Partagez | 
 

I M NOT USED TO SOMEONE PUTtING ME FIRST. (uc)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: I M NOT USED TO SOMEONE PUTtING ME FIRST. (uc)   Ven 15 Aoû - 20:29

Ysölde Wilkes McFays
HOME IS A PLACE WHEN YOU LEAVE, YOU JUST MISS IT.
Dossier scolaire
◇ nom : Côté famille, soyez bien accroché. Son père se nomme Wilkes, Angus Wilkes, elle a donc hérité de ce patronyme, mais sa mère se prénommait, Galea Alldrïn De Valcourt. Ysolde porte donc officiellement sur le papier le nom « Alldrïn de Valcourt Wilkes », mais tout le monde dit Wilkes, d’ailleurs pendant des années elle a cru qu’il s’agissait de Wilkes tout court. Mais la vérité est ailleurs, son véritable père est Ashton McFays.  ◇ prénom : Son prénom premier est Ysolde, celui-ci était un choix de sa mère, le second choix de sa mère mais parmi les propositions de sa mère c’était le premier choix de son père. Son second prénom est Claudia, le prénom de sa grand-mère maternelle, son troisième prénom est Morgane, le prénom qui était adoré par sa mère, littéralement – et aussi le premier choix de sa mère mais détesté par son père - , et enfin Alecto était le nom de sa grand-mère paternelle. Elle possède de nombreux prénoms, mais seul Ysolde est utilisé, ainsi que son diminutif, Ys, Ysou, ou comme sa mère l’appelait avant qu’elle ne décède, Yolt.  ◇ âge, date et leu de naissance : Ysolde est tout juste âgée de vingt ans, elle est jeune, et est donc en dixième année à Poudlard, cela fait deux ans qu’elle suit le même cursus universitaire à savoir la médicomagie. Elle est née de vingt huit décembre de l’année 1994, à huit heures quarante six à l’hopital de Sainte Mangouste, elle n'était pas le seul bébé a naitre ce jour là, elle ne le sait pas encore mais elle a un frère jumeau qui a réussi a échapper à la cruauté de Wilkes. ◇ lieu de résidence : Elle vit actuellement entre Poudlard, mais également la maison de sa tante Syria Alldrïn de Valcourt, et par intermittence chez son véritable père, Ashton McFays.   ◇ nature du sang : Ysolde a cru être une Wilkes pure souche, c'est-à-dire une véritable sang pure. Pourtant, c’est faux, sa mère est de sang mêlé, son père était un moldu. Du coup, Ysolde a découvert qu’elle était de sang mêlé, mais elle le vit bien puisque depuis qu’elle a retrouvé la mémoire, elle a perdu ses préjugés concernant la nature du sang, elle est même fière d’être de sang mêlé.

