolescence en plein essor, toutes ces gentilles moqueries concernant son visage de gamin ou sa nouvelle habitude de fumer -qu'il m'a refilé, le salaud- pour avoir l'air plus vieux m'ont subitement éclatées au visage. Comme ça, une journée. Sans le moindre avertissement. Parce que vient une limite où se faufiler dans la chambre de l'autre ne semble plus si innocent qu'avant, que d'expérimenter ce qu'on voit dans les magasines ou à la télévision n'est plus aussi loufoque, plus sans arrière pensée cocasse et que de simples caresses ou de simples étreintes ont la possibilité de ne plus être seulement familières, mais intimes. Et si j'ai longtemps considéré Red comme un ami proche, un partenaire de crime et même un frère en certaines occasions, il s'est personnellement chargé de me le faire voir sous un tout nouvel angle.

Et quel angle.

Tout a commencé par un simple accident, par une mauvaise coïncidence, par un simple oublie concernant l'intimité. Par un manque total de pudeur de la part d'un garçon qui semble considérer sa chambre comme le temple de la renommée pour l'exposition de ses petites fesses rebondies et ciselées dans le marbre. Aucun problème, non... Ce n'était pas comme si ma foutue chambre était pile en face de la sienne grâce au sublime modèle d'architecture horriblement répété dans ce quartier miteux et que je pouvais tomber nez à nez avec ses bijoux de famille dès que je tournais la tête et rester graver avec cette image mentale, forcée de l'avoir comme modèle de comparaison à chaque fois que je verrais un garçon en tenue d'Adam. Non. Urgh et maintenant je pense à mon petit-frère à cause de ça et il est hors de question que je m'aventure sur ce territoire. Aucune chance. Dégoûtant.

Bref, ma première rencontre avec la nudité de Red -ou toute nudité masculine en fait- s'est fait dans les pires conditions possibles. À mon humble avis. Vous savez, nous les filles à un certain âge, on commence à s'intéresser à la coiffure, au maquillage, aux vêtements... Daisy m'a dit que c'était dans nos gènes. Tôt ou tard, on passait toutes par là. L'un de ces intérêts, en ce qui me concerne, consistait à apprendre à me couper la frange moi-même -parce qu'avec cinq enfants, comment voulez-vous avoir un budget pour tous les envoyer chez le coiffeur-, grâce à un article dans l'une des nombreuses revues de ma soeur. Les étapes étaient simples, claires et précises, tout allait bien se passer normalement. J'étais donc là, installer à mon bureau avec le magasine à ma gauche, les ciseaux à ma droite et le miroir devant moi, prêt à me guider. Le tout ne me semblait pas plus compliqué que ça, alors quand j'ai pris les dits ciseaux et que je les ai positionné pour couper à la longueur souhaitée, je n'avais pas prévue attraper un mouvement du coin de l'oeil. Je n'avais pas prévue oublié sporadiquement ma situation précoce, tournant la tête avec une curiosité qui m'a toujours été presque maladive. Et ce que je n'avais surtout pas prévue, c'est d'attraper Red sortant de la douche, aussi nonchalant qu'un lion dans sa démarche paresseuse pour alors tout simplement laisser tomber sa serviette, seule barrière entre moi et sa nudité des plus complètes. Et dans la surprise la plus totale, la mortification oui, j'ai eu un spasme de la main qui m'a fait couper la pauvre mèche d'un trait tout sauf droit.

« SHIT ! RED, TIRE TES FOUTUS RIDEAUX !! »

**

When the days are cold and the cards all fold and the saints we see are all made of gold
When your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood's run stale

Deux ans déjà et je n'ai toujours pas prit l'habitude d'avoir notre petite table, notre propre maison. J'ai toujours ce petit effet de surprise, cette petite interrogation qui se forme en voyant la nouvelle répartition dans la grande salle, en devant me rendre dans le jardin -parce que nous faire une petite place dans le château était sans doute trop généreux- pour me rendre à notre nouveau dortoir. Mais ce à quoi je ne m'habituerai jamais, ce sont les regards fixes, emplis de dégoût. Parce que ceux qui ne nous considèrent pas comme une simple infestation de vermines à exterminer ont encore la décence de détourner le regard et de ne pas en faire un spectacle. Ceux-là sont rares, c'est une chose que j'ai bien comprise en ces deux années avec une nouvelle cible à la place de mon blason. Et si j'ai longtemps été habituée de me faire voir d'une façon inférieure, non seulement dès mon arrivée mais également durant toute ma jeunesse, je n'avais jamais eu ce genre de projecteur braqué sur ma personne auparavant. Et je dois dire que l'attention ne me va pas bien au teint.

