Partagez | 
 

Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Jeu 13 Mar - 2:25

It's a jungle out there and the teeth are out
Just some tragic creatures in the sadness. Rat racing, dog piling, animals of madness.

 C’est une idée stupide, je le savais, je le sais encore alors que je me retourne pour m’assurer que Lola me suit. Pourquoi je l’ai amené ELLE, entre toute hein, avec moi ? Je me pose encore la question alors que je pousse la porte menant à la fameuse salle que nous cherchons depuis déjà une bonne demi-heure. Ce n’est pas la bonne journée pour se mettre à jouer les exploratrices, j’aurais dû l’accepter dès que j’ai vu l’humeur de Lola, mais après tout n’est-elle pas toujours de mauvais poil ? Évidemment que oui ! Et moi ? Bah moi je tenais à découvrir le miroir de Cassandre, ce que je voulais faire depuis déjà un bon moment, mais entre les cours et ma nature de louve, aussi bien dire que je n’ai pas trouvé le temps. Bref, il fallait que je me décide, peu de temps après la fameuse tempête et que je l’entraine avec moi, même si elle s’est bien défendue, je ne traine donc plus qu’une fille grognonne derrière moi, comme la plupart du temps où on aperçoit la brune avec une autre élève. Je ne m’inquiète pas de son humeur, pas vraiment du moins, mais juste de sa présence, or, elle ne m’aide pas trop là et agacée, je me retourne vers elle, tout en poussant la porte, excédée. « T’arrête de faire la gueule, oui ?! Je t’ai pas demandé de me tricoter un pull, juste de m’accompagner, en plus tu fichais rien, alors change d’air tu veux ?! » d’accord, je suis un peu plus qu’excédé, mais faut voir comment elle grogne et râle à chaque fois que je tombe sur la mauvaise salle. Putain, je ne connais pas le coin, ce n’est pas MA faute non plus hein ?!

Cette fois, c’est pourtant la bonne et je le comprends dès qu’un éclat de lumière m’aveugle tout droit. Je souris aussitôt, comme quoi mon humeur n’a rien à voir avec la sienne. Lola est toujours grincheuse, ou presque, moi je sais me détendre (de temps en temps). Je lui attrape alors une main et tire dessus, excitée, pour une fois oui ! « Ont y es enfin, ferme la porte viens ! Aller, viens merde ! » ou comment attirée une copine à sa suite. Parce qu’en réalité si je m’étais lancé dans cette fameuse recherche du miroir ce n’était pas sans raison. Maintenant que j’étais coincée à Poudlard pour encore quelque temps, foutu école de merde oui, il me fallait de quoi m’occuper l’esprit. Pourquoi ? Pour cesser de penser à ce rouge et or infernal, ce salaud de Potter, mon enfoiré de créateur. Je n’arrivais toujours pas à me décider quant à ce que je ressentais à son sujet. Est-ce que je voulais lui pardonner ? Est-ce qu’au contraire, je préférais m’en tenir à ma rage à son encontre ? Quelque part, je savais que mon désir pour lui ne faisait que grandir, mais je ne voulais pas que celui-ci m’aveugle, je le refusais catégoriquement. Peut-être que ma louve avait réussis a me convaincre qu’il était séduisant et appétissant, mais elle ne me dicterait pas mes autres sentiments. L’attirance, le désir même, je pouvais à peu près vivre avec, mais l’envie de le connaitre, de le comprendre et de l’excuser même, peut-être même de développer des sentiments plus poussés pour lui, je voulais qu’ils viennent de moi.

Alors me voilà en train de courir à travers le deuxième étage, légèrement inondé aujourd’hui d’ailleurs, saloperie de fantôme geignard hein, en quête d’un miroir. Pourquoi faire ? Lola se le demandait probablement, mais en fait j’espérais surtout, dans ma grande naïveté que le miroir saurait me montrer un fragment de mon futur. En fait, je proposais a un miroir de m’aider à y voir plus clair dans ma relation avec le loup et ralentissant mes pas, j’observais l’immense glace brisée nous faisant face. Dans son reflet je nous voyais clairement, Lola et moi, avançant doucement, presque avec crainte, vers lui, dans l’obscurité de la pièce, ma baguette se brandissant devant nous. Un lumos suffit amplement à nous y voir plus clair et je soupirais « je l’imaginais plus petit… et moins inquiétant je pense. Non pas qu’il me fasse peur hein ! » Ah bah non, je n’allais pas non plus me couvrir de ridicule et déjà je décochais un regard plein d’avertissement à ma compagne.




independent bitch
I admit it, you did it. You got me feelin' something kind of vicious, delicious. I be comin' at you like a ragin' bull. I tear you up in pieces make you wishes, you didn't fall so deep in love the very second that I let you taste my sugar coated waste. You gonna be sayin' hey, I want some cavities.

Revenir en haut Aller en bas
Loletina R. Diggory
avatar


Patience et justice sont nos atoux. Et nous respectons la mémoire de notre chère Helga.

first Log-in : 08/03/2014
parchemins : 92

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Ven 14 Mar - 4:00

Pourquoi moi ? Pourquoi toujours moi ? Qu'est-ce que j'avais fait à Morgana pour mériter des journées merdiques et un caractère qui ne faisait rien pour l'aider. J'étais déjà grognonne lorsque Shaé m'avati accostée. Même si je ne le dirais pas, je l'aimais bien et ça me faisait du bien d'être avec quelqu'un comme elle. Ça me prouvait au moins que quelqu'un pouvait être aussi chiant et entêté que moi. J'avais donc gromelé des « pas envie » à sa proposition, mais je ne lui faisais pas sa fête alors qu'elle enroulait son bras autour du mien pour m'entraîner à sa suite. Le miroir de quoi déjà ? Surment une autre connerie des fondateurs. Je serais mes dents ensemble. Je m'informerais et je reviendrais le détruire si c'était le cas. Peut-être qu'elle savait elle, l'ancienne Gryffone ? Elle poussait une porte, surement la millième alors que je poussais un autre soupir. Résistant un peu alors qu'elle m'entraînait avec elle. La suivre serait simplement trop facile. Je ne pouvais lui donner tout gratuitement non, sinon elle se douterais que je l'aimais bien et elle en profiterait surement pour être invivable. « T’arrête de faire la gueule, oui ?! Je t’ai pas demandé de me tricoter un pull, juste de m’accompagner, en plus tu fichais rien, alors change d’air tu veux ?! » Encore heureuse, sinon je lui auras fait avaler ses balles de laine et son système digestif lui aurat fait son pull sans mon aide. Je suivais non sans rouler des yeux alors qu'elle me faisait pénétrer dans la pièce à sa suite. Je tennais la porte ouverte, juste au cas où nous tombierrions sur un monstre. Rien ne me semble dangereux ici pourtant. Je jète d'ailleurs un regard vers le couloirs pour m'assurer que personne ne viendra à notre suite nous casser les pieds. C'est alors qu'elle attrape ma main avec entrain, me surprennant en tirant dessus alors que je pousse un autre grognement. Si elle cherche la baggare, elle l'aura. « Ont y es enfin, ferme la porte viens ! Aller, viens merde ! » Je cessais de résister une nouvelle fois, la suivant en gardant ma main dans la sienne. Je la suivais désormais alors que nous nous approchions doucement de la bête. Mes sourcils froncés alors que je n'y voyais que nos reflets. Elle était sensé avoir quoi de spéciale la glace ? C'était peut-être un agace nigaud. Si c'était le cas, Shaé le payerait de m'avoir traînée comme si j'étais sa poupée partout sur le troisième étage. N'empêche, au moins elle me cassait pas les oreilles avec les robes et tout le tralala. Dans la pénombre de la pièce, la née-moldue attrapait sa baguette pour nous faire un peu de lumière. Définitivement la glace n'avait rien de spécial, je n'étais pas impressionnée. « je l’imaginais plus petit… et moins inquiétant je pense. Non pas qu’il me fasse peur hein ! » Mon regard quittait la glace pour me poser sur la jeune femme. Un doux rire s'échappait de ma poitrine. Bien qu'agréable parce que changeant mon humeur, il n'était pas gentil pour autant.

« Ouuuuu ! Bébé Elieis a peur ! » La narguais-je en laissant ma main libre courir sur son ventre pour la chatouiller, augmentant le niveau de provocation à son égard. Je n'arrêtais pas pour autant simplement après cette petite attaque. Elle avait voulu de ma compagnie, elle devait en payer les frais. « Elle fait quoi ta glace, elle te montre ta mort ? C'est pas inquiétant Shaé, c'est que du verre. » Soufflais-je rageuse alors que je songeais également au fait que je pourrais briser la précieuse glace. La grindelmonk m'en voudrait après l'avoir cherchée aussi longtemps. Peu importe ce qu'elle faisait, j'aurais du mal à y croire. Me laisser dicter quoi que ce soit par qui que ce soit ne suivant pas ce que MOI, je voulais, j'avais du mal.



+ Help our daughters through this fray. Soothe the wrath and tame the fury, Teach us all a kinder way +

Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Jeu 20 Mar - 19:34

It's a jungle out there and the teeth are out
Just some tragic creatures in the sadness. Rat racing, dog piling, animals of madness.