fichiers interdits
◇ maison  : Elle aurait peut-être mérité sa place à serdaigle, mais c’est bel et bien à Serpentard qu’elle a trouvé sa place. Bien que fragile en apparence, la jeune fille est une personne capable de tout pour arriver à ses fins. Elle est extrêmement manipulatrice, et sait comment arriver à obtenir quelque chose de quelqu’un. Tantôt adorable, elle parait parfois si innocente alors qu’elle est véritable serpent. Bien sûr, elle était cette personne lorsqu’elle était amnésique, aujourd’hui avec ses souvenirs retrouvés elle se trouve monstrueuse d’avoir agi de la sorte, et est beaucoup plus vulnérable et fragile avec ses souvenirs, cependant, elle conserve un caractère de serpentarde froide, et manipulatrice, pour parvenir à se sauver elle avant tout.  ◇ occupation : La jeune femme est étudiante en médicomagie et a choisi ce cursus par conviction, sans se douter que c’était le métier de son véritable père, mais également le métier de sa tante, comme quoi, c’est peut-être dans la famille. Elle est en dixième année, et adore ce qu’elle fait. ◇ composition de votre baguette : La baguette d'Ysolde est un peu étrange. Elle mesure trente huit centimètre. En bois d'amarante, un bois rare et précieux, elle est d'une couleur un peu différent. a une teinte caractéristique violette plus ou moins foncée. Sa couleur a tendance à foncer une fois le bois mis en œuvre, mais cette évolution est lente et demande plusieurs années. Au moment du sciage, le cœur fraîchement coupé est presque blanc, mais vire au violet très rapidement à la lumière. Aujourd'hui, elle est presque violette foncée. Sa baguette contient de la poussière d'écailles de Dragon mélangé avec un ventricule de dragon. Étrange cocktail pour une baguette assez dure à contrôler. C'est baguette puissante, et très rigide. Ce cher ollivander a été surpris du choix de baguette, et dit qu'elle était dans son échoppe depuis longtemps, mais personne n'avait réussi à la tenir. Il s'agit d'une très puissante baguette, la sorcière est appelé à faire de grande chose. ◇ La forme de votre patronus : Le patronus de la jeune femme n’est pas commun, il s’agit d’un petit dragon de taille moyenne qui jaillit des étincelles du bout de sa baguette. Présent dans la vie de jeune femme de façon permante, le dragon avait une importance pour elle, mais elle ignorait pourquoi. Elle maitrise le sortilège de patronus depuis pas mal de temps, mais n’a jamais eut l’occasion de s’en servir face à un vrai détraqueur. ◇ A quoi ressemble l'épouvantard : L’épouvantard de la jeune femme est elle-même. C’est assez étrange de se craindre soi-même, non ? Elle avait peur d’elle-même, de ce qu’elle pourrait être, un monstre comme sa sœur, une femme froide à la blondeur glaciale. Elle avait peur de se voir comme une conservatrice, aussi inhumaine que son propre père, ou que sa propre sœur. Elle a peur de se voir avec la folie luisant dans ses yeux. › Votre camp officiel : [] Le Cercle  [] Mangemort  [] Ordre de Woodcroft [x] indécis › Pourquoi choisir ce camp : Pourquoi officiellement appartenez-vous à ce camp ? Est ce par conviction, ou parce que vous n’avez pas le choix ? Merci d'être le plus clair possible.(5lignes, environs) › Position sur la nature du sang & sur la création de Grindlemonk : "Quand cette maison a été créée j’étais encore sous le joug de mon père, et de mon fiancé, cela me paraissait totalement normal. Pourquoi ? Parce que d’après les dire de mon crétin de père, ma mère avait soit disant été tuée par des moldus, alors il était normal qu’à l’époque je leur voue une sort de haine. Je les détestais tellement à l’époque, mais aujourd’hui, maintenant que je connais la vérité j’ai quelques fois du mal à me décrocher de cette haine qui mine de rien est ancré en moi. Je pense pas que le sang fasse quelques choses, mais que les sorciers qui ne sont pas capable de tenir une baguette – quelques soit leur sang – soient parqué dans un coin, eux ne méritent pas de tenir une baguette. " ◇ détails à communiquer :Elle possède une vie de vraie sorcière. La jeune femme est abonnée à Sorcière Hebdo depuis presque cinq ans et aime autant les articles de cuisines que les articles de fond sur la magie. En parlant de lecture, la jeune femme est une mordue de livres de sortilège et de potion. Ensuite, elle supporte ouvertement les Canon de Chudley, et est fière de les supporter, pendant des années elle a rêvé d’être une joueuse professionnelle, mais elle a bien sûr abandonné ses rêves. Ensuite, donc elle joue au quidditch depuis sa seconde année et a été capitaine durant de septième année. Et enfin, la jeune femme ne connait rien au monde moldu, et ne quitterait le monde sorcier pour rien au monde. Autre chose, elle déteste perdre aux echecs version sorcier.

› Pseudo et/ou prénom :  indiquez les mentions nécessaires› Votre avatar : indiquez les mentions nécessaires› Commentaire : indiquez les mentions nécessaires› Parrainage : [] oui, s'il vous plait :  [] non, merci ! › Code du forum : indiquez les mentions nécessaires




"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”


Dernière édition par Ysölde M. Wilkes McFays le Ven 15 Aoû - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ysölde M. Wilkes McFays
avatar


fondatrice -  prefète de serpentard, attention à vous, je peux éviter la retenue... ou pas.

first Log-in : 29/06/2010
parchemins : 8416

MessageSujet: Re: I M NOT USED TO SOMEONE PUTtING ME FIRST. (uc)   Ven 15 Aoû - 20:33

PROLOGUE : BEFORE THE FALL.

Galea Alldrïn De Valcourt, la fille d’un couple Franco-Anglais, la jeune fille était une jeune fille peu conventionnelle si je puis le dire. Les cheveux aussi noirs que l’ébène, des yeux bruns, sous la lumière du soleil Anglais ils prenaient une teinte plus clair, comme si la magie de ce pays illuminait le regard de cette jeune fille. Elle était la fille de Maura et d’un homme qui après la naissance de sa petite sœur Talia est décédée trois ans plus tard. Galea n’était pas une élève brillante, mais elle se débrouillait comme une chef dans le soin aux créatures magiques, et particulièrement dans l’élevage de ceux-ci. Elle avait un très bon feeling avec les créatures magique, alors ce n’était pas pour rien qu’elle avait deux chats et un hibou à charge dans la maison de sa mère. A Poudlard, Galea était un peu une trouble fête, et à chaque fois Dumbledire lui disait qu’il y avait d’autre moyen d’attirer la colère de sa mère, autrement qu’en incendiant une table de cours, ou qu’en jetant des livres de la bibliothèque par la fenêtre. Galea n’était pas forcément un modèle pour sa petite sœur Sofia, mais elle y tenait tellement à cette petite sœur. Elève dissipé, elle a cependant finit par se calmer en la présence d'un charmant jeune homme. Ce jeune homme se nommait alors Ashton McFays, et il était brun, beau, et grand, bref, un beau garçon. L’été suivant, il plu beaucoup à sa mère. Il était calme, posé, brillant. Galea et lui filaient le parfait amour, et elle allait passé tous ses étés avec lui, délaissant parfois sa petite sœur Talia avec qui elle avait cinq années de différence.