Poudlard n'a pas toujours été comme ça par contre. Au départ, malgré les petits accrochages que l'on s'attend lorsqu'on est une simple née-moldue qui découvre ses monts et merveilles, le château était le synonyme pur du fantastique que je ne trouvais que dans mes contes préférés. C'était bien la dernière chose à laquelle je m'attendais pour ma petite vie. De là où je viens, dans le quartier que je vis, on apprend rapidement à ranger notre naïveté dans un tiroir si on veut s'en sortir un peu mieux que les autres. C'était donc hors de question que pour moi, passé seulement mes six ans, que ce genre de choses pouvaient arriver. Je m'attendais sérieusement à terminer dans un uniforme horrible à servir au service à l'auto dans un horrible fast food en espérant faire assez d'argent pour tenter des études avancées, mais quelconques. Je n'ai pas le pragmatisme ni l'intelligence de Red, alors dans ma tête, ce n'était pas bien compliqué. Poudlard a tout balayé d'un coup, non seulement pour moi, mais pour Red également, même si je pense que ses parents sont loin d'avoir été aussi compréhensifs que les miens -le calumet de la paix aide à ouvrir les horizons, Daisy me l'avait dit ça aussi-. Et même s'il avait quitté ses géniteurs sur des termes plutôt mauvais, jamais je ne m'étais sentis heureuse que le jour où je suis partie avec lui, où je savais que je n'avais pas à le laisser derrière et qu'on pouvait continuer à être ensemble. Dans une partie trop spirituelle et romantique de mon cerveau, je me disais même que c'était le destin, à quelque part.

Enfin, je le croyais sincèrement jusqu'à ce qu'il pose ses yeux sur Scarlett Bridgestone et qu'il n'en décroche plus. Un peu comme il le fait maintenant et à chaque fois qu'il en a l'occasion dès qu'elle passe tout près. Et moi, bah moi je reste tout simplement là, assise en face de lui, picorant mes oeufs d'un geste de plus en plus irrité. Normalement, j'arrive à ignorer ses humeurs d'amoureux transis sans trop de difficultés. Après tout, depuis toutes ces années on a pas trop le choix de s'y faire, mais parfois, il m'agace tellement que j'ai envie de marquer la table avec son visage. Et même si l'idée me trotte un moment dans la tête, je préfère tout simplement soupirer. « Les mouches vont finir par entrer si tu fermes pas la bouche.. » Il se tourne vers moi et voulant prouver mon point, je fais ma plus grande imitation de son regard rêveur, c'est-à-dire que j'imite une pauvre personne souffrant d'une déficience intellectuelle. Ce que je n'avais pas prévu par contre, c'est qu'il vise assez bien pour me lancer une céréale en plein dans la bouche. Durant les deux minutes suivantes où je tousse comme quelqu'un qui aurait fumé sans arrêt pendant quarante ans, je lui envois un « Va te faire foutre » à peine audible entre deux aspirations d'air difficiles.


Ϟ REPOUSSE MOLDU
› Pseudo et/ou prénom :  AmusableSky› Votre avatar : Imogen sublime Poots, d'ailleurs si on pourrait me la réserver, vous seriez des amours    › Commentaire : Je viens renflouer les Grindlemonk   › Parrainage : [xx] oui, s'il vous plait :  [] non, merci ! › Code du forum : Ok par Isa.

SALVIO HEXIA 2011-2013


Dernière édition par Penny Savage le Sam 22 Mar - 19:44, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 19:42

OMG HUUUUUUUN !!!   JE SUIS TROP CONTENTE QUE TU AI CÉDÉ !!!   On va s'éclater tu vas voir ! ** Et pis on se partagera une super chambre avec Scar, on se fera des batailles de polochon (on décoiffera Scar en fait) puis on se taper dessus, ce sera MAGIQUE !
Jotem !  
Revenir en haut Aller en bas
Severus A. Ollivander
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 26/11/2012
parchemins : 1012

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 19:45

Bienvenue sur SH et bonne chance pour ta fiche   
Si t'as des questions n'hésite pas  I love you 



Revenir en haut Aller en bas
“Tris” E. Snape
avatar


Sages et intelligents, nous sommes les dignes héritiers de notre chère Rowena.

first Log-in : 21/04/2013
parchemins : 165

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 19:47

bienvenue sur le forum miss! bonne chance pour t'as fiche et si tu as la moindre question comme l'a dit Severus n'hésite surtout pas!