Je savais à quoi m’en tenir quand j’ai entrainé Lola dans ma quête du miroir, mais ce que je n’avais pas pris en compte, c’est que parfois cette fille est au courant de moins de truc que moi. Est-ce que la vie se fiche de nous ou c’est juste moi qui suis susceptible ? En tant que né-moldu, j’aurais dû être celle ignorant la légende du miroir et pourtant, non, je la connaissais et pas Lola. Franchement, parfois je me demande si elle écoute vraiment les gens parler, mais je suppose que non, qu’elle se contente souvent de regarder nos bouches fonctionner sans prendre la peine d’entendre ce qui se dit. Tant pis pour nous, tant pis pour elle, tant pis pour moi surtout. Mais maintenant que nous sommes en face de la glace, je m’attends à ce qu’elle me croit : ce miroir est spécial. Enfin, non pas que j’en suis certaine, pas encore du moins, mais ça va venir non ? Il le faut ! Je n’accepterais pas de m’être déplacé jusqu’ici sans raison, putain ça non ! Mais déjà Lola se fiche de moi, d’un truc que j’ai laissé sous-entendre et qui me met déjà mal. « Ouuuuu ! Bébé Elieis à peur ! » qu’elle insiste, osant même me chatouiller le ventre, alors je grogne et je la repousse sans douceur. « Lola ! Mais ha ha ha, arrête !!! ARRÊTE ! » que je grogne plus fort, prête à me fâcher. Parce qu’on ne me chatouille pas sans me chercher hein ! Je me débat, mais elle me lâche et me relance plutôt, « elle fait quoi ta glace, elle te montre ta mort ? C'est pas inquiétant Shaé, c'est que du verre. » , typiquement Lola quoi. Je fronce alors les sourcils et lui balance un regard noir, avant de l’abandonner là, rejoignant la glace sans plus attendre.

Est-ce que je crois vraiment à cette histoire de miroir reflétant l’avenir ? Celui que personne ne veut croire ? Je ne sais pas, mais j’aimerais. Je dois absolument y voir plus clair quant à ma relation avec le loup, mon loup oui. Parce que si j’ai réussis à faire la paix avec ma louve intérieure, ma relation avec son mâle est loin d’être réglé. Ce n’est pas embêtant, c’est tout bonnement chiant, invivable même ! Je grogne à nouveau et me frotte le front, exaspérée. Par la situation, par le manque de culture de ma compagne, par mes sentiments si changeant. Je suis habituée d’être compliqué à suivre, la mauvaise foi ça me connais bien, mais normalement je campe sur mes positions, or avec Sam je n’y arrive pas toujours. Mon ton est grognon, agacé, agressif même je dirais : « Parfois je me demande laquelle de nous deux est réellement à sa place ici Lola, sérieux ! C’est moi la né-moldue ou toi hein ? Parce que avant de débarquer à Poudlard, je ne connaissais pas du tout l’histoire, toi tu devrais, non mais ! Et c’est pas ma mort que je viens voir, ‘spèce d’idiote, c’est le futur ! » En fait, je viens surtout voir si Sam en fait partie ou pas, savoir si je dois lâcher l’affaire ou au contraire, que ça ne sers à rien de me prendre la tête, qu’il restera et donc, de me laisser sombrer. Je ne sais pas si je pourrais vraiment lâcher l’affaire mais hey, je préfère savoir. Pourtant, il n’y a que moi dans les reflets éparpillés du miroir, moi et Lola derrière moi. La si jolie Lola, furieusement belle, dangereusement séduisante, les bouches entrouvertes et les sourcils froncés. Je l’ai vexée ? Peut-être, mais mon reflet est celui qui devrait être le plus vexé des deux, parce que la Shaé que j’ai devant moi se lèche les lèvres, le menton en sang. C’est mon nez qui saigne ? Mes doigts courent jusque contre mon nez, mais non, rien n’y coule, mes doigts sont intact devant moi, mais dans le miroir, ils sont recouvert de sang. Je plisse les yeux et incline la tête sur le côté, pour remarquer que la bouche de Lola, dans mon dos, est plus rose, humide même.

Je ne comprends décidément pas ce que je fais ici, je suis venu consulter mon avenir, mais je n’ai droit qu’à mon reflet tout simple, qui saigne. Oh et Lola qui est encore plus mignonne, derrière moi. Où se trouve le loup hein ? Mes yeux luisent alors dans le reflet, un éclat de jaune fauve, du rouge s’y mêlant comme du sang injecté dans un liquide, bafoué par le courant. Qu’est-ce que c’est que cette merde hein ?! Je commence à taper du pied, puis je me retourne pour regarder Lola, mais sa bouche n’est pas rose ou humide là, en fait je crois qu’elle s’ennuie. « Tu vois quelque chose là-dedans toi ? Aller, montre toi utile un peu, après je te ficherais la paix, ok ? Enfin… autant que possible. » Je me force à lui offrir un petit sourire et m’écarte un peu pour qu’elle observe son reflet, moi je me vois toujours ensanglanté, enfin la gueule ouais, et les yeux luisant mais elle, qu’est-ce qu’elle y voit hein ? Je la fixe alors, attend sa réponse et je pense que c’est à ce moment-là que le déclic se fait dans mon esprit : je la veux. Ce n’est pas purement animal, parce que la louve en moi considère avoir déjà trouvé son partenaire, ce qui la fait vibrer. Or, si Lola l’intrigue de par sa force, après tout en tant qu’humaine elle me bat à plate couture, Lola ne lui apparait pas comme une source de plaisir, sauf peut-être pour tester sa force. Ça n’arrivera jamais, bien entendu, je ne laisserais jamais ma louve jouer avec Lola, mais là sous ma peau, la louve s’étire et bat doucement de la queue, intéressé par ce regard attentif qui scrute le miroir. Le sang à excité cette parcelle animale en moi, mais le reste, c’est l’humaine qui le ressent. Est-ce que j’ai toujours été consciente que Loletina était belle ? Oui, assurément ! Que j’aimerais la toucher ? Oui, je crois. Mais jamais ça ne m’a démangé comme ça, je dois mettre ça sur le cas de mes hormones qui sont encore en feu de la dernière pleine lune, de mes nerfs encore à vif des conneries que Sam m’a foutu dans la tête et dans le corps, parce que je ne me sens pas d’humeur à me limiter.

Est-ce que je vais me mettre dans une situation délicate en embrassant l’une de mes meilleures amies ? Assurément et pourtant, ce n’est pas suffisant pour m’arrêter. Parce qu’alors que Lola cherche une réponse dans les bouts de miroirs brisés, ma main se referme sur le rebord de l’immense glace et je m’avance vers elle. Je ne lui laisse pas le temps de voir venir le coup, ma bouche s’écrase tout simplement contre la sienne. Je n’ai jamais été douce ou tendre comme fille, je suis pareille à ce miroir émietté, mes contours sont effilés et coupants. Ma main saigne alors que je resserre ma prise sur le cadre du miroir, un bout s’enfonçant dans ma paume, mais je ne pense qu’à cette bouche dont je force le seuil. Lola est chaude, Lola est humide, mais elle n’est pas sucré ou passive, oh ça non. Je la surprends, mais je sais qu’elle me répondra en un temps record, parce qu’elle une guerrière et qu’elle ne peut pas me laisser gagner. Normalement, je n’aurais jamais tenté ce genre de chose, jamais sur elle, jamais ici, mais ma louve m’encourage, curieuse comme jamais. Ma langue à tout juste le temps de goûter la douceur de sa lèvre supérieur que le plaisir éclate entre nous. Est-ce que Lola va me tuer ? Est-ce que je m’en inquiète ? Pas vraiment. Mon reflet me renvois mon désir en pleine figure, il respire aussi vite que moi, son sang, notre sang, goutant doucement jusqu’à laisser un chemin couleur passion jusque dans notre décolleté. Je n’ai aucun regret alors que je croise le regard orageux de Lola, sinon celui de ne pas avoir suffisamment goûter sa langue.




independent bitch
I admit it, you did it. You got me feelin' something kind of vicious, delicious. I be comin' at you like a ragin' bull. I tear you up in pieces make you wishes, you didn't fall so deep in love the very second that I let you taste my sugar coated waste. You gonna be sayin' hey, I want some cavities.

