Partagez | 
 

THE SAME DEEP WATER AS YOU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cameron Rookwood
avatar


Futés, rusés, tous les qualificatifs sont bons. Nous sommes les héritiers de Salazar.

first Log-in : 27/10/2013
parchemins : 85

MessageSujet: THE SAME DEEP WATER AS YOU   Ven 6 Juin - 23:01

Une silhouette se détacha du néant dans un craquement sonore. Toutefois, dans cette ruelle londonienne surplombée d’une météo grisâtre, nul ne sembla s’en préoccuper. Ce n’était guère plus étonnant, car si le transplanage était un élément du quotidien de n’importe quel sorcier, c’était d’autant plus vrai lorsqu’on vivait dans un quartier comme Gorsemoor.
Cameron carra les épaules, et remonta le col de son manteau en frissonnant malgré lui. Sa dernière expérience avec les températures les plus basses d’Angleterre s’était soldée par un séjour prolongé à l’infirmerie de Poudlard, le laissant plus affaibli qu’il ne le laissait entendre à quiconque daignait poser la question. Par ailleurs, ses petites entrevues avec Dabria Greengrass ne l’aidaient pas à avancer sur la voie de la guérison.  Un peu plus, et il ne serait pas étonné de se réveiller dans une maison de repos. Cameron tira sa valise derrière lui, ses chaussures claquant sur le bitume du trottoir. C’était les vacances de Pâques, et il avait décidé de rentrer à Londres plutôt que de s’inscrire sur la liste des internes. Contrairement à ce qu’affirmait Dumbledore, Poudlard n’était plus l’endroit de séjour le plus sûr de Grande-Bretagne. Du moins, pas en ce qui le concernait. Il savait que les Mangemorts avaient infiltré le corps enseignant et que certains des élèves les plus expérimentés les assistaient dans leurs tâches. Avec les rumeurs de trahisons qui planaient au-dessus de sa famille depuis quelques semaines, le château n’était plus un endroit où il estimait pouvoir se promener sereinement. Surtout parmi les Serpentards. Ça lui pesait d’avoir à soupçonner les camarades avec lesquels il partageait son dortoir depuis près de douze ans. Mais la confiance était un luxe qu’il ne pouvait plus se permettre d’offrir à n’importe qui. C’était une méfiance on ne peut plus nécessaire à sa survie. Il avait déjà dû renoncer à ses privilèges vis-à-vis de Pré-Au-Lard, après qu’on est tenté de l’embusquer près de la Tête de Sanglier. On avait même piégé son courrier à deux reprises. Sa sœur elle aussi avait dû payer les frais de la perte d’influence de leur famille dans la société magique occasionnée par le décès prématuré de Cornélius. Ils n’avaient plus qu’à multiplier les mesures de prudence. Ou peut-être était-il devenu un peu paranoïaque.
La bonne nouvelle, c’est que Theoden avait décidé de rentrer aussi. Parfois, Cameron se demandait s’il n’avait pas quitté la demeure familiale trop précocement. Puis, il se rappelait que sa famille la plus proche avait emménagé avec lui, ce jour-là. Theoden avait beau n’être que son cousin, généalogiquement parlant; Cameron le considérait comme un frère. Avec tout ce qui lui était tombé sur le nez l’année précédente, ce n’était pas plus mal qu’ils vivent sous le même toit, et soient-là l’un pour l’autre.

Quelques minutes plus tard, Cameron s’arrêtait devant un bâtiment de couleur ôcre. Il tourna deux fois sa clé à l’intérieur de la serrure, franchit vivement le seuil et déposa sa valise près du porte-manteaux avant de claquer la porte derrière lui. Il roula des épaules pour se débarrasser de son manteau, avant de frotter ses deux paumes l’une contre l’autre. L’endroit était plus spacieux qu’il n’en avait l’air depuis la rue. Comme la plupart des habitations magiques, un sortilège d’agrandissement avait été pratiqué à l’intérieur. La décoration était tout à leur loisir. Cameron traversa le vestibule aux couleurs printanières pour rejoindre le salon dans l’intention d’allumer un bon feu. La main sur sa baguette, il s’immobilisa soudainement en remarquant le désordre inhabituel qui occupait la pièce. “Theo?” appela-t-il d’une voix tendue.




Revenir en haut Aller en bas
Theoden Rookwood
avatar


Qui suis-je ? Je ne sais pas encore si je serais élève, professeur, ou adulte.