***

Lea. Ou Galea , peut importe, Ashton l’appelait tout le temps Lea, comme si c’était leur petit surnom à l’un et l’autre. Blotti contre lui, elle fut réveillée par ses mouvements, il semblait faire un cauchemar. Il était brun et beau quand il dormait. Elle l’aimait tellement, elle qui pourtant n’avait jamais réussi à garder un vrai petit ami. Elle le secoua doucement pour qu’il se réveille de ce cauchemar qu’il semblait faire. Doucement il ouvrit ses yeux verts, et regarda la brune anglaise, avec un léger sourire.« Mauvais rêve,  Mon Amour* ? » Elle avait le don de glisser des mots de français dés qu’elle le pouvait. « Rien de grave, je pensais à un truc… Rien de grave Chérie*. » Sauf qu’on ne mentait pas à Galea, cette personne n’était pas encore née. Elle lui adressa un regard inquisiteur et dit alors doucement « Raconte-moi. »Elle était douce avec lui, alors qu’elle avait un caractère tant enflammé parfois. « Hier ma mère m’a dit qu’elle avait fait un mauvais rêve tu sais qu’elle a des… » Amelia le coupa alors « Des visions, je sais. Qu’est ce qu’elle t’a raconté ? »Il marqua une pause, et baissa le regarda avant de la serrer d’avantage contre lui, et d’embrasser son front :« Elle t’a vu mourir, toi, et une petite fille brune. » Galea leva les yeux vers Ashton, interdite. Sa mort, et petite fille blonde dans la même phrase la choquait terriblement, et elle articula alors : « Tu… tu crois que ça serait… ‘’notre’’ fille ? » Elle préférait esquisser le sujet de la mort, et Ashton ajouta : « Peut être, à moins qu’un autre brun ait prévu de te dérober à moi. Mais… je ne veux pas te perdre. » Galea se pencha alors pour l’embrasser, et murmura alors : « Tu ne me perdras jamais. » Elle le serra contre elle, posant sa tête sur son épaule, et regardant le vide derrière lui. Elle ne pouvait tenir cette promesse, la perspective d’une mort l’effrayait tellement. Si en restant avec lui elle courrait à la mort, alors elle ne pourrait le suivre, c’était un fait, c’était la peur, c’était humain.  

***

« Ashton est un type bien, sa mère m’a parlé de vos fian… » Commença alors la mère de Galea avant d’être coupé par sa fille, tout juste dix sept ans. « Il n’y aura ni fiançailles, ni mariage, je l’ai quitté hier soir. » Sa voix était tranchante. Sa mère la regarda les yeux grand ouvert, et à table Sofia regarda sa sœur bouche bée. Galea filait le parfait amour avec Ashton depuis bien deux ans, et elle jetait tout comme ça, d’un coup. « Mais, elle m’a dit que… » tenta alors sa mère. « Elle n’est sans doute pas au courant de notre discussion d’hier. J’ai rencontré quelqu’un. » Quelqu’un, ce quelqu’un était un certain Angus Wilkes, veuf, deux enfants, deux enfants en bas âge, et elle avait en effet rencontré ce quelqu’un, séduisant, sang pur. Le sang n’intéressait pas Galea , elle s’était éprise de lui et l’avait perçu comme le moyen d’échapper à la vision de la mère d’Ashton il était peut être légèrement blond, mais c’était mieux ainsi, au moins elle ne mourrait pas, elle mettait les chances de son côté. « Comment tu peux faire ça à Ashton, il t’aime et… » « Il est stupide de m’aimer, il en trouvera d’autre. »   Galea se leva alors de table, et grimaça alors : « J’ai pas faim. » Elle se leva et poussa sa chaise avec violence, quand sa petite sœur Talia alors : « Galea  tu… »  « Ne commence pas Talia, je croyais que tu me comprenais toi ! » Amelia était en rage ce jour là, elle claqua la porte de la cuisine, et monta les escaliers en courant pour aller vomir dans les toilettes. Le repas de sa mère était infecte, ou alors… pour elle il n’y avait que cette solution, et pourtant.
 