Revenir en haut Aller en bas
Loletina R. Diggory
avatar


Patience et justice sont nos atoux. Et nous respectons la mémoire de notre chère Helga.

first Log-in : 08/03/2014
parchemins : 92

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Lun 2 Juin - 15:08

Je ne manquais pas de culture, je boudais simplement tout ce qui avait pu touché les doigts de ses fondateurs qui avaient crus être la fin de Morgana. Lorsque je regardais ce miroir de loin, n'y voyant pas encore mon reflet, je voyais toute la magie des fondateurs dans ce miroir. Je n'était même pas intéressé à connaître le nom de cette glace ou même son créateur. J'avouais que son utilité m'intriguait désormais un peu, mais si c'était un truc de divination, je n'allais certainement pas choisir mon avenir en fonction de ce qu'un idiote de glace me disait. Je menais mon propre destin et en un bruissement d'aile de papillon, tout pouvait changé dans la vie de quelqu'un. Pourtant Shaé prenait cela presque pour une insulte. Je voyais bien qu'elle était exaspérée, par moi, mon attitude et je mon je m'en foutiste des règles et traditions de ce château. Il méritait d'être détruit à mon humble avis. Je ne ferais pourtant pas par de ses envies à Shaé, elle ne pourrait pas comprendre et me prendrait certainement pour une terroriste.  Lorsque sa voix s'élevait de nouveau, je pouvais sentir l'agacement furieux dans sa voix. « Parfois je me demande laquelle de nous deux est réellement à sa place ici Lola, sérieux ! C’est moi la né-moldue ou toi hein ? Parce que avant de débarquer à Poudlard, je ne connaissais pas du tout l’histoire, toi tu devrais, non mais ! Et c’est pas ma mort que je viens voir, 'spèce d’idiote, c’est le futur ! » Je roulais mes yeux dans leurs orbites. Le futur, comme j'y croyais pas une seconde. Qu'est-ce qu'il allait me montrer ce foutu miroir ? Moi avec un mec quelconque au bras, des mômes et une tête de type mort dans ma main ? C'était ridicule. Je croise mes bras sur ma poitrine pendant que Shaé s'observe. Mes yeux glissent partout dans la pièce, l'explorant, sans fixer le miroir. Peut-être qu'au fond ça me fait un peu peur de voir mon avenir. J'ai peur de me laissée influencé en pensant que ''c'est la bonne voie à suivre''. Pourtant cette stupidité de miroir ne semble pas donner à Shaé les réponses qu'elle veut avoir. Elle tappe du pied, se retournant vers moi, mon regard ennuyé se posant sur elle. « Tu vois quelque chose là-dedans toi ? Aller, montre toi utile un peu, après je te ficherais la paix, ok ? Enfin… autant que possible. » Elle m'adresse un petit sourire tandis que je lui adresse un sourire moqueur. Je savais que c'était de la merde son miroir. Mon coeur se serre doucement pourtant alors qu'elle s'écarte et que je m’avance vers le miroir. L'angoisse m'envahissant doucement, même si je ne montre rien. La première chose que je remarque c'est que j'ai une sale gueule. J'ai ce petit air buté que j'ai probablement au naturel maintenant. Ce regard de ''je vais ter tuer si tu me dis bonjour''. Je suis vraiment une fille sympa, décidément. Je remarque également que mes poings sont serrés. Attend, j'ai pas les poing serrés là, non ? Mes yeux se baissent vers mes mains pendant alors que je fronce mes sourcils. Puis, avant que je ne comprenne ce qui m'arrive, je perd la carte. Des lèvres s'écrasent rageusement contre les miennes. Mon ventre se retourne, mon sang s'accélère, mes joues se colorent doucement. Mon premier baiser. Mes yeux se sont fermés, même si je comprend rien, je ne réalise pas qui m'embrasse. Je sais simplement que c'est affreusement bon. Ses lèvres contre les miennes sont délicieuses. Je me laisse entraînée dans ce que je ne connais pas trop. J'embrasse moi aussi, mes lèvres remuant contre les siennes, brulantes, passionées, affamées. Mes mains se relèvent, comme pour se poser sur elle, sans pourtant oser le faire. Je sens sa langue contre ma lèvre. Je ne comprend pas encore qui m'embrasse alors que ma langue se glisse doucement contre la sienne, que mes mains se posent finalement sur ses hanches. Des hanches de fille. Je reviens brutalement à la réalité, reculant mon visage pour découvrir celui de Shaé. Mon regard croise le sien alors que la colère monte en flèche en moi, rougissant d'avantage mes joues. Comment elle a osé ? Qu'est-ce qui lui a passé par la tête ? C'est plus fort que moi, mon poing part et s'écrase sur son visage comme ses lèvres l'ont fait sur les miennes auparavant. Je me recule, les poings toujours serrés, entre la surprise, le regret et la colère.

« MAIS À QUOI TU PENSAIS SHAÉ ? » Lui hurlais-je, ne contrôlant pas ma voix ni ma respiration haletante. Mes lèvres sont encore mouillées des siennes, elles on encore son goût. Pourtant j'ai apprécié ce baiser, mais je suis beaucoup trop orgueilleuse pour l'avouer ou pour en demander d'avantage. J'ai peur aussi, peur du jugement des autres, même si Shaé s'en fou bien, elle. « TU CROIS QUE T'AS LE DROIT DE ME VOLER MON PREMIER BAISER COMME ÇA ? SANS ME DEMANDER MON AVIS ? » La réprimandais-je pour faire taire le feu dans mon ventre qui en avait encore envie. Je ne pouvais pas, je savais que ça pourrait dégénérer trop vite. Avant de savoir ce que je faisait, j'aurais ma tête entre ses jambes, lui donnant un tout autre genre de baiser, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. Non. J'étais étrangère à tout cela, je serais probablement nulle même.




+ Help our daughters through this fray. Soothe the wrath and tame the fury, Teach us all a kinder way +

Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Mar 3 Juin - 1:23

It's a jungle out there and the teeth are out
Just some tragic creatures in the sadness. Rat racing, dog piling, animals of madness.

Je n’aurais pas dû embrasser Lola, en fait avant cet instant précis, ma paume enfoncé dans l’angle tranchant de la glace, je n’y avait même jamais réellement songé. Est-ce que la lune me joue des tours ? Est-ce la louve en moi qui m’influence, qui me pousse à tenter de nouvelles expériences ? Parce que bien entendu, l’animal en moi à le dos large, je peux la blâmer pour tout : pulsions, envies, réactions, attitudes. Mais pas en ce moment, c’est l’humaine qui se penche en direction de la brune, c’est sa bouche qui se presse à la sienne, je n’ai pas envie de goûter son sang, c’est la meilleure des preuves. Quand la bête à faim, que ce soit de violence, d’amour ou de sexe, elle associe tout au sang, or en ce moment je n’ai envie que de cette bouche délicieuse. Ce n’est pas le même empressement qu’avec Sam, mais la seule pensée le concernant rend les choses pires, évidemment. De ce fait, si mon baiser était un peu brusque pour commencer, il devient encore plus langoureux à la pensée du brun, pire encore quand Lola y répond avec entrain. Je ne sais pas quelle réaction j’attendais de sa part, mais celle-ci me plait, ses mains trouvent mes hanches et je m’approche un peu, enroulant ma langue à la sienne, m’y pressant. Elle a un goût divin, quelque chose de dangereux, d’interdit, de puissant et à la fois terriblement féminin, presque innocent tien. Puis nos bouches se quittent et nos regards se croisent, le mien encore porté par l’envie, celle de reprendre sa bouche, de glisser mes mains contre son corps, de la découvrir, de la maculer de sang même, soyons folles. Sauf que Loletina n’est pas du même avis, alors elle me balance son poing à la figure, une réaction comme une autre je suppose.

Si j’ai eu la naïveté de croire que notre baiser lui plaisait, maintenant que mon nez se transforme en fontaine de sang, je me remets en question. Puis je réalise que c’est pile ce que le miroir m’a montré, saloperie inutile oui. Je grimace et passe deux doigts contre mon nez, regardant mes doigts maculés avec incrédulité, je sans le liquide me souiller la bouche, le menton aussi et je pousse un petit sifflement entre mes lèvres. À côté de moi, Lola hurle bien entendu, « MAIS À QUOI TU PENSAIS SHAÉ ? » À quoi oui, je me le demande, mais la réalité c’est que ma louve ne déteste pas le goût métallique qui s’infiltre dans ma bouche, au contraire même. La réaction de la brune ne lui déplait pas, au contraire, ça l’intéresse un peu plus, donc je ne regrette rien, de toute façon, la bouche de mon amie était bien trop délicieuse pour qu’un coup me fasse regretter quoi que ce soit. Je redresse lentement les yeux sur elle, me lèche les lèvres et m’apprête à lui répondre, quand elle m’avoue tout : « TU CROIS QUE T'AS LE DROIT DE ME VOLER MON PREMIER BAISER COMME ÇA ? SANS ME DEMANDER MON AVIS ? » Je la dévisage avec incrédulité, c’était vraiment son premier baiser ? J’ai du mal à y croire et je cligne des yeux, surprise, avant de froncer légèrement les sourcils, « tu es sérieuse ? Tu n’avais jamais été embrassé auparavant ? » Il n’y a qu’à voir son air, la façon dont elle est crispée et hésitante, je ne comprends peut-être pas à quel point ce premier baiser était important pour elle, mais à voir la façon dont elle me dévisage, je réalise que mon baiser l’a troublé. Je n’étais peut-être pas le premier baiser qu’elle attendait, mais je suis à peu près certaine que ça ne lui a pas déplu.