first Log-in : 06/10/2013
parchemins : 117

MessageSujet: Re: THE SAME DEEP WATER AS YOU   Dim 22 Juin - 1:14

Il avait beau se trouver parmi la foule – il se sentait terriblement seul. Les gens riaient dans l'insouciance des lendemains sombres, leurs sens abusés par l'alcool qui coulait à flot tandis qu'ils dansaient comme des abrutis heureux. Theoden portait un regard blasé sur le monde qui l'entourait, désabusé déjà à son jeune âge. La guerre des sangs faisaient toujours autant rage, un ministère corrompu par les partisans du Seigneur des ténèbres, un enseignement magique donné par des mangemorts ... Il devrait se réjouir non ? Après tout il portait la marque, comme son père et les autres membres du clan Rookwood. Prestigieuse famille tombant dans la disgrâce, endeuillée et salis par les médisances et les jalousies des autres. Depuis la mort de son géniteur, il se retrouvait malgré-lui l'héritier d'une fortune et de responsabilités dont il ne se sentait pas encore prêt à assumer.  L'amour lui tournait également le dos – bien trop sombre pour laisser rentrer quoique ce soit susceptible de lui apporter un peu de bonheur. Fils de la perdition, perdu dans ses songes et le fond de son verre vide. Les vacances sonnaient enfin et naturellement, c'était dans un pub de Londres que le sorcier avait décidé de fêter ça – à sa manière. L'Aiglon n'était pas vraiment un adepte de la compagnie humaine, tolérant certaines personnes mais pas plus. Vêtu de noir, son regard bleu-vert vagabondant avec ennui sur les gens autour. Par moment il croisait des filles, bien trop ivre et pathétique pour susciter un quelconque intérêt au yeux du mangemort. D'ailleurs, une blonde à la poitrine généreuse s'installa à côté du ténébreux, posant un regard lubrique sur la Londonienne qui gloussait stupidement ... Il poussa un soupir à peine audible tandis qu'il se levait, l'ignorant totalement. Mieux valait quitter ce pub infâme, c'était totalement indigne de son rang de traîner avec des Moldus.

Un léger transplanage l'emmena dans la rue où il habitait. Un bel et luxueux appartement qu'il partageait avec son cousin – Cameron. Le sorcier était un peu plus aux yeux de Theo. Un frère, un confident, la seule personne au monde en qui il avait véritablement confiance. A la vie, à la mort. Passer les vacances en sa compagnie allait lui permettre de se ressourcer un peu. Le sportif n'ayant pas vraiment envie de retourner au manoir familial pour subir les investigations de sa mère qui lui cherchait désespérément une épouse, Gorsemoor était l'idéal pour se reposer loin des mondanités. Il poussa les portes de l'immeuble et s'y engouffra avec nonchalance, marchant les mains dans les poches jusqu'à son appartement. Il y entra, retirant sa veste en cuir qu'il accrocha avec un soupir, fatigué. “Theo?” La voix de son cousin l'interpella depuis le salon où il le rejoignit d'un pas tranquille. Il s'arrêta net en voyant Cameron armé de sa baguette, spectateur du désordre inhabituel qui régnait dans leur salon. Tout était plongé dans l'obscurité, un calme étrange et angoissant envahissant les lieux. Theo sortit à son tour sa baguette, le visage froid et fermé, regardant autour de lui. Alors qu'il allait prendre la parole, un bruit de verre brisé attira l'attention du bleu & bronze, faisant signe à Cameron de le suivre en direction du bureau. Il ouvrit la marche, son instrument magique pointé devant lui prêt à exterminer l'intrus. D'un coup de baguette la porte s'ouvrit violemment sur deux hommes vêtus de capes noires. Les coups d'abords, les paroles ensuite. Un éclair rouge jaillit alors du bout de bois pour venir frapper l'un des cambrioleurs, cependant celui-ci dévia le sortilège de stupéfaction et le rétorqua sur Theo qui fut projeter plus loin dans le couloir, s'écrasant lourdement et de tout son poids contre une pendule. Celui-ci en profita pour transplaner et s'enfuir par la fenêtre qui se brisa sous le choc.

Sonné, il pouvait voir les sortilèges fuser entre Cameron et l'autre voyou. Il se releva tant bien que mal, blessé à l'arcade sourcilière, rejoignant son cousin qui venait de faire fuir le dernier agresseur. « Tu vas bien ? » dit-il en éclairant la pièce, observant les dégâts. Des bouts de verres partout, qui craquaient sous les pieds des deux sangs-purs. Des tas de dossiers par terre et la bibliothèque mural dévastée. « A vu d’œil, ils en avaient pas après l’argenterie ... » Il se baissa pour ramasser quelques feuilles, des notes qui avaient jadis appartenu à son défunt père. Il se redressa, envoyant un violent coup de pieds dans le tas de dossiers, énervé. Theo était plutôt impulsif – puis malgré sa blessure à la tête, c'était surtout son égo démesuré qui était blessé. D'un coup de baguette, la fenêtre se répara par magie. « J'ai besoin d'un verre. » Blasé, il quitta le bureau pour rejoindre le salon où il sortit deux verres, servant un whisky pour lui et Cameron pour enfin se laisser tomber lourdement sur le canapé, la tête en arrière. Pensif et silencieux tandis que le sang continuait de s'échapper de son sourcil. Il en avait rien à foutre.




❝TOO LATE FOR TEARS.❞
Itaque tum Scaevola cum in eam ipsam mentionem incidisset, exposuit nobis sermonem Laeli de amicitia habitum ab illo secum et cum altero genero, C. Fannio Marci filio, paucis diebus post mortem Africani. Eius disputationis sententias memoriae mandavi, quas hoc libro exposui arbitratu meo; quasi enim ipsos induxi loquentes, ne 'inquam' Quam ob rem vita quidem talis fuit vel fortuna vel gloria, ut nihil posset accedere, moriendi autem sensum celeritas paucis diebus post.
Revenir en haut Aller en bas
 

THE SAME DEEP WATER AS YOU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  :: Londres Sorcier :: Gorsemoor :: Habitations-