***

« Galea, c’est de la folie. » dit alors la mère de Galea , hors d'elle !   « Je pense être assez grande pour décider de ce que je veux vraiment. » répondit une jeune femme âgée de moins d’une vingtaine d’année - Galea.  « Mais, enfin, il est plus vieux que toi, et il a déjà des enfants… » Elle fut coupé «  mais je m’en moque, te préoccupe-tu une seconde de mes sentiments où es tu trop arrogante pour penser à tes propres enfants maman ?! ».  La fille était Galea Alldrïn De Valcourt, âgé de tout juste dix sept ans, fraichement diplômée de Poudlard et qui avait rencontré un charmant jeune homme répondant au nom de Angus Wilkes. Vous suivez ? Et, elle en était éperdument tombé amoureuse, lui qui était tout juste veuf de sa femme, Electra. Elle se moquait bien qu’il puisse avoir deux enfants, elle l’aimait, réellement. C'était l'homme qu'elle avait rencontré et pour lequel elle avait quitté Ashton. « Ecoute Maman, je suis assez grande pour décidé ce que je veux faire de ma vie, je ne te laisserais pas décider pour moi. » Galea avait claqué la porte de la cuisine, et était passé dans la salon, sur le canapé, sa jeune sœur Talia était assise et lisait un livre, elle avait tout juste treize ans. Galea se pencha vers elle pour lui déposer un bisou sur la joue, et une main dans les cheveux. La mère, Maura sorti de la cuisine et lui dit « Galea, je t’interdit de passer cette porte ! Sois réaliste enfin, tu n’es qu’une enfant ! » Galea se retourna vers elle, tout en faisant voler une mèche de cheveux, et répondit froidement : «  Je ne suis pas une enfant, je suis au moins tout aussi responsable que toi. Je suis enceinte Maman. », Galea salua sa petite sœur en la serrant dans ses bras, et jeta un regard noir à sa mère, puis, elle transplana sans crier gare, c’était la dernière vraie discussion qu’elle avait eut avec sa mère, la raison pour laquelle Ysolde n’avait jamais été en contact avec ses grands parents. Ysölde naissait quelques mois plus tard. Galea était enceinte, elle était tombé enceinte quelques temps après s’être retrouvé avec Angus, et c’était lui qui l’avait découvert, il était fier d’être père de nouveau. Seulement… a la naissance d’Ysölde, Galea vit une belle petite tête brune bouclé avec des yeux noisette. Angus n’y avait vu que du feu, clamant qu’elle ressemblait à sa mère, mais Amelia savait qu’elle ressemblait à sa grand-mère, mais pas à la mère d’Angus, à la mère d’Ashton. Mais dire à un sang pur colérique comme lui qu’il n’est pas le père serait signé l’arrêt de mort de l’enfant. Elle avait fait le choix de se taire, à jamais.

CHAPTER ONE : IN THE DEEP

« Maman » dit alors une petite fille aux longs cheveux blonds bouclés, elle était à peine âgé de trois ans, mais elle avait une bouille d’ange. Ysolde Wilkes-Alldrïn De Valcourt de son nom complet était née à la fin septembre, l’empressement de son emménagement chez Angus Wilkes était qu’elle était enceinte. Galea n’aimait pas réellement sa vie de femme au foyer, obligé de s’occuper d’une peste aux cheveux noirs, Bellatrix, et de son beau fils, Ramsey. Parfois, Galea  se disait que sa mère avait eut raison de la retenir, et qu’elle aurait peut être dû l’écouter. « Oui ma chérie ? » dit alors la mère en la prenant sur ses genoux. « Dis Maman, pourquoi est ce que Bella elle t’appelle pas maman, hein ? » Galea se mordit doucement la lèvre, elle n’aimait pas les enfants de son compagnon – car il n’avait même pas épousé Galea , son sang était soit disant mêlé – elle aimait encore moins cette Bella, petite fille arrogante, et méchante. « Tu m’écoute Yolt ? Bella et Ramsey ont une autre maman, je ne suis pas leur maman. » Ysolde, que sa mère surnommait affectueusement Yolt esquissa une moue triste et dit alors «  Elle est où leur maman ? » Galea se mordit de nouveau la lèvre inférieur, il était très dur d’évoquer la mort avec une enfant si jeune, elle se contenta de répondre « Leur maman est partie, et elle ne reviendra jamais. » Ysolde était triste, elle avait toujours été très empathique avec les autres. « Mais ne t’inquiète pas mon Ange, toi je ne te laisserais jamais toute seule, je te le promets, et maintenant montre moi ce beau dessin avant que ton père ne revienne. » Oui, elle le lui avait promis, mais elle ne savait pas encore qu’elle allait rompre cette promesse. La petite fille se pressa de montrer son dessin plein de couleur à sa maman, elle savait que son père n’aimait pas la voir dessiner, lui préférerait déjà qu’elle sache lire, et qu’elle aille dans sa chambre comme une grande fille. Mais, Ysolde était une enfant pleine de vie qui chahutait, et qui aimait faire des dessins, qui aurait pu lui en vouloir ? Pas un père normal en tout cas.