Je soupire pourtant, parce que malgré tout, malgré ma connerie, malgré le fait que sa bouche mériterait un deuxième essai, voire plusieurs, elle est d’abord mon amie. Je ne voulais pas la blesser, la brusquer, la vexer j’ai l’habitude, mais les deux autres, pas vraiment. Je lui balance donc des mots que je prononce rarement, « je suis désolée, Lola… je ne savais pas. » Avouer mes torts et demander pardon, c’est toujours difficile, mais heureusement pour nous, notre amitié rend l’exercice moins compliqué, pas totalement indolore, mais moins pénible oui. Je m’essuie alors le nez avec mon bras et observe la manche de ma veste taché de cramoisie, les elfes vont devoir frotter fort y’a pas à dire. Je fixe le rouge et puis la louve me pousse à reprendre la parole, aussi honnête que moi, plus même devant Lola : « Même si le savoir n’aurait probablement rien changé à la donne… j’ai encore envie de t’embrasser en ce moment… » La louve en moi me pousse à me lécher les lèvres encore, redressant mes yeux chocolats sur elle, mon regard la cajolant lentement, la déshabillant presque. Sam, il me faut Sam, il me manque, ses mains, son odeur, sa chaleur, sa force et son ardeur. Peut-être que s’il me plaquait contre un mur, mon envie d’embrasser à nouveau la terriblement séduisante Loletina me quitterait, mais s’il ne vient pas à mon secoure, comme le bon chevalier qu’il se vante pourtant d’être, j’ai peur de la pousser à me faire encore du mal. La preuve se trouve dans le pas que je fais dans sa direction, ma tête s’inclinant sur la droite, mes lèvres s’écartant doucement, mes yeux se plissant doucement alors que je me lèche la lèvre inférieure, ne faisant plus attention au sang que j’y récupère. « Qu’est-ce qui te fâche Lola ? … C’est parce que je suis une fille ? Tu n’as pas aimé ma technique ? Je peux faire mieux si tu veux... laisse-moi me racheter. »




independent bitch
I admit it, you did it. You got me feelin' something kind of vicious, delicious. I be comin' at you like a ragin' bull. I tear you up in pieces make you wishes, you didn't fall so deep in love the very second that I let you taste my sugar coated waste. You gonna be sayin' hey, I want some cavities.

Revenir en haut Aller en bas
Loletina R. Diggory
avatar


Patience et justice sont nos atoux. Et nous respectons la mémoire de notre chère Helga.

first Log-in : 08/03/2014
parchemins : 92

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Mer 4 Juin - 4:05

Comme son nez à pu le constater, je n'ai pas trouvé sa blague très marrante. Le sang coulait sur ses lèvres, allant jusqu'à son menton, mais mon coup ne semblait pas être ce qui l'avait le plus choqué. Elle me dévisageait, clignant de ses yeux, les sourcils froncés. « tu es sérieuse ? Tu n’avais jamais été embrassé auparavant ? » Un grognement s'échappait de ma poitrine. Je n'aimais pas parlé de cela. Je n'étais pas prude ni rien, je ne me préservait pas pour qui que ce soit. Seulement, je ne m'intéressait pas à l'amour et à la drague. Je n'y avais jamais goûté et je n'étais pas en manque de ce que je ne connaissais. Maintenant, elle avait gâché tout cela, merci Shaé. Je lui offre un regard noire, bien décidée à ne pas élaborer la question, je lui ait dit qu'elle était mon premier baiser, pas besoin d'en rajouter. Je ne dit absolument rien, me contentant de la fixée, trop orgueilleuse pour faire le moindre mouvement ou proférer la moindre parole. Je ne m'excuse même pas pour son sang que j'ai fait coulé, c'est sa faute à elle. La noirceur de mon regard semble l'affecté, la poussant à s'excuser. À s'excu... Shaé ça ? Ouais mesdames et messieurs. « je suis désolée, Lola… je ne savais pas. » Intérieurement, je souris, je suis fière de l'avoir fait pliée de la sorte, mais je ne montre absolument rien. Je suis toujours sur mes gardes, mon regard glacial posé sur le jeune femme ensanglantée. Elle passe alors son bras sous son nez pour faire disparaître le sang sur sa manche tandis que je la regarde toujours. Je ne sais même plus ce que j'attend d'elle, comme je prévois la suite. Son départ probablement et qu'on fasse comme si rien de cela ne s'était produit. « Même si le savoir n’aurait probablement rien changé à la donne… j’ai encore envie de t’embrasser en ce moment… » Avoue-elle alors que mon ventre se tord. Putain, pourquoi elle dit ça cette conne. Elle ne peut pas avoir envie de m'embrasser encore, je ne suis pas désirable, je ne suis pas femme, je ne suis rien du tout. Je ne sais même pas embrassé et elle m'en demande encore. J'ai du mal à caché mon trouble alors qu'elle sort sa langue pour lécher ses lèvres. Mes yeux ses glissent sur sa bouche, sa langue, puis ils croisent les siens, ma respiration accélérée par sa faute. Vilaine gosse. Elle a pas le droit, je ne suis pas bonne, pas bonne pour ce genre de chose. Je ne suis fait que pour tuer, frapper, mordre, attacher, assommer, déchirer, détruire et je ne veux rien faire de cela à Shaé. Un coup c'est bien assez, elle n'as pas besoin que je décompose d'avantage son magnifique visage. Pourtant, elle ne semble demander que cela. Elle fait un pas dans ma direction tandis que je me crispe. Elle penche sa tête sur la droite, ses lèvres s'entrouvrant doucement, sa langue retrouvant de nouveau sa bouche, attirant mes yeux. Qu'est-ce qu'elle attend de moi bordel ? Elle veut que je sois sa petite amie ? Je ne l'aime pas, je ne la trouve même pas jolie elle et ses jambes interminables, ses longs cheveux et son corps bien proportionné. Je n'aime même pas le goût fruité de ses lèvres, ça me dégoûte au plus au point. Je lutte comme je lutte depuis des années pour ne pas me détourner de mon but premier. « Qu’est-ce qui te fâche Lola ? … C’est parce que je suis une fille ? Tu n’as pas aimé ma technique ? Je peux faire mieux si tu veux... laisse-moi me racheter. » Mon regard est encore traumatisé alors que mes yeux se posent dans les siens, remplis de colère. Je ne veux pas répondre à ses question. Je ne veux pas lui dire ce qui me fâche, ni si j'ai aimé ou non. Et par dessus tout, je ne veux pas qu'elle se rachète. Elle ne m'attire pas le moins du monde. Je suis complètement indifférente à la née-moldue, à ses charmes et à notre proximité. C'est pourquoi je la pousse, mes mains attrapant les siennes, mes ongles s'enfonçant dans ses mains pour lui faire comprendre. Je la plaque contre le miroir brisé accroché au mur. Tout mon corps se colle au sien. Sans lui laisser le temps de comprendre ce qui se passait, je l'attaque de nouveau. Mes lèvres se collent au sienne dans une rage qui ressemble drôlement à de la passion. Je ferme mes yeux, l'embrassant à pleine bouche, jusqu'à en perdre haleine, jusqu'à en être désorientée, jusqu'à en faire hurler mon ventre. Je découvrais ce délicieux vice dans lequel elle m'avait poussé. Comment pourrais-je désormais m'en passer, ni avec elle ni avec qui ce que soit d'autre ? Je me demanderais inévitablement si Mulciber embrassait aussi bien qu'Elieis lorsque mon regard croiserais ses lèvres. J’espérais seulement pouvoir me contrôler. Allais-je devenir comme ses filles de petite vertue qui s'amusent à en faire pâlir les putains ? Ma mère allait me tuer, elle était déjà assez fier de ma soeur, mariée, rangée, parfaite. Elle m'avait pourtant fait comprendre qu'un mariage s'était bien assez pour notre famille, que je ne devais pas me laissé déconcentrée par les garçons. Par les filles, j'avais le droit ?




+ Help our daughters through this fray. Soothe the wrath and tame the fury, Teach us all a kinder way +

Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Jeu 5 Juin - 4:01

I'm gonna get drunk on you
You'll need me and we can be obsessed. And I can touch your hair and taste your skin.

Je ne sais plus trop à quoi je m’attends de la part de Lola, pourtant quelque chose me pousse à continuer mon numéro, à tenter ma chance. Pourquoi ? Parce que Loletina a un gout bien trop sucré et rafraichissant sur la langue, pour que je laisse passer l’occasion de goûter sa bouche à nouveau. Et puis il y a ce regard colérique, cette lueur chaude qui s’y trouve et qui me donne envie de gronder de plaisir. Qui est le prédateur, qui est la proie ? Je ne sais plus trop et c’est bien ce qui me plait. Avec Samwell j’ai toujours cette impression que je n’ai pas de contrôle, que peu importe ma décision, elle ne sera jamais entièrement mienne, que c’est une attraction qui nous pousse ensemble, que ça n’a pas grand-chose à voir avec mes envies à moi. Pas avec la brune, pas avec mon nez en sang, d’ailleurs il commence à cesser de couler, super. Je lui fais donc mon offre, propose de me racheter, je me jure même de l’embrasser jusqu’à lui faire trembler les genoux, mais finalement elle prend les devants. Je sursaute presque quand elle me pousse, mais je n’ai pas le temps de grimacer sous l’impact avec le miroir, qu’elle attrape mes mains. Je sens ses ongles, je sens sa force et loin de m’effrayer ou me rebuter, mon ventre a un spasme. Oh oui Lola, pousse moi, enfonce moi tes ongles, mord moi, même. Un peu de sang n’a jamais tué personne et puis la louve adore ça, je la sens se rapprocher, me faire humer l’air autour de nous, alors que je serre les lèvres ensemble, mes pupilles se dilatant légèrement.