⊹ Fear doesn't shut you down; it wakes you up.
I think we’ve made a mistake, ...We’ve all started to put down the virtues of the other factions in the process of bolstering our own.  I don’t want to do that.  I want to be brave, and selfless, and smart, and honest... I continually struggle with kindness.

Revenir en haut Aller en bas
Penny Savage
avatar




first Log-in : 10/03/2014
parchemins : 17

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 19:49

Shaé ; OUIII TAPONS-NOUS COMME FEMMES DES CAVERNES AVEC AMOUREUH   Tu me fais toujours céder en fait. Je sais pas comment tu fais, s'pèce de vile enchanteresse. Et owi j'ai hâte de décoiffer Scar   

Jotem aussi ! hug

Severus ; Merci beaucoup !   La chance c'est bien en plus hu hu surtout avec Ben Barnes.

Tris ; Ça fait deux fois que je modifie mon message, vous m'accueillez trop bien !   Un gros merci et promis, je n'hésiterai pas  I love you
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Meriadec Lestrange
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 18/09/2010
parchemins : 1510

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 20:23

MES POTES SONT DES GRINDELMONK QUI ROCCCCCCCKS.   
(ceyalexee/salvyetout   
BIIIIIENVENUE belle petite toi.  I love you 








Halo round his head
Burning in our bed
Revenir en haut Aller en bas
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 20:42

Bienvenue I love you



"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”
Revenir en haut Aller en bas
Penny Savage
avatar




first Log-in : 10/03/2014
parchemins : 17

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 20:51

OHYEAAAAAAAH   
Merci beaucoup Alexe et Ysölde !  love
Revenir en haut Aller en bas
Harlan C. Nott
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 21/04/2013
parchemins : 271

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Lun 10 Mar - 22:10

Bienvenue sur le forum! Je suis tellement contente de voir autant de Grindelmonk!  I love you Elles sont jolies, je vais me convertir si ça continue!




❝WAKE ME UP WHEN IT'S ALL OVER❞
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones, Enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age.
Revenir en haut Aller en bas
Penny Savage
avatar




first Log-in : 10/03/2014
parchemins : 17

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Mar 11 Mar - 17:05

Oooh merci !   Et oui, viens, vieens, on te fera pas de mal huhu, sauf si t'aime jouer à la dure   /pan/



Breath me in, like the summer nights
» It's only a mistake if we don't survive. Kids grown up, but we're not alright, we're trouble. Boy we grew up bad, but we never had nothing but each other. Save your innocence for the next life, never let them make you think twice when the wreckage flies, cause this life don't last forever babe •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Evander A-M. Snape
avatar


Je suis le préfet en chef, le roi des rois

first Log-in : 11/03/2012
parchemins : 1536

MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   Sam 22 Mar - 19:58



Félicitations à toi, Penny Savage, le Choixpeau Magique a décidé de te répartir à grindlemonk, la maison des nés moldus

A présent, tu es officiellement membre de la communauté. Mais néanmoins, avant de te lancer, voici quelques conseils qui t’aideront à mieux te sentir à l’aise. Tout d’abord, si tu as besoin d’un guide pour t’épauler sur le forum, n’hésite pas à demander un parrain, et quelqu’un sera désigné pour t’apporter tout ce dont tu auras besoin pour te faire ta place parmi nous. Ensuite, pourquoi ne pas élargir ton cercle de connaissances ? Poster une fiche de liens te permettra de rencontrer d’autres personnages avec lesquels qui sait, tu pourras créer des liens intéressants et solides. Répertorier les différents sujets dans lesquels tu es intervenu(e) t’aidera à ne pas être englouti(e) sous les RPs. N’ai pas peur de t’inscrire aux différents clubs de Poudlard, tel que l’équipe de Quidditch, c’est une bonne occasion pour t’intégrer et aussi faire gagner des points pour la coupe des Quatres Maisons !
Pour terminer, n’oublies pas de faire recenser ton avatar, afin d’être sûr(e) qu’il ne sera pas utilisé par quelqu’un d’autre , de t’inscrire dans un des différents cursus proposés et enfin, de signaler un DC si jamais tu possède un autre compte sur le forum.
Bienvenue à toi et bon jeu !





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind   

Revenir en haut Aller en bas
 

SAVAGE ◄ Gonna drown you out before I lose my mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: Le royaume du choixpeau :: Les répartis :: Les fiches de présentations à REPOSTER!-