***

Comme chaque soir, Ysolde faisait des cauchemars qui la faisaient se réveiller en pleurs, ce soir là aussi elle avait fait un cauchemar. Elle pleurait à chaude larme et sorti alors de sa chambre son nounours à la main, en larme, elle croisa sa sœur qui passa la tête par l’encadrement de la porte pour lui dire « Tait-toi, et va se te coucher, arrête de chialer la gamine. » Ysolde lui tira la langue et s’empressa de courir vers la chambre de ses parents. Elle savait que son père n’allait pas aimer mais bon. Quand elle poussa la porte, personne. Ysolde pleurait en silence, elle voulait voir sa maman, et qu’elle la prenne dans ses bras, afin de chasser cet horrible cauchemar. Elle entendit alors du bruit émanant du bureau de son père, et à pas feutré, elle s’y dirigea, sa curiosité piquée au vif. Elle resta derrière la porte et observa alors dans l’entrebâillement dans la porte : « Arrête, je t’en supplie arrête, ANGUS ! » elle était petite,  quand elle surprit une conversation de ses parents tard le soir. Elle était âgé de sept ans et demi. Son père venait de lever sa main sur sa mère, qui était presque en larme. Ysolde étouffa un cri en mordant à pleine dent son nounours.  « Comment oses-tu, infâme sang mêlé ! je t’ai offert un toit, et tout ce que tu trouve à me dire c’est que tu ne peux pas élever des enfants qui ne sont pas les tiens ? SALE GARCE ! » Galea fit un pas en arrière, et dit alors  «  J’ai dis que tu étais un monstre, tu as volontairement occulté cette partie ?! Tu es un monstre Angus, je ne laisserais jamais Ysolde grandir à tes côtés, je ne sais pas ce que toi et ton groupe de tarés manigancé, mais laisse Ysolde et moi hors de ça. »  il eclata de rire et dit : « Tu veux que j’en fasse quoi de ma bâtarde de sang mêlé, qui pleure tout le temps ?! Ne t’avise pas de quitter cette maison, toi ou ta fille, ou je te jure que je vous retrouverais, et le sortilège de doloris te paraîtra doux en comparaison de ce qui vous attend ! » Galea resta interdite un instant, depuis qu’il fréquentait ses autres « collègues » de sang pur il était devenu agressif envers elle, et envers leur fille. Ysolde se recula de la porte avant que son père ne veuille sortir, et couru dans le couloir jusqu’à sa chambre, ou elle ferma la porte et s’enfila dans son lit, silencieuse, mais toujours en larmes. Elle entendit son père sortir, puis sa mère. Elle entendit la porte de sa chambre s’ouvrir, et vit sa mère venir s’asseoir sur son lit, et caresser les cheveux blonds de sa fille. Ysolde s’assit alors dans son lit et dit en pleurant : « Maman, j’ai fait un cauchemar. » elle éclata en sanglots, elle ne savait pas si c’était à cause de son cauchemar, ou à cause de ce qu’elle venait de voir. « Raconte-moi mon cœur. »   «  Et ben, on était dans une rue, et tu m’as dit que je ne serais jamais seule, et que je devais être forte, et là, on a un accident, c’est horrible maman, j’ai peur. » Ysölde pu lire une certaine frayeur sur le visage de sa mère. Celle ci se souvint alors des mots d'Ashton, cette petite était forcément sa fille, cela lui ôtait le dernier doute qu'elle aurait pu avoir. Sa mère la serra tendrement dans ses bras, et la berça doucement contre elle, et elle lui dit alors « ce n’est qu’un mauvais rêve mon cœur. » Ysolde hocha la tête et leva les yeux vers sa mère et dit alors « Alors, pourquoi est ce que l’autre soir j’ai rêvé que Père te giflait, c’est ce qu’il vient de faire ?! » Sa mère la regarda et stoppa de cligner des yeux une seconde, et serra la petite Ysolde tout contre elle avant de dire : « Je t’ai dis que je ne t’abandonnerais jamais ysolde, je te promets, je ne laisserais rien t’arriver, maintenant il  faut dormir, je vais rester sur le fauteuil mon cœur. » elle baisa le front de sa fille, et la fit se recoucher dans son lit, et la borda, en la regardant d’un air rassurant, même si au fond, elle n’était pas rassurée du tout, elle avait cru qu'en laissant Ashton, elle s'éloignerait de la mort, mais elle faisait un pas de plus vers elle.

***

« Attends, Lea, tu ne me l’as jamais laissé plus d’une journée, je ne comprends pas. » dit alors une jeune femme âgé de 21 ans, brune, le sosie de Galea en plus jeune. Talia, la sœur de Galea. « Ecoute, je pourrais le demander à maman mais, elle me dirait qu’elle me l’avait dit, je n’ai pas envie de la voir, je n’ai pas envie qu’Ysolde la voit, pour qu’elle la déteste comme elle déteste son père. »  Galea était plus stressée, et le visage plus fatiguée, elle avait fait ses bagages de la maison Wilkes qui était devenue une prison pour elle, et avait fuit quelques semaines en France avant d’être rappelé par ses devoirs. Elle était contrainte de laissé Ysolde à sa petite sœur, Talia, elle le faisait avec joie, elle savait que Sofia prendrait soin d’elle. « Je ne te le demanderais si ça n’était pas important Talia, j’ai besoin que tu t’occupe d’elle. Et surtout, ne laisse personne l’approcher, elle est fragile et je… »  elle marqua une pause, et c’est Talia qui repris alors : « Il vous a menacé ? »  Galea à moitié en larme hocha la tête, son « mari » avait menacé de la tuer elle et sa fille si elle quittait la maison, Galea dit alors : « Je ne pouvais pas la laisser là bas, elle ne mérite pas ça. »  Talia pris sa sœur dans ses bras qui d’habitude forte venait de fondre en larme sous ses yeux. « Ne t’inquiète pas Galea , tant qu’elle sera ici, il ne lui arrivera rien, c’est ma nièce, et crois moi, je ne laisserais rien lui arriver, je te le jure. »  Talia était sérieuse. Elles étaient toutes les deux debout dans la cuisine, la porte fermée. Dans la pièce voisine était assise Ysolde à la table de séjour, et elle lisait un livre, comme toujours, cette enfant passait son temps à lire. Les deux femmes passèrent la porte, et Galea  pris sa fille dans ses bras et lui dit alors « Soit sage mon ange, tata Talia va s’occuper de toi pendant quelques temps, maman a deux trois choses à faire et à mettre en ordre, je t’aime mon cœur. »  Elle l’embrassa sur la joue, et pris la main de Talia avant de lui murmurer « Merci. »  Galea salua sa fille tendrement de la main avant de transplanter subitement.