Puis son corps est contre le mien, bien chaud et tout en courbe, délicieusement féminin et à la fois terriblement fort. Loletina est une combattante, je ne dois pas l’oublier, bah avec le nez en sang, dur de l’oublier oui, mais là contre elle, je n’ai aucun doute quant à sa nature de femme. Je songe un instant à la questionner, mais je n’ai pas le temps de faire quoi que ce soit, que sa bouche se plaque à la mienne. Mon corps répond automatiquement à l’invitation, évidemment, mes lèvres se montrant plus gourmandes, ma langue encore plus langoureuse alors que mon corps se cambre, une de mes jambes glissant entre les siennes. Je la veux encore plus près et mes doigts se referment sur ses mains alors que j’avance même la tête pour l’embrasser plus fort, le baiser devient torride, à peine tolérable pour ma nature animale quand je sens ses mains relâcher un peu leur poigne. Je suis à bout de souffle, elle aussi, nos poitrines montent et descendent en harmonie alors que nos regards se croisent, lorsque le baiser prend fin. Je m’humecte les lèvres, hésite une demi-seconde, puis je reprends possession de sa bouche, elle est divine, le parfait mélange de force et de douceur qu’une femme se doit de posséder. Mes mains, enfin libérées, ne se font maintenant plus prier pour glisser contre elle, d’abord contre son visage, l’attirant plus près, la faisant s’incliner aussi, pour approfondir nos baisers. Là, tu goûtes combien c’est bon Lola ? Combien c’est chaud de se toucher comme ça ? Je la veux, j’en suis certaine maintenant et ma main qui se referme sur sa hanche est du même avis, elle porte le même message, un peu plus fort quand elle se faufile sous le haut de mon amie.

La peau de la brune est chaude, douce et parcouru de petits frissons qui me font frissonner à mon tour. Je souris contre sa bouche, entrouvre les yeux et mord finalement sa lèvre inférieure gentiment. Je tire légèrement sur sa lèvre et l’observe, pas comme un prédateur, je ne suis pas celle qui chasse, je suis plutôt le diable qui pervertis, enfin je crois. Lola semble si innocente, elle a l’air d’une petite fille que j’attire dans un mauvais plan et j’adore ça. Oh oui, ça m’excite terriblement et ma main remonte lentement contre son flanc, mon pouce à l’avant de son corps, découvrant peu à peu son ventre. Je relâche finalement sa lèvre dans un petit grognement satisfait et je redresse le menton en la dévorant du regard. Frappe moi Lola, embrasse-moi, presse toi à moi, tout me va. Encore plus lorsque mon pouce rencontre la naissance de sa poitrine et que je me mords la lèvre à mon tour, baissant des yeux gourmands sur elle. « Oh Lola… si innocente et déjà si délicieuse… et si je prenais quelques autres de tes premières fois ? Promis… je serais gentille. »




independent bitch
I admit it, you did it. You got me feelin' something kind of vicious, delicious. I be comin' at you like a ragin' bull. I tear you up in pieces make you wishes, you didn't fall so deep in love the very second that I let you taste my sugar coated waste. You gonna be sayin' hey, I want some cavities.

Revenir en haut Aller en bas
Loletina R. Diggory
avatar


Patience et justice sont nos atoux. Et nous respectons la mémoire de notre chère Helga.

first Log-in : 08/03/2014
parchemins : 92

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Jeu 5 Juin - 5:12

Je suis tombée dans le piège avec une violence qui m'étonne moi-même. Putain comme c'est bon. Je ne sais pas si c'est bon parce que c'est elle ou si c'est simplement ce que mon corps de femme mature attendait depuis des années. Elle m'enflamme, me faisant perdre mes allures de guerrière alors que je redeviens une petite fille. Je ne suis qu'une gamine qui ne sait pas ce qu'elle fait, qui presse ses lèvres contre celle de son amie qui l'as convaincue que c'était bien, que toutes les amies faisaient ça. Naïvement, je la crois. Je suis celle qui se laisse influencée, parce qu'au fond, c'est plus facile de dire que c'est sa faute plutôt que de dire que ça me plait affreusement. Je l'embrasse avec tout ce que je possède de passion, de ferveur, même si j'en tremble doucement, que je me perd éperdument. Rapidement, le rouge me monta aux joues, je les sens brûler contre celles de Shaé. Si quelqu'un nous surprend, j'en crèverais certainement. Le feu glisse dans ma poitrine pour tomber dans mon ventre qui s'amuse à faire des nœuds, la brûlure remontant dans ma poitrine, mes jambes devenant molles alors que je m'accroche à elle, à ses mains, à cette jambe qu'elle glisse entre les miennes. Je ne comprend pas tout ce qui m'étreint en ce moment. Je ne comprend pas ce bouillonnement dans le bas de mon ventre, du désir à l'état pur qui coule en moi jusqu'à en ressortir dans chaque pores de ma peau, comme si tout mon corps suait cette passion, surtout mon bas ventre, tout près de sa jambe. Shaé, qu'est-ce que tu me fais ? J'ai envie de tout. J'ai envie de toutes ses choses que je ne connais pas.  J'ai envie qu'elle me fasse tout. Qu'elle me lave de ce désir, qu'elle assèche ma passion de sa langue contre mon volcan, même si je ne sais pas comment je ferais pour ne pas la briser au final. Lorsque notre baiser se rompt, elle me laisse en vouloir beaucoup plus. On reprend rapidement nos souffles, les temps que nos poitrines dansent au même rythme, puis on ne se pose plus de question. Je ne veux plus me demander si c'est bien, si on devrait, ce que les autres penserons. Elle m'as cassée et elle est la seule qui peut me réparer, je n'imagine même pas les torrents qui m'envahiraient si elle me planquait, seule avec toutes ses envies. C'était encore plus risqué, je pourrais bien faire n'importe quoi avec une telle frustration. Lors de notre troisième baiser, elle m'affaiblis d'avantage encore, se libère de mes mains pour continuer à me mutiler. Ses mains agrippant mon visage pour presser nos lèvres encore d'avantage, qu'elle m'avale, qu'elle me dévore comme une succube. Elle incline ma tête alors que je me laisse complètement faire, sa langue glissant jusqu'au fond de ma gorge, pour qu'elle y saisisse mon coeur qui bat beaucoup trop vite, qu'elle avale le doux gémissement que j'étouffe contre ses lèvres alors que ses mains prient mes hanches de se fondre à elle. Elle ne s'arrête pas là, je ne l'arrête pas là. Ses doigts remontent sur moi comme une araignée. Une araignée aux pattes tendre, je voudrais qu'elle me pique, qu'elle fasse enfler tout mon corps. Je ne sais pas quoi faire de mes mains, j'ai peut-être même oublier que j'ai des mains. Les sienens glissent sur mon ventre, m'électrisant, mon dos se cambre et mon bassin se colle au sien. Puis tout s'arrête de nouveau, du moins pour ce qui est de notre baiser. J'ouvre mes yeux tandis qu'elle mord langoureusement ma lèvre inférieure, me secouant une nouvelle fois, comment elle peut faire ça ? Sa main glisse de mon ventre à mon flanc, remontant, encore, encore, tandis que son regard de démone me transperce, que j'ai du mal à montrer que je suis plus forte que tout cela. Elle découvre mon ventre, ses mains arrivant à la dentelle recouvrant ma poitrine. Elle s'arrête, me laissant tremblante du désir qu'elle touche mon corps tout entier avec le sien. Ses mains sur ma poitrine, ses lèvres, ses yeux, ses dents, sa poitrine, ses cuisses, ses jambes peut-être, j'en sais trop rien.  Elle ouvre par contre sa bouche, rien que pour m'énerver, même si j'arrive à trouver sa voix affreusement sensuelle. « Oh Lola… si innocente et déjà si délicieuse… et si je prenais quelques autres de tes premières fois ? Promis… je serais gentille. » Elle me fou à l'envers une nouvelle fois, bravo. Je ne sais plus comment réagir. J'ouvre mes lèvres, impuissante, rien n'en sort. Je ne sais plus comment me défendre, ai-je envie de me défendre. Je referme mes lèvres, mordant ma lèvre par l'intérieure de ma bouche, je ne peux pas lui montrer ça, non ? Comment elle me décompose. Je tente de reprendre un peu de force, mais mon visage et mon corps ne disent pas la même chose que ma voix.

« Boucles-là, ta voix m'agace, tu gâches le moment. » Lui soufflais-je d'une voix acide, mais brisée par mon souffle court. Je tentais de lui tenir tête, de ne pas me montrer faible, qu'elle ne sache pas comme elle m'affectait en ce moment. Si ça se trouvait, elle penserait peut-être que je faisais cela par orgueil, il m'était difficile de lui avouer qu'elle me plaisait, même si c'était évident, jamais ses mots ne sortiraient de ma bouche. Jamais je ne lui dirais que sa voix me rappellerait toujours ses premières fois, comme elle disait. Jamais je ne lui dirais comme elle m'était sensuelle, carnassière. Je ne pouvais pas lui avouer que j'avais envie qu'elle me murmure à l'oreille encore et encore en parcourant mon corps. Mes mains reprenaient vie en s’agrippant à son haut sans douceur alors que je la fou par terre, mes jambes passant de chaque côtés de son corps alors que je suis assise sur elle, la fixant, ma poitrine bien loin de la sienne. Je sens malgré tout mon coeur battre contre le sien alors que des afflux de sans nous enflâmes toutes les deux. Mes doigts découvrent brutalement son ventre, merlin, je ne sais pas comment m'y prendre. Je ne suis pas douce et surtout pas aimant. Son ventre m’appelle alors que je fais lentement glisser mon corps le long du sien, langoureusement, écartant doucement ses jambes pour m'y immiscer tandis que mes lèvres se pose sur son abdomen. Je l'embrasse goulûment, glissant ma langue sous son nombril, descendant dangereusement sans trop savoir ce que je fais. Mes doigts s’agrippent à la naissance de son jean, mon souffle brûlant sa peau sans douceur.




+ Help our daughters through this fray. Soothe the wrath and tame the fury, Teach us all a kinder way +

Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Jeu 5 Juin - 6:12

I'm gonna get drunk on you
You'll need me and we can be obsessed. And I can touch your hair and taste your skin.

Si j’avais des doutes sur le degré de plaisir de Lola plus tôt, tous mes doutes s’envolent quand je croise son regard brulant. La brune avait peut-être des doutes, moi aussi tien, mais ils sont maintenant oubliés, parce que ma charmante amie est habité par un feu pareille au mien. Enfin, le mien est un foyer que je connais bien, pour l’avoir testé à maintes reprises, je sais comment le nourrir, comment le faire s’élever, un peu moins comment je dois l’éteindre, mais je ne m’inquiète pas. Ce qui grandis en Lola n’a pas envie d’être éteint, d’être repousser du bout du pied, au contraire. Il n’y a qu’à voir combien elle est tendue, combien elle frémit quand je presse ma cuisse contre son entre-jambe, ce doit être terriblement inconfortable pour elle. Oh, j’y glisserais bien les doigts, mais les miens sont déjà bien occupés, mon pouce taquinant le globe de chaire comprimé par la dentelle foncé, alors que mon autre main cours doucement contre son ventre, que mes doigts la palpent avec adoration. Normalement j’essaie d’éviter de faire la conversation, c’est vite chiant et puis, ça ralentit, mais Lola étant une novice, je me permet de demander la permission, en quelque sorte du moins. Je la laisse réfléchir et vu comment elle prend son temps, mon pouce à le temps de rencontrer la pointe tendu d’un mamelon en m’arrachant un nouveau spasme dans le bas du ventre, j’ai pris la bonne décision. Cela dit, ce n’est pas son avis, car lorsqu’elle ouvre ses jolis yeux, bon dieu ce que ce regard peut me faire, je me lécherais presque les lèvres rien qu’en la sentant me regarder, elle râle : « Boucles-là, ta voix m'agace, tu gâches le moment » , c’est si gentiment demandé hein ? Typiquement Lola en somme, tellement que ça me fait sourire un peu, alors que je continu de la dévorer du regard, me montrant presque obéissante, après tout le diable sait se faire sournois, soumis un moment, avant de reprendre le dessus sur les pauvres brebis. Loletina n’était peut-être pas une brebis ordinaire, mais elle n’en restait pas moins pure, le fameux facteur arrivant à faire de moi une succube patiente, voir coopérative et prévenante.

Je me tais donc, mais je ne la quitte plus du regard, or les yeux sont la fenêtre de l’âme à ce qu’on raconte, eh bien la mienne était faite de luxure en ce moment. Je ne rêve déjà plus que de lui retirer son fameux petit haut, de la lécher, de la mordiller, de la découvrir sous sa dentelle noir. Une cheville, l’intérieur d’une cuisse, un sein, peu importe la peau offerte, je salive déjà à l’idée d’y presser la bouche, la langue, les dents. Je la laisse lire dans mon regard et peut-être est-ce ce qui la décide enfin, parce qu’elle attrape mon haut, forçant mes mains à cesser leur petit manège, au revoir sein droit si ferme, au revoir ventre aguichant, pour plutôt me pousser au sol. Un petit son m’échappe alors que l’air s’enfuis de mes poumons, mon dos butant contre le sol, mais le temps que j’ouvre les yeux, elle est déjà sur moi. En fait, elle s’assoit sur moi et plutôt que de m’inquiéter de la suite, est-ce qu’elle va me traiter de vicieuse fini et se tirer, peut-être même m’envoyer un pied dans les flancs, je l’observe à nouveau. Je n’ai pas le temps de m’inquiéter de ce qui trotte dans sa jolie petite tête, parce que ma position actuelle me permet une vue plus qu’agréable de sa poitrine, une poitrine qui continue de monter et de redescendre à un rythme fou. Le feu est en elle, dans ses veines, il prend le contrôle de tout, moi  y compris et allongé là sur le sol, je me mord la lèvre encore une fois avant de chuchoter quelques mots, « tu es tellement belle Lola… tellement. » Mais je ne suis pas sensé parlé et elle découvre mon ventre à ma plus grande surprise, mais c’est loin de me déplaire, en fait je me cambre même sous elle, met ma poitrine de l’avant pour elle, creuse mes reins et la laisse me découvrir. Là, voit comme je peux me faire belle pour toi Lola, voit comme je suis appétissante. Goûte moi, touche moi, mange-moi.

Ses doigts sont féroces contre ma peau et là où je me faisais douce contre son estomac, elle n’a aucune tendresse à m’offrir. J’ai l’impression d’être un vulgaire objet qu’on inspecte, heureusement ça me plait, en fait ça m’excite même beaucoup. Mon ventre se contracte sous ses doigts, un petit soupire m’échappe et finalement, mes doigts glissent contre les siens, pressant ses mains plus doucement à mon ventre. Je l’encourage à me toucher, à découvrir combien je suis douce et chaude aussi, je fais même remonter ses mains, mais elle se soulève et j’abandonne ses mains, prête à me redresser, alors qu’elle écarte mes cuisses. Un sourire étire alors lentement le coin droit de ma bouche, alors qu’elle s’abaisse lentement au-dessus de moi. Bon dieu, mais qu’est-ce qu’elle fait hein ? Elle se disait innocente, mais j’ai du mal à y croire, ou bien c’est moi qui suis une très bonne diablesse. Dès que sa langue glisse contre ma peau, je pousse un petit hoquet de plaisir. Elle est bouillante contre moi, curieuse aussi, je la sens se presser à ma peau, descendre, puis ses mains se referment sur mon jean et je me mords assez fort pour m’entailler la lèvre. Je cherche quoi faire de mes doigts un moment, je les fais glisser contre mon front, mes paupières alors que je ferme les yeux, mais je ne veux pas rater ça, alors ils glissent plus bas, mes yeux se baissant sur Lola et sa langue coquine. Mes mains glissent contre mon estomac, par-dessus les sillons humides laissés par mon amie, puis se referment sur le bouton de mon pantalon. Mes reins se redressent alors, surprenant évidemment l’adorable curieuse qui me découvre à l’aise de sa bouche et je lui offre un sourire sulfureux, les pans de mon jean écarté pour lui dévoiler une culotte de dentelle rouge. « Mmmn, si tu veux m’explorer, ce sera plus facile comme ça. »

Oh oops, je devais me taire hein ? Il suffit de la regarder me dévisager pour que je m’en rappelle, de ce fait je me redresse sur un coude, m'assois pour me pencher vers l’avant et reprendre possession de sa bouche, que je dévore littéralement. Cette fois je ne me retiens pas, ma bouche lui fait littéralement l’amour, la laisse sans voix, sans souffle. Je me recule, une petite plainte dans la voix, puis ma bouche bifurque rapidement vers son oreille, où je murmure d’une voix enrouée « et si je te donnais un bon moyen de me faire taire, hm ? » Un bout de langue taquine son lobe, puis c’est à mon tour de la renverser au sol, oh elle tente bien de reprendre le dessus, mais c’est sans compter sur ma bouche qui se referme sur son ventre, mes doigts tirant sans hésitation sur son haut, dévoilant sa merveilleuse poitrine protégée de dentelle. Ma bouche la dévore là aussi, mes lèvres massent son estomac, remontent contre ses côtes, puis ma langue glisse par-dessus le tissu arachnéen, mes dents tirant gentiment sur la pointe d'un sein déjà dressée. Je redresse un regard vicieux sur elle, le désir à l’état pur oui, bon dieu ce que cette fille peut me faire, puis ma bouche glisse à nouveau vers le bas. Je lui couvre le ventre de baiser, la mordille et sème même de petite marque rose sur sa peau de porcelaine, avant d’atteindre le haut de son pantalon, que je défais sans plus de cérémonie. Je dois voir sa culotte, elle doit être coordonnée à son soutien-gorge et quand je tire d’un coup sec sur les pans du vêtement, je gronde de plaisir. Dentelle noir aussi, parfait. Je roule alors des épaules, comme un animal heureux, redressant un regard vorace sur elle, alors que ma langue retourne la cajoler, glissant juste sous l’élastique du sous-vêtement. Je veux la voir tressaillir, papillonner des yeux, je suis prête à tout et tout en tirant doucement sur le pantalon, ma langue glisse délicatement plus bas. Un moment le bout la découvre, le suivant c’est toute la surface qui s’écrase à elle, s’enfonce dans sa peau si délicate, bien trop goûteuse. Je prends mon temps, je veux que chaque seconde soient marqué dans son esprit et de ce fait, l’une de mes mains remonte doucement contre son ventre, le masse tout en rejoignant très lentement son nombril.




independent bitch
I admit it, you did it. You got me feelin' something kind of vicious, delicious. I be comin' at you like a ragin' bull. I tear you up in pieces make you wishes, you didn't fall so deep in love the very second that I let you taste my sugar coated waste. You gonna be sayin' hey, I want some cavities.