***
« Où est ce qu’on va ? J’ai froid, maman ! » Sa mère se stoppa alors pour la regarder et pour lui dire « Arrête tes caprices Ysolde, je t’ai dis qu’on allait à Gringotts, j’ai des choses à régler, et après, toi et moi on s’en ira d’ici, là où on ne nous retrouvera pas mon ange. »« J’étais bien mieux chez tante Talia. » Sa mère lui prit la main, et l’entraina dans la rue. La femme et l’enfant se promenaient dans le Londres Moldu d’un pas très pressé. Galea avait des choses à faire à Gringotts, elle avait besoin de ce qui se trouvait à l’intérieur de ce coffre. La mère était anxieuse, elle ne fermait presque pas l’œil de la nuit, et sa fille semblait triste d’avoir quitté le domicile de sa tante où on s’occupait si bien d’elle. Sa mère s’arrête brusquement sur le bord du trottoire, en face, le chaudron baveur. Elle s’arrêta et se tourna vers Ysolde, prenant en main les deux épaules de sa fille pour que celle-ci la regarde « Ysolde, mon Ange, quoi qu’il arrive, je te promets que tu ne seras jamais seule, tu auras toujours ta tante, et même si ça me fait mal de l’admettre, ta grand-mère. Mais beaucoup d’autres personnes seront prêtes à t’aider, quoi qu’il arrive, Yolt mon ange, promet moi d’être forte, tu m’entends ? » Ysolde qui faisait sa tête de cochon, laissa apparaitre une mine sérieuse et hocha la tête, et dit alors « Qu’est ce qu’il pourrait arriver maman ? » Sa mère délaissa l’épaule de sa fille pour passer une main dans ses cheveux blonds, et dit alors, la voix serrée  « Je ne sais pas mon Ange, mais je t’aime très fort. » Galea serra sa fille dans ses bras. Elles se ressemblaient comme deux gouttes d’eau, sauf la couleur de cheveux, bien sûr, Galea avait les cheveux ébène, et Ysolde les cheveux brun. Les deux mêmes, à un âge différent, le seul trait physique que l’enfant avait hérité de son père était sa couleur de cheveux, et peut être un peu les yeux, mais Ysölde avait évidemment hériter du don de voyance de la famille d'Ashton. Galea pris la main de sa fille et l’entraina vers la porte du chaudron baveur, traversant alors la route à la hâte. Galea se sentait suivie depuis des jours, sans réellement savoir comment et pourquoi. Elle avait besoin de sa fille, elle l’emmenait à Gringotts, pour lui transmettre la totalité de son coffre, car elle était sa fille. Le transfert avait été effectué, mais elle tenait à en montrer le contenu à sa fille, et à lui expliquer ce qu’il contenait, au cas où il lui arriverait quelques chose. Galea tirait sa fille, qui peinait à suivre son train de marche. La mère se stoppa subitement, et poussa sa fille loin d’elle, tout en lâchant brutalement sa main. Ysolde n’eut le temps se réagir, et tomba en arrière, se cognant la tête sur le trottoir.

CHAPTER TWO : THE FALL
La jeune femme était assise sur le banc d’une sale d’attente de Ste Mangouste, un sachet de glace entre ses mains écorchée vive, mais pas brûlée. Pourtant, elle venait de survivre aux attentats de Poudlard, elle avait traversé les flammes de ce dragon de feu, et seulement le verre l’avait blessé. Tout avait changé cette année, elle avait cru qu’elle était une sang pur comme sa sœur Bellatrix, elle avait cru être la fille modèle de serpentard, tout n’était que mensonge. Les attentats avaient réveillé en elle un sentiment étrange d’incompréhension, et dans la panique, elle avait eu des flashs d’une vie qu’elle ne se souvenait pas avoir eu. Depuis l’accident, depuis la mort de sa mère, elle était amnésique, et c’était comme si ces souvenirs refaisaient surface. Il y avait des dizaines d’élèves dans la salle d’attente, une jeune femme à la longue chevelure brune sortie pour appeler un nom d’élève, puis à côté d’elle un autre médicomage appella alors : « Ysölde Wilkes. » La jeune femme à côté fixa alors la jeune Ysölde qui se leva, l’air interdit, comme si elle revenait d’outre tombe. Quand Ysölde croisa son regard, elle eut la fâcheuse impression de la connaitre, mais, c’était peut être dans une autre vie, dans ses souvenirs perdu. Elle passa à côté d’elle en baissant les yeux, prête à être soigné, et s’installa sur la table d’examen, quand elle demanda au médicomage qui referma la porte derrière elle :  « Qui était cette femme ? » Intrigue, il enfila alors ses gants pour commmencer à analyser les blessures de la jeune femme, « Syria De Vaclourt – une médicomage venue en renfort de Paris. » De Valcourt, pour Ysölde il manquait quelque chose, elle haussa les épaules, quand le medicomage dit alors :  « Il parait que vous avez traversé le feu sans vous brûler… » Elle hocha négativement la tête,  « Je vous assure que non, ils ont dû me croire dans les flammes avec l’illusion d’optique, et à cause de la panique. » Le medicomage esquissa un sourire, et continua l’examen, tandis qu’Ysölde ne comprenait pas pourquoi le feu du dragon ne l’avait pas tuer, elle était loin de se douter que ce dragon ne la blesserait pas, car elle avait le sang des McFays en elle, et que le feu ne brûle pas le dragon.

***

Une bâtarde au sang mêlé, il n’en avait pas fallu plus pour qu’elle devienne la risée de serpentard, elle qui était montée si haut, elle qui avait eu le respect des autres. Elle avait été la fiancée de l’illustre sang pur, Ulysse Lestrange, qui avait mis fin à leurs fiançailles bien avant qu’elle n’apprenne son sang mêlé. Elle avait rompu les fiançailles quand il avait levé la main sur elle, quand elle avait dit à tout le monde qu’elle était tombée dans les escaliers pour couvrir ses bleus, et son œil au beurre noir. Maintenant qu’elle était de sang mêlé, Angus Wilkes était vexé que le monde ait découvert le poteau rose, mais il ne perdait pas de vue que sa fille était à marier, et il lui a trouvé un bon parti, un Gaunt, cousin proche de Voldemort au sang mêlé. La jeune femme était assise dans le salon des Wilkes quand soudain la porte s’ouvrit, et y entra alors Mark Gaunt, l’aîné de la famille, aussi professeur de magie noire à Poudlard. Il dit alors : « Ma Dame. » avant de s’asseoir à côté d’elle.  Elle ne lâcha pas son livre des yeux, et fit de son mieux pour l’ignorer. Elle n’aimait pas l’idée d’être fiancée, en fait elle détestait cela, elle ne voulait pas qu’on lui impose un homme à aimer. « Allons, ne m’ignore pas Ysölde. » dit-il en riant doucement, tout en repoussant une mèche de la jeune femme derrière son oreille, quand soudain elle lâcha son livre pour repousser violent sa main, et reculant sur le canapé, comme agressée. « Oh du calme, je ne vais pas te faire de mal ! » Dit-il visiblement vexée. Mais ça, elle l’avait déjà entendu quelque part, Ulysse lui avait dit cela avant de la battre violemment, il lui avait promis de l’amour, du bonheur, bref, un mariage heureux, et depuis elle craignait les contacts physiques avec les hommes, elle détestait cela.  « On m’a déjà dit ça une fois. » dit-elle froidement. Il esquissa un petit sourire «  Je suis très différent de Lestrange, je n’ai pas le sang pur, et mes parents ne sont pas cousins, ce qui fait que je suis certainement plus humain que lui. » Elle le fixa et dit alors :  « Cela reste à prouver. » Elle était terriblement froide à l’idée de l’épouser.

***

Elle était assise devant la glace, elle portait une longue robe blanche bustier, et ses cheveux étaient relevés dans un chignon harmonieux. Sa vie était si compliqué, elle venait de retrouvé la sœur de sa mère, et elle venait d’apprendre qu’Angus Wilkes n’était pas son père, cependant, elle était piégée dans sa vie de Wilkes, et elle allait se marier.  Elle portait cette somptueuse robe de mariée, elle était coiffée et maquillée comme une princesse, mais elle ne se sentait pas comme une princesse, elle se sentait comme une prisonnière, elle détestait son futur époux, elle détestait les Wilkes, elle détestait les sangs purs, et elle détestait les mangemorts. Elle fixait son reflet, tandis qu’elle attendait Bellatrix qui devait venir lui apporter un collier, quand soudain la porte s’ouvrit en trombe, Bellatrix s’écria alors : « Il est mort ! » Ysölde la fixa, sans comprendre de qui elle parlait. Mais, vu sa tête, c’était quelqu’un qu’elle était censé connaitre. « Qui donc ? » demanda alors Ysölde quand même un peu inquiète. « Mark, ton fiancé, il est mort ce matin dans une attaque de sale résistants ! » pesta-t-elle alors. Ysölde fixa son reflet, et dit alors :   « Le mariage est annulé… » Elle n’entendit pas les mots de Bella, outrée, mais elle était ailleurs, soulagée, pour une fois le monde qui se dérobait sous ses pieds était un monde qu’elle détestait son fiancé était mort, elle n’avait pas souhaité ça, mais, elle était… sauvée, pour le moment. Elle se surprit à esquisser un petit sourire.