Revenir en haut Aller en bas
Loletina R. Diggory
avatar


Patience et justice sont nos atoux. Et nous respectons la mémoire de notre chère Helga.

first Log-in : 08/03/2014
parchemins : 92

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Jeu 5 Juin - 15:02

Je n'en reviens pas de ce qu'elle me fait, me dépossède complètement de mon propre corps. Vilaine enfant. Je suis plus vorace que je ne l'aurais cru, dominante aussi, mais ce n'est pas très étonnant. Pourtant c'est difficile d'être dominante quand je ne sais pas du tout ce que je fais, je ne sais pas ce que j'attend ni ce que je veux. Je ne sais pas comment faire. « tu es tellement belle Lola… tellement. » Me dit-elle, me contentant d'avoir un sourire en coin, toujours un peu sauvage alors que sans lui retourner ni la remercié, je m'empresse de découvrir son ventre de mes mains. Je crois que mon contact lui plait étant donné comment elle se tord sous mon contact. Est-ce que je lui fais le même effet qu'elle a sur moi ? Elle m'offre son ventre d'avantage en se tortillant et bientôt, mes doigts ne suffisent plus à ce contact. Ses mains se glissent pourtant pas dessus les mains, me dirigeant dans des caresses qu'elle aime sans doutes d'avantage. Je ne sais pas encore ce qui la rend dingue, je ne la connais pas de cette façon. Je sais pourtant ce dont moi j'ai envie. Son ventre est là, beau, taillé au couteau par les dieux, j'ai envie d'y mettre ma bouche, mes dents, ma langue, même si je ne sais pas du tout ce que je fais. Je goûte sa peau doucement salée, m'en régalant, mes dents se refermant doucement contre sa peau fragile alors que voudrais la mordre bien plus fort, mais que je n'ose pas. Pas plus que je n'ose franchir la barrière de son jean pour la découvrir d'avantage. Ses mains glissent par contre sur son ventre, mon visage toujours rosé se relevant vers elle. Elle agrippe le bouton de son pantalon, le défaisant. Elle le chasse quelque peu de son bassin, me révélant sa dentelle rouge sur laquelle mes yeux glissent, au dessus desquelles, mes doigts hésitent. « Mmmn, si tu veux m’explorer, ce sera plus facile comme ça. » Le problème c'est que je ne sais pas comment l'explorer. Avec ma langue ? Avec mes doigts, est-ce qu'elle aimera ça, est-ce que j'aurais pas l'air un peu conne de ne pas savoir comment m'y prendre, de ne pas connaître aucuns de ses points sensibles. Je suis nerveuse et pour l'instant pétrifiée. Shaé ne semble pas m'en tenir rigueur bien longtemps par contre. Elle se redresse et attrape de nouveau ma bouche tandis que je m'accroche à elle et à son corps. Elle embrasse mon âme, puis me quitte à regret, glissant ses lèvres jusqu'à mon oreille, son murmure me faisant frissonner. « et si je te donnais un bon moyen de me faire taire, hm ? » Je ne comprend pas tout. Sa langue glisse sur mon lobe d'oreille, m'en faisant frissonner sans retenue. Elle me renverse au sol à mon tour alors que je tente de lutter pour reprendre le contrôle. Elle me met hors d'état de nuire alors que sa tête retrouve mon ventre, ses lèvres s'y fermant. Mon souffle se coupe, un bruyant soupir s'échappant de ma gorge sous la surprise. Elle m'as sous sa joute, relevant mon haut pour dévoiler ma poitrine couverte de frissons juste pour elle, tendue vers elle, dure comme le marbre qui refroidis mon dos, même si j'en ai rien à foutre. Elle me possède, sa bouche courant de mon ventre à ma poitrine. Sa langue glissant contre la dentelle de mon soutient-gorge, arrivant à humecter ma peau, à rendre mes seins plus sensible encore alors qu'elle en mordille le bout. De petits soupirs m'échappent à répétition alors que je tente de calmer le tout, mes mains se glissant dans les cheveux de la belle. Elle se redresse alors, me jetant un qui en dit long sur ses intentions : elle vas me bouffer toute crue. Elle repart vers mon ventre qui hurle d'envie. Elle ne s'y attarde qu'un moment, continuant sa chute qui me donne des vertiges. Elle défait le bouton de mon pantalon comme si c'était tout naturel et qu'elle ne me rendait pas complément fébrile. Elle tire sur mon pantalon alors que mes doigts l'aide à le chasser, le faisant couler le long de mes jambes pour m'en débarrasser, mes chaussures tombant également dans cette course, mes doigts se refermant ensuite sur sa tête, s'agrippant à sa crinière. Sa langue glisse sous la naissance de mon sous-vêtement, une série de frisson me traversant alors. Je ne veux pourtant pas que ça s'arrête, je veux qu'elle me fasse vibrer. Sa langue glisse plus bas, tout d'abord doucement, puis elle s'enfonce doucement dans ma peau tandis que je me raidis, échappant un gémissement sous sa caresse plus qu'agréable. Sa main remonte vers mon ventre, je veux qu'elle continue ce qu'elle fait, qu'elle me coupe le souffle, qu'elle me fasse oublier comment respirer. Mes lèvres entrouvertes cherchent l'air, mes mains pousse doucement sur sa tête, approfondissant notre contact. Mon dos se courbe pour lui offrir d'avantage ce qu'elle veut. Mes cuisses s'écartent pour lui laisser prendre tout ce qu'elle veut. Pour la laisser me prendre, mon regard caressant cette vision délicieuse d'elle, sa poitrine que j’aperçois au travers de son t-shirt, ses fesses bien dessinées dans son jean. Elle m'as rendue folle maintenant, elle a fait de moi une obsédée. Et si je ne me retenais pas, je lui hurlerais de faire du bien sans aucune retenue. Qu'elle ne fasse pas attention à moi et à ma pudeur, qu'elle me fasse ressentir intensément tout ce que je ne connais pas, qu'elle me fasse aimer cela, suffisamment pour que je revienne la supplier à genoux de m'en redonner. Elle aimait bien que je sois à genoux, non ?




+ Help our daughters through this fray. Soothe the wrath and tame the fury, Teach us all a kinder way +

Revenir en haut Aller en bas
Shaé M. Elieis
avatar




first Log-in : 25/01/2014
parchemins : 73

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Dim 8 Juin - 4:32

I'm gonna get drunk on you
You'll need me and we can be obsessed. And I can touch your hair and taste your skin.

Lola est délicieusement chaude sous ma langue. Lola est terriblement tendue sous mon passage. Lola est foutrement belle oui, allongée là devant moi, les reins cambrer, le dos pressé au marbre, sa poitrine tendue vers le ciel, comme pour le prier afin que je n’arrête jamais. Car c’est bien ce que les sons qu’elle échappe, me font comprendre. J’ai semé une étincelle en elle, j’ai tenté d’allumer un feu, mais mieux qu’une flamme, c’est tout un volcan que j’ai réveillé, qui prend de l’activité. Je la sens vibrer sous ma langue, je la sens palpiter contre mes dents, mais mieux encore, je la vois frémir, je sens ses mains s’enfoncer dans mes cheveux et je pousse un gémissement étouffé contre sa peau. Tien moi plus fort Lola, tire moi les cheveux, exige de moi tout ce que ton ventre te hurle vouloir. Je veux qu’elle en perde la tête, je veux qu’elle ne soit plus que de chair et de nerfs, une invitation à la débauche. L’innocence lui va à ravir, mais je suis certaine que le vice lui ira encore bien mieux, je veux que ses yeux brille de lubricité, que sa voix vibre d’un plaisir velouté, je la veux mienne, je compte bien l’entaché, abimé sa si jolie vertu. Alors ma langue glisse plus bas, alors que mes doigts lui retirent son pantalon, ce que Lola m’aide à faire d’ailleurs, brave fille. Je la lèche plus loin, plus bas, à la naissance de cette brèche qu’elle possède et dans laquelle coule toute sa force, toute sa chaleur, ce magma accumulé depuis trop longtemps. Je la récompense d’un lent coup de langue, mais ses mains sont avides, son corps sait ce qu’il désire, aussi innocent puisse-t-il être. Tu es une véritable petite perverse Loletina, seulement tu ne le savais pas, personne ne te l’a dit, ta maman t’a mentit, heureusement je suis là, moi je te dirais tout.