CHAPTER THREE: RISE FROM ASHES
Elle tenait une tasse de chocolat chaud dans ses mains, et elle était assise sur la terrasse de la main au bord de la mer. Cette maison, c’était celle des McFays, celle-ci se trouvait tout au nord de l’Ecosse, la jeune femme portait un pull épais tandis que le vent balayait ses cheveux. Elle était pensive, elle semblait vulnérable quand on la voyait, mais avec toutes les épreuves qu’elle avait vécu, elle était plus forte que jamais. Un homme s’avança alors sur la terrasse une tasse également entre les mains. Quand elle le regardait c’était évident qu’ils étaient de la même famille, la même couleur de cheveux, les mêmes yeux noisettes, peut être même le même nez, bien sûr qu’il était son père. Ashton Wilkes avait été le premier amour de sa mère, et le véritable amour de sa vie. Sa mère lui avait caché tellement de secret, et parfois, elle avait l’impression que ce n’était pas terminé. Il s’avança alors « Tu n’as pas froid ? » Il était si attentionné avec elle, elle leva les yeux vers lui et hocha négativement la tête en souriant, « Ca va merci, l’air marin de la mer est vivifiant. »  Elle se sentait bien pour la première fois depuis de longues années.  « Je suis content que tu viennes mes voir »  commença-t-il alors, il était un peu maladroit quand il lui parlait, tout comme elle l’était. Leur relation était complexe, ils étaient père et fille, mais ils ne se connaissaient pas si bien que cela, d’ailleurs la jeune femme vivait chez sa tante qu’elle connaissait bien mieux que chez lui, elle n’arrivait pas à l’appeler « Papa », elle disait simplement « Ashton », c’était encore au-dessus de ses forces, d’ailleurs « Papa » était un mot qu’elle n’avait employé qu’une fois et sous les yeux de sa mère Angus Wilkes l’avait giflé. Il s’assit alors sur la chaise voisine, et quand l’odeur du contenu de la tasse de son père arriva un nez d’Ys, elle esquissa un sourire, ils avaient les mêmes goûts étranges, le chocolat chaud à la cannelle. « Je suis contente d’être là… avec toi. » Elle était heureuse, si seulement elle était née ici, si seulement elle avait grandit ici, si seulement elle partageait un véritable lien avec lui, tout était encore à construire. « On se verra plus souvent l’année prochaine, à Poudlard, tu es professeur, et moi élève. Par contre, je passerais voir Grand Père quand j’aurais du temps libre. »  Markus, c’était son « grand père », mais contrairement à Ashton, c’était bien plus facile de l’appeler Grand Père. Ashton esquissa un sourire et dit alors :  « Tu le verras souvent aussi, il a été nommé Directeur de Poudlard, depuis le… depuis que Dumbledore est mort la place était vacante, quoi de mieux qu’un auror renommé pour prendre sa place. » Elle sourit alors, et répondit alors : « Quand je m’appellerais McFays, je serais ‘la fille de’ on va croire que je suis pistonnée pour avoir de bonnes notes alors que c’est faux ! »  Bien sûr, elle laissa échapper un petit rire qu’elle partagea avec son père. « Tu as le même rire que ta mère. » dit-il alors en la regardant. La jeune femme se stoppa alors, elle lui manquait tellement, terriblement. « J’aurais aimé l’entendre rire plus souvent, elle ne riait que lorsque l’on était toute les deux. » Ils étaient tout à coup bien silencieux. « Je… le dossier de ta mère a été volé à Ste Mangouste, une partie du dossier qui ne pouvait être ouverte qu’à ta demande. »  Il était alors très silencieux.  « Wilkes ? »  demanda-t-elle alors. Il haussa les épaules, et dit alors « Je n’en sais rien, mais quelque chose me dit que Galea n’a pas encore révélé tous ses secrets. » Ysölde porta alors la tasse brûlante à ses lèvres sans se rendre compte qu’Ashton était en train de faire exactement la même chose, en même temps. Elle était loin de se douter que celui qui avait dérobé le dossier était son frère jumeau, celui dont la partie confidentielle du dossier parlait, le bébé que Galea avait demandé à l’aide-soignante de sauver tant qu’il était encore temps.




"Got me lookin so crazy right now"
“I look and stare so deep in your eyes I touch on you more and more every time When you leave i'm beggin you not to go Call your name two, three times in a row Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling and my pride is the one to blame”
Revenir en haut Aller en bas
 

I M NOT USED TO SOMEONE PUTtING ME FIRST. (uc)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALVIO HEXIA :: ACHIVES ::  ::  :: Le royaume du choixpeau-