Je m’apprête à lui dévoiler la vérité a son sujet, sur ses pulsions, sur cette faim qu’elle porte en son sein et qui gronde au fond de son ventre, celle qui fait que malgré le feu en elle, elle soit devenu liquide. Là elle est tendu, là elle est enflée, comme si je l’avais mordu, mais c’est de plaisir qu’elle se gonfle, c’est pour mieux m’atteindre que son corps s’arque, que ses cuisses s’écartent. Elle s’ouvre à moi, pousse ma tête plus bas, toujours plus bas et j’obéis sagement, je suis une bonne fille, bien docile. Mes doigts palpent son estomac, accroche le rebord de son nombril, alors que les cinq autres tirent sur sa culotte, ma langue lape un peu plus fort les pans de son sexe, les portes du paradis qu’on m’ouvre oui. Je veux la voir être électrifié par mon contact et mes ongles s’enfoncent doucement dans la peau délicate de son bas ventre, lentement, terriblement lentement oui. La culotte coule bien plus rapidement le long de ses cuisses, de ses superbes jambes oui, pour être lancé plus loin. Elle n’en a plus besoin, elle n’a besoin que de moi, que de ma bouche contre elle, embrassant son noyau, cajolant sa fleur avec une passion que ses soupirs ne fait qu’intensifier. Je la lape, je la taquine, mais bientôt c’est en elle que je plonge, que je vais tortiller ma langue. J’aspire son bouton de rose, je la fait éclore doucement et quand elle retient son souffle, je me fais plus cruelle, plus impatiente. Je ne veux pas qu’elle retienne une seule inspiration, je veux qu’elle hurle son plaisir, qu’elle se torde sous la passion, Lola ne doit plus vivre que pour cela, que pour les délices que je fais subir à son corps. Ma main se mêle alors à mes caresse, écarte les pétales, en effleure les surfaces, la chaleur ne fait que monter et l’animal en moi exige encore plus. Je me fais plus gourmande, trop même, je ne m’intéresse plus tellement à respirer, seul son goût compte, parce que Lola a un petit goût sucré, quelque chose que je n’arrive pas à définir mais qui me fait tourner la tête. Puis il y a son odeur, il émane quelque chose de presque innocent d’elle, un peu comme une pâtisserie qu’on ferait cuir, quelque chose de bien trop alléchant pour son propre bien.

Mes doigts la dégustent avec la même attention que ma bouche et quand elle semble être au bord du gouffre, je ralentis la cadence, je la lape comme une chatte le ferait, je la bois comme du lait chaud, redressant un regard lubrique sur elle, un regard qui lui avoue des qualités qu’elle ne devait pas encore être consciente de posséder. Bon dieu Lola, est-ce que tu sais que tu goûtes le paradis ? Est-ce que tu sais seulement que tu as l’arôme d’une friandise ? Oh Lola, je pourrais te dévorer toute la journée et recommencer la nuit, encore et encore. Je pourrais me contenter de me nourrir de toi, je pourrais faire de toi mon dessert, tous les putains de soir de la semaine. Mes doigts abandonnent alors son ventre, là où quelques sillons rouges font frémir sa peau et bientôt ma bouche remontant, abandonne la crevasse de son volcan, laisse mes doigts en fouiller la brèche, s’enfoncer dans ce puis du plaisir bouillant pour moi, alors que ma langue vient laper le sang qui perle à sa peau. Ça aussi, c’est délicieux, pas aussi métallique que je l’aurais cru, un peu salé et je suce son bas ventre avec envie, alors que ma baguette se frotte doucement à ce point si sensible de sa personne. Est-ce que j’oserais utiliser ma baguette de cette façon ? Oh, je suis une bien vilaine fille Lola, tu es tombé dans la gueule du loup et plus que de te dévorer, je vais jouer avec toi. Encore et encore.




independent bitch
I admit it, you did it. You got me feelin' something kind of vicious, delicious. I be comin' at you like a ragin' bull. I tear you up in pieces make you wishes, you didn't fall so deep in love the very second that I let you taste my sugar coated waste. You gonna be sayin' hey, I want some cavities.

Revenir en haut Aller en bas
Loletina R. Diggory
avatar


Patience et justice sont nos atoux. Et nous respectons la mémoire de notre chère Helga.

first Log-in : 08/03/2014
parchemins : 92

MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   Mar 17 Juin - 6:11

Ce n'était absolument pas prévu à mon horaire. Moi qui luttait contre les désirs du genre que je pouvais ressentir. Shaé m'avait bien eut avec son affaire de miroir. C'était donc ça la manigance ? M'entraîner loin pour mieux m'avoir à sa merci. Elle savait que mon corps se mourraient d'exiger ses caresses à n'importe qui, comme si j'étais la dernière des putains. Pourtant, ma tête me l'interdit. Elle est loin ma tête en ce moment alors que Shaé me fait ce bien sans noms. Sa langue jouant contre moi comme si j'étais sa saveur de glace préférée. Je sais qu'entre ses doigts, je ne suis qu'une chocogrenouille. Je fond et je veux fondre encore. Mon orgueil m'empêche d'avouer que j'adore ce qu'elle me fait. Ce celui-là même qui retient ses cris que je pourrais pousser face au plaisir qui secoue mon corps. Je l'étrangle ce plaisir qu'elle m'offre, je le noie, je me bats pour le tuer, mais je perd lamentablement. Ses doigts s'amusent sur mon ventre, mon point sensible, comme si c'est pas assez. Elle se fait chatte alors que ses ongles s'enfoncent dans la peau de mon ventre. Elle est bonne cette minette. Elle augmente mon plaisir, un peu plus à chaque fois. J'ai envie de pleins de choses que je ne sais même pas si j'aimerais ou non. J'ai envie qu'elle me force. Qu'elle me domine, me mette à sa merci. Qu'elle serre ses mains autours de ma gorge tandis qu'elle continue de s'amuser avec moi, qu'elle fasse de moi son petit jouet. Ici, maintenant, parce que quand on sortira de cette pièce, ce sera terminé. Je ne sais pas si c'est simplement d'y penser ou ce qu'elle me fait subir, mais il m'est maintenant impossible de retenir les sons qui veulent s'échapper de ma bouche. Je tente encore de mordre ma lèvre ensanglantée, mais je la relâche bien rapidement pour laisser échapper un soupir de plaisir qui résonne dans la pièce de la salle du miroir. Sa langue se plongeant en moi comme si elle me possédait déjà. J'en veux encore, je veux qu'elle me montre tout ce que je ne connais pas. Parce que je n'ai absolument aucune idée de ce qu'elle me fera par la suite, de ce que je ressentirais. Ses doigts se joignent à la danse, accompagnant sa langue, ne faisant que rendre tout cela plus insupportable. Elle arrive à faire perler mon corps de sueur, le liquide se répandant sur mon front et entre mes seins. Je me laisse entraînée sans savoir où ce plaisir insupportable me mèneras, où et comment il se terminera. Elle ralentit alors son rythme, rendant tout cela plus insupportable encore. Ses yeux de sauvage venant capter les miens, me rappelant presque que c'est elle qui me procure tout ce plaisir. Sa main libre quitte mon ventre, desserrant sa prise. Ses mains prennent le relais de ses lèvres, qui elles retrouvent mon ventre. Sa langue coule sur mon sang et ça m'excite d'avantage qu'elle ne peut se permettre de m'exciter. Toujours aussi improbable, je sens une troisième main lui pousser. Agréablement froide contre les parois de mon entre-jambes. Je relève ma tête vers elle, les joues rosies, les lèvres gonflées, les cheveux en bataille. Dans mon regard se mélange l'appréhension de ce qu'elle me fera avec sa baguette et l'envie qu'elle me prenne sans retenue, comme il lui plaira. Je profites de ce ralentissement où ma respiration est malgré tout haletante pour me plaindre de la torture qu'elle m'afflige.  

« Shaé c'est... » Commençais-je, interrompant ma phrase alors qu'elle m'attisait de plus de caresses de sa baguette. Je passais ma langue sur mes lèvres, mouillant doucement celle du bas alors que je tentais de retrouver un peu de contenance. « Mal ce... qu'on... fuck. » Continuais-je, n'arrivant pas à faitre preuve de la moindre retenue. Je devais pourtant. La renversée, lui montrer qu'elle pouvait pas s'amuser ainsi avec mon corps sans en subir les foudres. Oui. J'allais lui montrer. J'allais lui botter le cul. J'allais lui donner la fessée, puis j'allais à mon tour m'amuser avec son corps, le violant de ma langue qui glisserait sur son sexe. J'y arrivais pas pourtant, j'avais de la difficulté à vouloir sincèrement qu'elle cesse. J'étais égoïste, je la remerciais plus tard. Peut-être même un autre jour.




+ Help our daughters through this fray. Soothe the wrath and tame the fury, Teach us all a kinder way +

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Remind me one more time it’s the best days of my life FT Lola [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: Deuxième étage :: Salle du Miroir de Cassandre-